Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 17:55
Congo-Brazzaville/Pool : Mgr Louis Portella "demande que cessent ces bombardements"

Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala dans le département du Pool, au Congo-Brazzaville.

Que se passe-t-il dans la région du Pool, au sud-ouest de Brazzaville ? Depuis dix jours, de nombreux témoins affirment que des hélicoptères des forces congolaises frappent les positions supposées de la milice Ninja du pasteur Ntumi. Monseigneur Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, chef-lieu du Pool, est l’invité Afrique de RFI, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : Monseigneur Portella, quelle est la situation dans le Pool ?

Monseigneur Portella : La situation depuis un certain temps, le Pool a connu une situation de détresse du fait des bombardements qu’il y a eu dans certaines localités. Lesquels bombardements ont provoqué l’alarme et les déplacements forcés et précipités des populations. Et ce mercredi encore, il y a eu quelques bombardements non loin de Kinkala, dans le village qu’on appelle Soumouna, un des sites de celui que nous appelons le Pasteur Ntumi. On a entendu le retentissement de plusieurs obus. Et en identifiant un peu le lieu, c’est justement à Soumouna que ces obus ont été largués.

Mais largués par quoi ?

Il semble que c’est un hélicoptère qui est passé.

Est-ce qu’il y a eu d’autres bombardements dans les jours qui ont précédé ?

Oui, à Mayama il y a eu aussi des bombardements et toujours visant le site du Pasteur Ntumi. D’autre part, à Vinza, il y a eu aussi des bombardements. Là, on dit qu’il y a eu erreur de la part des acteurs, puisque c’est le site du Pasteur Ntumi qui avait été visé. Et là, en fin de compte, les obus qui ont été largués ont été largués sur une école, une école primaire. Dieu merci, il était encore très tôt, aux environs de 7 heures et quelques, et donc les enfants n’étaient pas encore là. Il y a juste le directeur qui a échappé de justesse et qui a pu donc se retirer assez rapidement. Et donc il n’y a pas eu de pertes humaines, semble-t-il.

Et ça, c’était où et quand ?

Ça c’était à Vinza. Ça a eu lieu le mercredi.

De la semaine dernière ?

Voilà.

Le porte-parole de la police congolaise, le colonel Jules Monkala Tchoumou, confirme l’utilisation d’hélicoptères par les forces de l’ordre, mais affirme qu’il n’y a pas de bombardements ?

Ce que je sais, c’est que sur le site de Vinza, il y a eu des bombardements, puisque les gens ont entendu jusqu’à vingt à trente coups.

Vingt à trente coups qui ont retenti ?

Qui ont retenti. Voilà.

Vinza, vous pouvez nous en dire un peu plus, Monseigneur ?

C’est un district, un chef-lieu de district, Vinza.

Qui est un district assez éloigné de Brazzaville ?

Oui, assez éloigné de Brazzaville, oui, bien sûr. Et ça a été aussi un des lieux où a résidé le Pasteur Ntumi dans les années 2000-2002, et cetera…

Donc en fait, ce que vous nous dites c’est qu’il y a des bombardements dans le Pool depuis une dizaine de jours, c’est ça ?

Depuis une dizaine de jours, mais on ne peut pas dire que c’est tous les jours.

Est-ce qu’il y a des victimes ?

Pour le moment nous ne pouvons pas le dire. C’est difficile de le dire. Ce que nous voyons, c’est plutôt le déplacement des populations. Par exemple à Mayama, des populations se sont déplacées jusqu’à Kindamba, sans compter ceux qui se sont enfuis dans les forêts. Et à cette occasion justement, nous avons une mission de Caritas qui vient de démarrer pour aller justement au secours de ces populations déplacées, celles qui sont à Kindamba et celles qui sont à Nkoué.

A l’origine de tout cela, il y a ces combats meurtriers qui ont éclaté le 4 avril dernier dans les quartiers sud de Brazzaville. Le pouvoir accuse les Ninjas du pasteur Ntumi d’être à l’origine de ces violences, mais plusieurs opposants répliquent qu’il s’agit d’un montage de la part du pouvoir. Quel est votre avis ?

Mon avis c’est que je reste perplexe parce que d’une part la ville est assez bien cernée par les forces de l’ordre. Et d’autre part, les Ninjas, en principe, sont censés avoir été désarmés. Depuis 2007, le Pasteur Ntumi a été intégré dans la structure du pouvoir, puisqu’il était conseiller spécial du président et donc on peut dire que toute la jeunesse qui était autour de lui était censée être réinsérée. Et maintenant, tout d’un coup, on voit ces jeunes qui interviennent. Avec quelles armes ? Point d’interrogation. Moi-même je suis dans la confusion. Je me pose mille et une questions là-dessus. Je n’y comprends absolument rien du tout. D’où viennent les armes qu’ils ont maintenant en leur possession ? Point d’interrogation.

