Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 16:31
 

Par Djess dia Moungouansi

congo-republic-violence

« Les barbares n’ont pas de champs, le massacre est pour eux ce que le labour est pour nous » LI Po

L’horreur absolue ! Le système Sassou a désormais un visage : celui de la barbarie.  De fait, c’est avec un cœur épris de compassion et d’angoisse que nous avons tous découvert l’étendue des sévices que Sassou et ses spadassins ont infligés à notre compatriote Augustin KALA-KALA. Son état moribond nous renseigne sur le profil psychologique des membres de cette organisation criminelle ; déshumanisés, cruels, tous friands « du sang et des larmes des autres ». Etre capable de telles ignominies, dépasse tout entendement.  Le peuple congolais prend son mal en patience, en attendant que le «  Trio dasufa » (composé du Colonel-aux-ordres Oko Ngakala, du dernier de sa promotion en 3e année de droit Pierre Mabiala  et du Goebbels de service Thierry Moungalla) vienne nous gaver de pestilence, par la spéciosité  de leur discours.

« La domestication » de la société congolaise

On ne le dira jamais assez, le niveau de violence atteint par ce régime est parmi les plus élevés du monde des tyrannies. Bon an, mal an, il a bénéficié d’une relative impunité sur la scène internationale, malgré des mises à l’index régulières. Tout donne l’impression qu’il s’agit d’un régime somme toute préservé alors qu’il est engagé dans la répression massive et sanglante de sa population.

La société congolaise, jadis caractérisée par une grande vitalité, est peu à peu soumise à un musellement progressif,  puis brutal, de toute  velléité d’opposition au régime. Depuis le référendum sanglant de novembre 2015 , suivi du braquage des urnes du 20 mars 2016, ce gang des criminels   utilise des « techniques » qui dessinent par touches ce qui forme la substance même d’un régime d’oppression : un mélange de personnification du pouvoir qui fait de Sassou la source de toute chose et l’origine de toute réussite, de suspension du temps ( puisque le régime est là « pour l’éternité » pensent-ils, ce que la mise en jambe de « KIKI le faux pétrolier », semble accréditer),de contrôle absolu de l’espace social et physique, de la confiscation du domaine public, et de monopole de la narration du réel. Enfin l’institutionnalisation des instruments de répression  et de surveillance a instillé au cœur de la société congolaise la menace potentielle à tout instant, la méfiance généralisée, et la peur, afin d’obtenir l’obéissance.

La collusion entre le pouvoir de Sassou et les sectes religieuses n’est pas fortuite. Ces deux pouvoirs persécutent le citoyen, où qu’il soit. Alors que le pouvoir militaire menace la sécurité et la vie des gens, sur terre, le pouvoir religieux  hypothèque leur bien être dans l’au-delà. Le cumul de ces pouvoirs constitue une force beaucoup plus considérable que ces mêmes pouvoirs opérant séparément.

Toutefois, contre toute attente, un grain de sable vient de caler la machine à tuer. Un crime n’est jamais parfait. C’est le moins qu’on puisse dire. Désormais, il y aura « un avant » et « un après » KALA-KALA. Sans céder à toute superstition, on a la nette impression  que l’âme des   353 disparus du Beach, ou l’esprit jusque là sans sépulture  du  vertueux Massamba Débat  et d’autres victimes de ces assassins de bas étage,  lui avaient  confié cette délicate mission de venir témoigner, en  livrant  aux Congolais de quoi est fait la géhenne oyocratique.

L’image d’un  KALA-KALA squelettique,  la peau déchiquetée, les mains et pieds abimés, restera à jamais collée à la peau de ce régime jusqu’à sa chute. Peu de personnes se souviennent du nettoyage ethnique, en bonne et due forme,  opéré par ce même système et par les mêmes criminels en décembre 1998 à Bacongo-Makélékélé. Aucune image, donc pas d’incidence dans l’opinion. Les révélations rétrospectives n’ont que peu de valeur pratique. Le choc émotionnel, l’indignation, l’horreur causés par une atrocité ne seront jamais les mêmes selon qu’on suive les évènements à chaud et « en direct », ou après coup et « en différé ». Cette fois-ci, cette image effroyable fera le tour du monde et sera l’une des pièces maîtresses d’un dossier qui gagne chaque jour  en épaisseur à la CPI.

Dans le Pool, les massacres s’enchainent avec une régularité de métronome

Le plan méphistophélique de Sassou visant à déclencher une guerre picrocholine dans  le Pool est prêt depuis belle lurette. Persuadé qu’il ne peut jamais gagner une quelconque élection au Congo,  le Pool étant l’obstacle qui se dresserait contre  tout hold up électoral. Deux choses  semaient le doute dans son esprit: la proximité de  Brazzaville  qui est-  disons-le franchement – dans  le Pool  et la facilité qu’aurait un quelconque leader de cette région  à mobiliser ses troupes qui ont la légendaire réputation d’obéir scrupuleusement aux mots d’ordre. Son crédo :neutraliser de manière préventive ce foyer de contestation par excellence, y compris en y accentuant la dysharmonie sociale.

Ses sbires avaient prévenu : «  Vous repartirez en forêt si vous ne votez pas Sassou ! ». Nous y sommes !. Mais pourquoi donc cet acharnement alors qu’il a réalisé son braquage électoral ? De tout temps, au Pool aujourd’hui et à Ikonongo hier, Sassou a toujours assouvi son obsession du sang en utilisant la violence contre les civils et la destruction de leurs habitations comme une arme de guerre.

Aucune opération de police ne peut être menée avec des hélicoptères qui effectuent des bombardements massifs des zones habitées. Ni même, peut-on prétendre être du côté des populations quand on les contraint   d’aller en forêt,  abandonnant vivres et confort  alors que plus de 5000 miliciens censés les protéger, écument  les villages ?

L’épisode symptomatique d’une barbarie d’Etat s’est déroulée  au village Ngandou Boudzoua près de Mindouli. Après une série de viols et autres traitements inhumains sur les populations désemparées, la police tribale de Sassou s’est acharnée, sans gêne  sur le vieux  Nkouma,  un paysan  de 75 ans, accusé de tous les péchés d’Israël. Pour masquer son incompétence, la pseudo-police le soupçonnait d’être,  ni plus ni moins,  le féticheur de NTOUMI. Ce pauvre hère rendrait NTOUMI  invisible et  insaisissable. Pathétique !

Les officines d’Oyo ont tout bonnement érigé la barbarie en meilleur levier pour soumettre les populations psychologiquement amoindries par les affres d’un pouvoir illégitime. Qu’il s’agisse de détourner l’attention de la population, après l’échec cuisant du 20 mars 2016 ou qu’il entreprenne de faire accepter les brimades et autres mesures impopulaires, le boutefeu d’Oyo agite le chiffon rouge des évènements dramatiques, réels ou annoncés.  Graduellement, en maintenant les populations dans un état d’appréhension constant, ce régime gruge les libertés individuelles au profit du clan au pouvoir et de la bureaucratie gouvernementale. Il reste que, dans l’histoire des tyrannies, chaque fois que l’avenir d’un peuple est  en péril,  celui-ci sait  exhumer cette force enfouie dans ses entrailles et relever tous les défis qui se posent à lui, notamment pour conjurer la peur et la  perte totale liberté. C’est en cela que l’on reconnait  la dignité et la force d’un peuple.

Djess dia Moungouansi

(Extrait de congo-liberty)

Repost 0
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 20:42
 
Me Massengo-Tiassé répond au gouvernement dictatorial du Congo, sur le mandat d'arrêt, la pratique de la torture et le génocide en cours au Congo
 

Me Massengo-Tiassé poursuivi pour avoir soutenu le général Jean Marie Michel Mokoko vainqueur des élections présidentielles actuellement en prison (pendant la campagne dans le pool le 7 mars 2016) (Violations des Droits de l'Homme en Afrique et dans le monde)

Me Massengo-Tiassé poursuivi pour avoir soutenu le général Jean Marie Michel Mokoko vainqueur des élections présidentielles actuellement en prison (pendant la campagne dans le pool le 7 mars 2016)

En réponse au Gouvernement dictatorial du Congo, la déclaration de Me Massengo-Tiassé sur le mandat d’arrêt international sur la pratique de la torture et du génocide en cours au Congo

Les autorités de la nouvelle république du Congo ont lancé contre ma personne un mandat d’arrêt international pour détention illégale d’armes de guerre. Cela me fait sourire. Je crois que c’est un canular, si c’en est pas un, dans ce cas je doute que ce ministre jouisse de toutes ses facultés ? Moi je suis persuadé qu’il est incapable de répondre aux faits évoqués dans le rapport de plus de 43 pages, déposé à l’ONU et à La CPI et qui a été remis dans plusieurs chancelleries en Europe, qui semble t-il fait trembler le pouvoir.

En expert des droits de l’homme nous avons consigné avec précision toutes les exactions d’un pouvoir usé devenu tyrannique. Il faut bien entendu une bonne dose de mauvaise foi pour voir dans la dénonciation des violations des droits de l’homme au Congo et des crimes contre l’humanité en cours dans le pays et particulièrement au Pool et dans la Bouenza, une quelconque responsabilité dans ce qui s’est passé le 4 avril 2016 à Brazzaville, alors que je n’étais plus dans la capitale depuis le saccage de ma résidence de Mayanga.

