Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 17:59
(Sassou Nguesso) Affaire De Brazza : Extrait de la Grosse délivrée aux partiess

(Sassou Nguesso) Affaire De Brazza : Extrait de la Grosse délivrée aux partiess

14 septembre 2013 | Par Jecmaus

SASSOU NGUESSO DOIT RESTITUER LES OSSEMENTS DE SAVORGNAN DE BRAZZA DANS LE DÉLAI DE 3 MOIS

Publié le 14/09/2013 par minguabiango

Chirac-Bongo-Sassou posant la 1ere pierre du mausolée De Brazza à Brazzaville en 2005

EXTRAIT DE LA GROSSE DÉLIVRÉES AUX PARTIES :

REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
COUR D’APPEL DE PARIS
Pñle 2 – Chambre 1

ARRET DU 11 SEPTEMBRE 2013

Qu’ au regard des termes du préambule du Protocole insistant en particulier sur l’intensité des relations entre Pierre SAVORGNAN de BRAZZA et le roi MAKOKO Iloo 1 er, l’absence de la statue de ce dernier et l’état de délabrement de la piste devant relier BRAZAVILLE a MBE, capitale du Royaume TEKE dont ce souverain est le chef spirituel d’une part, l’absence d’entretien constant du lycée Pierre SAVORGNAN de BRAZZA d’autre part, caractérisent des manquements graves de la République du Congo aux obligations énoncées par l’article 3 du Protocole ; que des lors, les Consorts PUCCI DI BARSENTO sont fondés à demander la résolution judiciaire de l’accord de 2006 et la restitution de la dépouille mortelle de leur aíeul ainsi que réparation du préjudice moral dont les modalités seront déterminées, dans la limite de leurs demandes, dans les termes du dispositif du présent arrét ; que par voie de conséquence, la République du Congo doit étre déboutée de son appel incident relatif à sa demande de dommages- intéréts pour procédure abusive ;

Considérant que l’équité commande de faire application de l’article 700 du Code de procédure civile dans les termes du dispositif du présent arrét ;

  • PAR CES MOTIFS,CONFIRME le jugement déféré en ce qu’il a débouté la RÉPUBLIQUE DU CONGO, prise en la personne de son Président, de sa demande de dommages et intéréts pour procédure abusive,INERME pour le surplus,
    STATUANT A NOUVEAU dans cette limite,PRONONCE la résolution du Protocole signé a Rome le 29 septembre 2006 entre les descendants de Savorgnan de Brazza (les Consorts PUCCI DI BARSENTO ) que sont
    Madame Idanna PUCCI DI BARSENTO, Monsieur Gianozzo PUCCI DI BARSENTO, Madame Micaela PICCOLOMINI ADAMI, Monsieur Alberto BRACCI TESTASECCA, Madame Elena BRACCI TEST ASECCA, Madame Margherita BRACCI TEST ASECCA, Madame Flavia DI SEREGO ALIGHIERI, Madame Maddalena DI SEREGO ALIGHIERI, Monsieur Sperello DI SEREGO ALIGHIERI, Monsieur Pietro DI SEREGO ALIGHIERI, Madame Benedetta PAPAFAVA DEI CARRARESI, Madame Luisa SAN BONIFACIO, Monsieur Federico SAN BONIF ACIO, Monsieur CarIo RUSPOLI DI MORlGNANO et la RÉPUBLIQUE DU CONGO, prise en la personne de son Président, dans la limite de la demande des ces derniers,
  • EN CONSÉQUENCE, ORDONNE la restitution aux descendants de Savorgnan De Brazza « les Consorts PUCCI DI BARSENTO » , ou tout représentant expressément désigné par ceux-ci, des restes mortuaires de Pierre SAVORGNAN de BRAZZA dans le délai de trois mois a compter de la signification du présent arrét et, passé ce délai en cas d’inexécution, sous astreinte de 8000 € par mois de retard, la Cour se réservant le pouvoir de liquider cette astreinte,
  • CONDAMNE la RÉPUBLIQUE DU CONGO, prise en la personne de son Président,à verser aux descendants de Savorgnan de Brazza « les Consorts PUCCI DI BARSENTO » ,la somme de 3000 € chacun, a titre de dommages-intéréts, CONDAMNE la RÉPUBLIQUE DU CONGO, prise en la personne de son Président, à verser aux descendants de Savorgnan de Brazza « les Consorts PUCCI DI BARSENTO » la somme de 1 000 € chacun, sur le fondement de l’article 700 du Code de procédure civile, REJETTE toutes autres demandes des parties, CONDAMNE la RÉPUBLIQUE DU CONGO, prise en la personne de son Président, au paiement des entiers dépens de premiére instance et d’appel avec admission, pour ceux d’appe1, de 1′avocat concemé au bénéfice des dispositions de l’article 699 du code de procédure civile.

    LEGREFFIER
    Cour d’ Appe1 de París
    Póle 2 – Chambre 1


    LE PRÉSIDENT
    ARRET DU 11 SEPTEMBRE 2013
    RG n° 11/20904

Repost 0
Congo-Mfoa - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 18:13
Congo-Brazzaville : A propos de l'arrestation des membres du CDRC

MODESTE BOUKADIA DÉSORMAIS EN FRANCE VOUS ÉCRIT:

A propos de l’arrestation des membres du C.D.R.C. le 21 août 2013

Depuis la France où je me trouve maintenant en famille, après avoir échappé aux divers pièges dont les commanditaires appartiennent au PCT, je tiens à rassurer tous mes compatriotes sur ma parfaite santé.

Je tiens à remercier nos Ancêtres pour la protection qu’ils m’ont accordée au travers de votre immense chaîne de solidarité et d’abnégation face au danger organisé par un petit groupe.

Merci à tous du fond du cœur.

Je tiens aussi à dire que mes pensées vont à tous les cadres et membres du C.D.R.C. injustement arrêtés pour me réduire au silence pour accepter la modification de la Constitution du 20 Janvier 2002 que veut absolument le PCT pour perdurer au pouvoir. Je continue de m’y opposer de la manière la plus ferme et non négociable.

Enfin, je salue ceux de l’opposition qui sont partis en délégation voir le Ministre de l’Intérieur pour exiger la libération des membres du C.D.R.C. parce que :« le C.D.R.C. est un parti politique légal et dûment enregistré au Ministère de l’Intérieur. On ne peut arrêter ces hommes pour leurs opinions politiques. »

En retour, Monsieur Mboulou a précisé qu’il s’était opposé à ces arrestations :« je ne veux pas avoir de problème avec Monsieur Boukadia… » dixit le ministre à ses interlocuteurs. Dont acte !

Dès mon arrivée, vendredi 6 septembre, j’ai immédiatement téléphoné au général Moigny, commandant de la Gendarmerie Nationale, au colonel Ngombé, commandant de la région de Gendarmerie de Pointe-Noire, au colonel Ayouka des Renseignements Généraux et au colonel Obara Baka, directeur départemental de la police pour leur demander la libération immédiate sans condition « de mes Hommes injustement arrêtés depuis le 21 août 2013 au matin ». Ces Autorités m’ont personnellement confirmé chacune que ceux-ci « ne sont pas arrêtés puisqu’ils n’ont commis ni délit ni infraction».

Cette thèse confirme, si besoin était, qu’il s’agit bien d’une arrestation arbitraire rappelant les lettres de cachet mettant en danger les libertés individuelles comme l’ont déjà fait savoir bien des personnalités politiques ces derniers jours.