Et dans les interventions qui ont lieu maintenant, les bombardements, jusqu’à maintenant il y en a qui sont arrêtés et on a l’impression que les chefs sont tranquilles. Si vous voulez, le drame actuellement c’est les populations elles-mêmes. Vous savez, pour des populations du Pool qui ont connu les affres de la guerre civile 1997-98 jusqu’en 2007 pratiquement, c’est un véritable traumatisme de plus. Et ce que nous avons dit dans notre message, c’est que les forces de l’ordre ont pour mission de protéger les populations. Et tout ce qui se passe actuellement ça met les populations dans une situation de détresse. Ce n’est pas là la mission de l’armée !

Et concrètement, Monseigneur, qu’est-ce que vous demandez aujourd’hui pour cette région du Pool dont vous êtes l’évêque ?

Je demande que cessent d’abord ces bombardements, s’il y a des personnes qu’il faut poursuivre, qu’on les poursuive ! Tout en protégeant la population ! Et je crois que ce que nous pouvons demander est au nom des populations du Pool qui vraiment souffrent aujourd’hui ! Que ces bombardements-là cessent ! Parce que d’abord ça n’a aucune efficacité. Maintenant, quant à mettre la main sur les véritables responsables, je ne crois pas qu’on est arrivé à un résultat probant.

Quelques jours avant ces violences, il y a eu la présidentielle du 20 mars et le président Sassou Nguesso a dit alors : « La démocratie est en marche, c’est une élection qui rehausse le niveau de la démocratie congolaise. » Qu’est-ce que vous en pensez ?

Je suis interrogateur sur cette avancée de la démocratie.

Vous n’êtes pas convaincu ?

Pas du tout !

Et pourquoi ?

Parce que je pense que tout ce qui s’est passé dans les élections s’est passé dans ce qu’on pourrait appeler un manque de transparence.

Par Christophe Boisbouvier

Source : http://www.rfi.fr/emission/20160415-congo-brazzaville-mgr-louis-portella-eveque-kinkala-pool

************************************************************************************

Cliquer sur le lien suivant pour lire l’intégralité du texte « OSER LA FOI !

Par Erutan Kimbembe

(Extrait de congo-liberty)

Congo-Brazzaville/Pool : Mgr Louis Portella "demande que cessent ces bombardements"
Congo-Brazzaville/Pool : Mgr Louis Portella "demande que cessent ces bombardements"
Congo-Brazzaville/Pool : Mgr Louis Portella "demande que cessent ces bombardements"
Repost 0
Mgr Louis Portella-Mbuyu - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso Pool Sud-Congo
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 17:13
PETITION : Urgence Congo-Brazzaville - le gouvernement français doit sortir du slience

Bonjour,

Je viens de signer la pétition, « François Hollande : Urgence Congo-Brazzaville - le gouvernement français doit sortir du silence ».

Je pense que c'est important. Je souhaiterais vivement que vous signiez à votre tour !

Voici le lien:

https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-urgence-congo-le-gouvernement-doit-sortir-du-silence

Merci,

Jean-Claude

------------------------------------------------

Adressée à Président de la République Francois Hollande et 2 autres

Urgence Congo: le gouvernement doit sortir du silence

JEAN-PAUL DELORE & CATHERINE LAVAL France

Attaques criminelles contre les populations civiles en République du Congo. Les Français doivent savoir. Le gouvernement doit sortir du silence.

Monsieur le Président de la République,

Le 4 avril 2016, falsifiant comme d’habitude le résultat des urnes, la Cour constitutionnelle de la République du Congo, aux ordres du pouvoir en place, valide la réélection à la Présidence de la République du candidat Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 32 ans. Préparé à ce coup d’État électoral, cette fois, le peuple congolais est prêt à amplifier sa résistance pacifique et à poursuivre sa désobéissance civile. La réponse du système militaro-politique congolais est également prête depuis des mois. Elle consiste à désigner le sud de la ville et du pays comme foyers d’invisibles et insaisissables ennemis intérieurs.

Dans la nuit du 4 avril 2016, les tirs à l’arme lourde ciblant les populations civiles ont déjà commencé sur les quartiers sud de Brazzaville. Quelques heures plus tard, les habitants sont chassés de leur maison et déplacés au nord de la ville. Le lendemain débutent les bombardements des villages du Pool (sud du Congo). Les premières images de cadavres commencent à circuler sur les réseaux sociaux.

Auparavant, le Président Denis Sassou Nguesso est rentré d’une tournée à l’étranger où, sans doute, il est allé vérifier si ses vieilles alliances en Europe et en Afrique vont une nouvelle fois le « couvrir » en échange, pour les uns, d’une solidarité entre tyrans et, pour les autres, d’un accès facilité aux immenses richesses locales (pétrole, uranium, etc.) dont bien peu de Congolais profitent. Sans doute est-il allé vérifier une nouvelle fois, à l’extérieur, sur qui compter pour accompagner sa survie politique à l’intérieur, et conserver le pouvoir par tous les moyens. En arrêtant les opposants, en torturant, en exécutant ; en opposant les régions congolaises entre elles; en agitant le spectre du retour des guerres civiles de 1993/97/98, qu’il avait lui-même planifiées, et pour la responsabilité desquelles il a pour l’instant échappé aux condamnations de crimes contre l’humanité ; en encourageant le dysfonctionnement et la corruption de l’État ; en manipulant l’information ou en achetant le silence au Congo et sur la scène internationale ; en armant ses propres milices, soi-disant aux ordres de nébuleux ennemis de la « Patrie » pour terroriser les corps, les esprits, le pays entier, mettre ainsi en scène son retour providentiel et apparaître, encore une fois, comme l’homme du recours, le père de la Nation.