A trois reprises les escadrons de la mort sont venus chez moi de jour comme de nuit. Ils n’ont jamais trouvé des armes. Ils se sont même rendus à l’hôtel Saphir, à ma recherche. Les armes dont on m’accuse de détenir proviennent d’où ? Le rapport déposé aux Nations Unies et à la CPI fait allusion à toutes ces opérations des milices du pouvoir qui avaient pour but également de m’attraper ou de m’éliminer physiquement et faire croire que je détenais des armes de guerre pour le compte du Général Mokoko dont j’étais le Conseiller pendant sa campagne des présidentielles. La preuve lorsque la police politique et les escadrons de la mort sont arrivés à Mayanga avec plus de deux cents éléments représentants toutes les milices, j’étais sur place, je me suis éclipsé, sans qu’ils ne me voient. J’ai eu la vie sauve parce que Dieu m’aime, mes ancêtres et les victimes de ce pouvoir veillent sur moi. Ils m’ont aidé à quitter le pays, c’est aussi cela la vérité. Le Saint Emile Cardinal BIAYENDA, martyr de la foi m’a toujours protégé il ne m’abandonnera jamais. C’est aussi cela mon témoignage.

Tant pis pour ceux qui ne veulent pas croire. C’est pourquoi par la vérité de la miséricorde de Dieu, nous membres de l’association Emile Biayenda Santo Subito, interpellons le Vatican de proclamer la canonisation de ce martyr de la foi tué par Sassou Nguesso voici bientôt 40 ans.
Ma vie était mise en danger à plusieurs reprises par des tentatives d’enlèvements nocturnes. Je n’ai pas fui le Congo, je suis parti en France pour un contrôle médical que je devais effectuer en décembre 2015, suite à l’empoisonnement dont j’étais victime en 2012, lorsque j’étais empêché de prendre le vol AF 897 du 5 décembre 2015. J’ai été persécuté durant une longue période d’octobre 2015 au 31 mars 2016. Après l’interpellation ratée du 28 mars 2016 à Mayanga où ils ont tenté de déposer deux caisses d’armes et de munitions, j’ai décidé de quitter Brazzaville le jeudi 31 mars 2016 en me réfugiant d’abord dans le Pool. Mon voyage en Europe était bel et bien prévu, afin d’une part, d’effectuer mes contrôles et soins médicaux attestés par mes Médecins et d’autre part, de fêter en famille les 30 ans de ma soutenance de thèse de doctorat d’Etat en droit dans la nouvelle spécialité du droit international des droits de l’homme.

Le juriste Mabiala, non expert sur les questions des droits de l’homme, est incapable de répondre ou de contredire les faits évoqués dans ce rapport, faits qui sont incontestables, irrécusables, irréprochables, irréfragables, irréfutables et inattaquables. Ce gouvernement illégitime qui pue le mensonge, la tricherie et les crimes en se servant des montages policiers pour étouffer la vérité, est réputé dans la théorie du complot initiée en mars 1977, par Sassou Nguesso chef de la junte militaire, reconnu responsable, par la conférence nationale souveraine, des assassinats des Présidents Marien Ngouabi et Alphonse Massamba Débat, du Cardinal Emile Biayenda , du Capitaine Luc Kimbouala Nkaya Saint cyrien, Ancien Chef d’Etat Major Général, Kikadidi, Samba dia Nkoumbi,Ndoudi Nganga et d'autres victimes innocentes.
J’avais toujours dit que la confiscation du pouvoir ne passera pas. Très tôt je l’avais dénoncé le 6 mai 2012 à RFI en tant qu’invité de Christophe Boisbouvier. C’est pourquoi je me suis rangé du côté du peuple, de l’opposition et du Général Jean Marie Michel Mokoko qui incarne l’assurance et l’espoir de voir un véritable Etat de droit au Congo avec une bonne administration de la justice et une force publique républicaine.

Je fais partie des Congolais qui résistent et résisteront jusqu’à la fin du régime oppressif et sanguinaire de Sassou Nguesso. Je le sais aussi qu’on a planifié et programmé mon assassinat à défaut de tenter un nouvel empoisonnement, car le premier a été un échec, mon organisme a résisté et digéré le poison qui n’a pas laissé les séquelles grâce à Dieu.
Moi je me bats pour faire valoir les droits de l’homme, c’est-à dire les droits humains qui sont différents des droits humanitaires, que le ministre ignorant confond aux droits de l’homme l’autre appellation « droits humains » adoptée à la conférence mondiale des droits de l’homme du 14 au 25 juin 1993 à Vienne en Autriche.

Le régime qui s’est imposé par les armes le 4 avril 2016 veut légitimer son pouvoir qualifié de tyrannique en nous donnant une leçon dans un domaine que son ministre de la justice ne maîtrise pas, ni même son ministre de la communication. Je connais les règles du droit international et particulièrement le droit international des droits de l’homme dont je suis le premier spécialiste francophone depuis mars 1986. Ce pseudo mandat d’arrêt sera voué à l’échec. Ce n’est pas la première fois que je suis confronté à ce genre de poursuite illégale. Me reprochant de faire valoir ma liberté d’expression, en octobre 1994, le régime du Professeur Pascal Lissouba, qui pourtant assista à ma soutenance de thèse, avait lancé un mandat d’arrêt contre moi. Monsieur Mabiala était l’avocat de l’Etat et le mandat d’arrêt était nul et non avenu.

Il faut que le Ministre sache que le droit international des droits de l’homme est un droit de protection permettant à l’individu d’obtenir le rétablissement de ses droits fondamentaux, c’est pourquoi en ma qualité de spécialiste et défenseur des droits de l’homme, je ne peux pas me taire et boucher les oreilles lorsque j’ai connaissance des exactions dans un pays et surtout le mien. Je considère ce qu’on me reproche comme un grossier montage policier, qui trouve probablement sa source en faisant avouer par la torture des jeunes desperados ou des pauvres jeunes innocents, et d’affirmer qu’ils ont reçu des armes et de la drogue de ma part.
La fachosphère actuelle du Congo poursuit tous ceux qui résistent contre la tyrannie de Sassou et son clan. La preuve nous est donnée par les enlèvements des opposants ou des cadres qui n’adhèrent pas à son projet de confiscation du pouvoir et d’épuration ethnique. Le Colonel Loembé et le Docteur Augustin Kalla Kalla ont été sauvagement torturés à mort. De nombreux anonymes subissent le même sort, récemment des dizaines de jeunes de Mouyondzi.

Je ne suis pas un criminel et je ne crois pas que le Pasteur Ntumi soit un terroriste. Il ne fait que résister comme l’a fait Sassou Nguesso de juin à octobre 1997, contre le pouvoir de Lissouba. A cette époque j’étais le premier à alerter l’opinion internationale pour l’attaque de sa résidence de Mpila. Et pourquoi aujourd’hui on me reproche de me placer du côté des résistants contre la tyrannie. Le 26 septembre 1992, le général Sassou avait déclaré: « j’insiste pour dire, lorsque la Constitution est violée, les démocrates ne doivent pas l’accepter ! Nous prenons l’opinion internationale à témoin… Pour la défense de la démocratie et de la constitution nous ne céderons jamais. » .

Aujourd’hui, nous démocrates sommes dans cette logique de la résistance contre la tyrannie de Sassou. Nous ne céderons jamais face à la folie meurtrière de Sassou dont l’objectif final est de dépeupler le Pool et le nord de la Bouenza en donnant la mort ; - par des bombardements aveugles ; - par l’empoisonnement des sources d’eau ; - par le maintien des déplacés dans les forêts par la terreur du pilonnage des villages et les pousser à la mort lente par la famine et les maladies ; par l’achat aux chinois et autres étrangers des milliers d’hectares dans la zone dépeuplée et enfin terroriser les résistants de l’étranger. Voici un plan concerté et des meurtres que ne peuvent nier les 3M, Mouamba, Mabiala et Moungala, les corrompus qui se sont embarqués dans cette barbarie de Sassou. Le gouvernement est responsable du génocide en cours dans le pays. Il répondra un jour de ce crime, nous en avons déjà les preuves.

S’il y avait une justice digne de ce nom, j’aurais pu affronter mes accusateurs,car on ne peut pas continuer de diriger un pays dans le mensonge. Je sais que le système est habitué à fabriquer et monter les preuves. C’est facile de prendre des desperados dans la rue et leur remettre lad rogue ou des armes et leur faire dire ceci: « nous avons été armé par untel». Depuis mars 1977, un mois particulièrement sanglant, la règle et les méthodes du système Sassou, ce sont les fausses accusations, les montages policiers, la falsification, les faux coups d’état et surtout son plan de génocide contre les populations du pool et de la Bouenza. Qu’on ne se trompe pas et qu’on ne dise pas de mensonges sur le Pasteur Ntumi. Ce plan diabolique d’extermination des populations civiles au Pool et une partie de la Bouenza est de la seule responsabilité de Sassou Nguesso qui tient coûte que coûte à modifier la démographie de cette partie du territoire. Connaissant ce plan concerté, son ami,le Général Bouissa Matoko alias Casis a été tué mercredi 5 avril 2006, des suites d’un empoissonnement imputé à Sassou Nguesso.

Nul n’ignore au Congo que Sassou a préparé la situation actuelle de trouble et de génocide, d’abord en recrutant massivement dans la fameuse pseudo force publique, milices secrètes, entre juillet et novembre 2015, des jeunes gens issus de l’espace utile de la Cuvette Ouest, ensuite a provoqué des vraies et fausses attaques le 4 avril 2016 à Brazzaville. Ce qui lui a donné l’occasion de brandir « le fait d’un tiers ». Ntumi et les anciens combattants constituent la cible désignée pour justifier les attaques dans le Pool et entamer une épuration ethnique dans le silence de la communauté internationale à qui on veut faire croire, que le Pool est en proie au terrorisme de Boko Haram. Et pourquoi interdire une commission d'enquête internationale libre de ses mouvements au Congo?

