Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 15:09
(Françafrique/Afrique/Congo-Brazzaville) De l’Aide au Développement à l’Aide au Climat

calixte-baniafouna -

Oubliée, l’aide au développement : ça c’était avant ! Le climat, c’est maintenant !

Samedi, 12 octobre 2015. Un Accord vient d’être signé par les 195 pays qui ont participé à la COP21 à Paris. Objectif : limiter l’augmentation de la température entre 2 et 1,5 degrés au cours du siècle. L’Accord est couronné d’une aide de 100 milliards de dollars annuels que les pays riches devraient mettre à la disposition des pays pauvres à partir de 2020 pour faire face aux effets du réchauffement climatique. L’annonce de la signature est suivie d’une scène de liesse, d’accolades, d’embrassades et de larmes de joie de certains négociateurs. Comptent parmi les 195 pays au moins une dizaine de pays africains, anciennes colonies françaises et producteurs de pétrole.

Du vin frais dans de vieux tonneaux. Le Congo de Sassou Nguesso (3 millions d’habitants, au pouvoir depuis 31 ans et il en veut davantage !), le Gabon d’Ali Bongo qui succède au père Omar Bongo Ondimba (1,6 million d’habitants, au pouvoir depuis 42 + 4 = 46 ans et il continue !), le Cameroun de Paul Biya (22,3 millions d’habitants, au pouvoir depuis 33 ans de règne sans partage !), le Tchad d’Idriss Deby (12,9 millions d’habitants, au pouvoir depuis 25 ans et ce n’est pas fini !)… Tous ces chefs d’État, soutenus par l’Élysée - en l’occurrence par François Hollande dans la nouvelle donne climatique - sont à la tête des pays qui ont chacun un tel niveau de ressources et une surface financière suffisamment large qu’ils pouvaient impulser leur développement, même sans recourir à l’aide extérieure. Ce n’est malheureusement pas le cas. Ils ne font qu’enfoncer leurs pays dans la pauvreté proportionnellement à l’augmentation de leur fortune personnelle. Ils préfèrent plutôt voler et profiter outre mesure des richesses de leurs États pour leur propre confort, celui de leurs familles et de leur entourage. Ils font des achats coûteux et injustifiés, avec un train de vie hyper luxueux, au détriment des hôpitaux, des écoles, des routes, de l’urbanisation du pays. Avec la quantité de pétrole qu’ils produisent, ces pays auraient pu rivaliser avec les émirats du golfe. Au contraire des pays du golfe qui évoluent, les leurs régressent chaque jour davantage. Comment faire confiance à des chefs d’État qui ne veulent pas d’alternance et qui sont incapables de réaliser des travaux d’infrastructures basiques (eau potable, électricité, canalisation, systèmes d’égouts), alors qu’ils en ont les moyens ? Oui, comment faire confiance à ces chefs d’État pour mener la lutte contre le réchauffement climatique, sinon que de prendre leur part sur les 100 milliards de dollars destinés à équilibrer les effets de changements climatiques ? On serait naïf cependant de croire qu’avec ces mêmes dirigeants, François Hollande (leur principal soutien) ignore tout de l’échec cuisant prévisible sur la lutte contre les changements climatiques, échec qui ne sera visible que dans plusieurs années et qui incitera les pays du Nord à trouver d’autre prétexte, à mettre sur la table l’enveloppe de dollars d’une autre couleur, dollars toujours destinés à tirer par la corde raide tous les pauvres de la planète.

Acteur principal de la mondialisation du projet, François Hollande n’a pourtant pas hésité de soutenir publiquement l’ami Sassou Nguesso, l’un des plus mauvais élèves à la réussite d’un tel projet. Est-ce pour mieux faire jouer le jeu ou pour faire bénéficier à son ami sa part sur la prime de 100 milliards de dollars annoncés ou encore pour toucher les rétrocommissions, que l’ami Hollande a décidé de le maintenir au pouvoir contre la volonté de la majorité des Congolais ? Vous avez tout compris. Le pétrole ne dérange pas que pour des effets climatiques. Il dérange aussi les esprits. Il abaisse la dignité de l’homme et décrédibilise sa parole. Il fait changer d’opinion. Il pousse au rétropédalage de sorte que celui qui promet ceci au début d’un mandat change d’avis au cours du même mandat. Le pétrole corrompt. En tout cas l’ami Sassou Nguesso, qui a assisté à l’ouverture de la COP21 à Paris, est reparti au Congo avec une petite idée derrière la tête : « 100 milliards de dollars ? ma part sera peut-être de 500 millions de dollars, un terrible coup de pousse ! » Exactement comme il y a 36 ans quand, la toute première fois qu’il accédait au pouvoir, on lui accorda l’Aide au Développement du Congo. Il ne se plaint pas aujourd’hui d’en avoir mis plein les poches et d’avoir développé… son propre parc mobilier et immobilier tant en France qu’au Congo ou au Maroc, ses richesses multiformes, ses réseaux de la Françafrique qu’il faut soudoyer, etc.

Tant pis pour ceux qui qualifient de Biens mal acquis ce développement personnel. En attendant, c’est grâce à ces Biens qu’il parvient à mater son peuple, à contenir le pouvoir de tous les locataires de l’Élysée depuis Valéry Giscard d’Estaing jusqu’à François Hollande en passant par François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, et à mettre dans les rangs François Hollande qui a osé faire semblant de l’ignorer dès son arrivée à l’Élysée. Et qui, aujourd’hui, traîne comme un boomerang le référendum qui sacre l’ami Sassou président à vie. Avec les 100 milliards de dollars en vue, l’ami Sassou a dû lorgner en plus un château en vente par-ci, un fabriquant d’armes bon fournisseur par-là, un logiciel électoral de retournement matriciel ou un souteneur à l’Élysée même s’il n’a rien à craindre des résultats de vote qui sont souvent connus à l’avance. Toute façon, c’est l’Élysée qui ordonne, c’est l’Élysée qui fixe le cap. L’ami Sassou Nguesso le sait. Il suffit de faire bon usage de sa part de prime sur les 100 milliards de dollars annuels qui commenceront à tomber dans les cinq ans à venir. Il le sait d’autant qu’il sera toujours au pouvoir même si l’ami Hollande s’en allait de l’Élysée.

Hier, l’« aide » aux Africains francophones était essentiellement d’origine française, même si le FMI et la Banque mondiale y mettent de leur petit nez pour mieux enrhumer le développement. Aujourd’hui, nouvelle formule. Mondialisée au nom du changement climatique, l’aide associe désormais les Barack Obama dans la boucle. Un autre espoir déçu à ceux-là qui, voyant un semblable parvenir à la tête du monde, rampaient de joie de voir leur sort enfin arrangé. Ceux-là qui, en deux mandats du messie espéré, n’ont pu obtenir ni développement ni démocratie. Et qui, du Burundi au Congo Brazzaville en passant par la République démocratique du Congo ou le Rwanda, assistent, impuissants, leurs dictateurs modifier la Constitution pour s’éterniser au pouvoir sans que Barack Obama, le président de la plus grande puissance du monde et qui avait pourtant donné l’espoir aux peuples de ces pays, ne lève son petit doigt serait-ce pour dire « stop ! ».

