Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 17:37
Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso, un tyran sous hautes protections...

Sassou-hollande-7 juillet-2015 -

Par Rigobert OSSEBI -

Selon un sondage TNS Sofres-OnePoint pour RTL, LCI et Le Figaro (*), publié vendredi 17 juin 2016, seuls 7% des Français souhaitent que François Hollande se présente une seconde fois….

Mais que le futur candidat éventuel souhaité, pour le moment, à 7% se rassure, dans l’entourage du non-président congolais 8%, Denis Sassou Nguesso, il fait un carton plein : 100% ! Les proches de ce dernier ne tarissent pas d’éloges à son égard : « Il est bien François Hollande, il aime bien Denis ! Il est bien ce président, il ne dit rien contre Sassou Nguesso… ! Etc., etc., ! »

Fort de cette protection, de ce parapluie, la dictature congolaise se renforce et se durcit.

Trêve de pourcentage, l’encensement n’est pas très flatteur pour la Rue de Solférino ou pour l’Elysée qui avaient annoncé, en 2012, la fin prochaine de la Françafrique. Ce dernier bon résultat (100%) doit ravir de plaisir et d’orgueil ceux qui y ont œuvré. Dans un récent article de Libération, Maria Malagardis avait révélé : «….. Jean-Yves Ollivier, un homme d’affaires français proche de Sassou et faisant parfois office de diplomate de l’ombre. Puis celle de l’ambassadeur de France Jean-Pierre Vidon. Ces émissaires venaient-ils lui apporter le soutien de la France, ou du moins tenter une médiation ? Si ce fut le cas, elle semble très orientée.«Jean-Yves Ollivier s’est présenté chez moi en affirmant qu’il était chargé d’une mission par les autorités françaises», dit Mokoko, ce que démentent l’Elysée et l’intéressé. «Il m’a expliqué que la France allait reprendre sa collaboration avec Sassou et qu’elle ne soutiendrait plus l’opposition», ajoute le général reclus, précisant que «c’est Ollivier qui [lui] a annoncé la visite de l’ambassadeur, dont le discours est allé dans le même sens… »

L’Elysée et « l’intéressé » ont démenti… Heureusement et « honni soit qui mal y pense » car Jean-Yves Ollivier, médaillé de la Légion d’Honneur grâce à Manuel Valls, s’était acquis une certaine notoriété en affirmant, concernant Denis Sassou Nguesso : « L’argent ne compte pas pour lui, il en use comme d’un moyen politique ». [Pouvait-on affirmer plus clairement que « Sassou Nguesso corrompt » ?]

Autres remarquables pourcentages, les avions vers le Congo sont vides ou presque ; et pleins à 100% à leur retour. Les hôtels à Brazzaville et Pointe Noire ont des taux de remplissage extrêmement bas, rarement au-delà de 20%, mais les prisons débordent au taux record de 300%, surtout celles des deux capitales, économique et politique.

Lors de la première transition, celle d’André Milongo, Maurice Nguesso et Justin Leckoundzou furent emprisonnés. L’entourage de Sassou 1er, inquiet, regrettait alors de ne pas avoir modernisé les prisons qui dataient de l’époque coloniale, à défaut d’en avoir construit de nouvelles. De retour au pouvoir par les armes, le bâtisseur infatigable faillit une nouvelle fois à cette sage précaution, préférant investir avec ses garnements dans des palaces, de l’Alima ou pas ; pariant peut-être qu’il pourrait être condamné à séjourner « à vie » dans une des suites qu’il aura construites… ?

Tout cela n’empêche pas les incarcérations d’aller bon train. La liste des prisonniers politiques ne cesse de s’allonger depuis l’embastillement du Colonel Marcel Ntsourou, sans réaction de l’opposition. Paulin Makaya, Modeste Boukadia et tous les autres ont été rejoints depuis par le Général Mokoko. Ceux de ses rivaux, qui n’ont pas été éliminés comme les Ange Diawara, Marien N’Gouabi, Pierre Anga et Yves Motandeau, ne peuvent que se résigner à ce triste sort.

Si petites et remplies que soient les prisons congolaises, Monsieur 8% ne ralentit pas le flux des incarcérations sans jugement, sans restreindre leur accès à la seule catégorie de ses opposants présumés.

Dans cette dérive pénitentiaire, les Nguesso apparemment seuls contre tout le Congo, envoient des éléments cagoulés, peut-être Rwandais ou Burundais, s’emparer de nos concitoyens et régler leurs propres comptes ou ceux de leur premier cercle. Après la confiscation des milliards de dollars du pétrole congolais, c’est à la liberté individuelle ou collective qu’ils s’en prennent.

Le 14 juin dernier, peu avant l’incarcération du Général Mokoko, le ministre de l’injustice, des droits inhumains et de l’élimination des peuples autochtones, Pierre Mabiala, avait ordonné l’ouverture d’une information judiciaire au pénal contre Vincent Pena Pitra, le dernier président du syndic liquidateur de l’ex-Air Afrique.

Cet Avocat-Expert comptable, d’origine cabindaise, est une personnalité bien connue de la société civile congolaise. Avec son frère, Avocat et ex-bâtonnier de Pointe Noire, Gilles Pena Pitra, ils n’ont pas le profil des habituels opposants ou suspectés de l’être. Si ce dernier, Gilles, apparaissait être un sympathisant du régime, Vincent a toujours montré une proximité avec le Cabinda et les luttes qu’il soulève. Toutes pacifiques qu’elles soient, au sein du Front Consensuel Cabindais (FCC) qu’il préside, ses préoccupations dérangent Luanda ; tout comme ses interventions en faveur de la libération de militants cabindais incarcérés en Angola. Plus encore, le dialogue, qu’il prône, ses voyages à Washington et ses interviews sur la Voix de l’Amérique irritent…

La volonté de liberté d’expression et les aspirations démocratiques sont très mal perçues au Congo comme en Angola ; anciennes républiques marxistes-léninistes qui n’avaient de populaires que les noms.

Hasard et coïncidence, Monsieur 8% se trouvait à Luanda, ce même 14 juin, où il participait au 6e Sommet annuel des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Conférence internationale pour la région des Grands lacs (CIRGL). Il a pu ainsi offrir, sur un plateau d’argent, en temps réel au président Dos Santos, l’arrestation menottée du contestataire cabindais Vincent Pena Pitra, Président du FCC, au prétexte qu’il avait détourné les droits des travailleurs de l’ex-Air Afrique.

Quel meilleur gage de défenseur des droits de l’Angola sur le Cabinda, Monsieur 8%, l’homme de Kimongo, pouvait donner à Eduardo Dos Santos ? Chassé par le peuple congolais et réinstallé sur son trône par les forces angolaises, le tyran prétend toujours être le seul à réellement protéger l’Angola de l’autonomie cabindaise.

Denis Sassou Nguesso, Monsieur 8%, meilleur ami de la France, et meilleur ami de l’Angola oublie toujours qu’il aurait dû être d’abord le meilleur ami du peuple congolais. Cette stratégie de cour d’école, la protection par un plus grand que soi, ne vaudra plus rien lorsque le peuple tout entier se soulèvera. Tôt ou tard !

Si l’incarcération du Général Jean Marie Michel Mokoko a renforcé les convictions populaires dans le combat à mener contre l’usurpateur, celle de Vincent Pena Pitra ébranle les membres de la société civile congolaise qui s’accommodait de ce pouvoir dictatorial. Deux erreurs de plus commises. Deux erreurs de trop. Monsieur 8% ne tardera à en payer bien vite l’addition autrement qu’avec l’argent dont il a vidé toutes les caisses du pays.

Rigobert OSSEBI

sassou-valls

Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso, un tyran sous hautes protections...
Repost 0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 14:04
(Afrique/Françafrique/Congo-Brazzaville) La mangouste et le cobra

Le combat entre Rikki-Béné la mangouste et Nag-Ssou le cobra

Par Pierre Franklin Tavares

Le conte qui suit relate une farouche dispute qui vaut pour tous les tyrans d’Afrique. Qu’aucun d’eux ne se sente donc visé, même si, au vrai, les faits rapportés et les descriptions indiquent de frappantes ressemblances avec l’un d’entre eux. Au reste, que tous les Calliclès qui, jour après jour, exhortent les tyrans à une politique de force et les réconfortent dans l’opinion fausse selon laquelle le droit de l’État (et non l’État de droit) est la puissance du droit du tyran et que celle-ci est octroyée par Dieu ou par la nature, que tous ces flatteurs-là, s’ils le peuvent, méditent les lignes du combat entre le cobra et la mangouste.

Il était une fois…

Il était une fois, dans un pays lointain, latitude 4°15’58’’ Sud et longitude 15°16’59’’ Est, un État : la République de Prisonville.

Un vieux tyran y régnait, sans partage, sur une masse de sujets, après avoir réussi à « suspendre » le peuple, pour le seul profit de son clan. La misère y était grande. Cependant, il ne la voyait pas ou, plus exactement, il croyait le contraire de ce que ses yeux lui donnaient à voir. Comme tous les tyrans, il était aveugle volontaire.

Il dirigeait tout en maître, depuis un demi-siècle, n’organisant que des élections nocturnes, récusant les résultats lorsqu’elles lui étaient défavorables et tuant, assignant à résidence ou emprisonnant tous ceux qui remettaient en cause son pouvoir, ses plaisirs et sa beauté. Il apportait un soin méticuleux à son apparence, au point d’accorder une importance démesurée à ses tenues vestimentaires. Lui seul représentait son pays sur la scène internationale. L’État, c’était lui, rien, que lui. Sa personne se confondait avec les institutions publiques.

Il se disait et se faisait dire descendre d’une lignée redoutable : le Cobra royal, dont il avait emprunté les attitudes et les réflexes. Son nom : Nag-Ssou, cousin du célèbre cobra Nag. Il défendait la tyrannie comme mode de gouvernance et avait cédé à la chrématistique, terme d’Aristote (Les Politiques) qui désigne l’accumulation compulsive de l’argent pour l’argent et vue de son propre plaisir, un travers que Pamelo Mounka a si bien mis en chanson .

Parmi ses sujets, il y en avait un de modeste lignée, celle des Herpestidé : la mangouste Rikki-Béné, neveu de Rikki-Tikki-Tavi. Il était rebelle dans l’âme et opposé à toute tyrannie, prônant même un farouche humanisme. C’était un idéaliste, qui voulait enchanter la démocratie et instaurer une République. Un patriote.

Nos deux personnages s’étaient échappés du Livre de la jungle de Rudyard Kipling, pour s’affronter dans le monde réel. Ils représentaient des figures diamétralement opposées dont l’affrontement était inévitable.

Le cobra et la mangouste

Un matin apporta le jour de l’affrontement politique, inéluctable : qui du cobra et de la mangouste l’emporterait pour diriger la Cité ?

Pour la circonstance, tous les animaux de basse-cour et de la faune tropicale étaient réunis, en cercle comme autant de spectateurs excités. Soudain, plus de lumière. Plus de tam-tam pour répandre les nouvelles. Les frontières du pays fermées. Quel étrange décor. Le combat devait se dérouler à huis clos, et chacun sait bien pourquoi.

L’un, le singe, plus malin, tenait les paris, pleins les poches. Les parieurs étaient agités et parmi eux quelques-uns avaient déjà passés un accord secret avec le cobra, parce qu’ils certains de sa victoire.

L’autre, compère lapin, pérorait sur la rapidité du reptile et l’agilité de l’herpestidé. Qui l’emporterait ? Il ne se risquait guère à un pronostic. Un autre encore, le lion, général de son État, plus disert et sûr de ses muscles, jurait de l’impartialité de l’arbitrage mené par le frelon, président de la Cour constitutionnelle.
Rikki-Béné la mangouste et Nag-Ssou le cobra se faisaient face. Entame immédiate. Le premier, long de 95 cm, la queue touffue relevée et les petites oreilles dressées, tourna autour du cobra, en feignant quelques vives esquisses d’attaques en guise de test. Ce semblait être un jeu ou une provocation.

Nag-Ssou, sur la défensive, dresse le tiers de son corps au-dessus du sol et, pour impressionner le public et son adversaire, déploie son capuchon pour élargir sa tête, qu’il balance de droite à gauche, puis en avant et en arrière, prêt à mordre. Alors les paris montent.

La mangouste passe de nouveau à l’attaque. Le cobra siffle, montre son venimeux crochet, vise et, s’élançant tel un ressort, tente de le mordre pour lui inoculer son venin. Rikki-Béné, alerte et véloce, évite la première morsure, et par un saut vif, tel un voltigeur, se retourne sur lui-même avec grâce pour retomber sur ses pattes. Quel athlète ! La gueule entrouverte, l’air moqueur, il donne même l’impression de sourire et de ne point prendre au sérieux son adversaire. La même scène se répète, deux, trois, quatre fois et plus. La mêlée est furieuse et se prolonge, sans que l’on puisse déterminer qui sera le vainqueur. D’autant que les morsures de Nag-Ssou n’ont pas d’effet. Il ignore que la mangouste est immunisée. La mêlée est de nouveau énergique, vive, chacun mordant l’autre. Puis ils s’enroulent, se séparent, s’attrapent encore. Nag-Ssou ne parvient pas à prendre le dessus et recule tout en étant vigilant. C’est alors que Rikki-Béné réussi à lui saisir la mâchoire inférieure et Nag-Ssou se tortille de douleur dans tous les sens comme un ruban agité et tente de se dégager. Rien n’y fait. Et à force d’attaques et de petites morsures, le corps couvert de blessures, Nag-Ssou commence à donner des premiers signes d’épuisement. Rikki-Béné lâche prise, pour aussitôt saisir la nuque du cobra, dont c’est le principal point faible, son talon d’achille. Le reptile n’en peut plus. Son corps se tortille. La mangouste est maîtresse du combat. Elle sait désormais son adversaire vaincu, la mâchoire broyée et le corps blessé. Elle le laisse agonisant. Nag-Ssou met à profit ce répit pour prendre la fuite au travers des broussailles. Rikki-Béné n’exerce pas son droit de poursuite et lui laisse la vie sauve.

Toute la basse-cour et la faune tropicale exultent, y compris ceux qui ont perdu leurs paris. La tyrannie est abolie. La République est rétablie.

Le lecteur aura compris la trame et la signification de cette histoire : les démocrates l’emportent toujours sur les tyrans, comme tous les David sur les Goliath.

LIRE LA SUITE : http://www.pftavares.fr/la-mangouste-et-le-cobra

Repost 0
Pierre Franklin Tavares - dans Afrique Françafrique Sassou Nguesso Congo-Brazzaville PCT
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 10:20
(Congo-Brazzaville/Guinée/Françafrique) Alpha Condé manœuvre auprès de Hollande pour Sauver Sassou Nguesso

En politique on dit souvent que le présent à ses racines dans le passé proche et lointain, et l’avenir dépend de ce que l’on fait du présent. Ironie du sort, Alpha Condé, opposant torturé par le régime Conté, semble oublier son passé d’opposant d’hier, puisque c’est lui qui manœuvre auprès de ses amis socialistes français pour sauver le dictateur Sassou-Nguesso qui vient de s’autoproclamer président de la République du Congo après un hold-up électoral.

En effet, Alpha Condé a manœuvré auprès de ses amis socialistes français pour que Bertrand Cochery, précédemment en poste à Conakry rejoigne Brazzaville pour sauver son ami Sassou-Nguesso. Les Congolais issus de la colonisation (d’origine guinéenne en particulier) sont déçus par l’attitude du président Alpha Condé de vouloir sauver le dictateur Sassou-Nguesso. Ce monsieur ignore que l’humanité est une entité collective dont les membres sont solidaires. Puisque le destin politique de l’Afrique est un destin collectif. Chaque président démocrate a une fonction à remplir, à la fois pour son pays et pour les autres pays, en cas de violation des valeurs communes partagées.

D’ailleurs, les plus grands hommes politiques du monde n’hésitent pas à défendre les peuples opprimés et écrasés par la dictature. Plus ils les défendent, plus ils s’élèvent. C’est la même chose aussi pour les grands hommes d’affaires qui n’hésitent pas à distribuer une bonne partie de leurs gains directement ou par l’intermédiaire des diverses associations, plus ils donnent, plus ils s’enrichissent.

Raison pour laquelle, face à l’imposture, face à un hold-up électoral, face à la barbarie et face aux violations répétées des droits de l’homme et des valeurs démocratiques ; nous devons tous nous mobiliser pour barrer la route à la dictature. Que nous soyons Noirs ou Blanc, Jaunes ou Rouges ; cela n’a aucune espèce d’importance, parce que le destin politique de l’humanité sur la planète terre est un destin collectif.

Par conséquent, c’est ensemble que le monde a combattu le nazisme ou l’apartheid. C’est ensemble que nous devons défendre la volonté populaire sortie des urnes au Congo. Défendre le verdict sorti des urnes le 20 mars au Congo, c’est défendre la démocratie et les droits de l’homme. En termes un peu plus claire, c’est participer de manière subtile mais effective à la vie de la communauté humaine.

Pour terminer, « quand tu ne sais pas où tu vas, n’oublie jamais d’où tu viens. » Être démocrate passe par l’exemple, et que malheureusement les bons exemples sont rares chez Alpha Condé. Il ne suffit pas de dire que je suis démocrate. Il ne suffit pas de dire que j’ai été un opposant opprimé. Parce qu’Alpha Condé n’utilise pas ces deux statuts pour faire le bien. Par contre en voulant sauver Sassou-Nguesso à tout prix, il montre qu’il est un dictateur intéressé par l’argent. Ne donne-t-il pas raison à ceux qui affirment que : « lorsque la France soutient un Noir africain, ce Noir est un danger pour le continent? ».

LIRE LA SUITE :

http://guinee28.info/congo-brazzaville-alpha-conde-manoeuvre-aupres-de-hollande-sauver-sassou-nguesso/

Repost 0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 20:30
France/Congo-Brazzaville) La France trahie par la Françafrique et Sassou-NGuesso

François Mitterrand et les présidents africains lors du 16e sommet franco-africain à La Baule, le 20 juin 1990.

Par Rigobert OSSEBI -

La Gauche, dans l’opposition, n’avait jamais cessé de crier son hostilité à la Françafrique.

Depuis son retour au pouvoir en 2012 jusqu’à la bénédiction hollandaise du référendum anticonstitutionnel de Sassou Nguesso, en octobre dernier, elle est tombée irrésistiblement sous le charme équivoque du dictateur congolais, et de la Françafrique qu’il personnifie ; et elle ne cesse d’avoir pour lui les yeux de Chimène ou de Yamina…

Au prétexte de se débarrasser d’un empêcheur de tourner en rond, Marien N’gouabi qui ne tolérait pas la corruption, la « Francafrique » crut bon de miser en 1977 sur un Denis Sassou Nguesso, noceur impénitent. Le premier choc pétrolier de 1973 avait appelé à une diversification des approvisionnements ; la substitution du Golfe persique par le Golfe de Guinée.

Pour empêcher tout retour en arrière, à Brazzaville, un bain de sang engloutissait deux Présidents et un Cardinal ; dans la même semaine de mars 1977, Jacques Chirac accédait à la mairie de Paris. Le Comité Militaire du Parti (CMP) qui prit la direction du pays ne fit aucune obstruction à l’exploitation pétrolière, bien au contraire.

Dès septembre 1978, un second choc pétrolier s’annonçait à Téhéran avec des émeutes violemment réprimées. C’était le début de la révolution iranienne, qui provoqua la fuite du Shah le 16 janvier 1979. Dans cet environnement bouleversé qui laissait planer des craintes de pénuries de produits pétroliers sur les marchés français et mondiaux, le choix du colonel putschiste se justifiait pleinement alors. Le 5 février 1979, Denis Sassou Nguesso n’eut aucun mal à obtenir les sacs d’argent qui lui permirent d’acheter le Comité Central du PCT et d’envoyer Joachim Yhombi pour dix années de résidence surveillée. En cet espace de temps, le prix du baril de pétrole avait triplé pour se retrouver à 40$ en septembre de la même année.

Sassou I (1979-1992) : Allégeance (partielle)

France et Françafrique, durant ce Sassou I, eurent des intérêts communs. Sassou bénéficia d’une aide massive de la France. Conseillers d’ELF et consultants français affluaient auprès de « l’homme du 5 février » qui n’hésitait pas à poser sur des affiches 4×3 en lunettes noires et tenue de para au côté d’André Tarallo, son bienfaiteur pygmalion-bygmalion, le « Monsieur Afrique » d’ELF. A la faveur du 1er Plan quinquennal, un grand nombre d’entreprises françaises s’installèrent au Congo ; elles profitèrent de la presque totalité des marchés. Cependant, une bonne partie plia bagages à partir de 1986 lorsque le prix du baril retrouva son niveau antérieur au second choc pétrolier, aux alentours de 15 dollars le baril ; avec des recettes divisées par 3. Les mauvais choix économiques, la mauvaise gestion, la déliquescence des mœurs et du rôle des institutions, une corruption progressivement généralisée amenèrent le pays à sa première ruine ; et à la Conférence nationale, qui n’était qu’une révolution avortée, pour avoir été trop à l’écoute de l’ambassade de France.

Seul progrès notable : à mi-parcours de cette première présidence, DSN avait troqué ses tenues militaires pour d’élégants costumes pour mieux déclarer son émancipation et la distance qu’il voulait prendre de ses bienfaiteurs de la première heure.

ELF fut la grande gagnante de cette époque. Elle put rejoindre le Top 10 des Majors pétrolières et intégrer son vaisseau amiral de la Défense à Puteaux ; qui pouvait dire combien de pétrole avait été réellement extrait durant cette période de l’offshore congolais ?

Sassou II (1992-1997) : L’exil dans le désert gabonais et parisien

Contrairement à ce qu’il affirmait à cette période, « cinq ans ce n’est pas très long ! », ces quelques années lui parurent une éternité. Durant celles-ci, du désert à traverser, il avait beaucoup appris de son gendre, feu-Omar Bongo, figure dominante de la Françafrique et de la Franc-maçonnerie. Mais contrairement à ce dernier, foncièrement francophile qui tentait de donner de lui une image d’un homme ouvert et généreux, Sassou-Nguesso forçait volontiers le trait de sa capacité de nuisance, celle d’un homme naturellement mauvais, doublé d’un ego démesuré.

Sassou III (1997-2016) : La vengeance

Ce retour au pouvoir a été l’occasion pour lui de se venger de ceux qui l’avaient abandonné et paradoxalement, aussi, de ceux qui l’avaient aidé lorsqu’il était en exil et en position de faiblesse… (Enigme Jean-François Probst et de quelques autres.) Vingt années ne sauraient suffire à effacer sa rancune envers ceux, dont la France, qui l’avaient poussé à abandonner son pouvoir en 1992. Le même sentiment existe toujours envers les Vilis, qui « nous » avaient vendus (aux esclavagistes) et bien évidemment envers l’ancienne puissance coloniale… Cependant pour masquer son hostilité à l’encontre de cette dernière, ce grand maître de la cosmétique s’achetait les bonnes grâces de ses principaux dirigeants qui préféraient leurs intérêts personnels à ceux du pays qu’ils devaient servir. Il devint alors le Parrain, au sens mafieux, de la Françafrique.

  • Effacement de la dette

La France concéda le plus gros effort, presque 3 milliards d’euros. Remise à zéro des compteurs de Sassou I, le dictateur s’amusa à reprendre ce qu’il avait concédé alors à sa bienfaitrice.

  • Grands Travaux

La Chine attendait l’effacement de la dette pour ouvrir les robinets de ses crédits pour les « grands travaux ». Le Congo de Sassou Nguesso s’est alors offert à la Chine. In fine, la Chine était-elle vraiment moins chère ? Rien n’est moins sûr d’autant plus que le clan familial Nguesso participe au capital de bon nombre d’entreprises chinoises présentes au Congo. Le BTP a été une manne gigantesque pour des sous-traitants divers installés au Congo, Libanais et Français proches du pouvoir. Les grandes sociétés françaises n’obtenant que de rares contrats ; seulement en contrepartie des aides et financements nouveaux apportés par l’Europe ou par la France.

  • Pétrole

TOTAL-ELF détenait toutes les cartes et permis ou presque à l’aube de Sassou I. ENI, sleeping partner, fut longtemps confiné au rôle de 5ème roue du carrosse. Le mariage de Cendrine Sassou Nguesso avec l’Italien Fabio Ottonello fut un des éléments qui inversa la situation. Aujourd’hui ENI détient 4 à 5 fois plus de réserves prouvées que le Français. TOTAL ainsi qu’ENI voient, d’un sale œil, aujourd’hui des sociétés sangsues (AOGC, Kontinent, Petro Congo) entrer à leurs côtés dans l’exploitation de certains permis.

  • Forêts

Les partenaires français traditionnels ont été remplacés par les enfants du clan présidentiel. Les concessions sous-traitées à des opérateurs asiatiques. De 500.000m3 en 1997, la production forestière tourne à près de 2.500.000 m3 maintenant. Le Mayombe (dans le Sud) est en voie d’être rasé par des opérateurs malaysiens proches du couple présidentiel.

Les plantations d’Eucalyptus, près de Pointe Noire, créées par la France, CTFT (Centre Technique Forestier Tropical) sont exploitées par des Canadiens et leurs partenaires asiatiques également proches du pouvoir congolais. Cédées par ce dernier pour un sac de billes, elles ont rapporté des centaines de millions de dollars aux exploitants.

  • Mines

Le domaine minier congolais avait été parfaitement exploré à l’époque coloniale. A l’indépendance seule la mine de Potasse, dans le Kouilou, avait subsisté jusqu’à son inondation (politique) à la fin des années 70. Depuis 1997, sous la férule de Pierre Oba, Ministre des mines, qui venait se faire soigner régulièrement en France, tous les permis d’exploitation ont été accordés à des sociétés non-françaises (chinoises, australiennes, canadiennes etc.). Ces permis ont fait l’objet d’un commerce lucratif (notamment pour MagIndustries impliquées dans l’exploitation des forêts d’Eucalyptus et dans la production chimérique de magnésium) jusqu’à l’effondrement des cours des matières premières qui a donné un coup d’arrêt fatal à l’industrie minière au Congo.

  • Agriculture et élevage

Le Congo, paradoxalement, est un quasi désert agricole. Rien ne s’y produit ou presque. Un exploit pour des terres aussi riches et aussi naturellement irriguées. Les barrières opposées au développement agricole frisent le génie, maléfique évidemment. La France n’a pu y exporter son savoir faire. Les autres pays non plus. Seules exceptions, Saris Congo à Nkayi du groupe français Vilgrain parvient à maintenir sa production de cannes à sucre ; et le ranch du dictateur congolais à Oyo demeure la seule structure d’élevage dans tout le pays…

  • Flux migratoires

La présence française au Congo est insignifiante, si l’on ne tient pas compte des binationaux franco-congolais, au regard de la relation historique entre les deux pays et de la progression remarquable d’autres nationalités, dont la chinoise. Inversement la communauté congolaise et franco-congolaise en France tournerait autour de 200.000 personnes et constitue la plus forte diaspora congolaise de l’étranger.

  • Terrorisme et sécurité aérienne

De tous les pays d’Afrique, le Congo est incontestablement celui qui a enregistré le plus « d’accidents » et d’attentats dans les transports aériens.