La proclamation de l’état d’urgence a permis d’opérer des arrestations arbitraires des opposants. Souvenez vous que le 18 mars 1977, après avoir assassiné Marien Ngouabi, le faux tiers comme l’écrit Moudileno Massengo, « ce faux tiers fut l’impérialisme international dit aux abois, puis Massamba-Débat. En 1979, il fut Yhomby Opango, le traitre de la vie exemplaire de Marien Ngouabi. Le 5 juin 1997, il a été Pascal Lissouba, le traitre de la démocratie. En 1998-1999, ce furent les exilés revenus dans leur pays, après promesse d’une amnistie, puis les populations du Sud, qui devaient être exterminées, aveuglement dans le cadre des opérations Mouébara etc. » Référence Afrique Education N°379 du 1er au 15 novembre 2013.

Le 4 mars 2012 une explosion est organisée à Mpila et le coupable désigné est le Colonel Marcel Ntsourou, un brillant officier supérieur qui n’adhère pas au projet de la confiscation du pouvoir par le clan Sassou. Sassou a fait comme Néron qui a brûlé Rome à l’an 64 afin d’incriminer les chrétiens et de les envoyer à la mort. Aujourd’hui sous le prétexte de chercher le Pasteur Ntumi, « responsable désigné des attaques du 4 avril 2016 », Sassou poursuit son plan d’extermination des BaKongos en bombardant les villages du Pool et de la Bouenza. On comptabilise déjà plus de 3000 morts et disparus.

Au lieu de lancer un mandat d’arrêt qui ne va pas aboutir, pourquoi ne pas accepter les observateurs et les Organisations humanitaires pour aider les populations en détresse.
Atteinte à la sûreté de l’Etat est le chef d’accusation qui est retenu contre tous ceux qui s’opposent à la dictature de Sassou, c’est le cas du Général Jean Marie Michel Mokoko en tête au 1er tour des élections du 20 mars 2016, c’est le cas de Paulin Makaya qui a eu le mérite de mobiliser des foules pour contester le référendum constitutionnel, c’est aussi le cas d’Okombi Salissa, aujourd’hui dans la clandestinité pour avoir refusé d’accompagner le hold- up électoral de Sassou Nguesso, et aujourd’hui c’est moi qui suis dans le collimateur de la justice. Le peuple n’est pas dupe. Il sait que ce gouvernement est incapable de lui donner l’eau potable, l’électricité, les soins de santé primaire, l’emploi, les lieux culturels comme des salles de cinéma, les bureaux de postes pour la distribution des courriers, les services d’hygiène etc…
Aujourd’hui, ce sinistre ministre de l’injustice aux méthodes du 3è Reich aurait pu autoriser les enquêtes sur toutes les allégations de torture et de décès en détention et poursuivre les auteurs d’actes de torture dans les prisons. La torture et le crime dans la république des barbares sont complètement banalisés. Le ministre se tait sur le cas de mon ami le Docteur Augustin Kalla Kalla torturé sauvagement et laissé pour mort à l’entrée de la morgue de Brazzaville. Ecoutons le récit très choquant fait par son épouse qui l’a récupéré en pleine nuit à la morgue :
« A 22 heures, je reçois un coup de fil et c’est la voix de mon mari : Chérie viens vite, vite viens vite. On s’est rendu sur les lieux et quand on lui a demandé, mais comment ça s’est passé ? Ils sont venus me jeter ici et j’ai vu des petits qui passaient ; je leur ai demandé un service, si vous avez un téléphone de passer un coup de fil pour appeler ma femme. Mon mari était si mal en point que j’ai eu du mal à le reconnaître. Il était vraiment dans un état critique. On ne savait même pas qu’il allait vivre jusqu’à aujourd’hui. Il ne pouvait pas marcher, il avait de grosses plaies partout surtout au dos, les pieds enflés ».

Augustin Kala Kala a raconté les séances de torture et les interrogatoires qu’il dit avoir subis.
« Il articule difficilement. Il a tout de même pu dire qu’on le baladait d’un coin à un autre, de nuit comme de jour. On le déplaçait et comme il était cagoulé, il ne pouvait pas savoir où on l’amenait. Et lorsqu’on l’enfermait dans un petit container, il était interrogé et on lui posait des questions pour savoir où se trouvait monsieur Okombi Salissa, quel était le soutien de l’opposition, où est-ce que nous trouvions de l’argent pour faire ce que nous faisons, est-ce qu’il y a des puissances étrangères qui nous soutiennent? Puis, il a pu aussi nous dire ces tortionnaires lui ont proposé un marché, c’est à dire de quitter les rangs de l’opposition, comme ça il pourrait bénéficier des soins intensifs et de l’argent et qu’il quitte l’opposition en dénonçant ce que l’opposition était en train de faire». Fin du récit.

Voici une autre preuve de l’Etat de non droit instauré par la nouvelle République.
Et le gouvernement ose nier que les forces de l’ordre ne sont pas concernées par cette affaire. En racontant une fois de plus des inepties du genre : « qu’Augustin Kala Kala avait choisi de se soustraire volontairement à la vie publique depuis la présidentielle avant de réapparaître gravement blessé, mais qu’il n’est ni recherché ni poursuivi par aucune force de police».
Le mercredi 19 octobre 2016 un hélicoptère de la milice tribale de Sassou Nguesso et piloté par les mercenaires ukrainiens a atterit dans Mouyondzi village. Les miliciens ont fouillé maisons par maisons, embarquant les jeunes gens valident pour le village Bantounga où ils ont subi des tortures pendant toute la nuit, trois d’entre eux ont succombé des suites de la torture. Un grand nombre de jeunes ont été déférés à Brazzaville.

Voilà comment ce pouvoir sanguinaire qui a tenté de m’appréhender et de m’éliminer physiquement aurait pu justifier son forfait. Et aujourd’hui gêné par tous les témoignages rapportés dans le rapport, il ose me traduire en justice pour des faits que je ne reconnais pas.
Aujourd’hui, nous demandons aux jeunes de résister contre la barbarie de Sassou.
Le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire sont deux branches du droit distinctes, mais complémentaires. Toutes les deux traitent de la protection de la vie, de la santé et de la dignité des personnes. Le droit humanitaire s’applique en situation de conflit armé, tandis que les droits de l’homme s’appliquent en temps de paix comme en temps de guerre.

Le « droit de résistance à l’oppression » est un des droits naturels et imprescriptibles cités au 3è considérant du préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme. La résistance à l’oppression relève, du fait des expressions du préambule de cette Déclaration, de ces droits inaliénables et sacrés qui encadrent l’action des pouvoirs publics et fondent les réclamations des citoyens. Son objet est de lutter contre les abus et privilèges, de s’opposer au despotisme, à la tyrannie, de rappeler à tout système de gouvernement que la cause principale des malheurs publics sont « l’ignorance, l’oubli et le mépris des droits de l’homme ».
Le droit de poursuite est nul et non avenu à ceux qui revendiquent leurs droits et qui dénoncent un régime dictatorial. Le Congo est-il dans une démocratie pluraliste? Je ne le pense pas.

La démocratie est une expression du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes; Le peuple congolais avait disposé de sa souveraineté en écartant Sassou Nguesso le 20 mars dernier. Rien ne me fera changer d’opinion, comme en 1994, quand j’ai commencé à dénoncer les dérives du régime Lissouba, qui avait institué les milices. Imposer la dictature, c’est donc méconnaître le droit des congolais de disposer d’eux-mêmes. Le droit de poursuite qu’évoque Mabiala pour le Pasteur Ntumi, n’a pas de fondement juridique. Tout acte juridique ou toute décision imposant le droit de poursuite des citoyens résistants à une tyrannie et une oppression reconnue est nulle et de nul effet sur le plan international. Ce ne sont pas des manœuvres des tricheurs, des néo nazis et des franquistes qui peuvent nous apeurer, en utilisant la presse comme la DINA, la police politique du dictateur Pinochet.

Quand le gouvernement ne s’acquitte pas de ses obligations fondamentales envers l’ensemble de la population, quand un dirigeant s’impose par les armes pour se maintenir au pouvoir, quand les milliers d’individus souffrent de la faim lorsqu’il est possible de les nourrir, quand les jeunes gens sont exposés à la fureur du tyran Sassou Nguesso, par les arrestations arbitraires, détentions abusives les brutalités inadmissibles et assassinats aveugles par les forces dites publiques, on ne peut que contester cette démarche. Le parlement n’est qu’une chambre d’enregistrement des décisions d’un régime dictatorial. La justice est entre les mains de la dictature. les magistrats au lieu d'appliquer la loi et de dire le droit, ils sont instrumentalisés et intimidés. Aucun gouvernement respectueux des principes du droit international des droits de l’homme ne peut vous suivre dans cette aventure du droit de poursuite. Poursuivre qui? un opposant politique, un résistant ou un défenseur des droits de l'homme?