Ce jour samedi 7 septembre, force est de constater que les arrestations arbitraires se poursuivent. Cela ne saurait être de la responsabilité des Autorités Militaires et de Police qui agissent sur ordre.

La question est de savoir de quelle faction du PCT il s’agit au plus niveau pour mettre en danger les libertés individuelles et la stabilité du Congo et donc de la sous-région si j’avais ordonné à la population de réagir contre la violence gratuite des Jeunes manipulés par le PCT ?

Je tiens à préciser que les cadres et membres du C.D.R.C. ont été arrêtés chez eux et non sur la voie publique où ils n’ont jamais manifesté ou encore appelé à manifester, raison pour laquelle « ils n’ont commis ni délit ni infraction».

Ci-dessous les vidéos du Meeting de Pointe-Noire qui inquiète tant le PCT de par l’ampleur du rassemblement populaire.

Je réaffirme que le Congo doit rester une République Une et Indivisible. Le PCT se doit de se rendre à l’évidence qu’il nous faut à tous impérativement un Gouvernement d’Union Nationale, seul capable d’apaiser le Pays.

Ce gouvernement d’Union Nationale, de durée limitée, aura pour mission essentielle d’assurer les affaires courantes et de procéder au Recensement Général de la Population et de l’Habitat en vue d’organiser des élections parfaitement transparentes qui rendront notre Pays, le Congo, parfaitement crédible vis-à-vis de l’environnement international afin de préparer une sortie par la Grande Porte du Président Denis SASSOU.

Modeste Boukadia, Président du C.D.R.C.

Depuis la France, samedi 7 septembre 2013

VIDÉO: LES VÉRITÉS DE MODESTE BOUKADIA LORS DU MEETING DE POINTE-NOIRE

1)

http://www.youtube.com/watch?v=KRjMTjdEAk8#t=998

2)

http://www.youtube.com/watch?v=JIIhNuHhYpw#t=17

http://musitsundi.wordpress.com/2013/09/07/congobrazzaville-a-propos-de-larrestation-des-membres-du-c-d-r-c-le-21-aout-2013/

Repost 0
Modeste Boukadia CDRC - dans Congo-Brazzaville
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 08:34
Congo-Brazzaville : Pétition contre les rafles et l'embastillement des membres du CDRC à Pointe-Noire

Congo-Brazzaville : Pétition contre les rafles et l'embastillement des membres du CDRC à Pointe-Noire

PETITION CONTRE LES RAFLES ET L'EMBASTILLEMENT DES MEMBRES DU CDRC, LE PARTI DE M. MODESTE BOUKADIA

VERSION FRANCAISE

Les familles et l’association de soutien au CDRC (Cercle des Démocrates et Républicains du Congo), dénoncent les arrestations arbitraires de militants et des cadres du parti.

Au 23 août 2013, c’est un total de 11 personnes dont un enfant de moins d’un an, qui ont été interpellées à leur domicile depuis le 16 août 2013. Le président du parti démocrate du CDRC, Modeste Boukadia est devenu la cible d’une chasse à l’homme.

Le 21 août 2013, sur instruction du Préfet de Pointe-Noire, la gendarmerie a arrêté :

- le vice-président du CDRC, Sylvain MIAKAMONA,

- le Secrétaire général du Kouilou du CDRC,

- le fils du vice-Président, Ruden MAYALA,

- le sergent Alexandre MALONGA,

- y compris Mme TSIAKAKA Valentin et son bébé de 8 mois.

Le motif invoqué par le Préfet contacté serait un préparatif d’une insurrection. Cela est inacceptable et non fondé. Depuis sa création, le CDRC est un parti non violent. Il appelle à la mise en place de la démocratie et de l’instauration d’un gouvernement d’union nationale. Valeurs qui ont été rappelées lors d’un des Grands Meetings Populaires, celui du 11 Mai 2013 à Makélékélé (Brazzaville). Voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=veUSnqpT54Y

NOUS EXIGEONS LA LIBERATION DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES ARRETES ET DEMANDONS LA MISE EN PLACE D'UN GOUVERNEMENT D'UNION NATIONALE POUR PREPARER LA TRANSITION DEMOCRATIQUE AU CONGO BRAZZAVILLE.

ENGLISH VERSION

Families and the association in support of CDRC (Circle of Democrats and Republicans of the Congo), denounced the arbitrary arrests of activists and party leaders.

On August 23, 2013, a total of 11 people, including a child less than one year old, were arrested at their home since 16 August 2013. Modeste Boukadia, the President of CDRC, a democratic party, has become the target of a manhunt.

August 21, 2013, on the instructions of the Prefect of Pointe-Noire, the police arrested:

· Vice President of the CDRC, Sylvain MIAKAMONA,

· The Secretary General of the CDRC Kouilou,

· The son of Vice-President, Ruden Mayala

· Sergeant Alexander MALONGA,

· Including Mrs TSIAKAKA Valentin and her 8 months old baby.

The reason for the arrest given by the Prefect was the activists were supposedly planning an insurrection. This is unacceptable and unfounded. Since its inception, CDRC is a non-violent party. It calls for the establishment of democracy and the establishment of a national unity government. These democratic values were reasserted during one of the Great Popular Meetings organised by the CDRC, on May 11, 2013 at Makélékélé (Brazzaville).

Watch the video: https://www.youtube.com/watch?v=veUSnqpT54Y

WE DEMAND THE RELEASE OF ALL POLITICAL PRISONNERS ARRESTED AND DEMAND THE ORGANISATION OF A GOVERNMENT OF NATIONAL UNITY TO PREPARE THE DEMOCRATIC TRANSITION IN THE CONGO BRAZZAVILLE.

Repost 0
Association Soutien CDRC - dans Congo-Brazzaville Politique
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 20:18
COMME UN AIR DE COUP D’ETAT… : Le Président du CDRC échappe au piège infernal tendu par le PCT

31 août 2013

COMME UN AIR DE COUP D’ETAT… : Le Président du CDRC échappe au piège infernal tendu par le PCT

Les membres du CDRC, aux dires du colonel NGOMBE « ne sont pas arrêtés puisqu’ils n’ont commis ni délit ni infraction » mais sont toujours incarcérés dans un lieu inconnu.

« C’est la pire des conneries jamais faite que d’arrêter les membres de son parti. Le Président BOUKADIA est devenu très populaire parce qu’il a réussi à donner espoir aux populations du sud du pays et on utilise la violence à son encontre ! Si on ne lève pas le pied, on lui fait son lit… pour la partition du pays en deux Etats et la réconciliation deviendra impossible à réaliser sans lui. Avant cette connerie, la population avait des doutes sur ses rapports avec le Président Sassou. Maintenant, la population a la preuve qu’il est bien contre le PCT et donc il n’est pas avec le Président. Il n’y a rien d’autres à faire que de lui donner satisfaction avec son Gouvernement d’Union Nationale. Il ne va pas tout de même pas occuper tous les postes du gouvernement… De plus, ce qu’il propose pour l’économie et l’Emploi est crédible surtout qu’Ondongo n’a jamais exécuté le budget voté en décembre 2012. Alors avant que le vase ne déborde, il vaut mieux négocier avec lui au lieu de lui opposer la violence inutile et gratuite. A croire qu’on a vite oublié que c’est un homme de réseaux… Maintenant, on lui a donné la verge pour battre le Président car il va se raidir. A longueur de journée, on crie qu’on déstabilise le Congo pour l’affaire Dabira mais avec cette belle connerie, nous venons nous-mêmes de faire pire ! Oui, c’est la pire des conneries que d’avoir fait arrêter ses hommes pour le faire taire… Finalement, c’est lui qui est gagnant dans cette sale affaire ! » dixit un très proche d’Emmanuel YOKA.