Pourtant quelque chose a changé à Brazzaville. Du nord au sud du pays, le peuple congolais n’est plus manipulable. La jeunesse congolaise est descendue dans la rue à l’automne dernier. Massivement, au nord comme au sud, les Congolais ont boycotté le référendum d’octobre 2015 qui visait à modifier la constitution pour prolonger encore les 32 années de pouvoir du Président Denis Sassou Nguesso et lui garantir l’impunité internationale au cas où les choses tourneraient mal pour lui.

Massivement, les électeurs ont ensuite voté pour l’opposition aux élections présidentielles le 20 mars 2016. Celles-ci se sont déroulées à huis clos, les autorités ayant coupé toutes les communications à l’intérieur du Congo et vers le reste du monde durant quatre jours ; d’où cette invraisemblable annonce des résultats au milieu de la nuit du 24 mars - le Président ne s’accordant cette fois ci « que » 60% des suffrages !

Massivement, pour contester cette mascarade, les Congolais ont alors répondu au mot d’ordre pacifique de désobéissance civile durant la journée ville morte le 29 mars.

La répétition aujourd’hui d’un scénario cauchemardesque ne doit rien à la fatalité, mais davantage au laisser-faire, au laisser-dire. Cela ne sert à rien de plaindre les Congolais. Nous devons suivre leur exemple de courage et de résistance. Dire et redire que c’est au peuple congolais, et à lui seul, de bâtir un État de droit. Pas aux affairistes de tous bords, pas aux militaires, pas aux gouvernements étrangers complices ou concurrents économiques et stratégiques dans la région. Il en va du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

La France est le premier partenaire économique du Congo. Monsieur le Président, vous devez sortir de votre silence. Le pays doit cesser urgemment ses relations mafieuses et militaires avec la dictature en place.

Au nom de la solidarité entre les peuples, nous demandons l’arrêt immédiat des tirs sur les civils, la libération des opposants politiques, la non-reconnaissance par la France et la communauté internationale des résultats électoraux, le retour de la presse internationale sur le terrain et la tenue de nouvelles élections présidentielles en présence d’observateurs internationaux impartiaux.

Jean-Paul Delore (metteur en scène), Catherine Laval (costumière, syndicaliste), Dieudonné Niangouna (auteur), Laëtitia Ajanohun (auteure)

LIRE LA SUITE :

https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-urgence-congo-le-gouvernement-doit-sortir-du-silence?tk=R6vJzz6mfzrcQ4H8uVtq3JGI54oYirDfgCHcxKjaAE4&utm_medium=email&utm_source=signature_receipt&utm_campaign=new_signature

PETITION : Urgence Congo-Brazzaville - le gouvernement français doit sortir du slience
Repost 0
Jean-Paul Delore et Catherine Laval - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT Pool Sud-Congo
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 17:52
(Congo-Brazza) Les marchands d’armes « mélomanes » au service de Denis Sassou-Nguesso



Voici les hélicoptères qui sèment la terreur et la mort au Congo et principalement dans le Pool. Deux de ces appareils, des MI Super 17, ont été livrés, semble-t-il, par la société sud-africaine Paramount le fournisseur attitré de Denis Sassou Nguesso, et de plus proche de l’éminence grise de ce dernier, Jean-Yves Ollivier. Ces appareils de combats opèrent sans le moindre danger dans leurs massacres de populations civiles, à la demande du grand homme congolais de la paix, le dictatueur Denis Sassou Nguesso.
Pourtant, le marchand d’armes Ivor Ichikowitz est un grand philanthrope et un mélomane averti qui avec son acolyte Jean-Yves Ollivier, de la Fondation Brazzaville, avaient parrainé la tournée sud-africaine de l’Alma Chamber Orchestra avec Mme Anne Gravoin, l’épouse du Premier ministre français, Manuel Valls, comme il a été rapporté dans un récent article de Caroline Michel dans le NouvelObs.

« Dans un courrier électronique, Jean-Yves Ollivier assure toutefois à « l’Obs » qu’ »il n’y a aucun partenariat financier ou échanges matériels entre la Fondation Brazzaville et l’Alma Chamber Orchestra, mais uniquement la poursuite d’un objectif commun : LA PAIX ». »

« La Paix » promue par un marchand d’armes, Ichikowitz, c’est de l’humour macabre ou bien simplement du « foutage de gueule » ! Mais rien d’étonnant de la part de ce récipiendaire de la Légion d’Honneur accordée par Manuel Valls. L’année dernière dans une interview à Paris-Match, Jean-Yves Ollivier affirmait concernant Sassou-Nguesso : « L’argent ne compte pas pour lui, il en use comme d’un moyen politique ».