Le droit international relatif aux droits de l’homme énonce les obligations que les États sont contraints de respecter. En devenant parties aux traités internationaux, les États assument des obligations et des devoirs au titre du droit international et s’engagent à respecter, protéger et satisfaire les droits de l’homme. L’obligation de respecter signifie que l’État doit se retenir d’intervenir dans l’exercice des droits de l’homme ou de les restreindre. L’obligation de protéger exige de l’État qu’il protège les personnes et les groupes contre les violations des droits de l’homme. L’obligation de satisfaire signifie que l’État doit prendre des mesures positives pour faciliter l’exercice des droits de l’homme fondamentaux. Ce n’est pas le cas dans ce régime autoritaire où l’administration de la justice est inexistante ou c’est la loi de l’arbitraire de la police qui est la règle.

Les droits de l’homme sont inexistants au Congo.

1- Il n’existe pas une société organisée sous forme d’un Etat de droit, c’est-à dire un état dans lequel toutes les autorités et tous les individus se trouvent liés par la loi. Dans la fraude, Sassou a changé la première loi, la constitution pour se représenter.

2 - A l’intérieur de l’Etat, les droits de l’homme ne sont pas exercés dans un cadre juridique préétabli, l’administration de la justice est supplantée par l’arbitraire de la police politique ;

3 - L’exercice des droits de l’homme par les Congolais qui en sont les titulaires n’est pas assorti de garanties juridiques précises. Des recours pour en obtenir le respect sont négligés d’où l’immixtion de la police politique dans les décisions de justice.

En ratifiant les traités internationaux relatifs aux droits de l’homme, le gouvernement congolais s’est engagé à mettre en place des mesures et une législation nationales compatibles avec les obligations et les devoirs inhérents à ces traités. Malheureusement le système juridique du Congo ne fournit pas la protection juridique principale des droits de l’homme garantis par le droit international. Au contraire les procédures juridiques que défendent le gouvernement tyrannique et répressif ne remédient pas aux violations des droits de l’homme, il encourage les montages policiers et les arrestations arbitraires.
Voilà un montage grossier et grotesque qui me fait passer pour un criminel ayant armé les jeunes gens le 4 avril 2016.
Ce fameux mandat d’arrêt « international » n’a aucun fondement juridique, car délivré par un régime criminel. Il repose sur rien. Il est le fruit de l’imagination d’une police politique spécialisée dans l’extorsion des aveux des jeunes gens sous la torture.

Comment peut-on faire passer un vice président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme du statut de défenseur des droits à celui de criminel armant les jeunes drogués? Il y a que dans une tyrannie où l'on vivre ce genre de situation. Son rapport de 43 pages remis à l’ONU et à la CPI a offert à la meute de Sassou Nguesso de se lancer sur ses traces et d’aboyer à ses chausses.

Ne vous étonnez pas que Denis (Congo) emboite le pas de la folie de Pierre et de Jacob (Burundi et Afrique du Sud) en quittant la CPI. Ces maîtres chanteurs oublient que leurs crimes restent imprescriptibles et leur retrait de la CPI n’entraine aucun effet rétroactif. Peine perdue.
Le chemin de la paix reste une voie difficile et impossible à atteindre par ce pouvoir tyrannique qui a décidé d’exclure le pluralisme politique de son projet.

Qu’est-ce que le pervers ministre sait d’une bonne administration de la justice, de la primauté du droit et de la protection des droits de l’homme, pour me donner une leçon sur la défense des droits de l’homme. Ce n’est pas son petit confort acquis par des pratiques douteuses qui peut m’ébranler. Ce n’est pas son discours creux, forcément lénifiant et mensonger qui peut m’ébranler. Moi je me bats pour faire valoir les droits de l’homme qui sont différents des droits humanitaires.

Aujourd’hui ce pouvoir en contestant mon engagement pour les droits de l'homme, me pousse dans l'activisme politique soit à créer ou à rejoindre un mouvement politique, afin de répondre aux nombreux appels des Congolais résignés, qui m’apportent un grand soutien dans ce combat contre la dictature implacable au Congo Brazzaville. Je suis prêt pour défendre les Congolais opprimés, du pouvoir sanguinaire, par un engagement actif dans la politique de mon pays.

Je termine cette mise au point en renouvelant mes propositions contenues dans ma déclaration de candidature au poste de Premier Ministre du Congo à la Conférence Nationale Souveraine le 7 juin 1991:

« … Il est temps pour nous Congolais de nous mettre à la tâche car la liberté ne saurait s’établir sans de solides institutions dirigées par des hommes et des femmes à la probité sans tâche et sans défaillance comme l’a exigé notre Conférence nationale souveraine. L’ère du monopartisme est révolue. Ainsi ceux d’entre nous qui ont agi par le passé en accord avec les pouvoirs que nous avons dénoncés doivent comprendre que leur présence au gouvernement de transition serait une insulte au peuple, une honte pour le Congo. Ce serait indigne de nous, nous conférenciers qui avons la mission de mettre en place et de développer des institutions démocratiques qui seront la colonne vertébrale du Congo de demain. Pas de cohabitation avec les hommes de dictature. Ainsi, chers compatriotes, j’ai l’impérieux devoir de vous mettre en garde contre la stérilité de certaines actions et de certaines promesses. Le Congo profond ne nous pardonnera jamais une quelconque complicité avec les hommes usés qui comportent le risque évident de bloquer le processus démocratique par leurs calculs politiciens et par leurs intérêts égoïstes qui empêcheront pour cela toute procédure de récupération des fonds pillés….

« Je suis fier en tant que défenseur des droits de l’homme de contribuer aux grands changements démocratiques intervenant dans notre continent. Je serai encore plus fier demain dans douze mois de donner aux congolais les moyens d’affronter l’ère démocratique dans la liberté, la paix et la dignité… Nous avons été de ceux qui ont demandé à la France d’avoir une attitude claire par rapport aux Etats africains qui favorisent les libertés et les droits de l’homme et d’appliquer le principe de la conditionnalité liant la coopération économique aux progrès des libertés et des droits de l’homme et pour cela , j’espère que la France nous comprendra, et nous ferons jouer toutes nos relations dans les milieux parlementaires européens, américains et auprès des hommes d’affaires pour obtenir des moyens de faire asseoir notre jeune démocratie, conformément au sommet de la Baule et aux décisions de la CEE …

« En effet depuis 1988, je suis de ceux qui réclament dans toutes les instances internationales, l’adoption d’une Convention internationale sur le rapatriement des fonds provenant du Tiers Monde… Le premier acte de mon gouvernement serait de traduire en justice toutes les personnes qui ne nous remettrons pas dans un délai de 15 jours un ordre de virement de leurs fonds à l’étranger au Trésor public…. Le recouvrement de ces centaines de milliards spoliés donnera à notre pays un certain crédit moral à l’égard des institutions financières internationales afin d’enclencher le démarrage économique qui favorisera, le plein emploi, la gratuité des soins au plus démunis de notre société, le droit au logement salubre, le droit d’être à l’abri de la faim et à la réalisation d’autres droits de l’homme…

« Nous allons dans l’immédiat réorganiser notre administration afin de mettre tous les fonctionnaires au travail productif. Afin de renflouer les caisses de l’Etat, les services des impôts et des douanes seront mieux structurés.

« Pour le respect du droit à l’information, une attention particulière sera accordée à la presse afin de faire échec à la désinformation et à la manipulation des journalistes… A vous chers amis journalistes de favoriser la naissance d’une véritable démocratie dans notre pays. Dans une démocratie, lorsqu’il y a un scrutin, les candidats à ce scrutin doivent avoir le même traitement. Je m’adresse à vous jeunes du Congo, courageux dans cette salle, ne ratez pas cette occasion pour mettre fin à jamais la tyrannie, le tribalisme, le régionalisme et empêcher enfin ceux qui veulent toujours confisquer les postes que vous devriez occuper. Ceux là même qui n’ont pas dit la vérité sur certaines affaires…. ».

Fait à Genève le 23 octobre 2016
Maître Maurice MASSENGO-TIASSE
Docteur d’Etat en droit
2è Vice Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme

LIRE LA SUITE : http://www.frtdh.org/fr/article/me-massengo-tiasse-repond-au-gouvernement-dictatorial-du-congo-sur-le-mandat-d-arret-la-pratique-de-la-torture-90.html

Repost 0
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 12:33

123

Repost 0
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 16:23

Pilonnage et pulvérisation du Pool par des mercenaires Ukrainiens

 

 
 Derrière les discours et les déclarations de circonstance, se cache une triste réalité, celle d’une opposition du Congo-Brazzaville à la peine et une majorité présidentielle sans foi ni loi.

Hold-up réussi

En Afrique, les séquences post-électorale constituent un cauchemar pour les leaders politique à la quête d’un point de chute pour s’assurer des meilleurs lendemains dans la perspective d’échapper au théorème suivant lequel : « ceux qui l’emportent, gagnent tout et les malheureux perdent tout  ». Au Congo-Brazzaville, la situation de la plate-forme IDC-FROCAD élargie à la composante JMMM relève d’un positionnement politique nuancé. Mais, en politique, les nuances comptent, elles parlent et elles disent quelque chose. La bataille des leaders pour le positionnement politique qui fait rage sous les yeux hagards des populations du Congo-Brazzaville participe de cette logique. La période post-présidentielle a tourné à une foire d’empoigne pour l’alliance IDC-FROCAD et la composante JMMM. Denis Sassou Nguesso qui s’agrippe au pouvoir et qui manie le bâton et la carotte, est en passe de réussir son hold-up électoral du 20 mars 2016 c’est-à-dire la pulvérisation de l’Opposition et la tétanisation de l’Eglise (sans parler d’anathème).