Plus les jours passent, plus les langues dans l’entourage du PCT commencent à se délier parce que personne ne comprend plus rien à ce qui s’est passé dans la tête des képis étoilés alors qu’ils continuent de donner la même version des faits : « ils ne sont pas arrêtés parce qu’ils n’ont commis ni délit ni infraction. » Pourtant, plus de 11 membres du CDRC sont bel et bien privés de leur liberté depuis le 21 août 2013 à 08:00 du matin lorsqu’ils sont été arrêtés par les gendarmes du poste Km4 et les policiers de la DGPN. Ensuite, ils ont été regroupés et envoyés vers une destination inconnue.

La phrase des képis est la clé

La phrase des képis « ils ne sont pas arrêtés parce qu’ils n’ont commis ni délit ni infraction » est la clé. Elle met en lumière la manipulation, le piège tendu par le PCT pour que le Président Modeste BOUKADIA mette la population de Pointe-Noire dans la rue.
Les gendarmes et les policiers avaient déjà quadrillé le quartier Mpaka, lieu de la Résidence du vice-Président du CDRC, quatre (4) jours avant la date d’arrivée du Président Modeste BOUKADIA à Pointe-Noire le 19 août 2013 pour une visite privée avant de s’envoler vers Paris où il devait retrouver sa famille. Donc, depuis le 15 août 2013, la Gendarmerie et la Police avaient reçu mandat d’arrêter le Président Modeste BOUKADIA dès son arrivée à la Résidence.

Voici les raisons. Le Meeting de Pointe-Noire que d’aucuns qualifient de réussite car jamais dans l’histoire politique, un homme a autant rassemblé autant de monde pour un meeting politique pour mettre en cause la mauvaise gouvernance et surtout d’avoir appelé à la démission du gouvernement avec le CARTON ROUGE que chacun a vu dans tous les écrans de télévision du pays. Lors du Meeting de Pointe-Noire, le Président Modeste BOUKADIA avait en effet déclaré « si le PCT ne met pas en place le Gouvernement d’Union Nationale alors j’appellerai le Peuple du Congo de se mettre debout et personne ne devra rester dans les maisons. Chacun devra descendre dans la rue pour exiger le Gouvernement d’Union Nationale qui devra mettre en place une Conférence Nationale pour la Réconciliation et l’Unité Nationale. »

La visite privée du Président Modeste BOUKADIA à Pointe-Noire a fait germer les idées dans la tête des caciques du PCT en profitant de la popularité du CDRC pour l’amener à commettre la faute : pousser les populations de Pointe-Noire dans la rue afin que le PCT commette son forfait : un coup d’Etat du PCT contre le PCT c’est-à-dire déposer le Président Sassou Nguesso qui devait se rendre en Espagne… » en d’autre termes un remake de Juillet 1968 lorsque le PCT avait demis le Président Alphonse Massamba-Débat. Lors du Meeting de Pointe-Noire, le Président Modeste BOUKADIA avait prévu cette hypothèse comme celle du 5 juin 1997 que le PCT devait réactualiser.

C’est ainsi que le 21/08/2013, des militants projettent de manifester parce que le discours du 12 août du Président Sassou Nguesso n’offre aucune possibilité pour les jeunes, à savoir l’annonce d’un Gouvernement d’Union Nationale. Les jeunes du PCT sont mis à contribution « brûler des pneus sur la voie publique pour créer un climat de désordre et d’insécurité qui sera imputé au CDRC », dixit une source proche de la Police qui garde son anonymat.

Ainsi, lorsque des jeunes gens commencent à manifester, la Police est déjà sur les lieux avant que ne débute la manifestation. Deux patrouilles de Police, sûrement pas au courant de ce qui se passe, conseillent aux jeunes de partir, de quitter les lieux. Une troisième patrouille arrive et interpelle les jeunes gens qui brûlent les pneus ; sans protester les jeunes lèvent les mains et montent tranquillement dans la BJ des policiers devant une foule immense qui reste sidérée. Si les jeunes étaient bien du CDRC et avaient protesté, la foule aurait pris part en leur faveur. Ce qui laisse dire aux observateurs que ces jeunes avaient pour mission de « servir de mèche » pour attirer le Président du CDRC dans les filets.

Apprenant que des jeunes sont arrêtés pour cause de manifestation, le président des Sages de la Fédération du CDRC accompagné des membres du parti se présentent au commissariat de Police de Tié-Tié pour aller s’enquérir de la situation. Le commandant qui les reçoit précise bien « Ils ne sont pas ici. Ils n’ont rien fait. Allez à la DGPN mais surtout ne montez pas dans la voiture de la Police sinon, vous allez être considérés comme des prisonnier. Vous verrez, ils seront libérés car ils ne demandent que la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale. » Sur ce, le Président des Sages revient à la Résidence où il apprend que la Gendarmerie et la Police sont venus arrêter les cadres du parti mais ils n’ont pas vu le Président Modeste BOUKADIA qui était pourtant dans la maison !

En fait, voyant que le Président Modeste BOUKADIA ne donne par l’ordre au parti d’aller libérer les jeunes, le PCT passe à la vitesse supérieure « le faire arrêter ! » Mais, ne le trouvant pas, ils arrêtent quelques cadres du parti venu rendre visite au Président pour que ce dernier donner finalement l’ordre aux militants de descendre dans la rue afin que le PCT avalise son coup d’Etat. Mais le Président du CDRC reste silencieux mettant en échec l’opération d’où un ordre est lancé pour le « rechercher et l’arrêter ! »

Des voitures V6 et VX noires et blanches à Ngoyo/Puma

Dans la nuit de ce 21/08/2013, 18 voitures V6 et VX certaines de couleur noire, d’autres blanches, mais toutes avec des vitres fumées transportent des militants du PCT vers Ngoyo/Puma avec des armes. D’ailleurs dans la nuit du 23, dans cette commune de Ngoyo/Puma, la tranquillité de la population est troublée par des tirs d’armes automatiques. De jeunes Ninjas arrêtés au moment où le patron de la DGST vient à Pointe-Noire disent « il y a quelqu’un qui a pris nos noms afin que nous mettons des barricades ici. Ils donnent le nom qui s’avère être celui d’une personne que le Police recherche depuis longtemps pour avoir commis un crime à Brazzaville. » Le CDRC n’est pour rien dans cette « affaire ». Il s’agit d’un malentendu car les militants du PCT vus dans les 18 voitures V6 et VX ne savaient pas qu’ils étaient là pour destituer le Président Sassou Nguesso. On leur avait dit « Il faut en finir avec Modeste BOUKADIA qui devient trop gênant pour le Président Sassou. » Mais dans le groupe, le bruit court qu’il va y avoir un coup d’Etat pour destituer le Président Sassou Nguesso parce qu’il refuse de se séparer de son ami fidèle Isidore Mvouba et qu’il veut mettre en place un gouvernement d’union nationale et le Kandza ou le Mbongui, comme l’ont conseillé des ambassadeurs et des chefs d’Etat pour décrisper le pays. Mais les militants fidèles à M. Isidore Mvouba se révoltent. Le ton monte. On leur avait dit qu’il fallait en finir avec ce « Monsieur Boukadia qui devient un obstacle pour le Président Sassou. » Alors, les armes automatiques crépitent à Ngoyi/Puma. Voilà le climat qui prévalait à Pointe-Noire du 23 au 24 août lorsque le Conseiller Politique et le directeur de la DGST s’y rendent pour aller dénouer l’affaire des « otages » des mains de la Gendarmerie et de la Police.