10 mars 1984 : DC-8 F-BOLL avion parti de Brazzaville, explosion à Ndjamena soute à bagages

5 Février 1987 : Avion privé de Michel Baroin (mort avec 7 personnes) . Parti de Brazzaville

24 juillet 1987 : DC10 Air Afrique RK55 départ Brazza Détourné sur Genève. 1 mort français

19 sept 1989 : DC10 UTA Explosion en plein vol. Parti de Brazzaville 170 morts

19 juin 2010 : Vol Aero Service pour Sundance Resources. Crash 11 morts

  • Sécurité régionale

Finalement, dans la crise centrafricaine les masques sont tombés. Denis Sassou Nguesso n’est pas l’homme de paix qu’il veut bien dire ; à Bangui ou dans le Pool… !

Avec un pareil bilan de la coopération congolaise avec la France, il faut saluer la capacité de persuasion des réseaux françafricains qui font accepter le dictateur congolais comme un grand ami de cette dernière. A un tel niveau de désinformation, ce n’est plus de la tromperie mais bien de la trahison… !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 10:54
(Afrique/Françafrique) Un rapport du ministère français de la défense fait froid dans le dos...

PANAFRICANISME : Un rapport du ministère français de la défense fait froid dans le dos - Le nationalisme africain et le panafricanisme présentés comme des menaces pour l'Occident! -

| par Théophile Kouamouo -

Crédit photo : Collectif ReAct

Publié en octobre 2012 dans Le Nouveau Courrier, cet article me semble toujours pertinent alors que la crise malienne souligne cruellement l'incapacité des Etats africains à se doter d'une véritable politique de défense commune. Et conforte les options stratégiques de la France, développées ci-après.

Et si les rapports des experts en questions stratégiques, dans toute leur aridité, étaient plus à même de nous éclairer sur les vrais enjeux de notre monde que le storytelling des médias occidentaux dominants dégoulinants de «bons sentiments» manipulatoires ? En tout cas, le dernier rapport édité par le ministère français de la Défense, et qui est plus que jamais «à la mode» alors que le sommet de la Francophonie de Kinshasa se prépare fiévreusement [cet article a été publié pour la première fois le 10 octobre 2012, ndlr], gagne à être lu et analysé. Le rapport prospectif à 30 ans dénommé «Horizons stratégiques» décrit les tendances lourdes de la politique extérieure et de défense française à long terme. Ce qui signifie qu’il est, peu ou prou, endossé par les deux principaux partis de gouvernement qui dirigent alternativement la France – et qui se prémunissent avec une solidarité exemplaire contre toute menace qui viendrait troubler leur confortable jeu de ping-pong.

Bertrand Badie, un des plus éminents spécialistes des relations internationales de l’Hexagone, qui dirige L’Etat du monde, encyclopédie géopolitique de référence et enseigne à Sciences-Po Paris, ne s’y est pas trompé. «Hollande est dans la continuité de Sarkozy. Pas tellement sur le verbe et la forme, car les deux hommes n'ont pas le même tempérament, mais sur le plan thématique, sur la ligne politique, François Hollande n'a pas montré de volonté forte de rupture. La politique étrangère a été la grande absente de la campagne électorale, aucun thème n'a été soumis au débat public, il n'est donc pas étonnant que Hollande n'ait annoncé ni proposition nouvelle, ni initiative spectaculaire, ni virage politique. (…) Depuis le début de la Vè république, la gauche n'a jamais fait l'effort de définir ce qu'est une politique étrangère de gauche. François Mitterrand qui avait vilipendé la politique étrangère du général de Gaulle s'est finalement aligné lorsqu'il a accédé à l'Elysée en 1981. Et ses successeurs ne se sont pas beaucoup intéressés à la politique étrangère. Il y a là un manque. Le travail de critique et de réflexion en profondeur n'est pas mené. D'ailleurs, la politique étrangère de Nicolas Sarkozy a été très peu critiquée par la gauche. Il n'y a pas eu de débat sur l'intervention en Libye. Celui sur la réintégration de la France dans l'Otan a été extraordinairement discret», a-t-il expliqué le 27 septembre dernier dans Le Journal du dimanche.

Le style change, mais le fond demeure, donc. Du coup, le document stratégique du ministère de la Défense, visiblement finalisé fin avril dernier – avant donc la débâcle de Nicolas Sarkozy – reste d’actualité. Que dit ce document sur le monde, la France et l’Afrique ?

Le déclin de l’Occident anticipé… et redouté

Le texte indique que parmi les «lignes de force» des décennies qui viennent, il y a «la fin de la domination occidentale». Nous nous dirigeons manifestement vers «un monde post-américain». Il existe «un risque de déclassement de l’Europe», et «l’affirmation de nouvelles grandes puissances, aux trajectoires toutefois incertaines» (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), devrait se poursuivre. «L’accélération de la mondialisation» est également une ligne de force dans un contexte de «transition géopolitique marquée par une instabilité et une volatilité croissantes». Tout cela, on s’en doutait un peu…

Qu’anticipe donc le document stratégique français en ce qui concerne l’Afrique subsaharienne ? «Vingt ans après la fin de la guerre froide, le continent devrait continuer à voir son importance géopolitique s’accroître sous l’effet de la concurrence économique entre puissances émergentes «du Sud» (Chine, Inde, Brésil) et puissances en déclin relatif (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie). Néanmoins, les sous-régions d’Afrique pourraient évoluer distinctement en fonction de leur environnement extérieur (systèmes Corne/péninsule arabique), Sahel/Maghreb/Europe, Afrique de l’Est/sous-continent indien». Est-ce à dire que, de par la proximité géographique, l’Europe a un «rôle à jouer» bien plus important en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord qu’ailleurs ? Sans doute. La question qui se pose est la suivante : par quels moyens, dans ces zones spécifiques, les Occidentaux déclinants mèneront-ils la «guerre économique» contre leurs nouveaux concurrents émergents ? L’actualité nous fournit quelques débuts de réponse à cette interrogation, et ils peuvent paraître effrayants.

Des «printemps arabes» en Afrique ? Non merci

Pourquoi la presse française se passionne-t-elle pour les processus de changements de régime dans le Moyen-Orient, tout en s'indignant si peu des dénis démocratiques dans les pays d’Afrique francophone, où Paris a pourtant les moyens de faire avancer les choses dans le bon sens, à coups d’amicales pressions, loin de la «démocratie des bombes» à laquelle la Côte d’Ivoire, par exemple, a payé un lourd tribut ? Pourquoi, en plein printemps arabe, Ségolène Royal débarque-t-elle à Ouagadougou pour apporter un soutien sans équivoque à un Blaise Compaoré qui veut modifier la Constitution et fait face à la colère de son peuple ? Peut-être parce que les «policy-makers» français ne croient pas en l’avènement d’une émancipation démocratique au sud du Sahara. La pauvreté et le tribalisme seraient des facteurs bloquants. «Une extension généralisée en Afrique subsaharienne des poussées démocratiques arabes paraît peu probable.

Si certains éléments structurels (alternance bloquée, jeunesse diplômée au chômage, marginalisation d’une partie de l’armée) peuvent constituer un terreau favorable à un soulèvement populaire, plusieurs caractéristiques limitent de fait les évolutions politiques en Afrique à court et à moyen terme : l’absence de classe moyenne, les divisions identitaires et la faible institutionnalisation de l’État, notamment. Seuls quelques pays, dans lesquels une société civile solide, produit de l’histoire locale (syndicats, églises, chefferies traditionnelles), fait face à un État fort ou à un pouvoir bloqué, sont susceptibles de suivre la voie arabe, si certaines circonstances sont réunies (crise économique, élection grossièrement truquée…)», indique le document. L’analyse n’est pas tout à fait dénuée de fondement, mais les références obsessionnellement ethnographiques de la France officielle quand il s’agit de l’Afrique, par exemple, indiquent d’une certaine manière qu’elle n’est pas pressée que la situation change. Les pouvoirs qu’elle soutient n’encouragent pas, généralement, une plus forte institutionnalisation de l’Etat. N’accompagne-t-elle pas avec enthousiasme un régime Ouattara qui a substitué des milices tribales à une armée nationale et n’a-t-elle pas longtemps soutenu une rébellion ivoirienne qui détruisait l’Etat pour le remplacer par des baronnies féodales dont les «Com'zones» sont des figures emblématiques ?

Sécessions et migrations

«La remise en cause des frontières actuelles pourrait aboutir à la création de nouveaux États ou à des redécoupages plus ou moins violents (Sud-Soudan, Somalie…). La rupture du tabou de l’intangibilité des frontières pourrait avoir des effets en cascade sur l’ensemble du continent, voire au-delà», anticipe le rapport. L’on se souvient forcément qu’à Paris, la perspective d’une sécession du Nord-Mali, tant qu’elle ne disait pas son nom et qu’elle était incarnée par le MNLA, était une option sérieuse. Le soutien à des irrédentismes ou à des séparatismes sera-t-il demain, plus que jamais, un moyen de peser sur des situations géopolitiques ou de «semer l’effroi» parmi des nations africaines désireuses de s’affranchir ou de tester certaines formes d’indocilité? «Des catastrophes écologiques majeures liées aux premiers effets du changement climatique, notamment dans les zones les plus fragiles, pourraient déboucher sur de vastes mouvements de populations, intra et intercontinentaux, sources de déstabilisation majeure», écrit l’étude. Ce qui se passe dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, militairement conquis par des hommes faisant face chez eux à l’avancée du désert, est-il une préfiguration de ce type de «catastrophes» ? Les grandes villes de la côte ouest-africaine, épuisées par l’exode rural et de «l’abandon» d’une partie du Sahel, pourraient-elles vraiment, en partie, être noyées dans les flots de l’érosion côtière ? Ces questions interpellent les pouvoirs et l’intelligentsia du continent.

Le nationalisme africain… menace pour l’Occident !

Ce qui est inédit dans ce rapport produit par les experts du ministère français de la Défense, c’est qu’il classe désormais les souverainistes africains comme des ennemis potentiels. «Des crises dites «identitaires», fruit de l’instrumentalisation de catégories communautaires par certains acteurs politiques et économiques (partage du pouvoir et des richesses), pourront encore survenir. Le fondamentalisme, voire le radicalisme, religieux, tant musulman que chrétien, pourrait progresser, en l’absence de perspective d’intégration économique et politique des populations les plus pauvres et, surtout, des jeunes. Parallèlement – et paradoxalement – les sentiments nationalistes et/ou panafricains pourraient se développer, parfois au détriment des intérêts occidentaux». Vous avez bien lu ! Ceux qui pensent une Afrique forte, indépendante, libre de ses choix, y compris en matière économique, sont des menaces pour l’Occident ! Et cela est dit de manière «décomplexée», dans un pays où le discours ambiant, certes souvent en contradiction avec les actes et les pratiques, tient, de Charles de Gaulle à Dominique de Villepin, l’indépendance des nations pour une sorte d’absolu ! Comme si cela n’était pas assez clair, le journaliste Adrien Hart, dans un article publié par Slate Afrique, précise la pensée des rédacteurs du rapport : «Tout le monde garde à l’esprit les violents appels anti-français de leaders politiques pro-Gbagbo lors de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire.

L’avenir africain verra-t-il la multiplication de clones de leaders populistes comme Charles Blé Goudé ou de Julius Malema ? On ne le souhaite pas.» Et si ce background structurel était une clé permettant de comprendre la structure intellectuelle de ceux qui ont «pensé» l’assimilation grotesque du groupe islamiste Ançar Dine et de l’opposition ivoirienne en exil ? N’était-il pas question, au final, d’assimiler deux types d’acteurs qui représentent les menaces absolues ? Et si, au fond, la France officielle «préférait» d’une certaine manière les salafistes, dont la dangerosité est facile à «vendre», aux nationalistes africains, contre qui les opinions européennes comprendraient moins que l’on aille en guerre ? Ce débat n’est pas superficiel. Dès lors que l’on se convainc de ce que la principale menace identifiée par les stratèges officiels de l’Hexagone est le réveil de ce que nous appelons volontiers «l’Afrique digne», il devient évident que l’alliance avec des forces représentant la féodalité tribale voire le fanatisme religieux peut être envisagée contre les souverainistes africains. Les guerres civiles et les sécessions deviennent dans ce contexte des «problèmes» certes. Mais des «problèmes» qui légitiment une présence militaire, donc stratégique, accrue et vertueusement présentée. Puisqu’il s’agit de sauver l’Afrique contre elle-même en «empêchant les massacres».

La France veut continuer d’occuper militairement l’Afrique

Il y a une quinzaine d’années, la mode était aux concepts mettant en avant le retrait progressif de l’armée française du continent au profit de forces africaines de maintien de la paix. Ce n’est plus le cas. Ainsi, le rapport «Horizons stratégiques» met en valeur deux tendances lourdes attendues : un affaiblissement économique de l’Europe et un maintien plus que jamais d’actualité de la présence militaire française. L’amoindrissement de la part relative de l’Europe en tant que principal fournisseur d’aide publique au développement est susceptible d’affecter le tropisme européen des pays d’Afrique subsaharienne au profit des puissances émergentes majeures», peut-on ainsi lire. «Résultant de l’incapacité des États à contrôler leur territoire, la multiplication et l’extension des « zones grises », concentrant groupes criminels organisés (trafiquants, terroristes) et groupes rebelles, pourraient nécessiter des interventions occidentales auxquelles des pays européens, et la France en particulier, pourraient être amenés à participer», indique le rapport. La France a l’intention, dans les prochaines décennies, d’investir plus que jamais l’Afrique, qui «restera une zone de convoitises et de confrontations potentielles et une zone d’intérêt stratégique prioritaire pour la France». Le rapport trace les contours d’un mode d’intervention qui n’entend pas changer en Afrique, y compris au cœur des grandes villes. «Le renouvellement des accords de défense avec plusieurs partenaires africains confère à la France des responsabilités particulières en matière d’assistance, appelées à s’inscrire dans la durée.

La présence de nombreux ressortissants français dans les villes, dans un contexte de forte insécurité, devrait renforcer la nécessité de disposer de capacités d’évacuation adaptées. Celles-ci devront de plus en plus être coordonnées au niveau international et avec les acteurs locaux, notamment privés», écrivent les rapporteurs. Qui préfèrent nourrir la perplexité quant aux capacités de l’Union africaine qu’il est plus que jamais question de contourner, voire de délégitimer. Au profit, sans doute, d’institutions vassales (comme la CEDEAO) ou d’institutions en partie contrôlées par Paris : Union européenne, ONU, etc… «La France continuera d’accompagner les organisations continentales et sous-régionales africaines dans le développement des instruments de sécurité collective, en privilégiant les cadres multilatéraux (UE, Onu, etc.). L’insuffisance probablement persistante des instruments de sécurité collectifs placés sous l’égide de l’Union africaine, quels qu’en soient les progrès en termes capacitaires, renforcera le besoin de politiques globales alliant sécurité, développement et gouvernance selon des axes bilatéraux et multilatéraux ad hoc et la mise en place de partenariats régionaux efficaces», écrivent les rapports. Voilà qui est clair. Il revient désormais au leadership africain «non aligné» d’en tirer toutes les conséquences. Froidement.

Théophile Kouamouo

@BLOG_EDITOR_TAGS@ cold case

LIRE LA SUITE : http://www.africananetwork.com/?_escaped_fragment_=PANAFRICANISME-Un-rapport-du-minist%C3%A8re-fran%C3%A7ais-de-la-d%C3%A9fense-fait-froid-dans-le-dos-Le-nationalisme-africain-et-le-panafricanisme-pr%C3%A9sent%C3%A9s-comme-des-menaces-pour-lOccident/y7me5/5755fb300cf2a5fcbcc9d2f3#!PANAFRICANISME-Un-rapport-du-minist%C3%A8re-fran%C3%A7ais-de-la-d%C3%A9fense-fait-froid-dans-le-dos-Le-nationalisme-africain-et-le-panafricanisme-pr%C3%A9sent%C3%A9s-comme-des-menaces-pour-lOccident/y7me5/5755fb300cf2a5fcbcc9d2f3

Repost 0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 11:38
CONGO-BRAZZA : GRANDE STRATEGIE DES PRESIDENTS HOLLANDE ET BOUKADIA

Le 21 octobre 2015 lors de la Conférence de presse à l’Elysée conjointement donnée par le Président Keita du Mali et le Président Hollande, ce dernier fut d’une subtilité magistrale induisant le faux-pas tout aussi magistral du Président Sassou qui y a vu un feu vert subliminal quant à poursuivre dans son référendum du 25 octobre 2015.

En effet, la question tout aussi subtile posée par le journaliste au Président Hollande, en constatant une « forte tension à Brazzaville huit jours avant le référendum », était précisément la suivante : « Est-ce que le Président (sous-entendu Sassou Nguesso) a le droit de consulter son Peuple et quel est le message que Vous lui adressez ? ».

Le Président Hollande dans sa réponse immédiate ne fit que répondre : « Oui, il a le droit de consulter son Peuple » étant sous-entendu dans les conditions permises par sa Constitution, il va de soi, en ne pouvant un instant publiquement faire état d’un Président allant à l’encontre de sa Constitution sans pouvoir diplomatiquement lui en faire la remarque, l’acte n’étant pas encore consommé au moment de la question, ce qui eut été alors un procès d’intention et aussi une ingérence en pays souverain que le Président Sassou n’aurait pas manqué de lui objecter. Le Président Hollande, par sa réponse laconique « piégea » de fait le Président Sassou, celui-ci y ayant perçu un encouragement à poursuivre son idée potentiellement inconstitutionnelle et qui l’ait advenue de fait en d’obscures conditions par l’élection anticipée du 20 mars 2016, la perception d’un ralliement implicite du Président Hollande au Président Sassou par l’Opposition congolaise in situ et par la Diaspora Congolaise mondiale n’étant alors qu’une illusion ayant contribué à encourager le Président Sassou dans son faux-pas, comme le suggère son empressement à « saluer la sagesse » du Président Hollande.

Telle est l’analyse magistrale et immédiate du Président Boukadia s’avérant géniale encore, dès qu’il eut pris connaissance de la réponse du Président Hollande : « Sur le Congo, le Président Sassou peut consulter son Peuple, ça fait partie de son droit et le Peuple doit répondre. Ensuite, une fois que le peuple aura été consulté, ça vaut pour tous les chefs d’Etat de la planète, il faut toujours veiller à respecter et à apaiser. Voilà ce que je peux dire sur la question ». Ce qui en rien ne s’oppose à ses « conseils » fondés sur le fait constitutionnel qu’il était interdit au Président Sassou de modifier, voire de faire modifier la Constitution, au prétexte de se représenter ; à bon entendeur salut ; génial dans cette réponse de ne pas y faire allusion ; il suffisait d’attendre le faux-pas dans le piège tendu, en n’analysant pas la réponse pythique. Génial de n’avoir pas mis en exergue les conditions inadmissibles du référendum de modification de la Constitution nonobstant celles tout autant inadmissibles que celles de l’élection présidentielle qui se profilait à un horizon sans être encore anticipée.

Alain Mabanckou a parfaitement raison de dire à propos de Brazzaville-Mfoa actuel : "Silence, on fraude!" ; tout le monde le sait, ceux qui l’avouent et ceux qui ne veulent pas, la question pour ces derniers étant « encore un quart d’heure s’il vous plait » en n’ayant pas perçu qu’il fallait constater l’ampleur de la fraude organisée pour réagir. Donc, que Alain Mabanckou se rassure, et rassure la Diaspora, au second degré les faits sont rassurants ; la géopolitique a des subtilités jansénistes et jésuitiques que le Président Boukadia maîtrise à merveille avec un héroïsme honorant la Sous-Région, lui qui, parmi d’autres, fut à l’origine de la Conférence Nationale Souveraine de 1991 contre Sassou, en notant que la thèse économique considérée fondamentale est un poncif qui cache l’arbre de la forêt : ce n’est pas en changeant de mentor que l’on résout la question.

La solution est d’un autre ordre plus subtil dont il est encore trop tôt pour en parler, notant que les atrocités faites dans le Pool, viennent de faire prendre conscience à la Communauté Internationale dont la France qu’il s’agit en fait d’une épuration ethnique qui perdure depuis 1997.

Donc, la question est comment se sortir de ce tragique génocide semblant perdurer aujourd’hui sans que la Communauté Internationale devienne de fait un complice ?

Que la France ait bien compris la situation au Congo-Brazza, on peut y voir un indice avec la ministre de France, Audrey Azoulay, qui vient de remettre à Alain Mabanckou qui professe au Collège de France les insignes d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres, en rappelant que sa ville de Pointe-Noire a été privée de télécommunication pendant cinq jours lors de la dernière élection, façon de réprouver cette élection en stigmatisant par un carton rouge ceux passés en force contre la volonté du Peuple.

D’autant que la France déclare terminer l’opération Sangaris pour la fin de l’année, que ce 13 mai au matin le Ministère des affaires étrangères du Congo a pris contact avec le représentant du Président Boukadia à Brazzaville pour lui demander : « Qui est votre Président » s’entendant dire : « Consulter votre gros dossier, sinon voyez Sassou, il le connait mieux que quiconque » et qu’on lui ait répondu « qu’une réunion interministérielle à propos de votre Président était prévue et qu’on lui faisait parvenir l’invitation transmise aux différents ministres », une façon de dire que le Président Boukadia, l’Homme Intègre passé sous silence, est au cœur du cyclone, interface providentiel ayant la confiance internationale par sa probité et sa parole en étant dénué de revanche sans laxisme prônant le repli transitoire pour éviter le sang.

D’autant que les Autorités Américaines et Européennes ne reconnaissent pas les dernières élections présidentielles ni la formation le 25 avril du gouvernement, que les Autorités belges ont refusé le 5 mai le visa à Clément Mouamba au motif : « on ne reconnaît pas votre gouvernement, libérez les prisonniers politiques » et que la France vient d’en faire autant, l’ambassadeur de France ayant haussé le ton lors de la dernière réunion, ce qui est inhabituel, pour exiger la libération du Président Boukadia et de tous les prisonniers politiques, y compris les 14 membres du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (en sigle CDRC, parti du Président Boukadia) séquestrés depuis le 21 août 2013, le Président Boukadia ayant été exfiltré du Congo avec l’appui de la France.

A noter qu’un jugement rendu en Cour d’Appel à Pointe-Noire (sans 1ère instance) relâcha 14 des 28 personnes arrêtées le 21 août 2013 et condamna les 14 autres à des peines d’emprisonnement dont certaines très lourdes pour des motifs reconnus illégitimes par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU saisie par le Président Boukadia en novembre 2013 et signifié par l’ONU au Président Sassou en décembre 2014, celui-ci ayant depuis fait le dos rond devant toutes tentatives de la diplomatie internationale qui pourtant n’a pas ménagé ses efforts à Brazzaville, les promesses de libération immédiate étant systématiquement non tenues et les emprisonnements arbitraires de l’opposition s’étant généralisés au point de créer un climat de terreur.

Donc, remarquable politique prévoyante du silence du Président Hollande relevant comme au judo dans l’attente de la faute de l’Autre pour pouvoir lui signifier un motif réel et sérieux, à savoir l’arrestation du Président Boukadia le 15 janvier dernier qui s’est présenté à l’aéroport de Maya Maya retournant au pays avec une condamnation par contumace de la cour de Pointe-Noire du 9 avril 2014, condamnation qui ne lui a jamais été signifiée et dont il est toujours impossible de s’en procurer une copie, une arrestation rocambolesque qui n’a jamais été médiatisée avec 1900 militaires, quatre chars et un hélicoptère militaire plus un appareil politico-judiciaire ayant investi tout l’aéroport pour accueillir et adouber le Président Boukadia et son épouse, celui-ci se voyant opposé le jugement par contumace aux mêmes motifs que ses hommes (des motifs reconnus abusifs par l’ONU au regard du droit international), puis séparé et embarqué sur un vol partant pour Pointe-Noire où il est depuis séquestré sans motif, le motif le plus grave retenu contre Lui et ses hommes ayant été « atteinte à la sûreté de l’Etat pour demande de gouvernement d’Union Nationale entre le Nord et le Sud » avec brandissement de pancartes « Carton rouge » à l’égard du gouvernement, une situation ubuesque qui porterait à en rire si de nombreuses vies n’étaient pas en jeu.

De source sûre, il semble que la Gendarmerie Nationale Congolaise fasse pression sur la Magistrature pour que celle-ci sorte le Président Boukadia. Celle-ci répond que l’on veut bien l’extraire car « le Changement ne viendra que de Lui », la question étant ses Hommes, le Président Boukadia conditionnant sa propre sortie à la leur et celle de tous les prisonniers politiques du Pays, lui-même étant reconnu comme tel par la Croix-Rouge Internationale nonobstant l’Avis de la Commission Internationale des Droits de l’Homme de l’ONU pour libérer ses Hommes et implicitement lui-même, l’auteur de la Requête à l’ONU incarcéré pour les mêmes motifs que ses Hommes.

En effet, rappelons, malgré l’omerta généralisée de l’Opposition Institutionnelle du Congo-Brazza à propos du Président Boukadia dont le nom brûle les langues même parmi les ténors de la Diaspora pour des raisons compréhensibles d’égo personnel, que celui-ci, ayant la double nationalité française et congolaise ayant prévenu lui-même les Autorités Congolaises et Françaises de son retour le 15 janvier 2016, fut arrêté ce jour en présence de son épouse à sa descente d’avion à Maya-Maya venant de Paris, se voyant opposé par ces Autorités le jugement jamais notifié rendu par contumace contre lui le 9 avril 2014, même jugement introuvable ce jour depuis toujours, et ayant condamné quatorze de ses compagnons politiques du C.D.R.C. à de lourdes peines d’emprisonnement et libérant les quatorze autres tous arrêtés le 21 août 2013 aux motifs reconnus abusifs par la Commission des Droits de l’Homme sur une requête émanant de lui-même, des recommandations signifiées au Président Sassou le 23-12-2014 qui depuis s’enferme dans un autisme diplomatique.

Après quatre mois d’incarcération, les raisons ayant prévalu à la séquestration du 15 janvier dernier du Président Boukadia abusives au regard du droit international, par la Commission Internationale de Droits de l’Homme, toutes les demandes de remise en liberté se sont révélées sans suite par raison d’absence de motifs réels et sérieux. Conséquence collatérale de ce déni de justice dictatoriale, le Président Boukadia n’a pu enterrer sa mère décédée le troisième mois de la détention du Président du stress provoqué par la condamnation inique de son fils à trente (30) ans de travaux forcés.

Derniers événements, le commandant de zone de la Likouala assure avoir reçu note officielle pour procéder au transfert des 14 prisonniers politiques du CDRC détenus arbitrairement au regard du droit international par le Nord Congo et de 15 militaires attachés au colonel NTsourou, transfert qui devait se faire à Brazzaville pour procéder à leur libération officielle le 9 mai 2016 avec le Président Modeste Boukadia. Mais ce dimanche 8 mai, quand l’avion de la TAC affrété par l’Union Européenne est arrivé à Impfondo, il n’a pu embarquer que 9 militaires du colonel NTsourou et aucun membre du CDRC, ce qui est un détournement par le Président Sassou de la mission officielle de l’avion UE qui était la libération du Président Boukadia, de tous ses Hommes et de tous les prisonniers politiques, dont celle du colonel NTsourou et de ses hommes, ce qui est l’origine même du haussement de ton de l’Ambassadeur de France lui-même.

Paris, le 15 mai 2016, Terre de Droits de l’Homme

Georges Maltret, Conseiller accrédité auprès du Président Modeste Boukadia

LIRE LA SUITE :

https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/190516/congo-brazza-grande-strategie-des-presidents-hollande-et-boukadia

CONGO-BRAZZA : GRANDE STRATEGIE DES PRESIDENTS HOLLANDE ET BOUKADIA
Repost 0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 16:29
(France/Congo-Brazzaville) Du silence de François Hollande sur Sassou-Nguesso

Denis Sassou-Nguesso, président de la République du Congo, reçu par Francois Hollande à l'Elysée le 7 juillet 2015. (©Nicolas Messyasz/Sipa)

Lettre ouverte à François Hollande, par Alain Mabanckou.

Monsieur le Président,

Les Congolais de l’étranger et ceux qui luttent nuit et jour au pays ont constaté que vous observez un long silence quant à l’issue de l’élection présidentielle truquée qui s’est déroulée en mars dernier au Congo-Brazzaville et qui a injustement porté Denis Sassou-Nguesso au pouvoir. Il exerce un pouvoir sans partage depuis trois décennies avec son clan. La fraude l’aura une fois de plus emporté sur la transparence, et ceci aux yeux des nations prétendument démocratiques comme celle que vous dirigez par la volonté des Français. Le nom de mon pays d’origine est désormais inscrit en rouge sur le tableau noir du déshonneur des républiques bananières, à côté de la Corée du Nord. Pendant ce temps, Sassou-Nguesso et ses hommes de mains multiplient les arrestations arbitraires, allant jusqu’à cerner le domicile de l’opposant Jean-Marie Mokoko sans lui donner la possibilité de se ravitailler.

Faut-il rappeler, Monsieur le Président, que ces tyrans africains ont le plus souvent survécu grâce à la protection de la France, illustrant au passage combien ils ne peuvent vivre et prospérer sans l’assentiment de l’ancienne puissance coloniale? Ils ressemblent de ce fait à des ogres créés de toutes pièces par la France, et leur ultime couronnement passe par la montée des marches de l’Elysée et la poignée de main dont ils bénéficieraient du président de la République française. Cette dernière image, s’il arrivait qu’elle se concrétise sous votre règne, pourrait être celle qui ternirait irrémédiablement l’ensemble de votre quinquennat et ruinerait par voie de conséquence vos ambitions de solliciter un second mandat auprès du peuple français.

Congo. Les casseroles sanglantes et trébuchantes de Sassou Nguesso

Si Denis Sassou-Nguesso peut se réjouir pour l’heure d’avoir bâillonné le peuple congolais, de l’écraser continuellement selon les caprices de son pouvoir militaire, il demeurera à jamais un putschiste à la fois amer et frustré tant que la France ne lui accordera pas les applaudissements qu’il attend d’elle, dans la solitude d’un pouvoir dérobé au peuple devant une communauté internationale indifférente. Et c’est peut-être là que votre silence pourrait être interprété comme un assentiment: «Quand on refuse on dit non», nous rappelle le grand écrivain Ahmadou Kourouma. Vous n’avez pas dit non. Vous n’avez pas dit oui. Certes, j’aurais pu me réjouir de votre position actuelle, mais je crains qu’avec le temps elle ne se transforme en une validation implicite qui engraisserait les ambitions démesurées de cet autocrate au point de lui donner des habits neufs qui lui permettraient d’asseoir ce qu’il appelle de manière éhontée « la nouvelle République ».

Il vous reste donc, Monsieur le Président, à nous démontrer par une attitude claire et sans ambiguïté que la France n’est pas le sponsor officieux de ces personnages qui se trompent de siècle et de temps, et qui sont la cause directe de la régression du continent africain.

Je suis conscient que la France a des intérêts économiques au Congo-Brazzaville et que ceux-ci orientent forcément la politique africaine française. En même temps cette prééminence des intérêts économiques est le siège de l’hypocrisie qui a jusqu’alors pris en otage les peuples de mon continent. Faut-il enfin rappeler que ces mêmes Africains n’avaient pas hésité à sacrifier leur vie pour que la France soit ce qu’elle est aujourd’hui: un pays où seul le peuple et non un seul homme décide du destin de la Nation?

Monsieur le Président, nous autres «Noirs de France», quelles que soient nos origines ou nos nationalités, vous regardons. Et, vous le savez, nous sommes nombreux à voter en France et à contribuer à son destin. Il est évident que cette tragédie qui ennuage le Congo-Brazzaville sera dans nos esprits lorsque nous déposerons nos bulletins dans les urnes pour la prochaine élection présidentielle française. Il est encore temps de rendre au peuple congolais sa dignité, de dire clairement, comme les Américains, que la France ne reconnaît pas le pouvoir de Sassou-Nguesso issu d’un putsch électoral et que le gouvernement de façade qui «dirige» aujourd’hui le Congo est aussi illégitime que la mascarade électorale qui a porté son leader au pouvoir.

Alain Mabanckou

LIRE LA SUITE : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20160510.OBS0114/du-silence-de-francois-hollande-sur-sassou-nguesso.html

Repost 0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 10:08
François Hollande, soutien complice des dictateurs africains

Par Olivier MOUEBARA -

François Hollande est ainsi fait. Que ce soit dans sa vie privée ou politique, « monsieur petites blagues » a toujours eu du mal à trancher. Cette fois-ci, sa blague de soutenir les dictateurs africains ne passe pas.

Elu par défaut grâce au rejet suscité par Sarkozy, François Hollande a fait voler en éclats tous les espoirs portés par son élection.

A un an de la fin de son mandat, le capitaine de pédalo a trahi les 60 engagements de sa campagne.

Conditionnant sa candidature à l’inversion de la courbe du chômage, monsieur Fraise des bois s’est tiré une balle dans le pied. Il nous tarde de le voir quitter le pouvoir, chasser de l’Elysée tel un félon qui n’aura récolté que ce qu’il aura semé.

Avec François Hollande, la parole publique a perdu toute crédibilité. L’engagement 58 de son programme n’était qu’une diversion pour se moquer des sans dents africains.

En s’engageant de « rompre avec la Françafrique en proposant une relation fondée sur l’égalité, la confiance et la solidarité », il a fait l’inverse tout au long de son quinquennat.

Depuis son arrivée à l’Elysée, son ami dictateur Alpha Condé de Guinée dort paisiblement.

Mahamadou Issoufou du Niger peut jeter en prison son adversaire, le torturer, trafiquer les élections, il reçoit une chaleureuse lettre de félicitations du président français.

Idriss Déby Itno peut bafouer le suffrage des tchadiens, il trouve grâce auprès du compagnon de Julie Gayet, au nom d’un hypothétique soutien de ce dictateur contre Daech.

Sassou-Nguesso qui ne respecte aucun serment est encouragé par François Hollande de modifier une Constitution que ce dictateur avait juré de respecter. Largement rejeté par le peuple après avoir inversé le vote des congolais, les bombardements qui se déroulent dans le Pool ne suscitent aucune réaction de l’ancien premier secrétaire du Parti Socialiste.

Le soutien complice de François Hollande et de son gouvernement aux dictateurs africains montre les limites de leur réflexion sur notre continent. Les slogans et les incantations ne suffisent plus. La France a tout à gagner à encourager l’arrivée d’une nouvelle génération sur la scène politique africaine. Prétendre que seuls ces tyrans peuvent garantir leurs intérêts ou ce qu’il en reste en Afrique, est une aberration.

Alors que la soif des africains pour la liberté, l’autodétermination, la démocratie, l’initiative est palpable, maintenir les africains dans des schémas caducs et désuets de l’asservissement, des dictatures et du néocolonialisme, conduit à des frustrations susceptibles d’être incontrôlables.

Il n’est pas trop tard pour François Hollande et son gouvernement de changer de braquet. Tous les peuples ont le droit de choisir librement leurs dirigeants. Les principes démocratiques ne doivent pas être à la carte encore moins à géométrie variable.

Pourquoi condamner avec véhémence Bachar El Assad et épargner le dictateur Sassou-Nguesso? Quelle différence y a t-il entre bombarder Alep et la région du Pool?

Léa Salamé qui conduit sans permis et sans assurance automobile aurait dû poser cette question à François Hollande lors de l’émission Dialogues citoyens du 14 avril dernier sur France 2. En l’escamotant volontairement, cette séquence nous a fait penser à L’ORTF. Alors que nous avons écrit en masse pour ne pas que cette chaîne fasse l’impasse sur le Congo, la Syrie a été privilégiée à notre pays. La censure a encore de beaux jours devant elle.

La France est un frein au développement de l’Afrique. Capitale de l’Afrique noire francophone, elle tire les ficelles, encourage la mafia, soutien les dictateurs, maintien le franc CFA, alors qu’elle a abandonné le franc français pour l’Euro.

Las de vivre dans un pays qui ne nous reconnaît pas à notre juste valeur, diplômés et formés, nous voulons mettre nos compétences au profit de nos pays respectifs. Quoi qu’il en soit, notre soif de liberté et de libération reste intacte. Se débarrasser des dictateurs africains et de la tutelle française est notre combat. Le cul entre deux chaises, nous en avons assez de vivre un exil contraint et forcé.

A moins d’un miracle, François Hollande est plus près de la sortie que de la réélection. Même en descendant dans les bas-fonds des sondages, il n’est pas certain de trouver le pétrole congolais. Le dictateur Sassou-nguesso a tout volé pour arroser les mafieux qui l’ont poussé à changer d’avis, piétinant ainsi son discours de Dakar de novembre 2014.

« Si les africains ne sont pas assez rentrés dans l’histoire », l’histoire retiendra le soutien de François Hollande aux dictateurs africains. Lui président est leur caution morale et politique. Une tâche de sang de son quinquennat.

L’Observateur Paalaga qui a le sens de la formule assassine n’a pas hésité à tirer à vue sur François Hollande: « Il y a des soutiens et des revirements qui donnent le tournis et vous donnent l’envie de vomir tripes et boyaux ».

Conscients de votre inconséquence et de votre soutien actif aux dictateurs africains, le vote de toutes les diasporas pèsera pour vous faire perdre en 2017.

Ne baissons pas les bras. Unis, nous vaincrons. Divisés renforcera le maintien des dictateurs au pouvoir en Afrique. Notre aspiration à la liberté et à la démocratie ne doit pas être étouffée par les velléités de François Hollande, des tyrans, des tricheurs, des dictateurs, des voleurs éhontés et de quelques mafieux de la France à fric. Tous seront balayés par notre volonté d’émancipation et de liberté.

Olivier Mouebara

(Extrait de congo-liberty)

Repost 0
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 10:05
Congo-Brazzaville : Lettre ouverte à Monsieur François HOLLANDE, président de la République française sur la forfaiture électorale de Sassou-Nguesso

Hollande-Sassou

Monsieur le Président de la République,

Le Congo Brazzaville vient d’organiser le premier tour d’une élection présidentielle que vous, Monsieur François HOLLANDE, personnellement et individuellement, avez particulièrement souhaitée de tous vos vœux, non pas pour le respect de la démocratie qu’elle susciterait mais pour légitimer un homme au pouvoir depuis plus de trois décennies. Vous en avez vos raisons, que la raison peut ignorer et, comme vous l’avez déclaré au monde entier pour Monsieur Denis SASSOU NGUESSO à l’occasion de l’organisation du référendum illégal qu’il s’était dit être le garant de son éternité au pouvoir, c’est de votre droit de soutenir qui vous voulez, quoi qu’il ait fait contre son peuple, contre les valeurs républicaines françaises, contre la dignité humaine. Le voilà aujourd’hui franchi la dernière pente du défi pour lequel vous, Monsieur François HOLLANDE, pas en tant que chef d’Etat français mais en tant qu’ami de Monsieur SASSOU, vous êtes porté garant pour l’avoir pris pour un démocrate qui avait le droit de « consulter son peuple ». Le même peuple consulté qui l’a vomi et ne veut plus le voir à la tête de leur pays. Vous diriez, Monsieur le Président, qu’être impopulaire, être hué publiquement, n’est pas un critère de lâchement du pouvoir, parce que vous-même le vivez quasi quotidiennement, en tant que le Président le plus impopulaire de la Vè République française. Mais le peuple français qui hue sur vous n’est pas le peuple congolais qui hue sur Monsieur SASSOU NGUESSO. Parce que quand le peuple français hue sur vous, vous passez votre chemin, toute honte bue. Mais quand le peuple congolais hue sur Monsieur SASSOU NGUESSO, il tire sur eux avec les armes de guerre, il le tue. C’est là toute la différence, et elle est profonde.

Ce peuple qui affronte la mort depuis que Monsieur SASSOU NGUESSO s’est autoproclamé à la tête de leur pays il y a 33 ans, vient, une fois de plus, de le désavouer par les urnes, aussi opaque ait été l’élection présidentielle,et qu’il vient d’usurper en se proclamant vainqueur. C’est de vous, en qualité de son premier conseiller, qu’il a très certainement reçu l’ordre de se couper du monde (téléphone, Internet, tous les réseaux sociaux, transports aériens coupés), incapable aux Congolais de l’étranger de joindre leurs parents serait-ce pour prendre les nouvelles de leurs maladies et souffrances au quotidien. Monsieur la Président de la République, vos mains, à vous Monsieur François HOLLANDE, sont déjà tachées de sang humain de Monsieur SASSOU NGUESSO à cause de votre visa au référendum pour lequel il s’est encore et toujours permis de tuer les Congolais qui ont cherché à le défier, parmi lesquels des victimes innocentes, comme toujours.

Aujourd’hui désavoué mais autoproclamé, dites-lui, Monsieur le Président, que s’en est fini. Comme on ne lâche pas ses amis, appelez-le à Paris, où il a hypothéqué meubles et immeubles de son misérable peuple, pour y passer le restant de sa vie afin d’épargner un bain de sang supplémentaire, parce que, déclaré vaincu, il n’hésiterait pas d’assassiner encore et encore ! L’ami que vous êtes, diriez tout simplement « avoir pris acte » des résultats de l’élection, et par ricochet, de la destruction des vermines qu’auraient pu être un peuple qui aspire au même droit de vie et de dignité que le peuple français. Vous avez, Monsieur le Président de la République, un rendez-vous avec l’Histoire. Votre ami SASSOU NGUESSO ne peut pas gagner des élections au milieu d’un peuple qu’il bafoue au quotidien. Tout résultat en sa faveur vous est redevable, parce que c’est vous, Monsieur François HOLLANDE, qui l’avez repêché de la révolte populaire qui aurait déjà marqué sa fin en lui ayant ouvert le boulevard d’un référendum illégal et meurtrier. Ces morts là, vous n’en avez jamais parlé et vous n’en parlerez jamais, Monsieur François HOLLANDE. Si vous en attendiez d’autres, encore et encore, il y en aura toujours. Car, vous êtes des amis, Monsieur SASSOU NGUESSO et vous, mais à la différence que si vous avez osé faire tirer sur les agriculteurs qui vous ont humiliés au dernier salon de l’agriculture à Paris, vous ne seriez plus à l’Elysée aujourd’hui, alors que vous soutenez que Monsieur SASSOU NGUESSO reste dans son Palais après qu’il ait tiré sur des mécontents.

Le peuple congolais attend beaucoup non plus de Monsieur SASSOU NGUESSO mais de vous, Monsieur François HOLLANDE, qui vous êtes autoproclamé, pas au nom de la France républicaine mais en votre alliance à deux, mentor de ce tyran aujourd’hui difficile à défendre aux yeux du monde. Vous êtes d’ores et déjà comptable du devenir du peuple congolais face au criminel éhonté qu’est votre ami SASSOU NGUESSO. Honte à vous !.

Avec tous mes respects que je vous dois, Monsieur le Président de la République.

Docteur Dauphinois Paris IX Calixte BANIAFOUNA

Repost 0
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 09:13
(Congo-Brazzaville) LIVRE : LES DERNIERS MASSACRES DU CONGO-BRAZZAVILLE...

Comprendre la tragédie des Kongo au Congo-Brazzaville sous le règne des Mbochis avec Sassou Nguesso à leur tête, piliers de la France dans la liquidation / extermination de ceux-ci. Et pourquoi la France le laisse faire sans sourciller, et sans que cela ne la dérange outre mesure

Comprendre la tragédie des Kongo au Congo-Brazzaville sous le règne des Mbochis avec Sassou Nguesso, piliers de la France dans la liquidation / extermination de ceux-ci. Et pourquoi la France le laisse faire sans sourciller, et sans que cela ne la dérange outre mesure…

LIVRE : LES DERNIERS MASSACRES DU CONGO-BRAZZAVILLE

(Novembre-décembre 1998)

Rapport succinct adressé à Monsieur le premier Ministre Français

par le Collectif d’Intellectuels Congolais Originaires du Pool (CICOP)

Paris – Janvier 1999

Ed. L’Harmattan, 1999

ISBN :2-7384-8034-9

L’épuration ethnique du Sud Kongo se poursuit inexorablement. Sassou Nguesso ne se résoudra pas à arrêter son ardeur sanguinaire tant que le dernier Kongo ne sera pas supprimé, tant qu’il bénéficiera de l’appui multiple des communautés européennes et de la trahison des Kongo eux-mêmes poussés par des intérêts cupides monstrueux.

Un livre qui dénonce l’hypocrisie de la communauté européenne face au génocide de la population congolaise et de ses porte-parole : depuis 1993 des dizaines de milliers de tués.

Le processus démocratique doit être réenclenché au Congo-Brazzaville, sous le contrôle et avec l’appui des institutions internationales de sauvegarde de la paix et du droit des peuples à choisir librement leur dirigeant.

Un témoignage adressé à Monsieur le Premier ministre dans l’espoir d’urgentes négociations diplomatiques pour arrêter les massacres.

Lisez ce livre si vous voulez comprendre pourquoi la France (Gauche et Droite confondues) s’acharne sur les Kongo et laisse Sassou Nguesso les massacrer à volonté, en toute impunité, sous l’œil indifférent et peut-être approbateur de l’Union Européenne. L’Union Africaine étant complice…

Cependant, vous ne pouvez compléter cette lecture sans avoir lu La destruction de Brazzaville ou la démocratie guillotinée, du Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU, éd. L’Harmattan, Paris.

Repost 0