L’Opposition sens dessus-dessous

 La plate-forme IDC-FROCAD a été transformée en une hydre à trois têtes. Mathias Dzon, donnant du « A son Excellence, Monsieur le Président » à Denis Sassou Nguesso, qui balaye d’un revers de la main l’idée d’un chef de file de l’opposition. L’IDC-FROCAD incarnée par Claudine Munari Mabondzo droit dans ses baskets et Serge Blanchard Oba qui s’est prononcé pour le maintien de Sassou Nguesso jusqu’en 2020 sans que cette sortie ne suscite des remous. Et, enfin, Guy Brice Parfait Kolelas qui prône une large opposition allant de Pascal Tsaty Mabiala, Paul-Marie Mpouélé qualifié naguère de « mountoudia » (sangsue ) par le patron de « Youki » , à Jean Michel Bokamba yangouma, Anguios Nganguia Engambé en passant par Kinioumbi Kia Mboungou et Nicéphore Fyla de Saint Eudes. Si la convention proposée par Guy Brice Parfait Kolelas devrait se tenir, elle se résumerait à un ramassis de personnalités ayant cautionné le changement de la Constitution du 20 janvier 2002 et reconnu la victoire de Denis Sassou Nguesso. En effet, par-delà les nuances programmatiques, les divergences de gouvernance et même les désaccords de valeurs, les leaders de l’alliance IDC-FROCAD et la composante JMMM ne savent pas où donner de la tête ou plutôt s’interrogent sur la stratégie à amorcer après le passage en force du khalife d’Oyo, Denis Sassou Nguesso qui dispose de mercenaires, d’une police politique et d’un arsenal militaire impressionnant.

« Dialogue », vous avez dit dialogue ?

S’il existe un point de litige entre les leaders de l’opposition, c’est bien entendu le dialogue. Denis Sassou Nguesso qui est passé maître dans l’art de l’esquive a déjà trouvé une martingale à la crise politique post-électorale du Congo-Brazzaville : le vivre ensemble. Quoiqu’en ordre dispersé, l’appel au dialogue sans exclusive a été substitué au concept de « vivre ensemble  » par Denis Sassou Nguesso et son premier ministre Clément Mouamba qui a reçu l’assentiment de Serge Blanchard Oba, ci-devant porte-parole de l’IDC en l’absence D’André Okombi Salissa disparu des écrans radars. Les populations du Congo-Brazzaville connaissaient l’aversion de Denis Sassou Nguesso à toute idée du dialogue, synonyme de la perte du pouvoir à l’instar de la conférence nationale souveraine de 1990. Le prétexte a été vite trouvé. « Pas de dialogue dans le sang  » a déclaré Clément Mouamba, premier ministre de fait de Sassou Nguesso à l’occasion de la cérémonie des hommages des victimes tombées dans le champ du Pool du 11 octobre 2016. Fermez le banc.

Clément Mouamba versus Thierry Moungalla

A quand les hommages pour les autres victimes ? Y aurait-il deux catégories de victimes ? Les bonnes et les mauvaises ? Evidemment, Clément Mouamba, instruit par Sassou Nguesso, et enfermé dans une bulle de kevlar, a une autre lecture des événements dans la région du Pool. « Il n’y a jamais eu de bombardement dans le Pool ni d’État de siège. Je suis désolé d’entendre pareilles choses au niveau de la représentation nationale », a-t-il déclaré (Les Dépêches de Brazzaville, 20 octobre 2016), en réponse à l’une des questions du député de Kinkala Guy Brice Parfait Kolelas sur les bombardements dans le Pool et l’État de siège dont ferait l’objet cette partie du pays.

Que font donc les hélicoptères de combat pilotés par des ukrainiens dans le ciel du Pool ? Difficile de faire croire que ces engins de mort se livrent à des baptêmes de l’air dans les localités du Pool. Devant la représentation nationale, Clément Mouamba nie l’évidence et la réalité des faits contredisant le porte-parole du gouvernement Thierry Moungala et le colonel Moukala Tsoumou, porte-parole de la police, qui ont, eux, par contre, justifié les bombardements dans le Pool sans pudeur.

Comment rendre hommage à d’autres morts si on nie qu’il y a une guerre dans la région du Pool ? Apparemment les paradoxes ne semblent pas impressionner les partisans du « vivre ensemble. »

L’Eglise

Denis Sassou Nguesso a réussi la performance de diviser l’Eglise catholique en instillant la graine de l’ethnocentrisme. « La hiérarchie semble paralysée par des contradictions internes. Les neuf évêques de la conférence épiscopale sont divisés  », témoigne un acteur de l’Église congolaise, « les deux originaires du nord, la région de Sassou Nguesso, penchent plutôt du côté présidentiel. Les trois évêques européens, deux Français et un Espagnol, ne se sentent pas autorisés à dénoncer les dérives actuelles au motif qu’ils ne sont pas Congolais. Enfin, les quatre évêques du sud ne veulent pas braquer leurs collègues du Nord (La Croix, 18 avril 2016). ». Ce mal est aussi présent au niveau de l’Eglise. L’épiscopat du Congo-Brazzaville, traversé par des divisions ethniques, après un long silence, est sorti du bois et a planté le théâtre de la sortie de crise dans le message du 16 octobre 2016 : le dialogue. « Nous, Evêques du Congo, vous rappelons que le dialogue véritable constitue la pierre angulaire de toute vraie démocratie. Nous demandons vivement à nos responsables politiques d’œuvrer dans ce sens en vue du retour définitif de la paix au Congo en général et dans le Pool en particulier. Que l’Etat prenne ses responsabilités de garant de la paix et de l’unité nationale  ».

Législatives

Certains leaders politiques de l’opposition se situent déjà dans la perspective des législatives de 2017. C’est le cas de Pascal Tsaty Mabiala qui bat déjà campagne dans le « Niboland » et l’UPADS, de manière insidieuse, et sans le dire, c’est l’horizon vers lequel se tourne désormais le « Youki » de Guy Brice Parfait Kolelas. Entre Pascal Tsaty Mabiala et Guy Brice Parfait Kolelas, une course à l’échalote est engagée. A qui échoira le statut du chef de l’opposition et les avantages qui vont avec ? Qui tiendra le haut du pavé de l’échiquier de l’opposition ? D’autres clament le dialogue sans exclusive, la mise en place d’un gouvernement de transition qui déboucherait sur l’organisation de l’élection présidentielle sans Denis Sassou Nguesso. Vaste programme. C’est la posture défendue par Mathias Dzon et les Assises dirigée désormais par Gabriel Mawawa Mawa Kiéssé.  

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Repost 0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 00:44

Assises Nationales du Congo

 

assises-logo

 

 

Appel au sursaut national et patriotique contre le terrorisme d’Étatau Congo Brazzaville et l'épuration ethnique planifiée dans le Pool.

La République du Congo, notre pays, connaît un destin tragique par la folie d'un seul homme, Sassou Nguesso qui pour sa gloire, bafoue, depuis plus de 45 ans, les valeurs fondatrices de la république, pille les richesses nationales, complote, emprisonne et tue impunément qui il veut, quand il veut et comme il veut. Il a érigé un système à sa dévotion pour son règne personnel.

Demain jeudi 20 octobre 2016 retentiront dans notre mémoire et dans nos cœurs meurtris de citoyennes et de citoyens du Congo-Brazzaville, ces cris désespérés de jeunes gens sauvagement abattus en plein jour le 20 octobre 2015 à Brazzaville, à Pointe-Noire, à Madingou, à Owando et dans bien d'autres contrées par la horde de barbares en uniformes à la solde du régime tyrannique du dictateur Denis Sassou Nguesso.

Aujourd'hui, ces mêmes cris de nos compatriotes victimes de l'épuration ethnique planifiée retentissent encore plus dans le Département du Pool où femmes, vieillards, enfants, adolescents et surtout des jeunes compatriotes sont chaque jour, depuis plus de six mois, arrachés à la vie par des exécutions sommaires, des bombardements incessants à l'arme lourde et par hélicoptère. Ceux qui échappent à ces massacres, ne sont plus ou moins qu'abandonnés dans la pire précarité des savanes, des forêts humides et hostiles à la vie comme cela s'est déjà produit entre 1997 et 2005.

L’histoire retiendra que l’impulsion belliqueuse et itérative de Sassou Nguesso, a mis en œuvre, tout au long de son règne, un mode opératoire bien rodé : la fabrication du bouc émissaire. C’est ce que rappellent les tragédies vécues : de 1977 à 1979 à la suite de l'assassinat du Président Marien Ngouabi suivi des exécutions commandées de l'ancien Président Alphonse Massamba Débat et du Cardinal Emile Biayenda ; de 1987 à 1988 à Ikonongo où des villages entiers ont été rasés faisant des centaines de morts jusqu'à l'exécution du capitaine Pierre Anga ; de 1997 à 1999 dans le Pool et à Brazzaville avec l'élimination systématique des jeunes gens dont l'affaire du Beach est le grand témoignage ; et plus récemment le 16 décembre 2013 avec les massacres à l'arme lourde de citoyens inoffensifs au domicile du Colonel Ntsourou.

Que de victimes innocentes, que de familles endeuillées, que de larmes et du sang des autres !

Les Assises Nationales du Congo s'inclinent devant la mémoire de tous ces martyrs, victimes de l'exercice tyrannique du pouvoir et de l'usage de la violence politique par Sassou Nguesso comme moyen d’accession et de conservation du pouvoir.

Plus que jamais, les Assises Nationales du Congo réaffirment le caractère sacré de la vie humaine. Elles condamnent avec énergie les tueries aveugles et les nombreuses exactions à huits clos qui se multiplient sans cesse dans le Département du Pool, et sur l'étendue du territoire national notamment à Brazzaville, à Pointe-Noire, à Lékana, et à Makoua.