Le Président du CDRC a toujours dit « que le temps des coups d’Etat est révolu ; que personne ne pourra tuer Denis Sassou car il est la mémoire du Congo, il est notre mémoire. Monsieur Sassou doit sortir par la grande porte. » Cela s’est vérifié à Pointe-Noire ce 21 août 2013.
Le Président Modeste BOUKADIA soucieux de la Paix et respectueux de la Loi avait préféré alerter le général MOIGNY, le commandant de la Gendarmerie, le colonel NGOMBE, le commandant de la région de Gendarmerie de Pointe-Noire, le colonel AYOUKA, le patron des services des renseignements de Pointe-Noire et le colonel OBARA BAKA, le directeur départemental de la Police. Par ordre du Président Modeste BOUKADIA, le conseiller politique avait rencontré MM. Jean Dominique OKEMBA et AYESSA sur la situation de Pointe-Noire notamment sur l’arrestation des membres du CDRC.

D’où la question : le colonel NGOMBE était-il au courant qu’il se préparait un coup d’Etat du PCT voulant destituer le président Sassou Nguesso, raison pour laquelle il s’est borné à dire « ils ne sont pas arrêtés parce qu’ils n’ont commis ni délit ni infraction » ?
En sa qualité de gendarme, ne devait-il pas plutôt chercher qui avait organisé la colonne des 18 V6 et VX avec des militants du PCT lourdement armés au lieu d’arrêter de bons chefs de famille, des mères de bébé de 8 mois qui n’ont jamais mis les doigts dans le pot de confiture ?

Comme une odeur de coup d’Etat

Pourquoi une odeur de coup d’Etat du PCT contre Sassou Nguesso, Président du PCT, Président de la République, chef de l’Etat et Premier ministre constitutionnel ?

A cause de « l’affaire Isidore Mvouba » que le PCT ne veut plus voir au gouvernement. L’article « Le PCT se doit de tirer les conséquences de l’affaire Isidore Mvouba » dans lequel le Président du CDRC montre que celui-là est « l’ami fidèle de Sassou Nguesso parce qu’il a fait beaucoup de choses pour lui », d’une part et de l’autre le PCT ne sait plus par quel bout doit-il jouer pour modifier la Constitution du 20 Janvier 2002 dont le Président du CDRC a toujours dit « que c’est la ligne rouge à ne pas franchir au risque d’entériner la partition du pays. », d’autre part.

De plus le Président Sassou Nguesso semble très favorable à la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale et de la Conférence Nationale, mais sous forme de Kandza ou de Mbongui, comme l’a dit le chef de l’Etat le 12/08 dans le discours de l’état de la Nation ; des solutions que proposent essentiellement le CDRC pour faire venir les vrais investisseurs pour la création des entreprises et de l’Emploi pour les Jeunes et les moins jeunes.

Le silence du Président Modeste BOUKADIA a embarrassé le PCT qui n’a plus eu son motif de se défaire de leur président du PCT.
Alors pour quelles raisons, recherche-t-on le Président du CDRC, Modeste BOUKADIA ? Pour avoir épargné la vie de Sassou Nguesso en empêchant le coup d’Etat ?

En attendant, à chaque match que joue les Diables-Noirs au stade municipal de Pointe-Noire, l’entrée est gratuite, la police se fait rare… pour éviter le pire car à chaque victoire, Diables-Noirs contre ASP, score 4-1 (25/08) ; Diables-Noirs contre Bilombé, score 3-1 (28/08), de longs cortèges des supporters, du stade municipal à Patra, se forment avec des chansons « Congo nsilulu, Congo dieto bambuta basisa dio, na lembe lemba tata wuele… mulele kua ka bele… E, na lembe lembe tata wuele… mulele kua ka bele… tsi vutueno nzoza ! » (Le Congo des temps anciens, le Congo est un héritage laissé par nos Ancêtres, sans bruit, Papa est parti vêtu d’un simple pagne…)

Le Bureau Politique du C.D.R.C.
Brazzaville, le 30 août 2013

01/09/2013 :
ALERTE : Nous apprenons que la population de la commune de Mongo Nkamba (Pointe-Noire), en réponse à la décision de les délocaliser sans indemnisation alors qu’ils des titres fonciers délivrés par l’Etat, brûle des pneus en signe de protestation et de soutien au CDRC et à son Président. C’est dans cette localité qu’est basée la COMUS, un corps réputé agressif de la police. Mais, la population de Pointe-Noire n’a plus peur de cette COMUS. Les patrouilles de Police et des militaires dans les BJ se font maintenant sans armes… car les jeunes sont remontés et n’attendant qu’une occasion pour ravir les armes des militaires et des policiers… D’où la consigne donnée de patrouiler sans armes

……

A tous les cadres du CDRC, nous aimerons vous apportez notre soutien .Quant l'intimidation fait office de méthode et de stratégie de gouvernance, ce qui revient à dire que le pouvoir est abonné aux atermoiements et aux abois et que le combat de l'alternance de gouvernance dans un climat pacifié est noble. Soyez rassurez sur le fait que leur temps arrive à terme ,hélas les souffrances corporelles des combattants est une phase importante pour la libération de notre peuple. Soyez forts, nous nous soutenons. A ces compatriotes ,disciples de la mauvaise gouvernance; il est temps de choisir votre camp; choisirez-vous celui du peuple opprimé ou celui des bourreaux de ce peuple. Ne nous méprenez point car nous ne sommes pas des ennemis. Rappelez-vous du noble combat du pasteur Martin Luther King et celui d'André Grénard MATSOUA sans oublier celui de MADIBA. Arriver à craindre la foudre d'un peuple déchaîné devrait guider vos actes http://youtu.be/sQwCG9uNHj4

……..

Coulisses de la conférence des ambassadeurs Français: Le comportement irresponsable du dictateur Denis Sassou Nguesso pointé du doigt

Le président français, François Hollande, a ouvert, le 27 août à l’Elysée, la conférence des ambassadeurs français prévue du 27 au 29 août. Bien que le discours officiel du président Français ait été dominé par la crise syrienne et le conflit israélo-palestinien, plusieurs sources indiscrètes parlent de vives inquiétudes de l’Elysée sur la situation en Egypte et en Afrique Centrale qui seraient dans ce dernier cas aggravées par le comportement irresponsable du dictateur Denis Sassou Nguesso qui, dans son engagement tous azimuts à vouloir rester au pouvoir au-delà de 2016, se lance dans une politique déstabilisatrice des pays de la sous-région. C’est ce qui aurait justifié l’appel du président Français à l’Union Africaine et au Conseil de Sécurité de l’ONU de se saisir de la situation en Centrafricaine dont référence y est faite au travail admirable que font les ONG sans en dire un seul mot à la médiation morte et obsolète du dictateur Denis Sassou Nguesso. Une façon de dire aux diplomates ayant la charge de préparer le Sommet de l’Elysée sur la sécurité en Africaine qui se tiendra en décembre 2013, que le dictateur Denis Sassou Nguesso ne devra pas se faire offrir une place de premier plan en qualité de médiateur dans le conflit Centrafricain. Ce sentiment est plus que justifié par le parallélisme que fait le président François Hollande entre ce conflit Centrafricain et le conflit en République Démocratique du Congo (RDC) dont le dictateur Denis Sassou Nguesso se donne corps et âme à faire accepter son auto-proclamation en qualité de médiateur international; ce malgré son rejet par tous les protagonistes. La volonté quasi-affichée du dictateur Denis Sassou Nguesso de rester au pouvoir par tous les moyens agacerait plusieurs diplomates et acteurs politiques internationaux. Un grand risque de déstabilisation et une grande inconnue dans une région déjà en proie aux conflits politico-militaires dont le dictateur Denis Sassou Nguesso est l’un des artisans. Des recommandations auraient été données à son excellence monsieur Jean-François Valette, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire au Congo. Grand défi pour ce diplomate en diplomate en fonction à Brazzaville depuis le 14 décembre 2009.
Wait and see ‘’attendons voir’’.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

Repost 0
Bureau Politique du CDRC - dans Congo-Brazzaville Politique
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 17:09
[Congo-Brazzaville] Arrestation à Pointe-Noire des cadres du CDRC, le parti de M. Modeste Boukadia

[Congo-Brazzaville] Arrestation à Pointe-Noire des cadres du CDRC, le parti de M. Modeste Boukadia

23 août 2013 | Par Jecmaus

L’arrestation des cadres et militants du Cercle des démocrates et républicains du Congo (C.D.R.C.) pose des problèmes au sommet de la hiérarchie militaire et de la Police

23 août 2013

L’arrestation des cadres et militants du Cercle des démocrates et républicains du Congo (C.D.R.C.) pose des problèmes au sommet de la hiérarchie militaire et de la Police

23 AOÛT 2013 : Les cadres et les militants sont toujours dans les locaux de la gendarmerie de Km 4 et dans les locaux de la DGPN de Pointe-Noire.

22 AOÛT 2013 : Les responsables de la Police reconnaissent que les deux (2) militants du C.D.R.C. n’étaient pas détenteurs d’armes. Ni les cadres du C.D.R.C. ni les militants arrêtés n’ont commis ni infraction ni délits. De source policière, les deux militants ont déclarés :
« Nous avons manifesté parce que nous en avons marre. Le Président Sassou dans son discours ne s’est pas adressé à ceux qui souffrent, qui ne travaillent pas alors que nous avons terminé nos études depuis longtemps et nous sommes sur le carreau. Oui, nous voulions manifester pour demander la démission du gouvernement PCT, pour exiger un Gouvernement d’Union Nationale et une Conférence Nationale pour mettre les choses à plat. »
Cette contestation tuée dans l’œuf est l’œuvre des étudiants qui n’ont jamais travaillé et ont initié une manifestation parce que le discours de Sassou Nguesso ne nous a pas convaincu.

Les deux (2) armes montrées au public par la chaîne TPT1 appartenaient aux braqueurs sans lien avec le C.D.R.C.

D’après les services de Police, M. Sassou a ordonné que :
« Les deux (2) militants du C.D.R.C. ne devraient subir aucun mauvais traitement de quelque nature que ce soit et doivent être déférés à Brazzaville pour qu’ils répètent devant lui ce qu’ils ont dit » dans les locaux de la DGPN (Direction Générale de la Police Nationale). »

22 AOÛT 2013 : La Télé-Congo a diffusé aux infos un grotesque montage montrant 2 militants du CDRC avec 2 armes alors que la population qui a assisté à l’arrestation dément avoir vu les armes lorsque les 2 militants du C.D.R.C. ont été arrêtés. C’est la présence de ces deux (2) qui justifie la rafle dont est victimes tous les cadres et militants du CDRC sur instruction du Préfet de Pointe-Noire à la région de gendarmerie de Pointe-Noire alors que le Commandant de la Gendarmerie Nationale a instruit son second, colonel de grade, de Pointe-Noire de libérer les militants et les cadres du C.D.R.C. Ce dernier reste sourd aux injonctions de son supérieur mais souhaite avant tout de discuter d’abord avec le Président du C.D.R.C.

Cette attitude du commandant de la région de gendarmerie de Pointe-Noire met l’armée en ébullition qui de fait s’est divisée en deux contre l’attitude du Préfet qui continue de maintenir les cadres et militants du C.D.R.C. en détention. Sassou Nguesso est allé se reposer en Espagne. Es-ce sur ses instructions que le CDRC se trouve dans le collimateur du Préfet de Pointe-Noire où le 29 juin dernier il avait tenu un Meeting monstre ?

21 AOÛT 2013 : Sur instruction du Préfet de Pointe-Noire, la gendarmerie a arrêté le vice-Président du CDRC, Sylvain MIAKAMONA, le Secrétaire général du Kouilou du CDRC, BIBILA, le fils du vice-Président, Syl MIAKAMONA, M. MAYALA Ruden et le sergent Alexandre MALONGA, accompagnant le Président du C.D.R.C. en visite privée. D’autres militants ont été interpellés, y compris une femme et un bébé de 8 mois, Mme TSIAKAKA Valentin et son bébé. Le motif invoqué par le Préfet non fondé : préparatif d’une insurrection.

En réalité, le Préfet a peur que la visite privée du président du C.D.R.C. à Pointe-Noire soit le point de départ d’une contestation populaire à l’image du Meeting du 29 juin qui avait rassemblé une immense foule. D’ailleurs de jeunes gens se sont immédiatement transportés au commissariat de Tié-Tié avec des pancartes DEMISSION DU GOUVERNEMENT parce que le discours du 12/08 dernier n’a pas répondu aux attentes des jeunes. Le commandant du commissariat de Police de Tié-Tié a expliqué aux policiers et a insisté :
« Les jeunes n’ont rien et c’est de leur droit de manifester ; ce n’est ni un délit ni une infraction. De plus, le C.D.R.C. est un parti politique dûment enregistré au Ministère de l’Intérieur, il a le droit de faire manifester ses militants. Il y a les opérations du recensement, alors il faut éviter les problèmes inutiles avec le Président Modeste Boukadia. »

Ayant appris l’arrestation de ces jeunes, des cadres du C.D.R.C. sont partis demander des explications et ils ont été à leur tour détenus au poste de la police centrale de Pointe-Noire. Le président Modeste BOUKADIA a joint les plus hautes autorités de la Police et de la Gendarmerie qui lui ont dit : « ils ne sont pas arrêtés, ils doivent signer leur procès-verbaux et ils seront libérés. Mais depuis hier, ils sont toujours détenus, les cadres au poste de la gendarmerie de Km4 et les autres au poste central de la police. »

A l’issue des arrestations la Police est revenue sur les lieux de son forfait où elle a procédé au pillage de la résidence, et de certaines maisons appartenant aux membres du C.D.R.C.
Selon nos informations dignes de foi, à la suite de l’arrestation des cadres du C.D.R.C., le ministre de l’Intérieur, M. Mboulou aurait remis sa démission avant que Denis SASSOU ne prenne son avion hier en direction de l’Espagne pour un congé bien mérité de 3 semaines !

Certaines supputations commencent à se faire jour : le C.D.R.C. doit être décapité à cause de son insistance sur la demande du Gouvernement d’Union Nationale et de la Conférence Nationale, comme évoqué au Meeting de Pointe-Noire ; de même, la dernière publication « Le PCT se doit de tirer les conséquences sur « l’affaire Isidore MVOUBA » a accéléré cette prise de décision au plus haut sommet de l’Etat.