(...)

LIRE LA SUITE : http://congolaisdebout.blogspot.fr/2016/04/congo-brazza-les-marchands-darmes.html

Les armes_les criminels_les fournisseurs d'armes_échantillon des victimes
Les armes_les criminels_les fournisseurs d'armes_échantillon des victimes
Les armes_les criminels_les fournisseurs d'armes_échantillon des victimes
Les armes_les criminels_les fournisseurs d'armes_échantillon des victimes

Les armes_les criminels_les fournisseurs d'armes_échantillon des victimes

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 10:06
(Congo-Brazzaville) Modeste BOUKADIA : Vœux au Peuple Kongo et au Peuple du Nord-Sangha

C'était le 6 janvier 1016. Les Voeux de Modeste BOUKADIA au Peuple Kongo et au Peuple du Nord-Sangha

Blog de Modeste BOUKADIA (http://musitsundi.wordpress.com)
Condamné à 30 ANS DE TRAVAUX FORCES par le président Sassou Nguesso pour avoir demandé un Gouvernement d'Union Nationale au cours des meetings populaires du 11 mai 2013 (Brazzaville) et 29 juin 2013 (Pointe-Noire)
Président du Cercle des démocrates et républicains du Congo (CDRC)
Parti politique enregistré au ministère de l'Intérieur sous N°002/MISAT/CAB/DGAT/SAAB du 10 Mars 1998

Mes chers Compatriotes du Sud Congo, Peuple du Nord-Sangha,

En ce début d’Année 2016, la coutume veut que l’on présente les Vœux. Je ne vais pas me soustraire à ce rituel mais je les adresserais à tout le Peuple du Congo de vive voix lorsque je serai rentré au pays natal, en qualité d’Autorité Politique du Sud Congo comme spécifié avec les Nations Unies.

Nous avons nos différences, n’en faisons pas des obstacles insurmontables. Aussi, au-delà de tous les dires, j’affirme, ma volonté d’une Union Nationale, entre le Nord et le Sud comme, cela a été voté, au moment de la proclamation de la République du Congo de jure, qui siège aux Nations Unies, le 28 Novembre 1958 dans l’après-midi.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est indispensable pour chacun de nous tous, de revenir au carrefour de notre Histoire, l’histoire du Congo scellée par l’UDDIA, le PPC et le MSA au matin du 28 Novembre 1958.

Nous avons le devoir impératif d’OSER, d’EXPERIMENTER, pour une fois de notre histoire, L’UNION NATIONALE : le KONGO-SANGHA, l’union entre le Sud et le Nord. Pour protéger nos Populations des prédateurs avides de sang.

Revenir au carrefour c’est redonner la voix aux sans voix du Nord, pour tourner la page du passé sans le nier, tout en se projetant vers le futur, vers le IIIème millénaire.

Revenir au carrefour, c’est OSER UN MIEUX-VIVRE ENSEMBLE AUTREMENT !

C’est ce défi que Nous, hommes politiques d’avenir, devons relever pour les générations futures. Pour préserver les vies humaines du Nord comme du Sud. Pour le dépassement de chacun de nous.

A l’instar de Fulbert YOULOU, de Jacques OPANGAULT, de Simon-Pierre KIKOUNGHA-NGOT et de Félix TCHICAYA,

J’invite Ceux du Nord et du Sud, qui se reconnaissent dans les idéaux de nos Pères fondateurs à se surpasser pour faire aboutir, enfin, la gouvernance démocratique, sans chasse aux sorcières, où toutes les compétences, de quelque origine que ce soient et sans discrimination aucune, seront sollicitées pour œuvrer au BIEN COMMUN.

Vive l’Etat du Sud Congo de jure,

Vive l’Union Nationale entre Kongo et Sangha !

MEILLEURS VŒUX ET BUANANA 2016 A TOUS !

Modeste BOUKADIA,

Condamné par contumace le 8 avril 2014 à 30 ans de travaux forcés,

Président du Conseil de l’Etat du Sud Congo

Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo

France, Terre des droits de l’Homme, Paris le 5 Janvier 2016

—————————-

N.B. : Le logo Union Congo, composition des emblèmes distinctifs de nos pères fondateurs, a été dessiné en 1998 par Madame Nadine Nagel pour l’Association « Union Congo » déclarée à la Préfecture de Paris ayant pour objet la mise en œuvre de la véritable Union Nationale en repartant au carrefour de notre Histoire. Ce logo est déposé et protégé. Il ne peut être utilisé sans autorisation expresse.

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 08:56
République du Congo : l'ONU s'inquiète d'informations alarmantes sur des violations des droits de l'homme

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. Photo : ONU / Jean-Marc Ferré -

Des informations font également état d'arrestations massives et de cas de torture en détention, ainsi que du meurtre et du déplacement de personnes originaires du Pool. Ces rapports sont difficiles à vérifier en raison du manque d'accès à cette zone par des acteurs indépendants, a souligné M. Zeid -

13 avril 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit profondément préoccupé mercredi par les informations récentes selon lesquelles les opérations de sécurité menées par le gouvernement de la République du Congo dans la région du Pool auraient donné lieu à des attaques contre des cibles civiles et des déplacements de populations des zones touchées.