Qu’il s’agisse de François Hollande ou de Barack Obama, la loi des intérêts des pays riches au détriment des pays pauvres s’applique de la même façon. Tous les mêmes ! Obama, bientôt la fin de règne – règle d’alternance démocratique oblige -, ne sera plus là quand tombera la première prime sur le climat dans les escarcelles des représentants des pays pauvres d’Afrique qui, eux, seront toujours en place, toujours les mêmes. En matière d’Aide au développement comme en matière d’Aide au climat, les chefs d’État des pays donneurs sont interchangeables, ceux des pays receveurs africains sont immuables dans leur parole comme dans leur action. C’est fait exprès, pour la raison de la cause – une autre règle d’or ! Une leçon qu’au siècle des lumières africaines vite éteintes par les mêmes, des Africains déjà éclairés comme Emery Patrice Lumumba avaient assimilée : le salut de l’Afrique ne viendra ni de Paris ni de Washington et encore moins des palais africains mais des rues de Bujumbura, de Kigali, de Kinshasa, de Brazzaville, de Libreville, de Yaoundé, de Bangui, de Ndjamena, de Lomé, de Cotonou, d’Abidjan, de Niamey ou de Ouagadougou. Encore que… rien ne se fera sans l’union et la conjugaison des efforts de toutes ces rues réunies ! Rien ne sera possible sans unité !

Les Africains devraient réfléchir par sept fois sur les raisons profondes qui ont fait jubiler à Paris les plus grands pollueurs du monde. Est-ce le fait d’avoir vraiment réussi à faire signer l’Accord aux 195 pays présents dont une dizaine seulement sont en réalité concernés par ce qui s’affiche aujourd’hui comme un fléau… sans savoir ce qu’il en sera demain ? Ou bien d’avoir réussi la COP21 et donc, avoir trouvé une raison de plus pour continuer à tirer par la remorque tous les pays pauvres de la Terre, cette fois-ci sous le fallacieux prétexte du… climat ? Ou bien encore, comme hier pour l’Aide au Développement, d’avoir misé sur 100 milliards de dollars pour en faire payer davantage aux Africains via les joyaux serviteurs que sont le modèle de chefs d’État évoqués au début de mon propos ? Ou bien, enfin, d’avoir passé dans les photocopies des brouillons de la COP21 ce qui reste des monts Kilimandjaro, Kenya, Mawenzi, Ruwenzori, Ras Darshan, Méru, Karisimbi, Elgon, Cameroun ou des fleuves Zambèze, Sénégal, Orange, Nil, Niger, Congo ? Reste qu’étant déjà en plein dans le domaine du climat, on demande aux Africains d’échanger leurs saisons avec celles de l’Occident de sorte que, pour réguler le climat, l’hiver devienne africain et la saison sèche, occidentale. Là au moins on aura tout donné ! Et, tout essayé ! Ah ! pauvre Afrique. Pour combien de temps encore… vraiment !

Repost 0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 14:48
(Guinée/Congo-Brazzaville) Discours antirévisionniste de Kélèfa Sall : Est-ce un pied de nez à Sassou Nguesso ?

Investiture président Alpha Condé -

Sans nul doute, le discours prononcé par le président de la Cour Constitutionnelle, Kèlèfa Sall à la faveur de la cérémonie de prestation de serment du président de la République Alpha Condé, a été celui qui a le plus séduit et marqué de façon saisissante l’esprit de tous les observateurs, autant par la qualité des messages véhiculés que l’audace qui le caractérisait.

En appelant solennellement et devant plus de 15 chefs d’Etat africains, le président Alpha Condé à s’abstenir de toute modification de la constitution du pays, à l’effet de faire sauter le verrou de deux mandats, l’homme et par ricochet l’institution qu’il préside, se pose en véritable champion antirévisionniste et bouclier contre toute possibilité de tripatouillage de la constitution.

C’est un geste, certes, risqué mais courageux et républicain que tous ceux qui aspirent à l’avènement d’une démocratie véritable sur le continent, applaudissent des deux mains. Il a eu l’audace et l’honnêteté morale qui doit être celle d’un président de la Cour Constitutionnelle qu’il est, d’appeler le président Condé de se garder de succomber à la mélodie des sirènes révisionnistes. Avant d’ajouter, citation : ‘’si le peuple de Guinée vous a donné et renouvelé sa confiance, il demeure cependant légitimement vigilant…’’, fin de citation.

Si ce message juste et révélateur de l’état d’âme d’un homme soucieux du respect de la constitution, s’adressait nommément à Alpha Condé, il n’en demeure pas moins un conseil collectif à l’endroit du contingent de chefs d’Etat africains qui étaient venus assister à cette prestation de serment de leur hôte.

Il pourrait s'apparenter plutôt à un ‘’blâme’’ insidieusement infligé particulièrement au président Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazza qui est, par un tour au forceps, parvenu à se positionner pour un troisième mandat alors que son second et dernier mandat constitutionnel vient théoriquement à terme en 2016.

Le président Sassou n’est pas d’ailleurs le seul chef d’Etat africain à être indirectement dans la ligne de mire de Kèlèfa Sall. Il y en a d’autres, pour ceux qui étaient présents à la prestation de serment de ce lundi 14 décembre 2015 à Conakry. Tels que, le Gabonais Aly Bongo Ondimba ou l’Equato-guinéen, Obiang Nguéma qui sont en embuscade.

LIRE LA SUITE : http://guineenews.org/discours-antirevisionniste-de-kelefa-sall-est-ce-un-pied-de-nez-a-sassou-nguesso/

Repost 0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 10:18
(France/Françafrique/Congo-Brazzaville) COP  : un discours de plus aux Africains

par Calixte Baniafouna -

Contexte. La « Conférence Of the Parties (COP) » est la 21e Conférence des Parties (COP21) sur les changements climatiques. Ce genre de réunion est organisé par l’ONU. Elle se tient chaque année dans une ville différente, depuis la première conférence du genre tenue à Berlin en mars 1995. La COP21 se tient à Paris du 29 novembre au 11 décembre 2015. Les participants devraient décider des mesures à mettre en place pour limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Un réchauffement désormais considéré comme néfaste pour l’avenir de la planète et de ses habitants, et ce à très court terme. Officiellement, l’objectif de la réunion est d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant. Il s’agit de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’impulser la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone. Si les pays développés (grands consommateurs d’énergies fossiles depuis la révolution industrielle) ont atteint le paroxysme de leur développement, il est évident qu’ils soient concernés au premier chef, et donc les premiers à s’en inquiéter. En ce qui concerne les pays émergents (Chine, Brésil, Inde), leur développement dépend des émissions du CO2, comme l’ont été les pays actuellement développés, normal donc qu’ils mettent en avant leur droit à se développer.

Problématique.

