Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 20:54

Par Patrice Aimé Césaire Miakassissa

 

pool-victimes-expiatoires
Cette rengaine devient de plus en plus insupportable. Aucun homme civilisé ne pourra s’habituer à voir son peuple massacré pour des raisons bassement matérielles, car aucune idéologie rationnelle ne sous tend cette attitude barbare.

 

Rapports accablants après rapports, le Congo s’enfonce dans l’indicible devant une indifférence coupable de la communauté internationale. Les priorités sont ailleurs et le peuple congolais notamment celui du Pool meurt sous le joug du corrupteur international. Alors, comment expliquer ce silence sinon que par l’achat des esprits faibles. L’humanité a quitté l’Occident et n’oublions toujours pas que le berceau de l’humanité c’est l’Afrique. En cela, nous sommes ceux là même dont la voix doit porter pour défendre les droits de l’Homme à travers le monde. L’histoire ne se répète pas, elle bégaie dixit Karl Marx. Dans notre histoire contemporaine, les grands faits se produisent, pour ainsi dire, deux fois : la première fois comme tragédie, la seconde comme farce. Le Pool ne saurait être une farce.

C’est Joseph Staline qui disait : « La mort d’un homme, c’est une tragédie; la disparition de millions de gens, c’est la statistique ». Oui, nous sommes devant des statistiques macabres. Ils peuvent mettre à prix nos têtes en fuyant le débat d’idées, mais qu’ils sachent que l’on ne s’appartient plus lorsqu’il s’agit de se battre pour des causes nobles. De tout temps et en tout lieu, « je suis de la race de ceux qu’on opprime » comme aimait à le dire Aimé Césaire. Nous ne prendrons jamais une brise matinale pour un tsunami jusqu’au point d’abandonner femmes et enfants. Nous continuerons à dénoncer ce génocide à huis clos qui se passe dans le Pool. N’oublions plus jamais qu’Adolf Hitler avait commencé l’épuration ethnique par l’extermination des minorités.

Pour amuser la galerie, voila que se profile à l’horizon incertain des élections législatives de parlementaires godillots et valets en tout genre à la solde du clan de Mpila. Le Congo n’est plus pauvre que financièrement, mais aussi spirituellement car la raison a quitté certains congolais qui se vautrent pour des peccadilles. Triste constat. Des alliances des associations familiales affiliées au régime dictatorial se créent avec le PCT pour pouvoir se partager le gâteau. Tout ceci ne saurait surprendre un citoyen avisé car nous savons tous qu’ils sont arrivés au pouvoir pour des raisons purement alimentaires. Point d’idéologie, point de repère, seule la girouette continue à indiquer la direction du vent. Il faut toujours se méfier d’être dans le vent car l’on risque d’avoir le destin d’une feuille morte qui tombe dans un brasier.

Ces élections de façade vont s’organiser pour donner une apparence démocratique à un pays en ruine, qui s’écroule sous la gouvernance du seul timonier africain. Ainsi, ils espèrent séduire les bailleurs de fonds pour qu’ils leur prêtent de l‘argent qu’ils dilapideront à la première occasion pour des futilités.

Peuple congolais, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, l’heure est grave et personne ne saurait en douter. Jusqu’à quand allons-nous endurer sans broncher toutes ces souffrances ? La démocratie, comme système politique le moins mauvais, concoure au bien être des populations et non à leur extermination. Ce pouvoir a échoué en voulant faire du peuple congolais des vassaux à son service, ce que la majorité d’entre nous en Hommes libres ne sommes pas.

Le rapport sur le portrait de la torture au Congo nous glace le sang. Mais, nous connaissons depuis belle lurette la nature barbare de ceux qui gouvernent le Congo avec le fusil sur la tempe de chaque congolais. A défaut du dialogue inclusif, de la libération de tous les prisonniers politiques, de la restauration de nos libertés fondamentales, de l’arrêt de la guerre dans le Pool, il est temps de trouver les voies et moyens pour chasser ces mafieux du pouvoir. Nous avons trop pleuré et le moment est arrivé de sécher nos larmes. Ce sera au peuple de prendre son destin en main pour un avenir radieux dans l’unité nationale. Il sera impossible qu’ils nous tuent tous car ils auront peur de manquer de domestiques.

Le temps de la marche vers le palais présidentiel pour en chasser l’usurpateur est arrivé. Nous ne pouvons plus rester les bras croisés à attendre qu’un Dieu malin puisse glisser l’imprévu. Nous devrions phosphorer pour arriver à faire triompher nos idéaux. La grisaille s’amoncelle dans le ciel congolais et il faut que le soleil se lève pour que notre Congo resplendisse à nouveau.

Aucune idéologie, aucun culte de la personnalité, aucune rancœur ne peuvent justifier autant de torture sinon que la volonté de voir disparaître le Pool et réduire sa population en esclavage.

Comme l’écrivait Vladimir Volkoff : « La torture. Il y a quelque chose d’insoutenable et de vertigineux, la destruction de l’homme à l’état pur. » Non le vaillant peuple congolais gardera ses aspérités, ne disparaîtra pas de la terre de ses ancêtres, encore moins de celle du Pool. Nous y sommes et nous y resterons en dépit de tous ces supplices.

A nous de régler ce problème qui devient prégnant et en cela la révolution congolaise est en marche avec une victoire certaine.

RAPPORT SUR LE PORTRAIT DE LA TORTURE EN RÉPUBLIQUE DU CONGO

 Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA 

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 17:33
 
Sassou mène la guerre contre la région du Pool depuis vingt ans, parce qu'elle est coupable, selon lui, d'avoir agressé ses parents en 1959.
-----------------------------------------------
 

Correspondance reçue de Brazzaville

 

 

 

Le Congo, depuis plus d’un an, s’enfonce chaque jour dans le chaos économique, social et financier. Comme depuis plus d’un quart de siècle, le clan de Sassou au pouvoir, incompétent et stoïque, compte une fois de plus sur l’augmentation de la production pétrolière et sur une hausse du baril pour rebondir, car au plan de la bonne gestion économique, il ne sait pas faire.

Ainsi les mauvaises nouvelles succèdent au mauvaises nouvelles. Qu'on en juge.

Dans la filière des transports, le Chemin de fer Congo-Océan (CFCO) a suspendu sa liaison entre Loutété et le Pool en raison de la guerre que M. Sassou mène contre ce département coupable, selon lui, d'avoir agressé ses parents en 1959. Cette crise artificielle perturbe gravement notamment l'approvisionnement du pétrole et du ciment en provenance de Pointe-Noire. Résultat, les compagnies aériennes vont faire le plein de kérosène à Kinshasa, et beaucoup de taxis et foula foula sont à l’arrêt à Brazzaville.

La compagnie aérienne Ecair, surendettée et mal gérée a fermé boutique depuis novembre 2016, sans crier gare. Il est vrai que personne n’a jamais cru que le clan au pouvoir était capable de gérer sur la durée une compagnie aérienne.

Il est bien entendu que les salariés du CFCO et d’Ecair attendent depuis plusieurs mois d’être payés.

La situation des 70 000 salariés de la fonction publique est identique. Les contractuels de l’Etat enregistrent jusqu'à sept mois d'arriérés de salaires, les retraités encore plus. D'aucuns pensent d'ailleurs que la paie est assurée à partir d'une cagnotte que Sassou a dissimulée loin du trésor public.

Les nombreuses fermetures de sociétés et d’usines, notamment à Pointe-Noire, sont suivies de vagues de licen­ciements.

Les chantiers dits présidentiels sont à l’arrêt. Le complexe sportif de Kintélé, un éléphant blanc construit à coup de milliards pour les Jeux africains en 2015, sous exploité, menace ruine faute d'entretien. Le Congo a d'ailleurs renoncé à l'organisation de l'Afrobasket 2017 en raison de la conjoncture économique, ce qui ne l'empêche pas d'alourdir en plus sa dette auprès de la Chine  avec la construction d'un nouveau palais des congrès. Notons que la dette publique du Congo a atteint 77% du Produit intérieur brut (PIB). Les réserves internationales imputées au pays étaient tombées en mai à deux mois d'importations. Aujourd'hui le Congo est en état de quasi cessation de paiements, ce qui signifie que pour payer les importations le pays recourt au crédit de la zone CEMAC ou du trésor français. Les prêts improductifs ont augmenté du fait de l'accumulation des arriérés du gouvernement qui a affaibli les entreprises privées. Le gouvernement a accumulé des arriérés extérieurs en 2016 et 2017...

Des entreprises comme la Société nationale de distri­bution d’eau (SNDE) ou la Société natio­nale d’énergie (SNE) peinent à servir eau et électricité dont la fourniture est depuis des années sujette à des coupures intempestives. Là également, les salariés sont payés au lance-pierres.

Le Centre hospitalier de Brazzaville, le plus grand au Congo, souffre de la panne, depuis le 6 juin dernier, des appareils de stérilisation de sorte qu’aucune opération chirurgicale ou IRM n’est plus pratiquée. De même les scanners sont à l’arrêt et il n'y a plus d'oxygène dans l'établissement depuis décembre 2016. Les membres du clan au pouvoir se soignant à l'étranger, les équipements des hôpitaux publics n'ont jamais été une priorité, cela à dessein  : c'est une stratégie de délaisser ces structures, histoire d'orienter les malades vers les cliniques privées appartenant aux membres du clan d'Oyo...

Le cabinet CACOGES qui vient de réaliser un audit de cette structure révèle que «  A peine 7% des 1,5 milliard de FCFA représentant la subvention d’équilibre accordée trimestriellement par l’Etat sont utilisés pour l’achat des médicaments, des réactifs, des consommables ou encore dans la radiologie et l’entretien de l’équipement. Le reste va dans des dépenses contre-productives ». Comprenez  que les grands chefs nommés par le pouvoir sur une base tribale détournent les fonds, quand ils ne consacrent pas ceux-ci à l'entretien de la pelouse de l'hôpital ou à repeindre le mur d'enceinte...

Ici également, tout comme à l'hôpi­tal général de Loandjili, à Pointe-Noire, les salaires sont perçus par intermittence et les parents vivant en Europe et en Amérique sont mis à contribution pour venir en aide aux sinistrés de Sassou.

Même les mili­taires n’ont pas reçu l'intégralité de leurs primes. D'ailleurs, une certaine grogne commence à être perçue. Certains désertent le Pool où ils sont censés combattre les hommes de Bintsamou, d'autant qu'ils comprennent à présent que Sassou envoie au front de préférence des soldats originaires du Sud tuer des populations du Sud. Une manoeuvre machiavélique d'extermination des populations de cette partie du pays qui ne dit pas son nom.

S'agissant toujours de l'armée, environ 600 Casques bleus congolais déployés en Centrafrique vont être rapatriés après des accusations d'abus sexuels, trafic de carburant, indiscipline et divers autres manquements, a annoncé l'ONU mercredi dernier.

Dans le Pool, selon une enquête de l'ONU publiée ce vendredi 23 juin à Brazzaville « Le taux de malnutrition aiguë global parmi les enfants déplacés de moins de 5 ans est de 17,3%. Ce taux dépasse le seuil d’urgence de 15% établi par l’Organisation mondiale de la santé " (OMS) « Les ménages déplacés font face à de grandes difficultés d'accès à la nourriture et aux besoins élémentaires ».

Selon cette même enquête, tout comme celle de Caritas qui a signalé des cas de viols systématiques parmi des réfugiés à Kingoué, le nombre de personnes déplacées dans cette région du Pool (qui compte 263.000 habitants) a été multiplié par six en moins d’un an, passant de près de 13.000 à 83.000 en mai 2017.

Sur le front des droits de l’Homme, selon le dernier rapport du Secrétaire général sur la situation en Afrique centrale et les activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale, « La situation des droits de l’homme en République du Congo reste préoccupante. Des organisations locales de la société civile et des partis d’opposition dénoncent la poursuite de la réduction de l’espace démocratique et des violations des droits de l’homme, y compris des cas de torture, d’arrestations arbitraires, de détentions et de disparitions forcées ».

C'est dans ce contexte que s'inscrit l'affaire Nianga Mbouala alias Joe Bill, du nom de ce général chef de la Garde républicaine, en froid avec JDO et Ndengué. Une manoeuvre de diversion de plus du pouvoir qui se terminera soit par l'emprisonnement dudit général pour " atteinte à la sureté de l'Etat, trahison et détention de munitions et d'armes de guerre ", selon la formule consacrée, soit se réglera sous l'arbre à palabre mbochi.

Pourtant, malgré cette situation apocalyptique, Sassou a prévu de dépenser, en juillet prochain, des milliards de francs CFA pour l’organisation d’une cérémonie de nomination de députés à l’assemblée croupion, une cérémonie baptisée " élections législatives ".

Ainsi va le Congo, un pays où seuls prospèrent aujourd'hui les services de la morgue et les églises de réveil animées parfois par des ministres (Bruno Itoua, Ibombo...) et autres Willy et Claudia Nguesso. Jusqu’à quand les congolais courberont-il l’échine face à la dictature d’un clan ? Jusqu'à quand, alors que leurs compatriotes meurent ou crient au secours, les Congolais se contenteront-ils de grommeler sur les réseaux sociaux, dans les colloques et ailleurs ? La question est posée.

------------------------------------------------------

COMMENTAIRE D'UN CONGOLAIS NON ABONNE :

 

Mort assassiné pour appartenance ethnique Mort assassiné pour appartenance ethnique
châtié pour appartenance ethnique châtié pour appartenance ethnique (les milices de Sassou lui ont crevé les yeux)
Le président Laurent Gbagbo de Côte d'Ivoire est à la CPI pour moins que ce que fait Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville depuis vingt ans. Le "Préfet" de la France, Sassou Nguesso, installé dans ce pays en 1997 sur fond de fleuves de sang et de larmes par le président Jacques Chirac et ELF pour garantir les "INTERETS DE LA FRANCE", au grand mépris des vies humaines des populations civiles congolaises, est en train d'opérer un pogrom, un génocide sinon un crime contre l'humanité dans la région du Pool.

 

Malgré les alertes des ONG des droits de l'homme, voire le rapport du Département d'Etat américain, la France reste stoïque, insensible aux cris de douleurs des populations du Pool martyrisées, massacrées. Elle croise les bras, regarde et laisse faire. Tant que les "INTERETS DE LA FRANCE" ne sont pas menacés et tant que le "pétrole continue de couler", il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Il faut donc laisser Sassou "faire le ménage", terminer le nettoyage et l'épuration ethniques programmés, dit-on dans certains milieux français. Après, on s'étonne que certains peuples se radicalisent. C'est comme ça que ça commence.

Par ailleurs, les Congolais en voudront longtemps à M. François Hollande d'avoir accordé, en octobre 2015, le QUITUS et délivré le "PERMIS DE TUER" au Préfet de la France au Congo-Brazzaville, Sassou Nguesso, au nom des "INTERETS DE LA FRANCE". Ainsi, cet été et l'hiver prochain, les Français pourront rouler et chauffer leurs maisons avec le sang des Congolais de la région du Pool.

Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 03:46
 

Ce mercredi 21 juin 2017, la milice de Denis Sassou Nguesso vient d’enlever vers une destination inconnue, Christine BALANDAKANA ,une pauvre femme, et ses deux enfants dont un petit garçon de 12 ans et une fillette de 8 ans.
Elle est soupçonnée d’être l’ancienne directrice des relations extérieures et la femme légitime du Révérend Ntumi Bintsamou Frederic.

 

Il est inacceptable que « l’opération de police » contre le Pasteur Ntumi ouvre ainsi une chasse à l’homme abjecte contre sa famille et ses proches en dehors de toutes les règles de procédures, les lois et les traités internationaux.  La fuite en avant du régime est chaque jour de plus en plus meurtrière. Il est plus que temps pour la communauté nationale et  internationale d’y mettre un terme définitive le plus rapidement possible.

Le Collectif Sassoufit craint grandement pour l’intégrité physique et morale de Christine Balandakana et de ses enfants. Au vu des révélations de Caritas et du Code Blue campaign sur l’usage systématique du viol, y compris sur mineur, comme moyen de coercition par les forces armées congolaises.

La Coordination

Contacts : 
Coordination du Collectif Sassoufit

Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 03:27

Par Pascal Malanda

 

Nianga Mbouala dans son Palais de Brazzaville

Analyse à froid du conflit avorté ou reporté entre Nianga-Mbouala et Jean Domique Okemba

A peine venons-nous de commémorer le quarantième anniversaire de la mort de Marien Ngouabi que les stratèges du PCT nous préparent un nouveau scénario macabre. Mais pour leur malheur, si en mars 1977 la seule source d’information au Congo était la presse officielle, 40 ans plus tard, l’apparition des réseaux sociaux et leur phénoménale puissance d’information est venue brouillée les cartes. Ces dernières semaines, la rumeur fait état de façon persistante d’un conflit larvé entre Nianga-Mbouala et Jean Domique Okemba  (JDO). Le conflit aurait même atteint des sommets avec la convocation de Nianga-Mbouala au parquet d’Oko Ngakala. Sachant comment se sont soldées les précédentes interpellations de personnalités, on était en droit de s’attendre à une arrestation pure et simple de Nianga-Mbouala. En effet, le scénario est rôdé et usé jusqu’à la corde depuis belle lurette.

Le féticheur jean dominique Okemba

D’abord, une cabale médiatique est montée contre la future victime à l’aide du journal le Troubadour. Une fois l’opinion publique « acquise » à la cause, on passe à la phase pratique : Convocations, inculpation, arrestation, emprisonnement. Cela s’est passé ainsi pour Paulin Makaya, Mokoko, Okombi et maintenant Nianga-Mbouala. Avant cela, le scénario a été appliqué avec la même précision du métronome au cas Ntsourou qui vient de mourir en prison. Quand est-ce que ce système arrêtera de torturer et tuer ses propres enfants ?

L’affaire Nianga-Mbouala n’est pas encore conclue qu’on entend déjà les rumeurs d’une éventuelle arrestation de Parfait Kolélas. Comme toujours, c’est le Troubadour qui monte à la charge. Serions-nous en face d’un vaste complot dont la finalité est la prise du pouvoir ? Si c’est le cas, de quel droit, ceux qui ont ramené Sassou au pouvoir par les armes au seul prétexte de mettre fin à sa « démocratie de l’intimidation » de Lissouba nous serviraient-ils ce désolant spectacle ? Pourquoi les différents courants qui s’affrontent désormais à découvert au sein du pouvoir ne passent pas par la voie démocratique en présentant chacun son projet de société au peuple, seul souverain primaire puisque c’était la raison du retour forcée en 1997 ?

On a l’impression d’être revenu en pire à la sinistre époque des Mabouaka, Ngayo et autres trublions de la JMNR. Sommes-nous un pays maudit incapable d’inventer une gouvernance civilisée ?

Il s’agit ici d’une analyse à froid d’une situation qui risque de replonger notre pays dans l’horreur. L’analyse est basée sur la presse locale et les éléments circulant sur les réseaux sociaux. Que vaut une rumeur au Congo ou ailleurs ? A l’heure de l’intox et des « fake news », on a le devoir d’avancer prudemment. Toutefois la presse ayant  pignon sur rue à Brazza agit ces derniers temps d’une façon qui ne laisse aucun doute : Elle est au service d’une cause obscure, use et abuse de la manipulation.

Pour revenir au cas Nianga-JDO, force est de constater qu’au sommet de l’Etat, une dérive est en train de s’installer au vu et au su de tout le monde. Tout le monde semble impuissant à arrêter cette tragicomédie destructrice, d’où ce cri de gueule pour interpeller la nation entière.

La rumeur, toujours la même, prête à certains cercles proches du pouvoir en 1977 l’affirmation suivante : « Mieux vaut perdre un homme que perdre le pouvoir. » C’est sur l’autel de cette ambition hégémonique que Marien aurait été sacrifié. Malheureusement, ces fameux cercles obscurs n’avaient pas eu le courage d’assumer leur forfait. Aujourd’hui, face à l’échec patent de Sassou sur le plan économique et sécuritaire d’une part  et d’autre part la velléité de plus en plus manifeste de son fils à prétendre au pouvoir suprême, des voix s’élèvent pour s’opposer à une succession dynastique.

Nous avons déjà exprimé ici-même notre opposition catégorique à toutes les démarches anticonstitutionnelles depuis la violation en octobre 2015 de la constitution de 2002 jusqu’au hold-up électoral de mars 2016. Tous les fallacieux prétextes avancés le 05 juin pour justifier l’injustifiable sont aujourd’hui mis à nue. Nous avons aussi montré comment le PCT est passé en 20 ans d’un pouvoir du grand nord à un pouvoir de la Cuvette Centrale et de ce dernier au pouvoir d’Oyo et environs. Aujourd’hui, nous sommes entrés dans la phase finale : concentration du pouvoir au sein de la famille biologique, d’où les tensions actuelles qui en sont un aboutissement logique. Ceux qui en doutent n’ont qu’à aller consulter les listes des candidats du PCT aux législatives. Ils y trouveront la main mise d’un clan sur tous les leviers du pouvoir.

On aurait pu se réjouir de ces conflits qui fragilisent un pouvoir autocratique et donc augmentent les chances d’un retour potentiel à la démocratie. Sauf que le risque est immense de voir le pays sombrer dans une nième guerre civile aux conséquences catastrophiques. Un ami parisien du PCT auquel je confiais récemment mon inquiétude de voir deux barrons d’un pouvoir illégitime prendre tout un pays en otage a éclaté de rire en me disant : « Laisse ces irresponsables s’entredéchirer, en politique, il faut une certaine dose de cynisme. » Combien de Congolais sont de cet avis ? Il est à craindre que la majorité de nos concitoyens soient aujourd’hui, de guerre lasse, acquis à cette thèse. Ce que cette probable majorité oublie, c’est qu’un conflit entre deux courants dans un pouvoir autocratique conduit rarement à une solution démocratique. En 1977, ceux qui ont sacrifié Marien pour conserver le pouvoir au nord n’ont pas fait grand-chose pour faire avancer le Congo sur le plan politique, économique et social. Bien au contraire ! Plus grave encore, ils ont réussi à faire passer leur complot pour un crime commis par les Bakongo : « Bakongo ba bomi Marien »

Bakongo ba bomi Sassou :

Je n’ai jamais adhéré à la pensée politique de Marien Ngouabi, mais je ne me suis jamais réjoui de sa mort ignoble. Bien au contraire, j’y trouve une des causes de notre drame actuel : l’incapacité de concevoir un système politique qui transcende les clivages ethnocentrés. Sassou Nguesso a accentué les clivages ethniques du Congo. Incroyable mais vrai, il a même réussi à détruire le socle de son pouvoir : « l’unité » politique du nord-Congo. Dans la dérive dynastique, il n’a pas hésité à sacrifier tous ceux qui l’ont accompagné dans sa difficile et douloureuse reconquête du pouvoir. Tout porte aujourd’hui à croire qu’il a définitivement cédé à la tentation d’une succession dynastique à la Bongo ou Eyadéma. La démarche en soi déjà est exécrable. Elle suscite en plus un rejet légitime d’une grande partie de la population. Le réflexe atavique d’une population qui a subi trois décennies d’un pouvoir autocratique aux résultats socio-économiques misérables est de se poser la question suivante : « Pour quelle raison et quel bénéfice nous taperions-nous le fils pendant des années après avoir subi le père pendant des décennies ? »

Aveuglés par l’ivresse du pouvoir d’une part et l’obsession de couvrir ses arrières d’autre part, père et fils se sont lancés dans une opération de charme vouée à l’échec car condamnée par sa nature antidémocratique. Sont-ils encore capables d’entendre la voix de la raison ? Je l’espère bien, mais j’y crois de moins en moins. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir milité depuis 2014 en faveur d’une sortie honorable de Sassou Nguesso. Inexorablement, le piège se referme sur les Nguesso et leurs affidés. L’unique issue pour eux est la sortie démocratique, un retour à octobre 2015, donc à l’ordre constitutionnel. L’alternative est une lutte fratricide au sommet, lutte dont ils sortiront laminés. Le phénomène est connu dans l’empire ottoman où celui qui accède au trône s’empresse de liquider tous ses rivaux, de peur de se faire tuer lui-même. Comme mentionné plus haut, on aurait pu s’en réjouir, sauf que la perfidie des courants qui se livrent à cette bataille de tranchée est telle qu’ils auront vite fait de faire porter le chapeau à leur souffre-douleur désigné : La région-martyre du Pool. En effet, quoi de plus facile que de pousser un Parfait Kolélas à la faute en privant son parti de compétition électorale ? Yuki qui a présenté un candidat à la magistrature suprême serait brusquement devenu un parti hors-la-loi. Casus-belli tout trouvé pour soulever Brazza-sud. Les pêcheurs en eau trouble n’auront plus qu’à laisser les hordes de Kolélas ou de Ntoumi avancer jusqu’à Mpila. Une fois sur place, dans la confusion la plus totale, on règlerait froidement le cas de Sassou comme ce fut pour Marien en mars 1977. Le reste ne serait qu’un petit jeu, lancer la chanson : Bakongo ba bomi Sassou »

Politique-fiction ? Je vous le concède. Cette analyse est cependant basée sur la stricte observation de la scène politique congolaise depuis des décennies. Une scène où la bassesse et l’hypocrisie le discutent à la félonie et à la lâcheté.

Messieurs Nianga et Okemba, arrêtez de prendre le peuple en otage. Arrêtez de croire que le peuple est idiot et ne voit pas vos magouilles cousues de fil blanc. Vous avez soi-disant ramené ou aidé à ramener la démocratie à coups de canon en 1997. Nous vivons en démocratie ? alors épargnez-nous vos postures belliqueuses. Présentez-nous plutôt vos projets de société, vos solutions de sortie de la crise aiguë où vous avez plongé le pays. Présentez-vous devant le peuple en personnes civilisées capables de ramener l’ordre constitutionnel d’avant octobre 2015. Le faire, c’est répondre à l’appel de Sassou qui disait : « Quand l’ordre constitutionnel est menacé, tous les républicains se lèvent. » Le peuple souverain vous en sera reconnaissant et vous accordera peut-être des circonstances atténuantes. Et pour cela, vous n’avez pas besoin de tuer Sassou. Vous pourriez alors braver les urnes placées par une commission électorale réellement indépendante dans un pays apaisé. De grâce, ne nous replongez pas dans les affres de 1977. L’analyse vaut bien sûr pour tous les officiers républicains soucieux de l’ordre constitutionnel.

Pascal Malanda

 

NOTRE COMMENTAIRE :

Sassou avait aussi dit : "Quand la constitution est violée, les démocrates ne doivent pas l'accepter" (sic).

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 10:28

 

 

Le trio des prédateurs du Congo

 

Maître Tony Gilbert MOUDILOU 

EXPRESSION LIBRE

C’est à peine incroyable que les congolais n’aient toujours pas compris la situation dans laquelle les créateurs du Parti congolais du Travail (Parti à l’origine de tous nos maux) les aient imposés et plongés. Est-ce une amnésie ou une accoutumance, une adaptation ou une insensibilisation ; une toxicomanie : c'est-à-dire que les congolais, à force de boire les conneries du PCT jusqu’à la lie ; l’abus, les a carrément rendus insensibles ?

Et quand un peuple EST atteint d’un tel degré de somnolence, d’hibernation, c’est d’autant plus dangereux, que celui-ci arrête de réfléchir. Mais attention à l’hypothermie qui risque d’atteindre notre cœur. Car la prolongation d’un tel système risque de tout annihiler, tout détruire, tout anéantir et nous ramener à un peuple irréfléchi, soumis et carrément inexistant.
Comment un grand peuple comme le nôtre soit vraiment inexistant, au point de ne plus, même se rappeler de son bourreau qui lui a tant fait mal hier : à peine hier. Oui malheureusement c’est cela le peuple congolais.

Il se passe une guéguerre entre des bourreaux comme ça arrive très souvent quand un groupe de truands va dévaliser une banque. Ils vont s’entre-canarder jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un et c’est lui qui s’empare de toute la manne, la part belle.
A Brazzaville depuis bientôt un mois, on assiste à une espèce de dispute entre les vampires, le camp des siciliens. On a même appris qu’entre le barbu Général Nianga mbouala et Dominique Okémba, un duel est en cours. Qu’ils sont en train d’affûter leurs sagaies et coupe-coupe et le feu brûle. Qu’ils ne mangent plus le même pain de mie qu’ils mangeaient ensemble. Que depuis un certain moment, ils veulent embraser notre République.
Quand on voit et entend cela, on se rend compte que nous sommes dans un pays, où les terroristes, à la tête de notre pays, ne sont pas là pour nous mais pour leurs propres intérêts. Et quand ça ne va pas entre eux, ils se règlent les comptes à notre détriment ainsi qu’à celui de notre paix sociale et des problèmes dont nous souffrons. Et aujourd’hui, tout se focalise tout sur des salauds qui n’ont rien à cirer de nos problèmes.

Qu’il y est un perdant ou un gagnant, bientôt un d’entre eux, le perdant certainement sera éjecté du clan des bandits pour venir vous vendre sa virginité. Il viendra vers nous comme un bébé qui vient de naître : innocent, angélique, innocuité, c'est-à-dire faisant semblant de ne pas faire paraître ce dont on lui reproche, faisant le crédule, le naïf, le niais, faisant le doux, insidieux, captieux, sournois : l’inoffensif.

Sous le label de l’insomnie, de la naïveté maladive dont souffrirait le peuple congolais, nous allons bientôt accueillir ces monstres que nous appellerons des »égarés », et comme tels pourront revenir à la bergerie, sans anicroche. Ce n’est pas grave. Ou Nianga mbouala, ou Okemba, un des deux va perdre. Et nous qui ne comprenons rien aux enjeux, allons accueillir dans notre ferme comme un agneau l’un d’entre eux deux. Puis qu’il aura porté un manteau où personne ne soupçonnera qu’il a des couteaux, des lance-roquettes, des PMAK, même des sagaies sous son manteau.

IL Y A UNE GRANDE JURISPRUDENCE EN LA MATIÈRE.

Nous avions commis cette bêtise à la Conférence Nationale Souveraine où, alors que nous avions disséqué Sassou Nguesso et son système et si nous avions suivi les résolutions de la Conférence Nationale Souveraine à la lettre, nous n’en serions pas là aujourd’hui, avec tous ces morts, ces guerres, ces vols caractérisés. D’où vient notre faute qui nous aurait épargnés ces aléas auxquelles nous assistons now ?

Alors qu’il fallait impérativement mettre entre parenthèse le cynisme de Sassou Nguesso, son mépris de l’homme et son PCT, alors qu’il fallait les rendre infréquentable, inéligibles, alors qu’il fallait les isoler, les mettre dans un zoo comme nous l’avais proposé le scientifique Etienne Mokondzi Mobé : en un mot les mettre tous en prison, voilà que par simple calcul machiavélique et macabre, mais surtout très politicien, l’UPADS, on ne sait pour quel calcul va signer une alliance sordide et mortifère avec les criminels, avec Sassou Nguesso uniquement pour chercher à battre Bernard KOLELAS, la bête noire redoutée de cette coalition.

Sous ce calcul sordide et crapuleux des « bimpoumboulous », voilà que l’UPADS va remettre sur scelle, un fou dangereux largement décrié à la Conférence Nationale ; un machiavel infréquentable. C’est là qu’est né après le lavement des mains le malheur congolais.

L’UPADS dont tous les dirigeants sont l’émanation du PCT ont juste reculé un tout petit peu pour se réentendent avec le PCT. Un jeu que le Président Pascal Lissouba n’avait pas très compris surtout qu’il était dirigé par des bandits infréquentables qui longtemps ensanglanté notre pays : je veux parler de Mbéri Martin, le notoire petit bandit qui avait toujours flirté avec Sassou Nguesso. Nous verrons plus tard en 1997 ce criminel ne va pas se gêner, en tant que Ministre de l’Intérieur, alors que son Pouvoir est attaqué dans un coup d’Etat, lui ne trouve pas mieux que de donner tous les plans à l’ennemi. Et ne nous étonnons pas qu’à l’aboutissement du coup, lui Ministre de l’Intérieur se retrouve dans le Gouvernement de celui qui vient de les renverser.

Et depuis, il est devenu l’ami du Président, ils sont près d’une centaine qui gagnent 15 Millions par mois qu’il vente ou qu’il neige. Qu’il manque des salaires pour les infirmiers et les enfants ou pas, eux doivent avoir leurs 15.Millions de francs par mois. Ainsi, ils s’organisèrent pour battre le MCDDI et son Chef. Ils y arrivent sans trop de difficultés. Et malheureusement, un serpent reste toujours un serpent. Dès lors qu’il a encore son venin, on a du mal à l’apprivoiser. Et le candidat Lissouba, dès qu’il avait gagné s’est rappelé que Sassou Nguesso était infréquentable et que les grands Postes qu’il lui réclamait à savoir : Ministère de la Défense, les Affaires Etrangères, les Finances et l’Economie, ne pouvaient lui être donnés. Qu’il fallait vraiment et certainement être fou pour les leur offrir dans un grand bol. Alors le Président Pascal Lissouba refusa de commettre un tel parjure, une telle hérésie. Et puisqu’ils ont gagné, il faut quand même faire semblant et lui donner ne fut-ce que des miettes ; donc se partager le Pouvoir.

PREMIER SCANDALE, PREMIERE FAUTE POLITIQUE.

Pascal Lissouba refuse de faire la part belle à Sassou Nguesso malgré qu’il l’ait aidé à remporter le Pouvoir. Oui Ambroise Noumazalaye, alors que nous sommes attablés chez lui à Yerres, avec Célestine Nkouankoua, ancienne Maire de Moungali, ancienne Ambassadrice du Congo en Guinée Equatoriale, ce dernier nous affirma que : « c’est sous sa dictée et sous le savoir faire du PCT que Pascal Lissouba avait pu remporter le Pouvoir. Que c’est le PCT qui a permis de renflouer les urnes sinon c’est Bernard Kolélas qui serait élu».

Et Pascal ne donne à son co-équipier que du mini fretin. Des postes ministères sans importance dont le Sport à Okemba et un petit « niangrakata » à Grégoire Lefouoba. Seul Isidore Nvouba, rejeta l’offre et repartit en courant chez son parrain Sassou Nguesso d’où leurs amitiés qui durent quel que soit l’orage. Nous sommes là au premier scandale scandale politique congolais.

Deuxième scandale. DEUXIÈME FAUTE POLITIQUE.

Sassou Nguesso, non content des Postes que lui offrit le Président Pascal Lissouba, vit qu’il s’était fait avoir. Et si malin qu’il est et c’est là la politique, avec ses hauts et ses bas, sa vilainie et son bien être, on dit : « Qu’il y a jamais d’amis ni d’ennemis permanents. Il n’y a que les intérêts qui sont permanents ». Ton ami d’hier peut devenir ton ennemi et vice versa.

Alors, Sassou nous fit sortir sa dernière carte, celle qui cache son intelligente politique infuse. Et pendant que les Noumazalaye et les Moukouéké, Tamba-Tamba et autres apparatchiks des deux Partis pataugeaient dans la « merde », le Serpent lui, était passé à une autre étape. Comme le caméléon, il envoyait sa langue appréhensible sur Kolélas qui du coup, n’était plus l’homme à abattre, le rancunier, etc…Il lui fit les yeux doux au point de le séduire et lui « demander le mariage » carrément. Je veux me marier avec toi. Et quand Kolélas lui rappelle qu’il était déjà marié avec son Frère UPADS, que ce mariage pouvait provoquer des incidents au sein de la famille.

Sassou lui répondit, qu’il s’en foutait. Et quand Kolélas lui rappelle que le mariage risquait d’être annulé pour vice de forme, Sassou Nguesso lui répondit qu’il n’avait pas à s’inquiéter, que toute la justice congolaise est à ses ordres. Qu’il avait déjà déclaré la nullité de ce mariage, qui pour lui était putatif. Car il y avait eu erreur sur la personne. Ce qui entrainait automatiquement la nullité du mariage. Sassou Nguesso dénonça l’ancienne alliance pour mettre en exergue la nouvelle avec Kolélas. Et c’était la guerre de 1992- 1995. Peuple congolais, le mal congolais, c’est Sassou Nguesso mais comme un génocide, ne se fait pas tout seul. Il faut du monde. Et le monde à Sassou Nguesso et sa machine broyeuse, c’est le PCT. Tous ceux qui ont simplement touché, effleuré ce Parti sont atteints de syndrome de contamination.

LES CAS DES KOLELAS, MUNARI, BOWAWO, OKOMBI SADISSA, MANDZIMBA MARION EHOUANGO, MOKOKO.

Le serpent quand il pèle, il ne change jamais de nature, mais mue tout simplement, il change seulement de peau. Donc il reste tel. Le congolais atteint d’amnésie de cécité, est seul capable de montrer sa cachette à un porc-epic affamé, mais jamais le lièvre. L’opposant congolais est capable de confier sa femme à Sassou pour la garder le temps d’une sieste. Hier tous ces opposants ont reçu les gens dont je viens de citer les noms, elle lui a même confié les clefs de sa maison. Les chefs d’opposition tournent entre Kolélas, Munari et Bowawo. C’est à peine croyable. J’ai beau lui dire (opposition) que ces gens là ne sont pas des opposants, au même titre que nous, ou s’ils le sont, ce n’est pas au même entendement que nous. Eux ils sont devenus opposants par dépit, par haine, par vengeance. Or nous, sommes opposants parce que le pays est mal géré, parce qu’il y a gaspillage de la richesse des congolais, la gestion d e notre patrimoine qui est opaque : le vol ; les crimes, les détournements etc….

Kolélas, Munari, Okombi, Mokoko, Bowawo n’ont pas la même conception du mot (opposant) que nous. Eux plus de 10 ans, ils se sont partagés les lambeaux de notre richesse. Ils ont mis à sac notre richesse et ceci sans état d’âme. Personne des noms que j’ai cités ne s’étaient élevés pour dénoncer ces faits criminels quand ils étaient au lait et au miel, quand ils languissaient, vautraient et s’enrichissaient illicitement. Quand nous, nous tirions la langue, eux rigolent et se moquent. Il y en a même qui déclaraient (Papa, tu peux rester au Pouvoir, personne ne viendra t’enlever) vous le connaissez, c’est Parfait qui pour lui, Sassou était son deuxième père, après qu’ils (les Kolelas) fait tuer leur père pour leurs intérêts. Et ça, les congolais éveillés que nous sommes, avons semblé ignorer cela. Quelle amnésie, quelle tristesse !

ON PARLE DES NOUVEAUX ARRIVANTS DONT LE GENERAL NIANGAMBOUALA DANS LA FERME.

Bientôt l’opposition congolaise va s’élargir et ouvrir son tapis rouge à un nouveau venu. C’est un enfant prodige, il était chez Sassou Nguesso par erreur. Maintenant qu’il vient de s’en apercevoir, il faut qu’il rentre au poulailler comme disait Malcom X : « Quand on sort la volaille le matin, elle peut aller manger à 2 voir 3 kilomètres à la ronde. Mais le soir venu, quelque soit le temps, la bourrasque, elle rentre toujours au poulailler ». Niangambouaba veut rentrer au poulailler. Il veut bientôt rentrer à la ferme. La question est celle de savoir si on doit lui ouvrir la Ferme ? Et si oui, à quel titre ?

Les congolais auront tout oublié, il sera, et pourquoi pas le nouveau chef de l’Opposition, comme ils l’ont fait pour les OKOMBI où les Mafimba et autres nécessiteux, ont fait de lui leur chef qui n’a rien fait. Qui est blanc, vis-à-vis de l’étique politique. Pourquoi au Nord, on pense que la politique, c’est ce qu’ils font eux. Dire qu’OKOMBI est propre, c’est vraiment se moquer du peuple congolais. Voilà des bandits qui devraient finir leurs jours en prison car ils ont fait trop de mal à notre peuple. Ne pas lui reconnaître ce qualificatif de terroriste, bandit, c’est dire vraiment qu’en politique, il n’y a pas de morale. Il n’a jamais été à la tête des bandits dans son Association du « Club 400 » qui avait décimé le Pool en 1998. Il a tué et fait tuer même les chiens dans un ratissage inouï. Pour MAFIMBA et MANDZIMBA, comme il n’y a que des bakongos à massacrer, ce n’est pas grave, on doit mordicus le soutenir après tout c’est un fils de la région !

Ils vont lui ouvrir tous les tapis rouges qu’ils ont. Ils feront comme ils en ont fait à Bowawo ce bien cher ancien collègue de Lycée, qui était à la tête du Pouvoir du PCT depuis les massacres des congolais ; d’abord en tant que Secrétaire Général du Gouvernement puis Ministre de la Défense. Il peut certainement nous dire comment avaient-ils décidé (ils les nordistes) de déporter plus de 600.000 personnes du Sud de Brazzaville dans les forêts ? Mais vraiment comment ces gens-là arrivent-ils à dormir avec un tel contentieux si lourd à porter autour de son cou comme une croix ? Croient-ils que ce comportement sera et restera sans suite, quel que soit le temps, les siècles ? Il faut quand même, qu’un jour, ils nous expliquent qu’est-ce qui leur est passé par la tête pour opérer une telle hérésie, un tel sacrilège ? Le Général Yves Motando, Chef d’Etat major Général de leur armée à cette époque qui m’avait laissé un document très accusateur, ce qui lui avait valu, dit-il son poste de Chef d’Etat major Général, en dit long. Il faudra un jour confronter cela aux déclarations des autres.

LES HYPOCRITES NORDISTES.

Le Nordiste vient chez le sudiste pour deux raisons : apprendre et se réfugier. Mais jamais, il ne vient chez l’homme du Sud pour les beaux yeux, jamais ! Sassou Nguesso était parti chez Lissouba en 1992 pour se protéger. Sassou savait qu’il n’allait pas survivre devant l’état dans lequel il avait traité le congolais et la Conférence Nationale, lui avait fait la démonstration de la haine et du pardon qu’il ne pouvait pas prétendre avec eux. Quand il avait compris que sa sécurité n’était plus assurée, il était allé se jeter dans les bras de KOLELAS qu’il traitait pourtant, de tous les noms. Et quand il n’a plus eu besoin de lui. Il l’a éjecté, pourchassé jusqu’à son dernier retranchement. Il le condamna même à mort. Et dès qu’ils se sentent un peu plus en sécurité dans leur zone, ils repartent tous comme des Moutons de Panurge. Tenez le 5 juin 1997 lors du coup de d’Etat de leur parent Sassou Nguesso, 90 % des effectifs des militaires du camp (Béret rouge) à la Base, étaient tous partis rejoindre Sassou armes et bagages dans la nuit du 4 au 5 juin 1997. Le camp militaire était vidé comme un ballon dégonflé.

De la même façon tous les Nordistes : Grégoire Lefouoba, Bokamba Yangouma, Yhombi, Obenga Théophile etc…, et les petits fretins comme Mafimba. Et comme ils n’ont pas trouvé leurs comptes, aujourd’hui ils tournent entre Yhombi et Okombi Salissa pour voir où est-ce que ça mordre en premier. Le cas de Yhombi est épatant. Il faut lire son discours qu’il nous vomit à la Conférence Nationale. Et quand vous revoyez ce que ce monstre nous a faits sous Lissouba, on se dit : ces gens-là sont tout sauf élégants. Ils sont tout simplement trop méchants. Cet homme qui avait failli finir ses jours, on ne sait dans quel prison, si moi MOUDILOU n’avait pas arraché la tenue de la Conférence Nationale, qui avait permis de le libérer, il allait certainement finir ses jours en prison. Mais il faut voir comme avait-il traité le Pool ?

MORALITÉ : Il ne faut pas accueillir tous ceux qui sont chassés par le pouvoir du PCT, ce sont des monstres qui finiront par nous faire du mal, quand ils auront repris leur nature, se tourner contre vous et vous traqueront par la suite. Sassou l’a fait et le fait toujours, Yhombi l’avait fait sous Lissouba ; ceux que vous croyez être les agneaux qui sont venus du Pouvoir du PCT, vous le feront sans retenue et sans état d’âme.

L’amnésie est une maladie qui se soigne bien. Il suffit de voir le Dr MOUDILOU, il vous prescrira le traitement approprié et conséquent. N’OUBLIEZ JAMAIS CEUX QUI VOUS ONT FAIT DU MAL MAIS PAS AVANT QU’ILS N’AIENT RECONNU LEURS CRIMES !

J’ai parlé !

Maître Tony Gilbert MOUDILOU.

------------------------------------------------------

SOURCE ET LIRE LA SUITE : http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/3649-2017-06-19-13-51-30.html

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 22:43

CRIME CONTRE L'HUMANITE AU CONGO-BRAZZAVILLE

Si ce n’est pas un génocide, alors un crime contre l’humanité est donc en train de se commettre au Congo-Brazzaville, à la grande indifférence de la France qui y a installé ce régime politique en 1997 et de la Communauté internationale, sur fond d’une interminable guerre d’épuration ethnique et de fleuves de sang et de larmes.

S’il vous plaît, ne jetez pas ce message à la poubelle. Transmettez-le à une personne de votre connaissance qui pourra en assurer le relai et l’envoyer aux Autorités et Elus français (Députés, Sénateurs, Ministres, Président de la République, etc.) et européens. Votre action sauvera au moins une vie humaine !

 

 

 

Contact : Association UNION-CONGO : asso.unioncongo@gmail.com

 

 

APPEL A SOLIDARITE CONTRE LE GENOCIDE ET CRME L'HUMANITE AU CONGO-BRAZZAVILLE (pdf, 129.6 kB)

 

 

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 19:53

Par Pascal Boniface

Pascal BONIFACE

Le président français, Emmanuel Macron, va effectuer son deuxième déplacement en Afrique en un mois, après avoir reçu à Paris les présidents ivoirien et sénégalais. En conformité avec son annonce de campagne électorale, il fait ainsi du continent africain une priorité.

Nul n’est besoin de rappeler la longue histoire qui unit la France à l’Afrique, ses pages parfois glorieuses et parfois honteuses, ses bienfaits et ses méfaits. Mais, ce socle historique ne peut être suffisant pour déterminer l’avenir des relations franco-africaines. En Afrique francophone, la France ne bénéficie plus du monopole stratégique, économique et culturel dont elle disposait auparavant. L’Afrique est entrée de plain-pied dans la mondialisation et multiplie les partenariats avec des puissances non européennes. C’est une opportunité pour les pays africains et un challenge pour la France. À cette dernière de le relever. De son côté, la France ne peut pas se contenter de son pré-carré francophone et doit également se tourner vers l’Afrique anglophone et lusophone.

Au sein de la zone sahélienne, où va se rendre E. Macron, la véritable bataille à mener – et à gagner – par la France et ses partenaires africains est celle de la sécurité et du développement. Ces deux voies ne sont pas antagonistes mais, au contraire, fondamentalement complémentaires. Il faut agir sur les deux fronts de manière simultanée afin de provoquer un cercle vertueux : une sécurité qui permet le développement, gage lui-même de sécurité, et non pas se laisser entraîner dans le cercle vicieux de l’insécurité et du sous-développement.

La France bénéficie d’une présence militaire ancienne de soutien à la sécurité et la stabilité au sein du Sahel et du Sahara, renouvelé après 2013 et l’opération Serval. Lors de sa visite aux troupes françaises à Gao, E. Macron a déclaré : « J’agirai en Afrique en toute transparence loin des réseaux de connivence ». Il n’y a qu’envers l’Afrique que de tels propos sont régulièrement émis, soit pour les justifier, soit pour les critiquer. Il faut « simplement » traiter l’Afrique comme les autres pays, dans le même esprit de partenariat aux intérêts réciproques.

Né une génération après les indépendances de 1960, E. Macron doit éviter les discours largement ressassés sur le passé et ceux dépassés de culpabilisation qui arrangent et déresponsabilisent les élites dirigeantes en Afrique sans régler les problèmes de fond politiques et économiques. Il ne s’agit pas de nier l’Histoire mais de se projeter vers un avenir où chacun assume sa part de responsabilité immédiate et future.

L’Afrique a besoin de moins d’État si cela signifie une bureaucratie étouffante et paralysante mais plus d’État s’il s’agit de mettre en place les infrastructures nécessaires. La consolidation des administrations est indispensable afin d’éviter un retour aux clans et tribus de la période précoloniale. Les armées des pays africains doivent être non seulement plus professionnelles mais également plus nationales avec des bases moins ethnico-régionales ou religieuses.

La lutte contre le terrorisme ne doit pas plus justifier aujourd’hui les manquements à la bonne gouvernance, au respect des droits de l’homme et à l’État de droit que ne le faisait la lutte contre le communisme hier. Cette dernière a permis de blanchir le soutien à des régimes détestables qui ont laissé des héritages catastrophiques, source de nombreux maux actuels. Les pratiques flagrantes de corruption qui discréditent les régimes, désespèrent les jeunes, en les poussant à la rébellion, au trafic divers ou à l’immigration, doivent être combattues.

Le combat indispensable contre le terrorisme ne peut se faire en acceptant les pratiques délétères qui le nourrissent. La France n’a pas à choisir les régimes africains à leur place mais, au moment où elle connaît un renouvellement de son personnel politique de très forte magnitude, elle ne peut soutenir de façon inconditionnelle tous les régimes africains. Elle doit avoir des relations avec tous mais conserver ses distances avec certains. Il faut surtout, dans les pays où la démocratie est encore imparfaite, développer les liens avec la société civile. Il ne s’agit pas ici de moralisme mais de realpolitik.

Article co-signé avec Ahmedou Ould Abdallah, ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et président du Centre pour la stratégie et la sécurité dans le Sahara Sahel (Centre4s).

Source : www.iris-france.org

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 00:23

 

Depuis dimanche dernier, le Congo souffre d'une coupure internet qui permet néanmoins depuis quelques jours  un accès restreint aux réseaux sociaux ou aux boîtes mail indiquant un faible streaming comme si la bande passante avait été réduite. Certains me signalent que les images ne sont plus chargées ou que les vidéos sont difficilement lisibles (ce qui était déjà le cas pour les vidéos). La raison évoquée par le régime venu des bords de l'Alima : la section d'un câble WACS (West Africa Cable System) par un bateau de pêche. Etant donné que l'ethnie-Etat s'est déjà autorisée une coupure volontaire lors de la dernière élection présidentielle, nous restons sceptiques. Au pays du mensonge d'Etat chronique, du mensonge devenu religion d'Etat, il faut se poser des questions légitimes :

- Quelle preuve a-t-on que cette coupure n'est pas un acte volontaire de notre Anti-Etat ? Si la cause de l'interruption d'internet semble connue, les preuves de la véracité de cette information manquent néanmoins. Nous aurions apprécié une preuve visuelle plus factuelle. Nous avons en mémoire les propos du ministre des postes et télécommunications monsieur Léon Juste Ibombo - qui menaçait de couper internet, le régime se sentant incapable de rivaliser avec les opposants de l'Etat assassin sur la toile et sur les réseaux sociaux...

- Comment s'est produit l'accident ? Répondre à cette question permettrait d'éviter les accidents dans l'avenir.

- De quel bateau s'agit-il ? On prétend qu'il s'agit d'un bateau de pêche.  Quel est son nom  ? A quelle société de pêche appartient-il ? Quel est son armateur ? Quand a-t-il obtenu son permis de pêche sur notre littoral et nos côtes, dans quelles limites ? Si c'est un accident, cela n'empêche pas que le Congo demande des réparations à ce dernier.

- Qui a fait le constat de l'accident  ? A quel endroit s'est produit l'accident  ? A quelle heure  ? 

- Étant donné que les câbles marins sont au fond de l'eau, comment s'est produit l'accident puisque le bateau flotte en hauteur  ?

- Si par miracle, le bateau a pu gratter le fond de l'océan où se trouve enfoui le câble, comment a-t-il pu venir à bout de l'épais blindage du fameux câble WACS  ?

Un ami mbochi me dit un jour : " Dès que Denis Sassou Nguesso ouvre la bouche, c'est un mensonge qui sort - même lorsqu'il bâille..."Denis Sassou Nguesso est le grand prêtre de la religion LOKUTA (BUKA LOKUTA, MATABISSI NA OYO) ; nous savons qu'il ne faut pas toujours croire la "sainte" parole mensongère officielle.  Quand on règne par la terreur, par l'arbitraire, on ne peut s'accommoder de la vérité car les faits sont toujours contre vous. Et dans ce cas, on tend largement les bras au mensonge. L'Etat assassin devient vite un Etat menteur. Le pays vit alors dans un état mensonger permanent...

Avec un anti-Etat qui s'embarrasse peu de vérité, les Congolais doivent s'habituer au doute. Ils doivent exiger des preuves. Si par malheur le ministre des finances Calixte Ganongo avouait que la situation du pays est économiquement difficile, on est en droit de se dire que la faillite a certainement atteint un sommet et que de la faillite, on est passé à la banqueroute. En effet, lorsqu'un menteur professionnel d'anti-Etat est obligé d'avouer une situation, c'est qu'elle se trouve au-delà de ce qu'il affirme. Il s'agit toujours dans le cas où ils sont obligés de dire la vérité de la minimiser à l'extrême. Nous suivons peu les mensonges officiels d'Etat car depuis très longtemps, notre anti-Etat n'est plus crédible. Il suffit de vous inspirer de l'exemple de Denis Sassou Nguesso face à un journaliste de France 24 pour vous en convaincre : comment a-t-il pu nier la crise dans le Pool ? Dans quel univers vit-il ? Sur la balance de la vérité, la parole de l'anti-Etat, totalement dévaluée, penche outrageusement vers le mensonge. Aussi prenons-nous toute information non prouvée qui vient du régime Sassou-PCTue avec des pincettes.

J'ai enfin pu terminer cet article !

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

SOURCE / LIRE LA SUITE : http://www.demainlenouveaucongobrazzaville.org/coupure-d-internet-interrogations?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_sharebar

 

Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 01:48

Congo-Brazzaville :
Pour La Libération de Modeste Boukadia
Par Gilles Marchand, Président d'Informations sans Frontières

SOURCE : http://www.informationssansfrontieres.com/infos.html

 
Nous sommes nombreux, en France et en Afrique, parmi les proches de l'opposant Modeste Boukadia, président du Cercle des démocrates et républicains du Congo (CDRC) et au-delà, à s'alarmer de son état de santé et à demander à ce qu'il soit évacué en France pour y recevoir des soins.

 

Ex-candidat à la présidentielle de 2009, Modeste Boukadia a été condamné par contumace en 2014 à 30 ans de travaux forcés, puis arrêté à son retour dans son pays il y a un an, placé en détention à Pointe-Noire où il est depuis plusieurs mois hospitalisé dans une clinique privée. Son entourage assure que cet établissement n'est pas en mesure de lui apporter les soins nécessaires. Le ministre de la Justice, Pierre Mabiala, dit avoir demandé une contre-expertise médicale avant de statuer.

Nous tenions à faire le point sur cette situation en publiant l'entretien donné par son épouse à Ziana TV, le 31 mai 2017, interview qui dresse, avec une grande dignité, un bilan global des faits. Elle y fait montre d'un courage et d'une détermination exemplaires. Et souligne plusieurs incohérences dans ce dossier.

Nous sollicitons instamment la mansuétude des autorités de la République du Congo-Brazzaville, afin que cette affaire soit résolue de manière humaine et pacifique, et ce dans les délais les plus courts possibles. Il apparait chaque jour plus clairement que nous ne devons pas laisser les choses se détériorer et qu'une intervention de son président devient déterminante et cruciale afin de résoudre cette crise et de trouver les mots qui iront dans le sens d'un apaisement.

Tout repose sur les décisions qui seront prises par les autorités et sur la qualité de la relation qui s'établira entre elles et les nouvelles instances françaises ainsi que vis-à-vis des décideurs européens. Il faut que les hommes qui sont en mesure de décider de son sort fassent maintenant preuve d'une responsabilité et d'une droiture sans faille.

Nous souhaitons voir rapidement prononcé son retour sous forme de rapatriement sanitaire afin que soit sauvegardée sa santé et que la situation trouve un dénouement positif qui fasse toute sa place à ce happy end que nous appelons de nos vœux. Toutes les forces démocratiques doivent à présent développer des complémentarités afin de voir la famille congolaise réunie autour d'un projet qui permette de nouvelles synergies pour l'avenir de ce grand pays autour de la figure de son président.

Quelque chose d'essentiel serait irrémédiablement brisé dans le cas contraire. Mais il faut absolument s'interdire cette éventualité afin de voir réussi le futur du Congo-Brazzaville. Nous sommes nombreux qui contribuerons de manière désintéressée de près ou de loin à cet avenir que nous espérons radieux pour tous et pour toutes.

Gilles Marchand
Président
Informations sans Frontières

11 Juin 2017

Visitez le Site de Soutien de Modeste Boukadia

Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 00:51
Dans sa livraison no3699, du mardi 13 juin 2017, le journal catholique La Semaine Africaine a publié un article intitulé « Pour Alphonse Claude N’Silou, le drame du Pool aurait pu être évité! ». Cet article, signé par Le Collectif des partisans du R.C [Rassemblement citoyen, le parti du ministre Alphonse Claude N’Silou], se présente comme une réaction à un article publié dans le journal Sel Piment, rapportant des propos présumés du ministre d’État Alphonse Claude N’Silou. Si l’on sait lire entre les lignes, la lecture de cet article suscite deux préoccupations majeures, auxquelles l’article apporte lui-même, de façon malencontreuse, des éclairages on ne peut plus troublants pour un observateur averti de la presse et de la vie politique congolaises.

La première préoccupation est liée à un vice de forme, donc un problème de professionnalisme au niveau du journal La Semaine Africaine. Le fait que l’auteur réagit à un article publié dans un journal, pour en contester la validité des faits rapportés, fait de sa réaction ce que l’on appelle un droit de réponse. Mais, en principe, un droit de réponse doit être publié dans le même journal où l’article incriminé a été publié, et ce, dans les mêmes proportions (même rubrique, même longueur, etc.). On se demande donc pourquoi un droit de réponse à un article publié dans Sel Piment se retrouve dans les colonnes de La Semaine Africaine. Est-ce un manque de professionnalisme de la part de la Semaine Africaine? Ce qui étonnerait, lorsqu’on sait que ce journal est dirigé par l’un des meilleurs journalistes congolais, formé à l’École supérieure de journalisme de Lille (France) et qui a fait ses preuves dans le métier. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ce journal, qui a toujours été dirigé par de vrais professionnels du journalisme, était jusque-là considéré comme le plus fiable et le meilleur de la place. 

La réponse à cette question réside ailleurs, notamment dans le militantisme politique qui a fini par s’infiltrer au cœur même de la rédaction de ce journal dit « catholique ». En effet, depuis quelques années, le directeur de publication de ce journal s’est fait conseiller en communication du ministre d’État et président du Rassemblement citoyen, Alphonse Claude N’Silou. Il s’en suit que cet organe de presse apparaît aujourd’hui comme une caisse de résonnance des activités liées au ministre N’Silou. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à voir le nombre d’articles ou de publi-reportages qui lui sont consacrés dans ce journal. Par ailleurs, comme le pseudonymat est une pratique courante dans la presse congolaise, il ne serait pas surprenant d’apprendre un jour que ce soit le directeur de publication lui-même qui se cacherait dernière ce nom de Collectif des sympathisants du R.C. Plusieurs journalistes congolais sont en effet employés comme agents de communication ou attachés de presse dans des partis politiques. Leur tâche consiste en la promotion des actions du parti mais surtout au soin de l’image et à l’accroissement de la notoriété de son leader, ce qui se confirme ici : le président du RC a été égratigné par la presse, il faut soigner son image. Pour cela, il fallait passer par un journal qui jouit encore d’une certaine crédibilité et d’une audience assez large, quitte à enfreindre la déontologie du métier.

Voilà ce que l’on peut comprendre de cette faute professionnelle. La Semaine Africaine était en réalité le seul journal qui, jusque-là, échappait à l'infiltration politique. Mais, avec de telles pratiques qui enfreignent la déontologie du journalisme, son image de neutralité vis-à-vis du militantisme politique est plus qu’entachée. Ce genre de pratiques confirme en effet le procès fait à son directeur de publication et rédacteur en chef de s’être volontairement détourné de la ligne éditoriale originelle du journal.

La seconde préoccupation est liée au contenu même de l’article. En résumé, la réaction du Collectif des sympathisants du RC révèle que la cause de la guerre actuelle dans le département du Pool réside dans le fait que Guy Brice Parfait Kolelas avait rompu l’alliance entre le PCT et le MCDDI, en se présentant à l’élection présidentielle de 2016 : « Foulant aux pieds l’esprit de cet accord, ce dernier ambitionna de se présenter à l’élection présidentielle, sans entente avec son allié […] ». Tout est dit : il y a la guerre dans le Pool parce que le fils de Bernard Kolelas a osé affronter Denis Sassou Nguesso à l’élection présidentielle! Ceci veut dire que si Guy Brice Parfait Kolelas ne s’était pas opposé à Denis Sassou Nguesso, il n’y aurait pas de guerre dans le Pool. Car, dit l’article, le « grand frère », qu’est le ministre d’État Alphonse Claude N’Silou, l’avait déjà prévenu : « Si tu fais ça, voilà les conséquences qui risquent de se produire et ton peuple [les populations du Pool et de Brazzaville Sud] qui est encore convalescent, va souffrir ». On comprend facilement que les souffrances actuelles des populations du Pool sont la conséquence de la confrontation politique entre Denis Sassou Nguesso et Guy Brice Parfait Kolelas. La faute des populations du Pool qui leur vaut toutes ces souffrances, c’est d’avoir voté massivement Guy Brice Parfait Kolelas à l’élection présidentielle de 2016, en lieu et place de Denis Sassou Nguesso dont les partisans originaires du Pool ne cessaient de scander pendant la campagne électorale : « Si vous ne votez pas l’éléphant [l’emblème du candidat Denis Sassou Nguesso], vous retournez dans la forêt », l’expression « retourner dans la forêt » signifiant ici revivre les affres de la guerre.

Sans le vouloir certainement, le Collectif des sympathisants du parti du ministre d’État Alphonse Claude N’Silou vient d’apporter la réponse que tout le monde attendait au sujet de cette nébuleuse qu’est la crise armée dans le Pool : il s’agit d’une punition infligée par Denis Sassou Nguesso à Guy Brice Parfait Kolelas, le fils de son défunt allié politique,  tout comme il l’avait fait à son père, entre 1998 et 2003, lorsque ce dernier avait rompu cette fameuse alliance politique, avant de la rétablir en 2005. Les populations du Pool sont donc en train de revivre le même « châtiment collectif pour appartenance ethnique »[1] que le même commanditaire leur avait fait subir entre 1998 et 2013. C’est donc le président Sassou Nguesso qui est en train de faire tuer les populations et détruire les villages du Pool, pour la simple raison qu’un rejeton du Pool, qu’il avait lui-même fait ministre de son gouvernement, a osé le défier politiquement. Merci donc à ce collectif d’avoir rendu service à la vérité, bien que de façon non intentionnelle : il a permis en effet de comprendre le vrai enjeu et le vrai commanditaire des massacres actuels dans le département du Pool.

La leçon à tirer de cette opération de communication ratée, c’est qu’elle va plus desservir le président du RC qu’il ne le servira : comment réagira en effet le président Sassou Nguesso qui y est désigné comme le commanditaire des massacres dans le département du Pool? En voulant protéger son propre président du parti, tout en cherchant à jeter l’opprobre sur Guy Brice Parfait Kolelas, ce collectif a inconsciemment mis à nu la responsabilité du président Denis Sassou Nguesso dans les massacres des populations du Pool. On ne voit pas comment Guy Brice Parfait Kolelas pourrait être responsable de cette tragédie, lui qui n’a fait que chercher à s’affranchir d’une tutelle politique qu’il estimait ne plus être à sa convenance, et ce, de façon démocratique. Serait-ce un péché, voire un crime de s’affranchir d’une tutelle politique ou de s’affronter démocratiquement avec un allié politique?

Pourtant des exemples de ce type ne manquent pas dans ce monde! Le plus récent et le plus pathétique vient de nous être offert par la France dont singeons pourtant les institutions : le désaccord politique, puis la passation des pouvoirs entre François Hollande et Emmanuel Macron. On sait bien que c’est François Hollande qui avait promu Emmanuel Macron en politique, jusqu’à faire de lui un grand ministre. Pourtant cela n’a pas empêché Emmanuel Macron de faire prévaloir ses propres ambitions, le moment venu, et de se libérer de la tutelle de son mentor auquel il a finalement fini par se succéder. Belle leçon de démocratie! On objectera que ceci s’est passé dans un pays d’Europe, une vielle démocratie, de surcroît. Soit! Mais cela s’est aussi réalisé dans un pays africain, en l’occurrence le Sénégal, entre l’ancien président Abdoulaye Wade et l’actuel président Macky Sall. Au Congo-Brazzaville, la rupture d’une alliance politique aboutit toujours à des affrontements armés, et ce, depuis 1959. Allez-y comprendre quelque chose!

Mattathias Bilelo

[1] Krysis Kilokila-Kiampassi, Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville. Un châtiment collectif pour appartenance ethnique, Paris, L’Harmattan, 2005.

Repost 0