« Il est également préoccupé par les restrictions en matière d'accès à la région, qui empêchent de collecter et d’évaluer de manière adéquate la situation », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse.

Le Secrétaire général a exhorté le gouvernement de la République du Congo à veiller à ce que les travailleurs humanitaires et autres acteurs concernés bénéficient d'un accès aux zones et aux populations affectées, et que les forces de sécurité agissent en conformité avec les obligations du pays en vertu des droits de l'homme et du droit international humanitaire.

« Le Secrétaire général condamne tous les actes de violence. Il appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à engager un dialogue constructif et inclusif à la suite de l'élection présidentielle », a ajouté son porte-parole.

Ban Ki-moon a dépêché son Représentant spécial pour l'Afrique centrale et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, à Brazzaville pour consulter les autorités nationales et les autres parties prenantes afin de désamorcer les tensions.

Plus tôt mercredi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, s'est également inquiété d'informations alarmantes sur des violations des droits de l'homme au sud de Brazzaville, la capitale de la République du Congo, quelques semaines après la réélection du Président Denis Sassou-Nguesso.

Ces rapports concernent « une opération de sécurité menée, semble-t-il, par le gouvernement dans une zone située dans le sud de Brazzaville et dénommée le Pool », a précisé M. Zeid dans un communiqué de presse.

Depuis les élections présidentielles du 20 mars, des rapports font état d'opérations de sécurité menées contre des chefs de l'opposition et leurs partisans, qui auraient attaqué un poste de police et certaines zones dans le sud de la capitale le 4 avril. Le gouvernement a annoncé que 17 personnes avaient péri lors de ces opérations militaires, dont trois membres des forces de sécurité, et que plusieurs autres personnes avaient été blessées, a précisé le Haut-Commissaire.

Des informations font également état d'arrestations massives et de cas de torture en détention, ainsi que du meurtre et du déplacement de personnes originaires du Pool. Ces rapports sont difficiles à vérifier en raison du manque d'accès à cette zone par des acteurs indépendants, a souligné M. Zeid.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a exhorté le gouvernement « à garantir que les acteurs humanitaires puissent avoir accès sans délai au Pool et que les forces de sécurité agissent en parfaite conformité avec les obligations de la République du Congo au regard du droit international des droits de l'homme ».

« Tout incident impliquant l'emploi de la force par les forces de sécurité, en particulier si elle a des conséquences mortelles, doit faire l'objet d'une enquête approfondie, rapide et impartiale. Aucune personne arrêtée et détenue ne devrait subir de mauvais traitement », a-t-il ajouté. « Par ailleurs, toute personne arrêtée et détenue devrait être soit inculpée et comparaître devant un juge, en accord avec les standards internationaux en matière de procédure régulière, soit être rapidement relâchée ».

M. Zeid a également exhorté le gouvernement, les responsables politiques et leurs partisans, « à s'efforcer de résoudre tous leurs différents de manière pacifique et dans le cadre de la loi, et à éviter tout recours à la violence dans l'exercice de leurs libertés d'expression, d'association et de rassemblement pacifique ».

LIRE LA SUITE : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=37011#.Vw6dc8ivinO

News Tracker: autres dépêches sur la question

République du Congo : l'ONU condamne des actes de violence à Brazzaville

Repost 0
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 16:52
Congo-Brazzaville : Sassou invente deux nouveaux délits

SASSOU INVENTE DEUX NOUVEAUX DELITS :

Nous venons d’apprendre que le 05/04/2016 a eu lieu une audience au Tribunal de Pointe-Noire pour la mise en liberté du Président Boukadia.

Seulement voilà ! A la dernière audience sur le même sujet, il avait été avancé, pour son maintien en détention, que le président Boukadia n’avait pas d'adresse connue. A cet argument, nous opposons une question. Où s'étaient-ils rendus, à quelle adresse en 2013, quand ils étaient partis pour l'arrêter ? Cette fois-ci, le prétexte est tout autre.

Ainsi, M. Sassou invente, pour continuer à maintenir le Président Modeste Boukadia en détention, deux nouveaux délits inédits : "Pour sa sécurité et sa trop grande popularité, il faut le maintenir en détention pour qu'on ne lui impute pas la responsabilité des événements du 4 avril impliquant les ninjas dans le différend électoral."

Ainsi a délibéré la Cour d'Appel de Pointe-Noire dans son audience à huis-clos du 4 avril 2016.

NOTRE COMMENTAIRE :
Le Procureur Général de Pointe-Noire s'est opposé à la présence physique du prévenu Modeste BOUKADIA qu'il n'a jamais voulu voir parce que Kongo, alors que ceux qui ont fait et voulu faire des coups d'état sont en liberté. Et pour cause, ils sont Mbochi. Comme Sassou, comme le Procureur.