On a pu voir à Paris les présidents ou leurs représentants de la RDC, du Congo Brazzaville, du Gabon, de la Centrafrique, du Cameroun, du Tchad, du Togo, du Bénin, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Sénégal, du Burkina Faso… bref tous ces pays dont le cordon ombilical de l’ancien colonisateur a cloué à la communauté du sort pour le développement de leurs États. Quel a été le rôle de leur présence à Paris ? Quel rapport leurs pays respectifs ont-ils avec le réchauffement climatique ? Que pourraient comprendre du réchauffement climatique les 80% de leurs concitoyens qui, abandonnés à eux-mêmes et vivant aux dépens, croulent sous le poids de la misère absolue et ne pensent qu’à leur survie ? En brûlant des tonnes de carburant pour effectuer leur voyage, a-t-on évalué la quantité des fameux gaz à effet de serre (GES) émise ? N’auraient-ils pas mieux fait de consacrer aux services de l’énergie, de la santé, de l’hygiène ou du développement les sommes astronomiques dépensées dans les transports, le séjour et les hôtels parisiens ? Autant de questions qui méritent une prise de conscience approfondie de tous ceux-là qui prônent la sortie de l’Afrique de toutes ces dépendances qui obligent les Africains de toujours payer, même pour des causes qui ne sont pas les leurs. Qu’en est-il en réalité ?

Réalité des faits.

Manque d’électricité. La majorité des ménages vivent dans des villes poubelles. Où il n’existe ni poubelle publique ni poubelle individuelle et encore moins service de voirie, la ville faisant elle-même office de poubelle. Où les ordures sont soit tassées dans un coin de rue, devant la maison, soit enterrées dans un trou creusé à la va-vite dans la rue. Où l’eau sale de cuisine, de vaisselle ou de lessive est jetée dans la rue. Où les toilettes se font dans un trou creusé au coin de la parcelle, qui expose les habitants à des effets nauséabonds, des désagréables odeurs ammoniaques, et de la cohabitation avec les mouches, les moustiques et les asticots. Où les populations dorment avec des bougies ou des lampes tempêtes et passent leur nuit à respirer du CO2 au point de se réveiller avec les verres de lampes complètement noircis par le carbone jusqu’à s’intoxiquer. Où il n’existe aucun baromètre d’évaluation du niveau de pollution. Où tout est pollué, à commencer par les êtres humains, les voitures, les maisons d’habitation, l’eau des puits qui fait office à la fois d’eau potable et d’eau de bain et de lessive. D’un côté, la poubelle des villes, d’ordre industriel qui, transformée en déchets non traités et emportée par les eaux des pluies, finit par se déverser dans la mer et les océans. De l’autre côté, la quantité de pétrole brut ou bien de produits pétroliers déversée à la mer volontairement ou accidentellement et qui est ramenée vers la côte par l’effet des marées, des vents et des courants, notamment dans les pays producteurs de pétrole en Afrique, les plus convoités par les puissances occidentales. Les poubelles des villes pauvres et les marées noires réunies perturbent durablement la faune et la flore. Elles génèrent de graves dégradations au niveau biotique et de l'écosystème, ce qui cause l'asphyxie totale du milieu. L'habitat de nombreux animaux ainsi que les fonds marins sont détruits et bien évidemment, la faune et la flore des zones côtières sont elles aussi gravement touchées. Les poubelles des villes pauvres et les marées noires réunies finissent par former une catastrophe industrielle et écologique due à l’échouement de la nappe d’hydrocarbures en zone côtière. Et, comme la mer ne connaît pas de frontières entre pays riches et pays pauvres, riches et pauvres s’embarquent dans le même bateau pour pâtir ensemble des effets néfastes dus à la mauvaise gestion des pays africains à la tête desquels l’Élysée installe et soutient des « amis » pour les diriger. Au final, ce qui n’était qu’un malheur des pays pauvres devient un malheur collectif planétaire qui n’épargne plus aucune catégorie de populations du monde. Et, on demande aujourd’hui à tout le monde de payer.

Enjeux.

195 pays ont été invités à rendre une contribution dans laquelle ils précisent leurs futurs engagements. Objectif : préparer les débats avant Paris et inciter les États à fournir un plan ambitieux de réduction de gaz à effet de serre (GES). Le rendu, au départ fixé au 31 mars, a finalement été repoussé au 1er octobre. Pour le continent africain, seuls sept États (Bénin, Djibouti, Gabon, Ethiopie, Kenya, Maroc, RDC) ont rendu leur copie à la date limite. Les documents – plus ou moins volumineux et plus ou moins clairs - remis à la convention climatique permettent aussi d’y voir plus clair dans les besoins de financement pour respecter les engagements de ces pays. Dans ces documents transparaissent des situations économiques variables allant d’une croissance florissante de 10% en moyenne pour l’Ethiopie à une économie qui peine à se lancer en RDC. Les ressources économiques et naturelles fluctuent elles aussi selon les États. L’économie marocaine repose essentiellement sur le secteur énergétique alors que le Bénin est principalement alimenté par l’agriculture. Si l’on ajoute à ces États tous ceux des pays africains qui n’ont pas rendu leur copie, le constat commun est sans équivoque : ils sont tous unis par l’indice de développement humain des plus faibles du monde. Les 100 milliards de dollars (89 milliards d’euros) d’aide annuelle promis par les pays riches devraient répondre à 50% des besoins de l’ensemble des pays pauvres de la planète. À condition bien sûr que ces financements soient au rendez-vous. Et, ironie du sort, l’Ethiopie à elle seule chiffre le coût de son projet à 150 milliards de dollars d’ici à 2030.

Un cadeau de plus à une catégorie des dirigeants africains.

La COP21 paraît, pour François Hollande, comme un événement capital. Il s’arrange à en amplifier la portée pour faire comme si c’était une première dans l’histoire des luttes contre les changements climatiques. Il en donne un cachet universel pour mieux marquer les esprits. Il n’est pas assez naïf cependant au point d’ignorer qu’au nom de la lutte contre les changements climatiques, les milliards de dollars versés à un Sassou Nguesso, par exemple, ne serviraient qu’à élargir son parc de Biens mal acquis. La COP21 pour Sassou Nguesso se réduirait à un 21e Compte Officiel des Privilèges (COP21) à lui conférés par l’ancien colonisateur. Et, à inscrire sur le chapitre de la reconnaissance que lui doit l’Élysée par rapport à son singulier activisme au sein de la Françafrique. Cadeau de François Hollande à l’ami Sassou Nguesso pour la tenue de son référendum contre le peuple congolais afin de continuer à le mater. Cadeau de François Hollande à l’ami Sassou Nguesso pour le 21e compte des privilèges coloniaux qui font de lui un incontournable ami de l’Élysée. On ne peut pas faire mieux pour venir en aide aux amis reconnaissants, surtout en temps de guerres multiformes (d’influence géopolitique, climatiques, terroristes, etc.) toutes menées en parallèle. On pourrait toujours se demander qui aide qui entre ceux qui font la guerre et ceux qui cherchent soi-disant à se développer. Mais ça, c’est une autre histoire. Car c’est aussi cela l’écologie à la sassou/hollande !