UN GROS POINT D’INTERROGATION : Qui veut décapiter le C.D.R.C. en mettant ses cadres et ses militants en prison ? SASSOU serait-il celui qui a jeté la pierre et qui a caché sa main derrière le Préfet de Pointe-Noire alors que les autorités militaires et de la sécurité ont donné instruction au Préfet de faire libérer les cadres et les militants du C.D.R.C. pour éviter des drames inutiles ?

Repost 0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 18:38
[Congo-Brazzaville] Sassou a tout volé ! Hurlons-le dans la rue !

par Rigobert Ossebi

[Congo-Brazzaville] Sassou a tout volé ! Hurlons-le dans la rue ! par Rigobert Ossebi

Les NGuesso, dans le privé, sont des incorrigibles noceurs.

Tout est prétexte à fêter (souvent avec l’argent public), à faire couler le champagne ! Toujours dans le luxe des grands hôtels, dans les palaces, de Paris, New-York, Miami et Saint-Tropez. Et lorsqu’il n’y pas dans leur village de pêcheurs, un trou qui s’appelle OYO, d’endroit digne où faire la fête, on y construit un palace 5 étoiles , Alima, qu’il faudra rembourser aux Chinois avec l’argent du Peuple Congolais. Cet hôtel a été livré récemment. Il devait y être célébré en grandes pompes le 50ème anniversaire d’OYO !

Curieusement Denis Sassou NGuesso n’y avait pas assisté. Des rumeurs de coup d’Etat(s) ? Une très grande fatigue ? Nul ne sait vraiment, peu importe ! Voilà un anniversaire tout aussi insignifiant pour l’ensemble des Congolais que l’anniversaire de leur première coupure d’électricité !

Aussi, depuis que son pouvoir monarchique s’est imposé à la République du Congo, le général deux fois putschiste a fait en sorte que des évènements de sa vie personnelle deviennent, de fait, de véritables jours fériés, du moins pour son gouvernement familial et pour sa Cour.

A côté de cela, « Denis la malice » pour certains, « Denis Machiavel » pour d’autres, n’hésite pas à escamoter une date essentielle de l’histoire récente du Congo. Un anniversaire important pourrait être célébré dans les prochains jours et pourtant Denis Sassou NGuesso volontairement le passe à la trappe !

Congolaise, Congolais, peu importe le regard que vous avez sur cet évènement. Pour certains, il a été à l’origine de la longue dérive du pays. Pour d’autres, la première expression populaire ! Que « Youlou ait tout volé ou pas ! » c’est avant tout l’anniversaire du Peuple Congolais dans la rue !

Ces 13, 14 et 15 août prochains seront le 50ème ANNIVERSAIRE DES TROIS GLORIEUSES CONGOLAISES !

Le pire cauchemar de Denis Sassou N’Guesso, qui ne cesse de revenir à lui, est que les populations de Pointe Noire et de Brazzaville, dans un mouvement de ras-le-bol généralisé, sortent dans les rues et se mettent à hurler « Sassou a tout volé ! Sassou a tout volé ! Sassou a tout volé ! »

Congolaises, Congolais, Très bon 50ème Anniversaire !

« Sassou a tout volé ! Sassou a tout volé ! »

Par Rigobert OSSEBI

Repost 0
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 18:46
[Congo-Brazzaville] Pour soutenir Bienvenu MABILEMONO : Fiche à l'adresse de l'UMP

DIFFUSION GENERALE

Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 17:53
[Congo-Brazzaville/Françafrique] Fourbes Afrique 2013 aurait coûté 6 milliards de FCFA à l'Etat congolais !

Fourbes Afrique 2013 aurait couté 6 milliards FCFA à l’Etat congolais !

Publié le 26/07/2013 par minguabiango

Les dictateurs africains peu fréquentables surtout lorsqu’ils sont sanguinaires, aiment à s’entourer d’experts internationaux occidentaux grassement rémunérés. Tout cela pour conjurer leurs complexes intellectuels et d’infériorité de nègre, car la plupart des tyrans sont militaires, et sans référence universitaire aucune.

Des agences spécialisées dans l’évènementiel politique surfent actuellement sur l’infréquentabilité et l’imbécilité de certains dictateurs africains, en organisant des forums internationaux à leur gloire, et en y conviant des personnalités politiques et du monde des affaires, pour se faire des couilles en or !

La dernière grand-messe « Forum Fourbes Afrique 2013 » s’est tenue le 23 juillet 2013 à Brazzaville, avec la bénédiction de Havas Worldwide.

Selon nos informations et celles de certains journalistes spécialisés, comme Laurent Leger de Charlie Hebdo qui révèle dans son article « Richard Attias et Cécilia, nouveau gourou de la Françafrique » du 24 juillet 2013, que le Président gabonais Ali Bongo a payé entre 5 et 7 millions d’euros, soit 6 milliards FCFA , pour l’organisation du forum « New-York Forum Africa 2013 » qui a eu lieu du 15 au 16 juin à Libreville (Gabon).

Cette facture est à peine croyable pour les Congolais dont plus de 70% vivent sous le seuil de pauvreté dans un pays riche, où il n’y a ni école, ni hôpitaux …dignes de ce nom.

En effet, la liste non-exhaustive de personnalités prestigieuses comme l’ancien secrétaire générale des Nations- Unies Koffi Annan, l’ex patron de l’Agence Française de développement Dov Zerah, du Patron de l’UMP Jean François Copé, l’ancien maire de la ville d’Atlanta (USA) Andrew Young…se sont rendues à Brazzaville en Jet privé, dont la location d’un Falcon varie entre 150 et 250.000 d’euros.

A cette facture des transports aériens, il faut conjuguer d’autres frais comme la rémunération des intervenants qui peut atteindre 75.000 euros pour les plus prestigieux (sans compter les cadeaux non-déclarés d’usage : montres de grands joaillers, diamants bruts et enveloppes bien garnies), l’hébergement et les buffets gastronomiques…

Et dans cette folie de grandeur dont le seul but était de satisfaire l’égocentrisme d’un seul homme, le dictateur Sassou Nguesso, qui en une journée a claqué 6 milliards FCFA, quelles sont les retombées pour les classes moyennes et le panier de la ménagère congolais ?

Le plus surprenant, c’est que le Forum Fourbe Afrique 2013, qui aurait été organisé par la filiale africaine du célèbre journal américain Forbes, ne mentionne cet évènement nul part sur son site.

Peut-être encore là, une escroquerie de notre cher dictateur qui pourrait se retrouver devant les tribunaux américain pour usurpation d’identité d’une société américaine et faux et usage de faux!

Par la Rédaction

Diffusé le 26 juillet 2013 , par www.congo-liberty.com

Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 15:31
[Congo-Brazzaville/Françafrique] DATI-COPE : LE PAIN AU CHOCOLAT A BON GOÛT CHEZ LE DICTATEUR SASSOU NGUESSO. Par Olivier Mouebara

Après Rachida Dati, c’est Jean-François Copé qui s’intéresse soudainement au Congo. Que cachent ces visites des ténors de l’UMP au près du dictateur-sanguinaire Sassou-Nguesso ? Sûrement pas la paupérisation du peuple congolais, démuni du minimum vital élémentaire.

Opportuniste, manipulatrice, calculatrice et éhontée, Rachida Dati s’est précipitée sur BFM TV le 22 juillet pour faire couler son rouge à lèvres rouge vif après les évènements survenus à Trappes en ces termes: « La gauche fait voler en éclats les valeurs de la République ».

Cela tombe bien. De quelles valeurs parle t-elle ?

Celles de fréquenter un dictateur épouvantable dans le but est de renflouer les caisses de l’UMP ruinées par Sarkozy, ou celles d’une femme quadragénaire qui soit incapable de connaître le père de sa fille Zohra ?

Ayant donné naissance à sa Fille Zohra le 02 janvier 2009, Rachida Dati avait assignÉ en justice en octobre 2012 devant le tribunal de Versailles,Dominique Desseigne, le PDG du groupe Lucien Barrière en reconnaissance de paternité. Cela fait désordre pour une ex ministre de la Justice qui n’a cessé de protéger le sanguinaire Sassou-Nguesso dans l’affaire des biens mal acquis, et qui n’a pas su élever sa fonction régalienne. Apte pour monter les marches du festival de Cannes avec ses robes Channel au lieu de réformer le système judiciaire français(dixit André Vallini), les juristes avertis souhaitent oublier cette parenthèse malheureuse.

Manipulatrice hors pair, l’émission Complément d’enquête a dressé d’elle il y a quelques mois un portrait au vitriol. Son ancien collègue, Bernard LaPorte, ex ministre des sports dans le gouvernement Fillon, s’en étonne toujours des méthodes inadaptées de Rachida Dati.

La Sarkozye se croyant au dessus de l’éthique avait fait de Rachida Dati la gardienne des sceaux, malgrè ses faux diplômes ostentoirement mentionnés dans de nombreux curriculum vitae.

C’est elle qui prétend aujourd’hui, avec ses diplômes inexitants et/ ou « usurpés » apporter son expertise s’agissant du système éducatif congolais, avec ses lycées d’excellence en kit parrainés par le tyran Sassou-Nguesso.

Quant à Jean-François Copé, il a le mérite d’entasser les étrangers dans les HLM insalubres de Beauval, sa ville de Meaux. Point n’est besoin de l’accabler davantage. François Fillon s’en est occupé lors de la triche orchestrée par Copé en affirmant « qu’il n’accepterait pas qu’un système mafieux s’installe à l’UMP ». Tout est bien dit.

Voir Sassou-Nguesso accueillir Jean-François Copé pour des raisons que tout le monde sait, relève tout simplement de la crétinisation. Comment dérouler le tapis rouge à Jean-François Copé qui nie, preuves photographiques à l’appui, avoir assidûment fréquenté la piscine de Ziad Takkiédine pendant ses vacances, et avoir reçu une rolex lors de son anniversaire ?

Soit Sassou-Nguesso est un crédule indécrottable, soit le Congo est véritablement condamné à perpétuité sans période de sûreté.

Jusqu’à quand le peuple congolais restera t-il amorphe comme anesthésié? Il est temps qu’il sorte de son sommeil « hivernal« . Les évènements tunisiens et brésiliens prouvent chaque jour qu’il n’ya aucun pouvoir omnipotent et omniscient. Le peuple est capable de faire la révolution en renversant la table.

Les congolais n’ont pas besoin de Rachida Dati, encore moins de Jean-François Copé pour se prendre en mains. La jeunesse congolaise est brillante dès qu’elle est placée dans les meilleures dispositions. Généralement, c’est sous les lampadaires du boulevard des armées que nous préparions nos partiels et nos examens.

Rachida Dati ne se gênait pas, au gré des circonstances, de fustiger les dictateurs africains en ces termes: « Certains pays africains étaient gérés par des potentats, des dictateurs qui sentent le soufre, et qui sont peu fréquentables ».

Incapable de s’imposer comme tête de liste à Paris, Rachida Dati s’est récemment dégonflée par purs calculs, en renonçant à affronter NKM lors des primaires ouvertes organisées par sa formation politique, l’UMP, et à ester en justice contre les propos condamanables devant le tribunal correctionnel de Claude Goasguenen à son égard.

Rachida Dati et Jean-François Copé sont au coeur des anti-valeurs. Celles-ci sont tronquées par ceux qui gèrent les institutions(professeur Marion Madzimba Ehouango).

Notre devoir est d’éveiller les consciences. Le silence coupable de l’opposition et des forces vives congolaises a le mérite de faire perdurer Sassou-Nguesso et sa bande de resquilleurs.

Le peuple congolais doit comprendre une fois pour toute que personne ne le délivrera des fourches caudines du sanguinaire Sassou-Nguesso. A défaut de prendre des armes, le peuple congolais peut au moins s’exprimer.

La liberté d’expression pour dénoncer son asservissement par Sassou-Nguesso, Rachida Dati et Jean-François Copé, est l’une des premières libertés politiques et plus généralement des libertés fondamentales.

Pour Kant, la liberté d’expression conditionne entièrement la liberté de pensée.

Rachida Dati gagnerait à faire connaître à Zohra son géniteur. A moins que Sassou-Nguesso ne se déclare comme père dictateur putatif de Zohra selon le Code civil.

Jean-François Copé qui a comme épouse une africaine du nord, trouve t-il miraculeusement délicieux le pain au chocolat congolais parfumé de 11 millions de barils de pétrole congolais ?

Que dit Nicolas Sarkozy, qui insultait les africains en prétendant « Qu’ils n’étaient pas assez entrés dans l’histoire »?

Peuple Congolais: « Si tu parles, tu meurs. Si tu ne parles pas, tu meurs. Alors, parle et meurt.

Par Olivier Mouebara

Diffusé le 24 juillet 2013, par www.congo-liberty.com

[Congo-Brazzaville/Françafrique] DATI-COPE : LE PAIN AU CHOCOLAT A BON GOÛT CHEZ LE DICTATEUR SASSOU NGUESSO. Par Olivier Mouebara
Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 10:17
[Congo-Brazzaville] Modeste Boukadia, president du CDRC, revient à la charge

Modeste Boukadia revient à la charge
« L’AUTRE POLITIQUE – une nation pour tous »
SON OBJECTIF POUR LE PAYS : LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE

In La Griffe N° 178 du 24 au 31 juillet 2013 pp. 9, 11

Modeste Boukadia lors de son meeting à Pointe-Noire

Après le brillant meeting, surnommé “Meeting de Pointe-Noire” qui s’inscrit d’ores et déjà dans les annales politiques de notre pays, nous tenons à bien expliciter notre position quant à l’évolution future du pays avant et après le discours du Chef de l’Etat lors de la Fête de l’Indépendance le 15 août prochain célébrée dans la région des Plateaux.

Lors du Meeting de Pointe-Noire, nous avons énoncé les grandes idées de la Nouvelle République que le Peuple du Congo entend et veut voir se mettre en place. Cette Nouvelle République doit être le résultat d’un consensus autour des échecs irrattrapables et inexcusables du PCT qui ont réduit à néant les espoirs du Peuple du Congo exprimés lors de la Première Fête de l’Indépendance le 15 Août 1960 conformément à l’idée de la République et de la démocratie contenue dans la déclaration de naissance, à Pointe-Noire, de notre République le 28 Novembre 1958. Il est donc temps de sonner le tocsin du Rassemblement de toutes les forces vives du Pays afin que nous mettions en place le Gouvernement de large Union Nationale qui devra convoquer une Conférence Nationale, sans invectives, pour examiner sans acrimonie les points ci-après et y trouver ensemble des solutions que les populations attendent :

1- La moralisation de la vie politique (Bien mal acquis) ;

2- Le rajeunissement et le renouvellement du personnel politique ;

3- La réconciliation des populations (l’affaire des disparus du Beach et les officiers congolais) ;

4- L’indemnisation des victimes de toutes les guerres et la tenue de nos engagements.

1- La moralisation de la vie politique

« L’Autre Politique – une nation pour tous » vise la moralisation de la vie politique par la moralisation de l’action des hommes politiques afin de recréer la confiance entre le Peuple du Congo et les acteurs politiques. Nous sommes tous conscients que la grave crise politique actuelle est une crise de confiance à l’égard de la classe politique traditionnelle et partisane. Il nous faut donc restaurer cette confiance entre le Peuple du Congo et ses élites ; la confiance réciproque entre toutes les ethnies du Congo en leur permettant d’accéder aux fonctions d’Etat et, enfin, peut-on dire la confiance du Peuple du Congo à l’égard des Institutions notamment la Loi Suprême que l’on change à tout moment au gré des humeurs des politiques et pour un rien ce qui empêche l’action pérenne de la continuité et de la stabilité de l’Etat.

Aussi, dans le cadre de cette moralisation de la vie politique, et au regard du Meeting de Pointe-Noire, Moi, Modeste BOUKADIA, en ma qualité de Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC), demande à tous ceux qui ont pillé le pays, qui ont des comptes à l’étranger, qui ont pratiqué – pour reprendre les termes du PCT – la bourgeoisie bureaucratique, nous leur demandons de rapatrier tout cet argent dans le Pays et de l’invertir à leur propre compte pour créer des entreprises à objets sociaux pour participer à la politique de la création de l’Emploi en faveur des Jeunes. Nous sécuriserons leurs investissements. Mais si cela n’est pas fait maintenant, il est clair que nous rapatrierons à notre tour cet argent par tous les moyens que nous connaissons pour le bien du Peuple du Congo. Tous ceux qui ont pillé les Entreprises d’Etat seront pardonnés. Ils jouiront de leurs droits sociaux et économiques.

D’où la nécessité d’un Gouvernement de Large Union Nationale pour aborder toutes les questions de la refondation de la vie politique congolaise.

2- Le rajeunissement et le renouvellement du personnel politique

Lorsqu’on sait commencer, il faut aussi savoir arrêter. Les problèmes de la mauvaise gestion du PCT sont dus en grande partie à l’usure du pouvoir. Cette gangrène qui attaque ceux qui restent longtemps aux affaires parce qu’ils sont tellement rassurés que personne ne peut les bousculer. Ils ne font plus attention à rien. Ils ne gèrent plus rien. Et ils finissent par régresser le pays. D’où la situation dans laquelle sur trouve notre Congo na biso.

Les dirigeants du PCT doivent se rendre compte qu’ils ne peuvent plus rien proposer pour le décollage économique. Ses cadres doivent avoir le courage politique qu’il est devenu impérieux de le dissoudre. Comme ce fut le cas, de la ligue lombarde en Italie ou du RPR en France lorsque le parti chiraquien vieillissant ne pouvait plus tirer les wagons, les cadres du RPR ont eu le courage politique de créer l’UMP ou encore la dissolution du PCUS avec la perestroïka sous Michaël Gorbatchev. Le PCT rappelle tellement de mauvais souvenirs qu’il n’a pas d’autres choix que sa dissolution. L’échec du PCT, c’est d’avoir manqué sa refondation qui pourtant devrait l’aider à mieux rebondir.

L’évocation du PCT fait constamment penser au renversement des institutions de la République démocratiquement élues avec le coup d’Etat du 5 juin 1997 avec toutes les conséquences dont l’entrée des mercenaires angolais pour le massacre des Congolais en 1997.

Le nom du PCT est synonyme de « disparus du Beach » mais aussi de « mauvaise gestion du pétrole congolais » au profit d’une seule famille.

Tout ceci amène qu’il faut savoir s’arrêter et avoir honte d’être membre du PCT. Le Jeune Okombi Salissa a raison sur ce point.

Aujourd’hui, plus que jamais, les dirigeants du PCT devraient laisser leur place aux jeunes. Depuis la présidence du Sénat en passant par l’Assemblée Nationale jusqu’à la présidence de la République.

3- La réconciliation des Populations du CONGO

J’ai toujours pensé, qu’au crépuscule de sa vie, le plus beau cadeau que Monsieur Sassou devrait laisser au Peuple du Congo, serait la Réconciliation. Les guerres contre les civils du Niari, de la Bouenza et du Pool ont laissé des blessures intérieures très profondes que seule une Conférence Nationale pourrait les juguler. C’est pourquoi, en vue de permettre aux Congolais de s’asseoir et de discuter à nouveau sans hypocrisie, il serait nécessaire de convoquer une Grande Conférence Nationale pour une vraie réconciliation.

Nous pouvons nous-mêmes résoudre les nombreux dossiers épineux qui poussent les Congolais à ne pas s’accepter. C’est pourquoi, je lance un vibrant appel à la société civile congolaise d’exiger avec nous une vraie rencontre pour la réconciliation. Il est indispensable d’en finir avec les rencontres de surface qui n’apportent rien sinon se congratuler pour le plaisir. Si Monsieur Sassou échoue cette étape de la réconciliation, il laissera ses Généraux et ses parents en mauvaise posture.

Souvenez-vous que beaucoup de nos officiers supérieurs sont impliqués dans le dossier des « disparus du Beach » ; beaucoup de ses Ministre et des cadres du PCT sont impliqués dans le dossier des Biens Mal Acquis désignés sous le vocable BMA. Que deviendront-ils à l’après-Sassou si le pouvoir changeait de mains sans que ces questions ne soient réellement abordées au cours d’une Grande Conférence Nationale ?

Oui, le CONGO est notre pays. Il nous appartient à nous tous. Nous en sommes tous les héritiers. Nous pouvons donc et nous devons tous nous asseoir pour regarder comment sécuriser les cadres et les populations impliqués dans des massacres des civils et autres crimes économiques. C’est une opportunité à saisir. Je lance un vibrant appel aux Généraux et autres officiers qui sont impliqués de loin ou de près dans ces faits, si vous n’écoutez pas ceci, ne vous trompez pas, vous serez rattrapés par le cours de l’histoire.

Nous pouvons à la manière de l’Afrique du Sud, après l’apartheid, résoudre ces problèmes épineux dont on ne pourrait passer sous silence. Car des hommes sont morts. Et des familles entières souffrent de ces crimes crapuleux.

4- l’indemnisation de toutes les victimes et tenir nos engagements

C’est donc après avoir discuté de toutes ces choses que nous penserons à l’indemnisation de toutes les victimes de ces événements malheureux survenus dans notre pays. Prendre en charge tous les traumatismes. Et tenir tous nos engagements vis-à-vis des populations et de tous les soldats quant à leur ordinaire et leur avancement conformément à leurs classes.

Voilà, à l’orée de la Fête Nationale, les lumières que nous voulions faire sur « L’AUTRE POLITIQUE – une nation pour tous » pour l’Unité Nationale et la Réconciliation du Peuple du Congo pour l’avènement de la Nouvelle République Une et Indivisible.

Modeste BOUKADIA

Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (C.D.R.C.)

—————————–

NOTE : Ce 25 juillet, La Griffe N° 178 du 24 au 31 juillet 2013 est introuvable dans les kiosques de vente. A peine déposé dans les kiosques hier 24/07/2013, le PCT a fait tout acheter en grand nombre pour que le Peuple du Congo n’en prenne pas connaissance.

Repost 0

Economie

Catégories