L'Equipe du Réseau Congo-Mfoa

Repost 0
L'Equipe du Réseau Congo-Mfoa - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT Modeste Boukadia Sud-Congo
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 16:21
Congo-Brazzaville : Tuerie dans le Pool

Par Babel MOUNTOU

Lettre ouverte à Mgr Anatole MILANDOU, Archevêque de Brazzaville et Mgr Louis Portella MBOUYOU, Évêque de Kinkala

Objet : votre engagement hautement sollicité dans le refus des tueries en cours dans le Pool par le président Denis Sassou Nguesso

Nos chers Pasteurs,

J’entame ce fleuve de larmes des habitants du Pool par ces quatre maximes qui tourmentent mon esprit depuis quelques années :

  • Toute spiritualité ne peut qu’être fondée sur la bonté, la beauté et l’infini.
  • Être chrétien c’est protéger l’autre du mal.
  • Dieu nous a crées libres ; la quête de la liberté est sacrée.
  • Être pasteur c’est se sacrifier pour les autres.

Après la guerre de 1997-1998 qui a engendré des milliers de morts particulièrement dans le Pool, Monsieur Denis Sassou Nguesso a entrepris depuis quelques jours le maléfique besogne d’apporter à nouveau mort et désolation au sein des populations déjà délibérément affaiblies, avec la complicité inavouée de certains fils de ce département, aliénés et spiritualisés aux initiations maculées de sang.

Votre mutisme nous interpelle et handicape le peuple du Pool.

Mgr Louis Portela BOUYOU, vous êtes pasteur d’un des plus fervent peuple chrétien du Congo, côtoyez au quotidien sa pauvreté, sa faible éducation, ses pleurs, ainsi que sa destruction intellectuelle et économique depuis presque deux décennies. Vous assistez inerte à cette déchéance collective programmée. Mais, je suis conscient de vos prières.

À vous Mgr Anatole MILANDOU ; quelle spiritualité peut soulager votre désir d’élévation face à une conscience vivante sur le fleuve de sang et de larmes de vos fidèles ? Quelle temporalité faut-il au Pool pour endiguer cette souffrance qui l’assèche depuis plusieurs générations ?

Vous devrez prendre position et porter la croix à l’image du cardinal Émile BIAYENDA.

Il ne s’agit pas de dénoncer afin de plaire à la diplomatie vaticane ou aux gouvernants congolais. Il s’agit plutôt de :

Demander fermement à Denis Sassou Nguesso qui a perdu toute légitimité populaire d’arrêter immédiatement le processus des tueries dans le Pool et d’y retirer ses forces militaires.

Assurément votre demande sera appuyée par de saintes prières.

Naturellement des arguments bien connus pourraient ébranler votre entité spirituelle et vous éloigner d’une décision dignement salvatrice : l’obéissance au Vatican, la séparation de l’église et de l’État, l’état passager de la vie sur terre.

La vie humaine est sacrée

Mais ces références seraient mal interprétées si elles ne se reposent pas sur le respect de la vie humaine. Pour nous chrétiens, c’est un truisme d’affirmer que « le corps de l’Homme renferme l’esprit de Dieu, il est le temple de Dieu, c’est donc une partie de Dieu ». Le détruire reviendrait, alors, à offenser notre Créateur qui nous a dotés de l’aspiration à la bonté à la beauté et à l’infini. Toute espérance se cristallise en ces mots que la mort infligée par le malin ne devrait pas détruire. Protéger de cette mort innocents, enfants, femmes, vieillards, équivaut à préférer la bonté, la beauté et l’infini.

La liberté humaine est sacrée

Dieu nous a crée libres et dotés de l’intelligence. Les moines du 18e siècle ont entamé le processus irréversible du développement de l‘Europe et de l’épanouissement de l’être humain par la mise en œuvre de leur intelligence au profit de l’homme et de la société, en valorisant les principes de santé, du travail, de l’entrepreneuriat, c'est-à-dire en privilégiant le bien-être de l’humain, la gloire de la vie, plutôt la compromission à la mort. Les théologiens catholiques de la liberté l’ont apporté en Amérique latine, imbus de cette soif que Dieu lui-même leur a insufflée. Nos ancêtres ont lutté pour la vie, la quête de la liberté.

Au contraire, le silence de l’Église catholique congolaise se confond avec la mort satanique de pauvres fidèles qui pourtant espèrent trouver refuge en vos divines paroles.

Notre intelligence accompagnée de la sagesse divine devrait nous permettre de favoriser la vie sur terre. Sans elle, quel sens pouvons-nous donner à l’intelligibilité de la relation intrinsèque entre l’immatérialité et la matérialité, l’esprit et le corps qui l’abrite ? Toute construction humaine repose sur cette intelligence. Il n’y a pas de liberté sans intelligence. Alors que l’intelligence du mal opprime la liberté et étouffe le corps physique, celle du bien libère l’esprit et protège la vie.

Vous avez le devoir de défendre la vie dans cette région du Pool, quelles qu’en soient les conséquences sur vos humbles personnes.