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 09:16
(Congo-Brazzaville) Au Congo, l'amende colossale d'ALSTOM donne des sueurs froides aux pétroliers TOTAL S.A. et ENI

Avertissement à nos lecteurs, Congolais ou pas, qui résident en République du Congo : la diffusion des informations publiées dans cet article est interdite dans ce pays. La nouvelle constitution promulguée par le dictateur congolais, Denis Sassou Nguesso, réprime sévèrement la dénonciation des crimes et délits commis par lui-même et par ses proches.

Par Rigobert OSSEBI -

Avertissement à nos lecteurs, Congolais ou pas, qui résident en République du Congo : la diffusion des informations publiées dans cet article est interdite dans ce pays. La nouvelle constitution promulguée par le dictateur congolais, Denis Sassou Nguesso, réprime sévèrement la dénonciation des crimes et délits commis par lui-même et par ses proches.

Ce dernier vendredi 13 novembre, une importante information est passée complètement inaperçue du fait des évènements dramatiques que la France a connus le même jour.

« Un juge fédéral du Connecticut a condamné ALSTOM, le vendredi 13 novembre 2015, à une amende de 772,3 millions de dollars (475 milliards de FCFA) dans une affaire de corruption.

Il s’agit de la plus importante amende infligée à une entreprise par le gouvernement fédéral américain pour violation de la législation des Etats-Unis relative à la corruption.

Selon le département de la Justice, le groupe industriel français a déboursé plus de 75 millions de dollars de pots-de-vin pour s’assurer quelque quatre milliards de dollars de contrats à travers le monde. »

ALSTOM constructeur du TGV, de rames de métro et de centrales thermiques n’était pas spécialement réputé pour ce genre de pratiques commerciales. La société française a donc été condamnée à payer une amende qui représente 10 fois les montants versés à des décideurs ou à leurs intermédiaires…

N’importe quel Congolais pourrait être indifférent à cette dépêche et ne pas se sentir concerné par une décision de justice étrangère. Pourtant, chacun peut en être sûr, elle n’a pas échappé aux directions générales des compagnies minières et pétrolières qui ont des activités de production en Afrique et tout particulièrement au Congo-Brazzaville. Elles en ont parfaitement enregistré le contenu et son importance ; et plus encore, celles qui comme TOTAL et ENI sont cotées à la Bourse de New-York.

Comme nul ne l’ignore, la République du Congo, est devenue un des pires pays de la planète s’agissant, entre autres, de la corruption. L’exploitation pétrolière est sa première ressource. La famille Nguesso qui se l’est appropriée, contrôle, selon le bon vouloir de Kiki, sa distribution. D’autres, demi-frères et demi-sœurs, oncles et tantes sans oublier le chef de clan-président, interviennent dans tous les secteurs des fournitures et des services parapétroliers. Rien ne saurait échapper à leurs griffes tentaculaires et à leur insatiabilité criminelle : locations de logements, restauration, hôtellerie, locations de véhicules lourds et légers, locations d’avions et d’hélicoptères, engins spéciaux, bateaux, travaux publics, travaux sous-marins, personnels intérimaires, gardiennage, locations de barges (de la plus petite jusqu’à la plus grande), construction de pipeline et contribution au développement des nouveaux champs. Sans oublier la participation à des permis pétroliers, comme nous l’avons déjà vu avec Likouala SA et les associations dans les blocs du secteur Sud (avec AOGC, Kontinent, Petro-Congo). Les Sassou ou Nguesso sont partout et même la fourniture d’enveloppes (vides) est soumise à leur racket et toute marchandise transportée se plie à la taxation obligatoire de la sulfureuse SOCOTRAM de Willy Nguesso.

Durant la guerre de 1997, les bureaux d’ELF à Brazzaville avaient été incendiés, sans déplaisir ni chagrin pour les dirigeants de la compagnie française. Grâce au Ciel (et au « Cloud » qui permet maintenant la sauvegarde de toutes les données), nous n’en sommes pas encore là, à Paris ou à Milan. A la Défense, on aurait tout de même ordonné aux cadres de Pointe Noire de plus avoir de documents sensibles dans les bureaux au début février 2016 au plus tard. Pour quelles raisons ? Mystère…

Cependant, il se pourrait bien que tous les domaines, cités plus haut dans lesquels intervient la monarchie prédatrice congolaise, aient fait l’objet d’appels d’offres publiques. Grâce au génie et à la capacité créatrice des membres de cette dernière, il est fort possible qu’à chaque fois elle aurait été la moins-disante avec sans conteste la meilleure offre ; les contractants n’auraient alors aucun souci à se faire. Mais au cas contraire, tous marchés accordés de gré à gré sans appel d’offres à un même groupe de personnes seraient très difficiles à justifier.

Quoi qu’il en soit, tant que Monsieur Denis Sassou Nguesso préside l’Etat Voyou de la République du Congo tous ses partenaires économiques, et complices, n’ont pas le moindre souci à se faire. N’allons pas croire que sa prétendue capacité à stabiliser son pays et plus largement la sous-région est la raison pour laquelle personne d’autre que lui ne pourrait être à la tête du Congo. Nous l’avons bien vu, le tyran congolais est devenu totalement infréquentable. Lors du récent sommet extraordinaire de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale) qui était consacré, le 25 novembre dernier à Libreville, à la sortie de crise en Afrique Centrale et au Burundi, aucun des 10 autres Chefs d’Etat n’avait consenti à faire le déplacement pour se retrouver à ses côtés.

Sassou Nguesso en Afrique Centrale n’est pas la solution, il en est le principal problème ! Alors le soutien dont il bénéficie à Paris, à Rome et à Bruxelles ne se justifie en rien dans cette pseudo capacité à maintenir la région et son pays dans la paix. Bien au contraire… !

Il y a un an et demi, la banque BNP Paribas avait été condamnée à une amende record de 10 milliards de dollars aux Etats Unis pour son rôle joué en Irak dans le programme « pétrole contre nourriture ». Depuis, alors qu’elle avait été la banque de référence du pétrole congolais dès 1999 avec ses fameux préfinancements, BNP-Paribas s’interdit tout contact d’affaires avec le régime de Brazzaville/Oyo.

A l’aune des amendes infligées à ALSTOM et à BNP-Paribas, il est aisé d’imaginer que des inspecteurs de la SEC (Security Exchange Commission) de la Bourse de New-York pourraient s’en donner à cœur-joie s’ils étaient autorisés à débarquer au Congo-Brazzaville. Les amendes potentielles qui pourraient frapper les principaux partenaires du Congo pourraient atteindre aisément le double, voire le triple de celle qui a déjà frappé la banque du Bd des Italiens à Paris…

Ce scénario-catastrophe est fort heureusement exclu, le tyran est sur la voie royale d’une présidence à vie à laquelle son héritier pourra succéder. Trente années supplémentaires de pouvoir pour les Nguesso et tous les dossiers tordus seront prescrits et jetés aux oubliettes. Que l’Europe pouvait offrir de mieux à quelques-unes de ses plus puissantes compagnies ? Peu importe que les Congolais s’enfoncent de plus en plus dans la misère ou qu’ils soient obligés de s’exiler même au diable !