Denis Sassou Nguesso et ses valets violent ainsi impunément les principes fondamentaux proclamés et garantis par la Charte des Nations uniesdu 24 octobre 1945, la Déclaration universelle des droits de l'hommedu 10 décembre 1948, la Charte africaine des droits de l'homme et des peuplesdu 26 juin 1981 ; textes internationaux signés et ratifiés par la République du Congo.

Pour l’histoire, les Assises Nationales du Congo réaffirment :

-              Que la situation dramatique imposée au département du Pool est un vernis du pouvoir pour détourner l’opinion nationale et internationale de la fin de règne du système Sassou, décidée dans les urnes par le peuple souverain à l’élection présidentielle anticipée du 20 mars 2016.

En effet, le Pasteur Ntumi n’est que l’alibi dans cette tragédie qui frappe le Pool. C’est pour conforter le hold-up électoral que le dictateur en place met en musique le grossier mensonge d'une attaque terroriste des quartiers sud de Brazzaville. En réalité il a organisé une milice, dirigée par le député Mouagny Hydevert qui a incendié et saccagé plusieurs commissariats et mairies de Brazzaville Sud, dans la nuit du 03 au 04 avril 2016 ; Pendant que certains jeunes Ninjas/Nsilulu, instrumentalisés par les hauts gradés de la police nationale, simulaient une attaque des quartiers sud de Brazzaville.Cette milice continue de semer la terreur dans les villes de Brazzaville et de PointeNoire.

Aussitôt est née l’affabulation sur Ntumi, commanditaire depuis sa base arrière de Soumouna. Le bouc émissaire est ainsi fabriqué pour mettre à feu et à sang, avec l'appui de milliers de mercenaires étrangers, le département du Pool et par ricochet, apeurer l'ensemble de la population congolaise qui lui est très majoritairement  hostile. Ainsi se poursuivent depuis plus de six mois, les bombardements et destructions des villages situés tout au long et dans les environs de la route Nationale n°1.

-              Que l’on ne peut parler de guerre dans le Pool. Il s’agit d’une campagne d’épuration ethnique planifiée. On comprend dès lors pourquoi, aucune ONG internationale sérieuse n'a été autorisée depuis le 06 avril 2016, d'enquêter ou simplement de secourir ces populations civiles en détresse sociale aggravée.

Ainsi entendu, Sassou-Nguesso a construit son idéologie politique dans le crime organisé. Il vit du crime et ne peut pas s’en défaire. Telle est la véritable nature de ce monstre froid qui adore exhiber ses victimes à des rituels macabres pompeux, dont le dernier en date est celui du 11 octobre 2016, qui concernait des jeunes militaires congolais qu’il a une fois de plus sacrifiés pour ses fins personnelles, endeuillant de nouveau des familles congolaises.

En conséquence,

Les Assises Nationales du Congo s'associent au valeureux peuple congolais et à toutes les forces politiques et sociales qui refusent de se soumettre au diktat d'un régime illégal, illégitime et inhumain aux abois, qui œuvre pour la balkanisation du pays.

Notre pays est en danger.

Les Assises Nationales du Congo restent convaincues que la soif de liberté, de solidarité nationale et de changement véritable, exprimée tout au long de l’année 2015, et au premier trimestre 2016 par les populations, du nord au sud, de l’est à l’ouest, commande à un renforcement sans équivoque de la lutte de libération nationale.

Éloignons nous de toute forme de résignation car : « ... Un gouvernement qui tire sur le peuple doit être renversé par le peuple... ».

Il est temps de réaliser qu'une dictature, telle celle de Sassou Nguesso, ne repose jamais sur l'idée de construction d'une Nation mais règne sur la division à partir d'un agrégat de situations composites selon la célèbre maxime « diviser pour régner ».

C'est aussi le lieu de rappeler qu'un dictateur ne quitte jamais le pouvoir de son plein gré. Le croire, est simplement naïf et une illusion suicidaire sacrifiant davantage les intérêts majeurs du peuple sur l'autel de la barbarie.

Fort de ce qui précède, les Assises Nationales du Congo :

    Réaffirment que le pouvoir de Denis Sassou-Nguesso, rétabli en tant que régime d'exception suite au coup d'état d'octobre 1997, prolongé par la forfaiture du 25 octobre 2015 et le holdup électoral à l'issu du scrutin anticipé du 20 mars 2016, est illégal et illégitime. Par voie de conséquence, les Assises Nationales du Congo ne reconnaissent pas Denis Sassou Nguesso comme président du Congo Brazzaville car frappé d'indignité.

    Condamnent le terrorisme d’État qui engage la responsabilité personnelle de Sassou Nguesso et de tous les cadres militaires, politiques et civils, complices des crimes humains et des violations des droits fondamentaux sur toute l’étendue du territoire national.

    Se félicitent que des procédures judiciaires internationales (CPI) aient été engagées et que celles-ci poursuivent leur cours pour mettre définitivement fin à la cruauté humaine exacerbée dans le pays.

Enfin, les Assises Nationales du Congo

    Appellent à un sursaut national et patriotique contre le terrorisme d’État au Congo Brazzaville et contre l'épuration ethnique planifiée dans le Pool ;

    Demandent à tous les officiers et hommes de rang, congolais et républicains, qui se reconnaissent dans les idéaux défendus jusqu'à ce jour par le Général Mokoko, de désobéir aux ordres injustes et anti républicains. Ils sont vivement appelés à s’organiser pour sécuriser et protéger les populations congolaises contre le terrorisme d’État. C’est cela le rôle sacré de défense de la patrie que commande le noble métier des armes en République.

    Soutiennent et encouragent les efforts de rassemblement et de résistance déployés par les forces politiques et sociales regroupées au sein de la coalition IDC – FROCAD- Composante J3M.

    Renouvellent leur soutien à toutes les initiatives visant l’intensification de la désobéissance civile pour faire triompher la volonté du peuple.

Fait à Paris le 19 octobre 2016

Pour les assises Nationales du Congo

Le Délégué Général

Mawawa Mâwa-Kiese

Repost 0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 21:54

 

Kinkala (Pool) : Sassou Nguesso promet de faire goûter le sang aux Congolais (27/06/2015) © CONGOLIBERTY-TV
Repost 0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 21:41
 
Faute d’avoir atteint leur but, les miliciens et mercenaires de Sassou-NGuesso se sont acharnés sur plusieurs personnes âgées, dont un vieux de plus de 75 ans qui se nommerait Kouma, accusé d’être le féticheur du pasteur Ntumi. Après l’avoir torturé, il a été transféré dans les geôles de la Sécurité d’Etat à Brazzaville.

 

pooliste

 

 

 

A la recherche de Ninjas imaginaires qu’elle ne trouve pas, l’armée tribale du dictateur Sassou-NGuesso s’en prend à tous les jeunes du Pool à partir de 15 ans qu’elle juge en âge de porter une arme, comme ce fut le cas, pour plus de 353 Koongo assassinés (affaire des disparus du Beach).

Le 17 octobre 2016 dans la matinée les miliciens du bourreau de l’Alima ont mené des véritables rafles et perpétré des actes de barbarie sur plusieurs personnes âgées (viols, séquestrations, tortures…), dans le village de Ngandou Boudzoua dans la région de Mindouli (Pool). Après leurs forfaits, tous les véhicules dont les propriétaires étaient originaires du Pool ont été incendiés.

L’armée génocidaire de Sassou-NGuesso s’est aussi déchainée sur des paisibles citoyens qui se rendaient à Brazzaville par la Route Nationale, en installant des barrages routiers, avec pour but non seulement de piller, mais aux fins de torturer ces pauvres voyageurs considérés à tort comme des partisans du pasteur Ntumi.

Faute d’avoir atteint leur but, les miliciens de Sassou-NGuesso se sont acharnés sur plusieurs personnes âgées, dont un vieux de plus de 75 ans qui se nommerait Kouma, accusé d’être le féticheur du pasteur Ntumi. Après l’avoir torturé, il a été transféré dans les geôles de la Sécurité d’Etat à Brazzaville.

Pendant que le génocide des populations du Pool poursuit son cours,  les hommes politiques vaquent tranquillement à leurs occupations politiciennes.

Tsaty Mabiala de l’UPADS est en campagne électorale pour les législatives de 2017 et Parfait Kolelas prépare sa convention de la soi-disant opposition, pour un dialogue avec le diable !

Quelle indécence, quel cynisme …les hommes politiques congolais n’ont aucune humanité !

ce jeudi 06 octobre 2016 à 10 heures précises à KOMONO

Tsaty-Mabiala à Komono le jeudi 06 octobre 2016

upads

Tsaty Mabiala à Bambama le mercredi 05 octobre 2016

convention

La Rédaction

(Extrait de congo-liberty)

--------------------------------------------------------

AUTRE FAIT :

Une femme de 50 ans, prénommée COSETTE, mère de six enfants, a été enlevée et enfermée à la DGST où  elle subit, avec d'autres femmes de son âge voire plus, les sévices, les viols, les tortures en tout genre des miliciens et mercenaires de Sassou Nguesso. Leur crime : leur appartenance ethnique, parce que originaire du Pool, parce que Kongo.

Repost 0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 00:24

 

Encore en train d’être examiné à Genève, le rapport de Me Massengo Tiassé sur le climat de terreur au Congo fait déjà des vagues à Brazzaville. Les extraits publiés dans Afrique Education ont rendu Sassou fou de rage.