Quel bonheur céleste peut-on espérer des regards désespérés des fidèles ? Quelle joie peut-on transmettre quand les vies humaines sont abrégées depuis des décennies par le malin ? Cela ne traduit-il pas l’insuffisance de l’action ecclésiale ?

Vous serez responsables devant Dieu et devant le peuple !

N’ayez pas peur de sauver des vies !

N’ayez pas peur de libérer les congolais du malin !

Portez votre croix !

Le Pool ne veut plus pleurer !

LIRE LA SUITE : http://www.mampouya.com/2016/04/tueries-dans-le-pool.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 15:48
Congo-Brazzaville : UNITE - TRAVAIL - PROGRES, selon le Travailleur infatigable, Sassou Nguesso


"Unité, Travail, Progrès"


Unité !!!

En faisant sifflé du Glock 17 sur les fils du pool?


Unité !!!

En jouant avec la peur et bas instincts des braves fils du Nord?


Unité !!!

Quand la hiérarchie militaire est Mbochisée?


Unité !!!

Quand les noms, Mbemba, Massamba, Mampouya, deviennent un symbole de défectuosité physique ou psychique quant à l’accès aux grandes écoles administratives congolaises?


Unité !!!

Quand un Ibara venu de Ouenze et un Massengo venu de Makelekele sifflent une bière sans savoir si demain ils se retrouveront ?


Progrès !!!

Avec 10% de réussite à la dernière session du baccalauréat ?


Progrès !!!

Quand on porte les malades à même le dos au centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville, par manque de civière et d'ascenseur ?


Progrès !!!

Quand pour dédouaner une brouette au port il faut payer le double de son prix d'achat ?


Travail !!!

Quand ceux qui travaillent, dépassent rarement les 400.000 Frs CFA (contre les milliards de Christelle et Edgard Nguesso qui n'ont même pas un troisième cycle en droit privé)


Travail !!!

Quand l’informel est la règle ?

"bana manguangua par ci, vendeurs de bonbons rouges et cartes S.I.M par là ?

Sassou, où est passé le Sous-officier de Saint-Maixent, au petit carré de tissu fin rouge, faucille et marteaux en main qui prônait l' " unité, le travail, et le progrès " ???

Par Elie SMITH

Repost 0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 18:48
(Congo-Brazzaville) L'Opération "MOUEBARA" suit son cours

Jean-Claude Mayima-Mbemba a partagé sa publication dans le groupe Amis des Disparus du Beach.

Chers Compatriotes Congolais et amis,

Nous venons d'apprendre à l'instant et portons à votre connaissance le décès, suite à un AVC aujourd'hui même, de la maman du président Modeste BOUKADIA, ce jour 10/04/2016 à 15h00 précises

Cette Dame, qu'on le veuille ou non, est une VICTIME DE LA GUERRE QUE MENE M. SASSOU DANS LA REGION DU POOL.

L'arrestation et l'incarcération de son fils, en plus des fusillades qui ont eu lieu dans la zone de Makelekele, y sont pour beaucoup et ont précipité la mort de cette grande Dame.

Nous disons bien qu'elle a bel et bien été ASSASSINEE PAR SASSOU NGUESSO. L'Opération "MOUEBARA" suit son cours

CEUX QUI T'ONT ASSASSINEE N'EMPRUNTERONT PAS UN AUTRE CHEMIN...

REPOSE EN PAIX, MAMAN, ET QUE LA TERRE TE SOIT LEGERE !

S'il reste un peu d'humanité chez nos criminels, le mieux serait de permettre au président MODESTE BOUKADIA d'aller inhumer sa mère en toute dignité. Un mort est inoffensif.

Repost 0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 16:38
(Congo-Brazzaville) A l'attention des médias et journalistes internationaux...

Africa Cadha9 avril, 21:28 -

Note à l'aimable attention des médias et journalistes internationaux pour comprendre les massacres actuels dans la région du Pool en République du Congo.

D’emblée, il est important de noter que Sassou Nguesso qui généralement ne s’arrête qu’à 16.50% voire 17% de l’électorat congolais comme en 1992, ne pouvait pas atteindre le deuxième tour des présidentielles de 2016. Parce que, la stratégie des opposants a bien fonctionné, eux, qui ont aligné cinq (05) candidats de gros calibres dans toutes les régions. De ce fait, M. Guy Brice Parfait Kolelas et le Général Jean Marie Michel Mokoko sont les deux vrais gagnants de ce scrutin du 20 mars 2016 au premier tour. Cela, malgré les graves irrégularités créées intentionnellement par le régime politique de Brazzaville. Leur seul tort pour ne pas aller au deuxième tour, c’est celui de ne pas posséder des milices armées. Parce que dans ce monde, il faut peut être posséder des armes de guerre et des réseaux pétroliers pour bénéficier de tous les regards des Nations Unies…

Ce qui se passe dans la région du Pool est inadmissible et risque d’être gravé à jamais dans nos esprits parce que Sassou Nguesso joue un récidivisme criminel sous la protection de certains réseaux politiques français. Ce qui est grave encore, c’est la totale désinformation sur la réalité des faits. Des journalistes deviennent des mercenaires de la communication…