Les crimes de sang rejoindront bientôt les crimes économiques et l’Europe saura rester muette. Les activités de production ne s’arrêteront pas pour autant, comme ce fut le cas en 1997 ; pour le plus grand bonheur des acteurs de cette industrie et de leurs actionnaires !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Repost 0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 07:40
(Monde/France/Françafrique) Islam et Islamisme, histoire d'un no man's land

L’islam est-il condamné au « choc des civilisations » ou bien recèlera-t-il un jour en son sein d’autres forces ?

En quelques mois seulement, l’Europe est confrontée à plusieurs attaques terroristes revendiquées par Daesh.

Si les courants radicaux gagnent en audience, leur caractère violent ne ressemble en rien à la l’Islam, lequel s’est toujours dit « tolérant ». Mais que vient chercher la violence dans une religion de paix ?

La question des rapports entre les musulmans et les non musulmans commence à se poser. Il fallait un nouveau rapport de la part d’exégètes musulmans, pour démontrer que l’Islam est ouvert, même si la réponse pour tout musulman va de soi, il faut le prouver, car la majorité des non musulmans, de par le monde, considèrent que l’Islam est intolérant, et certains considèrent qu’il est opposé aux libertés.

Lire la suite : http://frblogs.timesofisrael.com/islam-et-islamisme-histoire-dun-no-mans-land/

Repost 0
Guershon Nduwa - dans Afrique Françafrique France Islam Islamisme
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 19:01
(Afrique/Françafrique/Congo-Brazzaville) Croisade des Occidentaux contre Daesh : Période de répit pour les dictateurs africains

S’il y a un nom dont la seule évocation fait trembler le monde entier aujourd’hui, c’est bel et bien Daesh. Et pour cause. Sa capacité de nuisance est très redoutable. Sa folie meurtrière n’épargne personne, les pauvres comme les riches, les grands comme les petits. En Asie, en Afrique comme en Europe, ses partisans font régner la terreur au nom d’une idéologie qui consacre l’idée d’une vérité intangible et éternelle à laquelle tout le monde doit se soumettre ou périr. C’est cette posture qui fait d’eux des ennemis atypiques et dangereux pour le monde de la pensée libre et cartésien que représente l’Occident, si fait que l’on peut être tenté de se poser la question suivante : comment répondre rationnellement à des gens qui sont sûrs de mériter le ciel en égorgeant des humains ? De ce point de vue, l’on peut parier sans grand risque de se tromper que la guerre totale promise par la France contre l’Etat islamique (EI) sera âpre et que ce n’est pas demain la veille que Daesh agitera le drapeau blanc pour signifier sa capitulation.

Les satrapes africains ont assez de temps pour consolider les bases de leur dictature

L’on peut comprendre dès lors, pourquoi les Occidentaux, pour se donner plus de chances de le vaincre, n’ont eu aucun scrupule à intégrer dans leur stratégie de riposte, des Etats qui, hier encore, étaient perçus comme des pestiférés à leurs yeux pour le soutien qu’ils accordent à Bachar El Assad, ce grand dictateur devant l’Eternel. Cet appel du pied pour ne pas dire de détresse fait à la Russie de Poutine et à l’Iran de Rohani et des Ayatollah, illustre bien l’adage selon lequel « pour éteindre un incendie, l’on se soucie très peu de la qualité de l’eau que les uns et les autres peuvent apporter ». Les Occidentaux sont dans cette logique aujourd’hui. Il n’est donc pas exclu, dans leur volonté de casser du djihadiste, qu’ils fassent appel au boucher de Damas qui, en la matière, a une expertise avérée. Dans un tel contexte, les dictateurs en général et ceux d’Afrique en particulier, peuvent se frotter les mains. Car, tous peuvent profiter du fait que par ces temps qui courent, les Occidentaux ont d’autres chats à fouetter que de veiller sur la démocratie. Les satrapes africains ont donc assez de temps pour consolider les bases de leur dictature. Ils peuvent d’autant plus le faire sans craindre la moindre réprobation des champions de la démocratie, qu’eux aussi font partie des maillons de la chaîne planétaire qui s’est mise en branle pour apporter leur compassion et leur solidarité à la France, suite aux massacres de Paris. Ils peuvent donc légitimement prétendre à la mansuétude de la patrie des droits de l’Homme et, au-delà de la France, à celle de tous ceux qui distribuent les notes en matière de démocratie. Et après tout, dans la situation de guerre ouverte dans laquelle se trouve la France aujourd’hui contre l’Etat islamique, les soutiens, d’où qu’ils viennent, sont bons à prendre. Cela nous rappelle l’alliance que le monde dit libre avait scellée avec le grand « Satan » c’est à dire le pouvoir bolchévique, pendant la seconde guerre mondiale, pour contrer la folie du Nazisme. Dans le cas d’espèce, les Occidentaux ont besoin de la contribution de tous, y compris celle des dictateurs pour faire plier Daesh qui, aujourd’hui, est à abattre par tous les moyens.

Les frappes pourraient ne pas suffire pour conjuguer désormais Daesh au passé

L’impératif catégorique du moment est de triompher de Daesh. Pour la démocratie, on verra après. Paul Kagamé, Pierre Nkurunziza, Joseph Kabila et tous ceux qui, sous nos tropiques, caressent l’espoir de poignarder la démocratie pour s’accrocher au pouvoir, n’hésiteront pas à tirer profit de ces moments où le seul centre d’intérêt des grands de ce monde se résume à la croisade contre Daeh et ses partisans. Par rapport à ces derniers, les prédateurs africains de la démocratie pourraient passer aux yeux des Occidentaux pour des enfants de chœur, parce qu’eux au moins, ne troublent pas leur quiétude et sont loin de porter atteinte à leurs intérêts. Bien au contraire, ils veulent conserver leur fauteuil, pour pérenniser la mainmise des Occidentaux sur leur pays. La croisade des Occidentaux contre les ingénieurs du mal absolu représente pour les dictateurs africains des périodes de grâce et de répit. Tant que cette croisade ne connaîtra pas son épilogue, cette période de répit pour les satrapes d’Afrique aura de beaux jours devant elle. Et comme tout laisse croire que l’offensive tous azimuts lancés par les Occidentaux avec l’aide des Russes sera de longue durée au regard du profil de l’ennemi, l’on peut en déduire que pendant tout ce temps, les dictateurs pavoiseront. En effet, pour vaincre véritablement l’Etat islamique, les frappes aériennes sur Raqqa, les interpellations à la pelle de présumés djihadistes à Paris, à Bruxelles ou encore à Berlin et l’élimination physique de certains barbus dont l’implication dans les massacres de Paris a été établie, pourraient ne pas suffire pour conjuguer désormais Daesh au passé. La piste à explorer en plus de cette option sécuritaire pourrait consister pour les Occidentaux à arracher toutes les racines du mal. Et ces racines se rapportent entre autres aux événements douloureux qui ont marqué l’histoire des Arabes. Au nombre de ces événements douloureux, l’on peut citer la guerre d’Algérie et la sempiternelle injustice faite aux Palestiniens depuis la création de l’Etat hébreux en 1948, par David Ben Gourion. C’est ce qui peut expliquer que de jeunes Français d’origine algérienne conspuent aujourd’hui la Marseillaise au stade de France par exemple, et que tout ce qui rappelle les valeurs de l’Occident suscite l’ire des Arabes en général. Il faut donc que les Occidentaux, pour se réconcilier avec les Arabes, posent des actes forts, allant dans le sens de la réparation des injustices faites au monde arabe. Et le contexte s’y prête, pour autant qu’ils aient la volonté de le faire.

« Le Pays »

LIRE L'ARTICLE COMPLET :

http://lepays.bf/croisade-des-occidentaux-contre-daesh-periode-de-repit-pour-les-dictateurs-africains/?utm_source=Newsletter+Quotidienne&utm_campaign=7c175d4982-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_37959005ec-7c175d4982-101138157

Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 19:12
(Congo-Brazzaville/Françafrique) Bathily arrive à Brazzaville, Sassou promulgue sa constitution...

Bathily arrive à Brazzaville, Sassou promulgue sa constitution, suivi de la lettre de François Hollande

« Un médiateur chez le médiateur », tel serait le titre du feuilleton politique qui se joue au Congo-Brazzaville au lendemain du référendum controversé du 25 octobre 2015.


Répétition

En politique comme dans tous les autres domaines, on assiste à d’étranges scènes répétitives où les réflexes dictatoriaux du passé deviennent des symptômes du présent. C’est très souvent sur le champ de la politique que l’on peut avoir le sentiment troublant et parfois désespérant que l’Histoire en Afrique et en Extrême Orient ( Corée du nord) repasse les plats (elle se répète) , ramenant l’actualité du Congo-Brazzaville au Burundi de Pierre Nkurunziza où le changement de Constitution a débouché à la déstabilisation de ce petit pays des Grands Lacs.

Aujourd’hui, en effet, c’est le Congo-Brazzaville de Denis Sassou Nguesso, un petit pays pétrolier d’Afrique centrale, qui défraie la chronique par ses étranges comiques de répétition, cela avec un sentiment particulier de déjà vu en Afrique où les présidents rechignent de décrocher et de passer la main.


Médiation

Ironie de l’histoire, Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine doit s’ouvrir à la médiation de l’envoyé spécial de l’ONU en Afrique Centrale, Abdoulaye Bathily, en vue de la résolution de la crise née du scrutin référendaire du 25 octobre 2015 très largement déserté par les populations du Congo-Brazzaville.
Denis Sassou Ngueso veut prendre tout le monde de court : l’IDC-FROCAD, Abdoulaye Bathily et la communauté internationale qui manque de fermeté à son égard. L’homme d’Edou/Penda veut passer en force, avec, en prime, un bras d’honneur au reste du monde.


Promulgation

Ainsi, contre vents et marées, Sassou Nguesso a promulgué, vendredi 6 novembre, la nouvelle Constitution, adoptée par référendum le 25 octobre 2015. Un référendum contesté par la plate-forme IDC-FROCAD et dont les résultats ont été avalisés vendredi 6 octobre 2015 par la Cour Constitutionnelle d’Auguste Iloki. Selon les chiffres officiels, 94 % des électeurs ont approuvé la Constitution. L’alliance IDC-FROCAD a rejeté avec véhémence ces résultats sortis du chapeau d’Henri Bouka, tel un prestidigitateur. La promulgation de la nouvelle Constitution coïncide avec l’arrivée chez le médiateur de la crise centrafricaine, à Brazzaville, d’Abdoulaye Bathily, l’envoyé spécial de l’ONU en Afrique centrale, venu pour tenter de relancer le dialogue entre Sassou Nguesso, le PCT, les épigones du « chemin d’avenir » et l’alliance IDC-FROCAD. Est-ce un hasard ou un pied de nez à l’endroit de la communauté internationale ?

En tout cas, la promulgation de la constitution de Sassou ressemble à un camouflet au médiateur sénégalais Abdoulaye Bathily. Pour Sassou Nguesso, « j’y suis, j’y reste ». La page est tournée. Que ceux qui souhaitent prendre son fauteuil aillent voir ailleurs s’il y est.


Résistance

L’IDC-FROCAD ne l’entend pas de cette oreille et n’entend pas se coucher. Elle va maintenir la pression jusqu’au retrait de la Constitution. Sous quelle forme ? Un dialogue de sourd s’est installé entre les deux camps. Et, un véritable bras de fer est engagé entre Denis Sassou Nguesso, le PCT, les épigones du « chemin d’avenir » d’une part et la plate-forme IDC-FROCAD d’autre part. Denis Sassou Nguesso et Pierre Nkurunziza, même combat de dictateur ? Abdoulaye Bathily a essuyé un échec en tentant de ramener Nkurunziza à de meilleurs sentiments au Burundi. Réussira-t-il sa mission auprès de Denis Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville ? Abdoulaye Bathily démentira-t-il sa réputation de looser dans la résolution des crises en Afrique Centrale qui lui colle sur la peau comme la tunique de Nessus ? Abdoulaye et Hollande même hypocrisie ?


Benjamin BILOMBOT BITADYS

----------------------------------------------------

Appendice

Un Congolais a écrit à François Hollande pour s’indigner du soutien envers Sassou. L’Elysée lui a répondu ce qui suit :

Le Chef de Cabinet du Président de la République

Monsieur Jacques ITOUA OSSEREONDELE xxxxxxx 93700 MONTFERMEIL

Paris, le 3 novembre 2015

Monsieur,

Le Président de la République m’a confié le soin de répondre au courrier que vous lui avez adressé.

Comme il l’a rappelé lors de son discours prononcé à Dakar, le 29 novembre 2014, le Chef de l’Etat souhaite que les Constitutions soient respectées et que les consultations électorales se tiennent dans des conditions de transparence incontestables. Croyez bien que le Président de la République, qui est profondément attaché à la liberté d’expression, suit avec attention les événements actuels en République du Congo.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

Isabellle SIMA
Urgence signalée.
Cordialement.

Ben Bitadys.

(Congo-Brazzaville/Françafrique) Bathily arrive à Brazzaville, Sassou promulgue sa constitution...
Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 16:15
(Congo-Brazzaville/Onu/Françafrique) ALERTE ! Sassou Nguesso dit "NON" à l'ONU

Selon nos sources à Brazzaville, vendredi 6 novembre 2015, s'est tenue une réunion préliminaire au siège du PNUD, à Brazzaville, pour préparer le dialogue exigé par l'Opposition et le CDRC de M. Modeste BOUKADIA, en vue de la nomination d’un Médiateur international sous l’égide de l’ONU.

Au cours de la discussion, le Représentant Spécial du Secrétaire Général de l'ONU, M. Abdoulaye BATHILY, a donc demandé l'organisation, sans préalable, d'un dialogue inclusif réunissant toutes les forces vives de la nation et le retrait sans conditions de la Constitution que M. Sassou Nguesso a fait adopter par referendum, le 25 octobre dernier, et dont les résultats plus que douteux sont contestés par l'opposition voire certaines instances internationales.

Ce contre quoi les représentants de M. Sassou Nguesso, notamment son Directeur de Cabinet, lui ont répondu : « Vous pouvez repartir d'où vous venez. On peut tout faire, sauf la question de la Constitution... »

Pendant ce temps, comme pour donner un pied de nez à l'ONU, M. Sassou Nguesso promulgue la Constitution contestée. Tandis que, M. Abdoulaye BATHILY, a rejoint le lieu d'où il est venu comme le lui a expressément demandé M. Firmin AYESSA, le Directeur de cabinet de M. Sassou Nguesso.

Après le « Vous dites ONU ? Connais pas ! », du 31 août 2015, du Directeur de cabinet du Ministre d’Etat, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des droits humains, Alphonse Dinar MOBANGA, c’est au tour du Directeur de cabinet de M. Sassou Nguesso de reprendre le flambeau et de narguer tous les membres de l'Organisation supranationale internationale : l'ONU.

Une telle insulte, publique, sans retenue aucune, ne devrait être tolérée encore moins passée sous silence.

C'est on ne peut plus, disons, une expulsion "polie".

L'EQUIPE DU RESEAU CONGO-CONGO

Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 15:32
(Congo-Brazzaville/France/Françafrique) Que penser du soutien de HOLLANDE à son "ami" SASSOU ?

par Calixte Baniafouna -

Par la naïveté la plus salvatrice qui soit, certains Congolais ont très vite pris François HOLLANDE pour le président français qui ferait exception dans le soutien indéfectible des dictateurs installés dans les anciennes colonies françaises d’Afrique. Voici arrivé le messie, croyait-on, le « gentil » HOLLANDE face aux « méchants » GISCARD, MITTERRAND, CHIRAC, SARKOZY qui ont tour à tour déroulé le tapis rouge à l’« ami » SASSOU et qui, tour à tour l'ont laissé en place à la fin de leur mandat, perché au piédestal sur lequel ils l’ont trouvé, comme bientôt l’« ami » HOLLANDE l’y laissera d’ailleurs à son tour, mieux perché que jamais !

Il a fallu que l’« ami » SASSOU eût été mis en difficulté face à la colère de plus en plus montante de la majorité de la population de son pays, colère manifestée pour contrer les manœuvres liées au changement de la Constitution qui le maintiendrait au pouvoir pour que l’« ami » HOLLANDE montre à la face du monde son vrai visage en ayant nargué le peuple congolais : « Le président Sassou peut consulter son peuple, ça fait partie de son droit ». Comme ça fait partie du droit de l’« ami » HOLLANDE de se livrer aux rétropédalages qu’il a pris l’habitude de faire dans bien de domaines se riant ainsi de la responsabilité commune qui implique la girouette politique et le criminel dans l’établissement historique des crimes économiques et humains !

Que reste-t-il donc de ces déclarations faites par l’« ami » HOLLANDE qui ont engagé la France à Kinshasa le 13 octobre 2012 : « La francophonie doit porter la démocratie, les droits de l’Homme, le pluralisme, le respect de la liberté d’expression, l’affirmation que tout être humain doit pouvoir choisir ses dirigeants ? » ; à Alger le 20 décembre 2012 : « Je reconnais ici les souffrances que la colonisation française a infligées au peuple… qui a été soumis à un système profondément injuste et brutal ? » ; à Dakar le 30 novembre 2014 : « Là où les règles constitutionnelles sont malmenées, là où la liberté est bafouée, là où l’alternance est empêchée, j’affirme ici que les citoyens de ces pays sauront toujours trouver dans l’espace francophone le soutien nécessaire pour faire prévaloir la justice, le droit et la démocratie… on ne change pas l’ordre constitutionnel par intérêt personnel ? » ; à Cotonou le 2 juillet 2015 : « Je suis attaché à ce que soient respectés les textes constitutionnels, les échéances électorales et les rythmes de la démocratie… si je suis ici c’est pour montrer qu’il y a des exemples à donner ? »… Que de la poudre aux yeux du monde ! Que des blablas hollandais vite oubliés et jetés dans la poubelle de l’Histoire !

Fini le temps où la honte des affaires sur les Biens mal acquis, les Disparus du Beach, les assassinats individuels et en masse, le non-respect des principes sur les droits de l’Homme et de la démocratie, l’élasticité des mandats à durée indéterminée, la révision des Constitutions en vue de se maintenir au pouvoir … hantait la conscience de l’« ami » HOLLANDE. Fini le temps où l’« ami » HOLLANDE tournait le dos à l’« ami » SASSOU pour lui tendre la main sur le perron de l’Élysée. Fini le temps où l’« ami » HOLLANDE assénait sans réplique la leçon de la démocratie et du respect des constitutions aux « méchants » dont SASSOU était particulièrement pointé sur le viseur du « gentil » enfant.

Il est indéniable que le soutien de HOLLANDE à son « ami » SASSOU pour la tenue d’une mascarade de référendum n’est pas qu’un simple falot portatif d’arrogance du plus fort venu au secours d’un « ami » criminel en difficulté et qui, face aux mécontentements grandissants des Congolais, répondrait à la guerre du pot de fer contre le pot de terre. C’est beaucoup plus profond que cela. L’« ami » HOLLANDE a su choisir le moment qu’il fallait pour lancer son boulet dans le dos des mécontents congolais : l’approche de la date de la tenue du référendum et la montée vertigineuse des mécontentements. Sachant le référendum pipé à l’avance comme tout élu de l’Élysée a toujours su le faire, l’« ami » HOLLANDE a ainsi cherché à marquer les esprits, à décourager et à arrêter net la détermination du peuple congolais qui tient à mettre hors d’état de nuire un homme perçu par lui comme le pire criminel du pays mais qui est accueilli par l’« ami » HOLLANDE comme le bon samaritain, serviteur des intérêts divers depuis 31 ans… et de qui l’Élysée en attend davantage ! L’« ami » HOLLANDE en ayant ainsi choisi ce moment stratégique pour décourager les attentes des Congolais a cru parvenir à porter l’influence de l’Élysée sur les victimes de l’« ami » SASSOU et à freiner leur hardiesse en vue de l’aider à se maintenir au pouvoir. La déception des Congolais est bien évidemment au-delà des espoirs qu’ils ont fondés sur HOLLANDE par qui ils croyaient trouver l’appui qui les aiderait à se débarrasser d’un criminel devenu gênant pour l’avenir de leur pays.

Le rétropédalage de l’« ami » HOLLANDE sur l’« ami » SASSOU appelle les Africains en général, les

Congolais en particulier, à en tirer les leçons et à réagir au prix des sacrifices sans lesquels ils seraient repartis pour 100 ans de domination supplémentaires.

La première leçon à tirer résulte de la classique arrogance née du pouvoir colonial et du complexe de supériorité qui en dépend. Des années 1950 aux années 2015, tel devenu un mode du vivre ensemble, considéré comme naturel, tout dirigeant français n’a plus cru que Français et Africains pourraient un jour traiter d’égal à égal : le simple fait même d’y penser serait pire folie. Figée à jamais dans l’esprit et le crâne, la notion de pré carré permet au dirigeant français de se comporter en Maître absolu.

D’où cette sorte de syndrome de Fachoda qui, dans l’imaginaire du dirigeant français, considère la tentative de prise d’indépendance par une ancienne colonie française d’Afrique comme une profonde humiliation infligée par un « assujetti » triomphant, hautain et forcément de mauvaise foi. D’où la théorie des intérêts qui contraint la France via ses multinationales de poursuivre les pillages systématiques des richesses de ses anciennes colonies d’Afrique, d’occulter l’histoire voire de ne pas les compter comme parti pris dans l’Histoire pour faire en sorte que les anciennes colonies d’Afrique soient toujours tenues à la remorque de leur ancien colonisateur. D’où le Permis de Continuer à Tuer (PCT) accordé depuis les années 1970 et réactualisé par l’« ami » HOLLANDE à l’« ami » SASSOU.

Une preuve qu’au-delà du soutien de l’« ami » SASSOU perçu par l’« ami » HOLLANDE comme un simple jeu de rôle et la colère du peuple congolais comme une bouteille d’eau jetée dans la mer, le vrai message que l’« ami » HOLLANDE a voulu adresser au monde est le message de la sauvegarde du pré carré dont il est le garant à un moment donné de l’Histoire de France, et que personne – des tenants de la politique néocoloniale qui lui prêtaient l’intention de chercher à casser la Françafrique ou des Congolais qui ont vite pris pour monnaie comptant ses déclarations sur la démocratie – ne s’attende à ce que par lui s’échappe le pré carré.

La deuxième leçon à tirer du rétropédalage de l’« ami » HOLLANDE sur son « ami » SASSOU est la notion de la démocratie. Vue de l’Élysée, la définition de la démocratie varie selon qu’elle s’applique aux Occidentaux ou aux Africains, aux pays africains pétroliers ou aux pays africains non pétroliers, selon les intérêts en présence. La démocratie en Occident est, pour l’Élysée, synonyme d’élections transparentes, de respect des droits de l’Homme, de respect de la Constitution, d’alternance, cependant que la même Élysée considère la démocratie en Afrique comme, certains diraient même un luxe, la capacité de tout dirigeant africain de garantir les intérêts français avec toutes les conséquences que l’on sait : mandats à durée indéterminée, élections truquées, répressions, manque de liberté d’expression, manque d’alternance, etc.

De même, l’Élysée considère que les droits de l’Homme en Occident sont un ensemble des prérogatives dont peut bénéficier n’importe quel individu. Tel n’est pas sa vision des droits de l’Homme quand il s’agit de l’Afrique où l’oppression sans faire des vagues tient lieu des droits de l’Homme et du Citoyen.

Idem pour la Paix, que l’Élysée considère en Occident comme une absence de conflit, de guerre, de violence… La même Élysée ferme les yeux quand – au milieu des affamés, des démunis en eau potable et en électricité, des silencieux forcés par la résignation -, les dictateurs qu’elle installe et soutient en Afrique vantent la paix dans les pays à la tête desquels ils se trouvent.

Il apparaît en définitive que l’« ami » HOLLANDE se pose en Maître pour démontrer aux yeux de la communauté internationale que c’est Lui qui a le contrôle du Congo, même s’il ne le dira jamais qu’il est également comptable des crimes à venir qu’aura forcément commis l’« ami » SASSOU en l’ayant maintenu au pouvoir.

Pas un seul Français pourtant ne pouvait parier un kopeck que la Chine marcherait un jour devant la France. Attention aux leçons de l’Histoire !

Congolais debout !

Par Calixte Baniafouna

(Congo-Brazzaville/France/Françafrique) Que penser du soutien de HOLLANDE à son "ami" SASSOU ?
(Congo-Brazzaville/France/Françafrique) Que penser du soutien de HOLLANDE à son "ami" SASSOU ?
Repost 0
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 10:23
Congo-Brazza : Le "kuenda vutuka" (va-et-vient) de François Hollande

Le Congo-Brazzaville de Denis Sassou Nguesso a pulvérisé les us et coutumes de la diplomatie de l’Hexagone. D’habitude parlant d’une seule voix, à l’occasion du referendum du 25 octobre 2015 du Congo-Brazzaville, L’Elysée et le Quai d’Orsay ont donné l’impression de se livrer à une course à l’échalote, frôlant la cacophonie. C’est le Quai d’Orsay qui annonce les couleurs.

Et, L’Elysée rame derrière. Histoire d’éteindre l’incendie. Pour les populations du Congo-Brazzaville et partant celles de l’Afrique, le mal est fait. Deux lobbies s’affrontent dans ce qui est communément appelé le domaine réservé de l’Elysée : la politique étrangère de la France. Désormais, à la lumière du referendum du Congo-Brazzaville, la politique africaine de la France s’élabore au quai d’Orsay. Laurent Fabius s’est érigé en deus ex machina de la politique africaine de la mère patrie. Laurent Fabius décide, François Hollande exécute.

Ouaga versus Brazza

Le lobby du ministère des affaires étrangères a remporté la bataille. Ce puissant lobby impose ses vues. La diplomatie économique a pris le dessus sur toute autre considération. Business is business. Et, pour le Congo-Brazzaville, la diplomatie du pétrole a fait le reste. Elle a pesé lourd sur la balance. Les raisons du revirement spectaculaire de François Hollande sur le changement de Constitution au Congo-Brazzaville trouvent leur cause de ce côté-là. Denis Sassou Nguesso a joué la carte du pétrole. Blaise Compaoré doit se mordre les doigts. Le sous-sol du Burkina Faso ne regorge pas de matières premières susceptibles d’aiguiser les appétits des grandes puissances.

Le général de Gaulle l’a dit : « La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts à défendre » François Hollande s’est rappelé aux bons souvenirs des propos du général. Il a avalé son chapeau. Exit le discours de Dakar du 29 novembre 2014. Exit les grands discours. Exit les bons sentiments. La bourde de François Hollande ? Il n’y en a point. « Brazza n’est pas Ouaga », le compagnon de Julie Gayet n’en pense pas moins. Quitte à faire voler en éclat la belle unanimité qui existait jusque là entre les Etats-Unis et la France contre les changements de Constitution en Afrique. Le « ton pied, mon pied » entre Barak Obama et François Hollande, qui a fait rêver Guy Brice Parfait Kolelas, André Okombi Salissa et les populations du Congo-Brazzaville et d’Afrique en soif d’alternance démocratique a fait long feu. François Hollande a déçu de milliers d’africains.

Malentendu

Envisageable il y a seulement quelques mois, l’idée de chasser Denis Sassou Nguesso du pouvoir s’est éloignée à mesure que François Hollande s’alignait sur les positions de Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la défense et du général Benoît Puga, le chef d’Etat major spécial. L’histoire de François Hollande avec les populations du Congo-Brazzaville restera celle d’un grand malentendu. La France n’est pas toujours ce qu’on croit. Et, la France fut très souvent ce qu’on ne croit pas. La preuve vient d’être administrée par François Hollande au Congo-Brazzaville où Denis Sassou Nguesso a réussi l’exploit de retourner les faiseurs des rois nègres.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Repost 0

Economie

Catégories