Trente patates

Persuadé qu’il n’est entouré que de nuls, L’homme de l’Alima a passé un savon à ses acolytes du pouvoir. Le 15 septembre 2016, Monsieur 8% a réuni son staff militaro-policier sécuritaire. Composant son masque le plus hideux, Papa Bonheur lui a tenu ce langage : « J’ai mis en jeu 30 milliards de fcfa pour financer les services de police de l’armée et fait le lobbying pour changer la Constitution contre la volonté du peuple congolais. J’ai instrumentalisé la police et la justice sur l’affaire imaginaire du général Jean-Marie Michel Mokoko, l’affaire du Pool contre Ntoumi, la chasse à l’homme contre le CADD et la manipulation de l’Opposition dans le but inavoué de l’affaiblir.  »

Ca n’a servi à rien. Les cobras tombent comme des mouches dans le Pool. Okombi reste introuvable. Le blason international d’Otchombé demeure terne. Ses ministres sont tournés en ridicule. Bref, la mayonnaise ne prend pas.

On me cache tout

Au bord de la crise hitlérienne, Sassou poursuit : « Depuis la publication du rapport de Me Massengo Tiassé, personne n’est capable de me dire où se trouvent Okombi Tsalissan, Pasteur Ntoumi et Marion Mandzimba. Je ne sais pas comment Me Tiassé a pu quitter le Congo. Personne ne me démontre avec exactitude les charges qui pèsent sur certains citoyens détenus en situation illégale. Personne ne m’a dit que j’étais déjà vomi par les Congolais, que je n’étais pas parmi les trois premiers le 20 mars 2016. » - « On nous cache tout, on ne nous dit rien » chante Jacques Dutronc. Pôvre Sassou, lui, l’As du renseignement, le Rastignac des coups bas, le Javert de l’espionnage, n’est au courant de rien quant à tout ce qui se trame dans son royaume !

Hystérique, le roi d’Oyo ajouta face aux caïds de sa sécurité : « Vous êtes incapables de me dire qui a donné tous ces éléments à Me Massengo Tiassé.  »

« Il n’y a rien de caché qui ne se sache » dit La Bible. En effet, tout ce qu’a consigné l’avocat des Droits de l’homme est lisible sur les réseaux sociaux. Pour peu qu’on se donne la peine de lire les sites de l’opposition on en apprend chaque jour sur les crimes pré et postélectoraux en Sassouland. Or l’ami Moungalla ne peut pas couper à vie Internet. Il n’y a rien qui se fait à Brazzaville qui ne soit connu dans la diaspora en temps et en heure. C’est incroyable que Sassou ne soit pas au courant que le monde, depuis Mac Luhan, est devenu un village.

« Les contacts de Me Massengo Tiassé à Genève sur les violations des Droits de l’homme au Congo m’inquiètent au plus haut point. Il faut que vous balayer d’un revers de la main ce qu’a dit Me Massengo Tiassé sur les violations des Droits de l’homme au Congo parce que ce dossier me dérange » insiste l’homme qui réussit à corrompre Hollande afin qu’il lui donne quitus de consulter « son peuple ».

Tout réfuter en bloc. C’est ce à quoi s’est employé le ministre Mabiala alias « Pierrot le fou » en niant sur RFI la présence de prisonniers politiques au Congo.

Les salaires et les pensions impayés, les embastillements des opposants, les enlèvements de civils, la crise économique qui frappe le Congo de plein fouet, rien de tout cela ne dérange l’actuel chantre du « Vivre ensemble ». Seule l’empêche de dormir la perspective de voir étaler ses crimes (des secrets de Polichinelle) à Genève.

Jean-Pierre Vidon, l’homme à tout faire

L’homme d’Oyo dont on dit qu’il est sur le point d’être balayé (yi wiri) n’a pas encore dit son dernier mot. « Sur ce, l’ancien ambassadeur Vidon va se rendre à Genève avec deux autres personnes dont je ne vous dis pas les noms, pour aller corrompre certains membres du Conseil des Droits de l’homme afin d’écarter les dossiers inquiétants sur les violations des Droits de l’homme présentés par Me Massengo Tiassé. »

Ca c’est le Sassou des actions secrètes et des coups tordus qui croit dur comme fer que le pognon règle tout dans ce bas monde.
Jamais las, toujours là, Me Tiassé fait la navette entre la capitale Suisse et Paris pour défendre son rapport, décidé plus que jamais de contribuer à renvoyer Sassou devant sa part sombre de l’histoire du Congo ces cinquante dernières années.

Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée

Cependant, quelqu’un eut le culot de l’éconduire. «  Je préfère conserver mon honneur que reconnaître, moyennant finances, ta victoire » lui asséna à la face le général Jean-Marie Michel Mokoko.

Et pourtant elle tourne ! Comme Galilée, Mokoko accepte sa part d’hérésie et d’inquisition. « Et pourtant tu as perdu » persiste et signe Mokoko quand Sassou, maniant bâton et carotte, le supplia d’admettre qu’il a obtenu 60 %. « Si tu ne le sais pas, je t’apprends que les Congolais t’ont vomi » reprit le général en dépit des nguiri que lui mit Sassou sous le nez.

Cet argent contenu dans les sacs en plastique pouvait servir à construire des unités de production, à payer des bourses , à servir à la science. En bon monarque, Sassou préfère l’utiliser à acheter les consciences.

Thierry Oko

LIRE LA SUITE : www.congopage.com

Repost 0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 20:05
 
Les "Andzimba" sont les tueurs ethno-tribaux mbochis au service de M. Sassou Nguesso. Ils relèvent d'une société secrète ethno-tribale reposant sur des us et coutumes traditionnelles. Leur rituel est à dominance sacrificielle du sang humain qu'ils boivent...

 

par Nsinda Zâ Kongo

 L’INVASION DE L'ORDRE DES « ANDZIMBA »

 

Invasion "Andzimba" dans le Pool

 

C'était la cinquième femme qui venait d'être dépecée dans la contrée de Mpassa dans la région du Pool. Le manque d'experts en criminologie fut naturellement suppléée par l'intelligence naturelle locale des notables de la contrée. Cette dernière isola en premier la similarité du mode opératoire nonobstant le fait que l'avant dernière victime fut démembrée avec son fils de quatre ans. Un profil fut facilement établi eu égard aux éléments ci-après ; les victimes tuées revenaient toutes de leurs travaux champêtres. L'assaillant avait dû les observer toute la journée s'assurant ainsi que personne n’intervînt lors de l’assaut. Les forfaits étaient perpétrés en fin de journée et à chaque fois la scène de crime se trouvait non loin de la rivière. Les victimes, excepté le bambin, étaient toutes des femmes et avaient toutes subi des sévices sexuels avant d'être morcelées. Toutes, à l'exception des deux premières, avaient essayé en vain de fuir leur assaillant. Les profils établis par les profileurs convergèrent. L'assaillant devait être le même pour toutes les victimes. Ce devait être un homme non marié et surtout n'ayant aucun succès auprès de la gente féminine. Des suspects furent rapidement identifiés et interpellés. Il devait s'agir d'un sacripant. Tous les chenapans de la contrée furent systématiquement entendus, mais tous avaient un alibi solide et crédible. S'agissait-il d'un chenapan venant d'une autre contrée?

Quelques semaines passèrent, le malfrat n'avait toujours pas été appréhendé ni même identifié avec précision. Entre temps, des mesures de sureté et de sécurité furent prises par les chefs coutumiers de la contrée. Le nouvel Etat prônant "la révolution" à tue-tête sur les ondes de la chaine "nationale" de radio débaptisée « La voix de la révolution » brillait par une étonnante indifférence à l’égard de ces forfaits. Il fut demandé aux hommes d'accompagner leurs épouses aux champs. Aux veuves et aux jeunes demoiselles non encore mariées furent recommandées de ne se rendre aux champs qu’escortées. Les mesures de solidarité furent renforcées dans les villages en vue d'assister les femmes seules et les veuves dont la productivité était désormais contingentée à la bonne humeur des voisins enclins à les accompagner aux champs. La disette ne tarda pas à défrayer la chronique.

Un mois plus tard, deux macchabées furent retrouvés au bord de la rivière ; le malfrat avait encore récidivé. Cependant, cette fois, il y avait deux victimes. Il s’agissait de Mâ Bizenga et de Tâ Massamba son époux. La scène de crime laissait entrevoir une rixe entre les malfrats et le vigoureux Massamba. La psychose était à son comble dans la contrée; il y avait plus d'un malfrat et cette horde ne s’en prenait désormais non pas qu’aux femmes, mais aussi aux hommes et même aux hommes les plus vigoureux à l'instar de Tâ Massamba.

Les villageois accoururent voir la carcasse de ce qui restait du bel et vigoureux homme que fut Tâ Massamba. Il fut remarqué que les organes génitaux du macchabée étaient aux abonnés absents. Quels sont ces énergumènes capables d'infliger de telles atrocités à leur semblable sans aucun état-d'âme?

Les profileurs revirent leurs conclusions. En effet pour venir à bout du vigoureux Massamba, il aurait fallu s’y mettre au moins à deux. C’était évident ; la contrée était en proie à une association de malfaiteurs ; des criminels en bande organisée, ce qui disculpa définitivement les sacripants de la contrée sur qui pesèrent de graves présomptions. Cerise sur le gâteau, des crimes similaires se produisirent dans la contrée de Madzia et de Goma. La dépouille d’un pêcheur chevronné y fut découverte. On crut en premier lieu que l’infortuné était victime d’une attaque de crocodile ; cependant, les entailles sur son corps plaidèrent pour un homicide ; un crime prémédité. En outre les organes génitaux sur le corps du pêcheur, de même, ne répondaient pas à l’appel ; tel était la signature des malfrats sur les victimes du genre masculin.

La région ruminait sa peur et sa torpeur. L’indifférence des autorités de l’Etat était plus qu’insolite, plus insolite encore dans la région les organes génitaux étaient sacrés. Ce qui corroborait les dires en coulisses de certains natifs de la région, collaborateurs des nouvelles autorités du pays. « Des outre-venants appartenant à une sorte de secte mystico-guerrière auraient été délibérément largués dans la région pour semer le deuil et la désolation ». La rumeur courait aussi que le président ressortissant du nord aurait perdu son unique frère lors des troubles politique suivis de violences dont les ressortissants du nord avaient été victimes dans La Capitale. Une autre rumeur faisait état de la frustration du régime sur l'affaire Ange Diawara que la population du Pool à hébergé, nourri et protégé. Qu'à cela ne tienne, l'indifférence des autorités était sujette à caution.

Une réunion secrète fut tenue par les différentes chefferies de la région à l’insu des autorités administratives et politiques. Les Mânes "Mbula" et les Tenants "Bisimbi" furent associés à ce conciliabule grâce aux ingrédients ci-après :

- le "luzibu" pour ouvrir "zibula" et faire se rencontrer les sphères des mânes "Mbula Za Kongo" et celles des humains ;

- la cola "kazu" afin de délecter le verbe du palais "kasula mpova" ;

- le vin collecté à partir de la sève de palmes "nsamba" afin de transmettre "sambula" les conclusions édits des mânes aux genres humains ;

- le ntundu pour remercier "tonda" les différentes sphères de la cosmogonie Kongo des conclusions du conciliabule.

Le propos similaire fut tenu au genre humain lors de cette réunion; "pendant que nous dormions, une vipère fut introduite dans notre maisonnée et cette dernière y vomit ses petits qui y prolifèrent en tuant et dépeçant nos enfants. Ils ont appris à se dissimuler dans notre maisonnée comme sait le faire cette engeance vipirine. Mais qu'à cela ne tienne, il ne sied pas que les chefs rassemblés ici crient haro au diable en public, le cas échéant qu'adviendraient de nos concitoyens ? N'avions-nous pas été respectivement intronisés pour ne pas voir le diable ? Nous viendrons à bout de cette engeance vipérine"

Quelques temps après une rumeur parcourut la région annonçant l'arrestation des assaillants et leur extradition à Brazzaville ; la ville capitale via Kinkala la grande ville de la région. Les villageois seraient donc conviés à vaquer de nouveau à leurs occupations en toute quiétude. Les chefs de la contrée n'infirmèrent ni confirmèrent cette rumeur. Nonchalamment les villageois reprirent leurs activités. Secrètement des instructions furent données à certaines catégories professionnelles locales; notamment les "m'songi" ou collecteurs de noix ou de vin de palme. L'ordre de passer plus d'heures sur les palmiers en scrutant le paysage leur fut intimé.

Cela faisait environ trois heures que Mâ Mpolo s'activait à labourer le lopin de terre qu'elle avait laissé en jachère pendant deux saisons. Du haut d’un palmier sur lequel Tâ Kulu-Bari s'activait à son tour à arracher la grappe de noix de palmes incrustée sur le flanc du palmier, il remarqua une silhouette à allure insolite qui scrutait les moindres faits et gestes de Mâ Mpolo depuis un bosquet. Du palmier Tâ Kulu-Bari remarqua que la silhouette était dénudée et portait sur le dos une sorte de nasse dans laquelle devait se trouver des fléchettes. Tâ Kulu-Bari suivit scrupuleusement la procédure édictée par le conseil des chefs. Il ne fallait surtout pas interférer mais plutôt déclencher l'alerte. Il hissa du haut du palmier son pantalon noir qu'il déploya comme une bannière. Un autre "m'songi" remarqua le geste de Tâ Kulu-Bari du haut d’un palmier et fit autant. Tous les "m'songi" ayant repéré le geste en firent autant et formèrent une sorte de chaine. Leur message parvint au village qui fit retentir le cor et le gros tam-tam pour alerter les villages alentour. En moins de deux heures les "makesa" de la contrée étaient regroupés et la battue pouvait commencer.

Au bout de deux heures la battue avait pris fin. Au final deux sauvageons furent dénichés au fond d’une tanière par les chiens de la battue. Ce qui ne fut au début qu’une rumeur s’avéra vrai. Les deux sauvageons ne parlaient aucune langue locale. Des natifs de la région ayant travaillé outre-région pouvaient déchiffrer ce qui sortait de la bouche des sauvageons. Ils disaient être de l’ordre des « Anzimba » ; un ordre mystico-guerrier et soutenaient que l'hécatombe est à venir. Des battues furent organisées dans toute la région et plusieurs sauvageons du même acabit furent appréhendés. La psychose dura des années avant que les habitants de la région du Pool reprennent confiance.

"Les faits sont têtus". Ils étaient annoncés même par le biais des ondes de la radio et personne ne fit le rapprochement. Dans les années 80 au tour de midi la Voix de la Révolution Congolaise; l'unique chaîne de radio du pays diffusait une émission intitulée "Madame midi approche". Cette émission était en général suivie d'une berceuse chantée dans un idiome du nord. Le message de cette berceuse était :

- " as-tu vu quelqu'un qui va vers Ngelé?"
- "Alors dis à ce dernier que le malheur approche"

Ngelé n'est pas Brazzaville? L'opération Mouebara est un projet national commun au ressortissants du nord et concocté minutieusement depuis belle lurette. Il sied que le Pool se réveille à nouveau pour extirper définitivement la vipère de la maisonnée.

Repost 0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 23:00
par Theophile Mbemba
 

Modeste Boukadia : Ci-gît le Congo-Brazza

"C'est maintenant que j'ai soif, traversant le désert aride qu'il faut m'apporter à boire, n'attendez pas que j'en sois sorti, cela ne servira plus à rien" (Alain Azria)

Alexandre Soljenitsyne eut son Archipel du Goulag, écrit de 1958 à 1967 pour n'être publié qu'en 1973 à Paris, nous congolais, nous avons désormais et depuis LE 05 octobre 2016, date de sa publication, nôtre "Ci-gît le Congo Brazza - Sassou-N'Guesso m'a tuer" de Modeste BOUKADIA !

Écrit à partir de témoignages des prisonniers et de l'expérience de l'auteur, l'Archipel traite du système carcéral et de travail forcé mis en place en Union Soviétique. Il ne contient ni personnages ni événements inventés. Hommes, lieux et événements y sont douloureusement vrais et réels. Ce que ne renie en rien Modeste BOUKADIA qui nous donne, ici, à lire sur la dévastation du Congo et des congolais par un système inique et parasitaire.

QUI DONC EST MODESTE BOUKADIA ?

Il y eut les Pères Fondateurs de la Nation, il y aura Modeste BOUKADIA, à ne point en douter ! 9 mois, le temps d'un enfant... 9 mois déjà qu'il est embastillé pour une cause qui va au-delà de sa seule personne. Il n'était donc que plus que temps que le temps accouchât du MANUSCRIT, prélude à la naissance de la NATION dans l'UNION en toute conscience.

Son "Ci-gît le Congo Brazza", plus qu'un livre sur des banalités politiques communes comme il s'en écrit tant, est l'acte politique majeur d'un Homme lucide qui donne à voir, à entendre le cœur battant de son Pays mis à l'agonie. Il lève le voile sur ce qui se vit aujourd'hui dans le Pool avec une acuité confondante de la part des acteurs et des événements d'un passé qui, décidément ne passe pas.

L'œuvre de toute une classe politique dont la seule intelligence aura consisté à s'investir à recouvrir la tombe du gisant du purin de sa duplicité en privilégiant la proéminence des ventres sur l'intérêt bien pensé des Peuples !

De cette classe politique qui a conduit le Congo et les Peuples dans ces impasses, à l'instar du Cardinal de Richelieu, cette épitaphe : "Tout le bien qu'ils firent, ils le firent mal. Tout le mal qu'ils firent, ils le firent bien !"

Et si nous sommes tous d'accord sur ce constat, Lui, par la trame des faits avérés montre le cheminement de nos indépendances à d'avant nos indépendances jusqu'à nos indécentes dépendances. Rien n'y est omis, tout est passé au tamis dans la proportion nécessaire qui suffise à faire l'Histoire, et en filigrane pour les plus avisés d'entre nous, saisir l'essence de la naissance du SUD CONGO, car il nous fait parfois accepter de détruire l'ancien monde pour que naisse une nouvelle génération d'Hommes Libres !

"Dans le vocable convenu, on peut dire qu'il s'agit ici du projet de société et du programme de gouvernement qui sont les deux mamelles qui pourront garantir la liberté et le vote dans tout le pays, en vue d'une nouvelle gouvernance. La transition politique qui se profile à l'horizon du Congo-Brazzaville doit s'atteler tant à l'explication qu'à la mise en place de ces deux fondamentaux pour œuvrer à l'unité nationale, favoriser la réconciliation et préserver la république une et indivisible respectant les régions." (Ci-gît le Congo Brazza, Chapitre 7 - page 489, Une vision du futur, Modeste Boukadia)

À commander sur : http://www.auteursdumonde.fr/boutique/index.php?id_product=22&controller=product

 

Repost 0