Pourquoi Sassou Nguesso et ses réseaux politiques ciblent-ils continuellement la région du Pool pour ces opérations macabres? En rappel, nous nous souvenons de Sassou Nguesso qui après avoir accepté une mission de construction de la paix par les religieux de l’Église Kimbanguiste, l’Armée du Salut, l’Église Orthodoxe et de l’Église catholique dans la région du Pool, avait un jour envoyé ses miliciens à Mindouli (Pool) pour massacrer tous ces pasteurs des Églises précitées, dans le seul but de charger le Pasteur Ntumi qu’il fallait neutraliser. Ainsi, tout en bénissant Vital Bakana l’un des miliciens de Sassou Nguesso pour son courage d’avoir dévoilé tout le scenario et demandé pardon lors d’un grand culte œcuménique à Linzolo, il nous revient aussi de vous signaler que jusqu’à ce jour aucune justice ne s’est intéressée aux massacres desdits religieux à Mindouli…

M. Sassou Nguesso, encore lui, avait organisé et participé activement à l’assassinat de son Éminence Monseigneur Émile le Cardinal Biayenda (Santu Subito), ce Grand Pasteur qui n’était pas un homme politique fut enterré vivant, donc un assassinat par des méthodes d’étouffement. Pourquoi être sadique à ce point? Jusqu’à ce jour le Vatican et l’Église catholique au Congo n’ont jamais demandé un quelconque procès contre ce fait macabre dont l’auteur principal est bien identifié…

Nous pouvons aussi évoquer ce millier des réfugiés revenant de Kinshasa entre 1999 et l’an 2000, et, qui étaient kidnappés par la garde présidentielle de Sassou Nguesso au Beach de Brazzaville, pour la destination de la boucherie. Les Nations Unies avaient posé des questions chez Sassou Nguesso, sur la disparition forcée de ces centaines des réfugiés. Et, jusqu’à ce jour le régime politique de Brazzaville n’a jamais donné de réponse. Mais curieusement, tout le monde le regarde parce qu’il arrose les puissants de cette planète par son pétrole…

Nous ne pouvons pas également oublier le massacre des cadres du Pool dans le faux procès de Marien Ngouabi, nous citons entre autres Ndoudi Ganga, Samba dia Nkoumbi, Konda, etc… Et voire aussi Massamba-Débat bien auparavant. Or, Jacques Okoko le procureur de la république lors dudit procès, nous avait dévoilé à la sous-commission assassinat de la CNS de 1991, que tout était organisé par Sassou Nguesso qui aussi avait produit, en sa qualité de Ministre de la sécurité, des fausses pistes sur les assassins de Marien Ngouabi, afin de charger les originaires du Pool pour les tuer en masse, cela, pour protéger les vrais assassins de Marien Ngouabi …

De plus, en 1997, lors de son coup d’État contre un gouvernement démocratiquement établi celui du président Pascal Lissouba, Sassou Nguesso avait massacré dans Brazzaville sud, les régions de la Bouenza et du Pool, tenez vous bien, plus de 30.000 morts d’autres sources affirment que le chiffre pouvait atteindre plus de 50.000 morts, tout cela seulement pour faire asseoir son pouvoir politique, de nombreux chercheurs et auteurs ont titré cela : Noir-Silence; la guerre à huis-clos; le livre blanc de la françafrique; la Guerre des trois E (État-major, Élysée, Elf), etc…Nombreux de ces massacres étaient commis par des bombardements d’avions de guerre et les miliciens de ce régime politique, finalisaient le carnage au sol…

Aujourd’hui, comme en 1997, après avoir échoué lamentablement aux élections présidentielles qu’il a anticipées croyant que les opposants allaient désister à y participer, le voilà en train de créer de la diversion par des méthodes criminelles, toujours les mêmes, pour aller massacrer, une fois encore, les populations civiles de la région du Pool par ses milices armées, mercenaires et avions de guerre. Dans plusieurs localités les populations fuient encore dans les forets où ils subissent des bombardements par les avions de guerre. Cela, sous le silence de la France qui a pourtant des accords de défense avec Sassou Nguesso…

Devant la désinformation que nous constatons partout, aux journalistes internationaux de savoir qu’au Congo-Brazzaville il n’y a jamais eu des rebelles, si cela est effectif ailleurs dans d’autres pays, il sied de placer à votre connaissance que les jeunes combattants qui avaient pris les armes en 1997 dans ce pays ont le statut de force d’autodéfense et de résistance. Donc, ces jeunes étaient des résistants non pas des rebelles, parce que la différence est grande entre ces deux statuts.

Enfin, tout en vous invitant de visualiser la vidéo ci-jointe à partir de la cinquantième (50ème) minute pour avoir un complément d’information, il nous revient de vous dire que seule la justice nous enseignera un jour sur les raisons majeures qui font que Sassou Nguesso puisse continuellement cibler la région du Pool dans ses tueries en masse qui passent sous silence dans les instances internationales comme les Nations Unies, L’OIF, l’Union Africaine, etc…

Repost 0
Africa Cadha - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT