Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 11:00
(Congo-Brazzaville) Congo-Liberty traduit et publié au Brésil sur les abus de Sassou Nguesso

(Congo-Brazzaville) Congo-Liberty traduit et publié au Brésil sur les abus de Sassou Nguesso

Sassou Nguesso, o presidente rico do País Pobre Altamente Endividado, abusa da generosidade do Brasil.Por mais de uma vez, escrevi artigos neste blog, fazendo denúncias sobre ditadores corruptos que presidem países africanos, os quais usufruem de vida de reis, desviando dinheiro público em prejuízo dos habitantes de seus países que vivem na miséria extrema. Os governantes do meu país discursam aqui e pelo mundo afora, sua luta para combater a pobreza da população, mas estão sempre e de alguma forma ligados a estes ditadores corruptos, hora em negociações, ora em perdão de dívidas, sempre pelo bem do povo de ambos os países, claro. Não poderia deixar de me solidarizar com o povo congolês, também em seu combate a este tão deles e tão do mundo conhecidamente presidente corrupto. Creio que, somente Lula e Dilma, aqueles que nunca sabem de nada, não saibam também que Sassou Nguesso seja corrupto. Ou, será que sabem, e não passam de cúmplices ou predadores como Sassou? Deixo para o leitor, esta análise, que tenho certeza, saberá a resposta após ler este texto, já traduzido, que recebi por e-mail, de quem luta de verdade pelo seu povo e pela liberdade e democracia no Congo e ainda se preocupa com os brasileiros:



"O empréstimo de 200 milhões de dólares, deveria ser mantido em segredo. Ele teria sido negociado quando o presidente da Costa do Marfim, Alassane Ouattara, foi para uma visita oficial de 72 horas ao seu homólogo congolês Denis Sassou Nguesso no dia 06 de junho de 2013.

O financiador, foi o rico congolês ditador da República do Congo.

Alguns dias antes, em Adis Abeba no dia 25 de Maio de 2013, Dilma Rousseff, Presidente do Brasil, sobre uma dívida de 352,6 milhões de dólares fazia uma doação de 280 milhões ao mesmo ditador congolês. A República do Congo é um país rico em petróleo, recursos minerais e muitas florestas primárias. Toda a sua riqueza é explorada na obscuridade total graças as suas companhias de petróleo, TOTAL, ENI e MURPHY que não comunicam nenhum número relativo à produção congolesa. Assim, a parte que regressa ao Congo pode ser facilmente desviada pelo filho Denis Christel Sassou Nguesso. A Cada mês, este último gera de 700 milhões a 1 bilhão de dólares em rendimentos petrolíferos, sem prestar contas a ninguém.

Em se tratando do Brasil, se Sassou Nguesso não fosse um chefe de Estado, protegido por sua imunidade e eleições presidenciais fraudulentas, mas um simples ator privado, pessoa física ou moral, ele teria sido processado por extorsão e a Sra. Dilma Rousseff por cumplicidade.

Em 2010, o FMI permitiu que a República do Congo se juntasse ao PPAE (Países Pobres Altamente Endividados) e que se beneficiasse de um livramento de dívida de quase 5 bilhões de dólares. No entanto, o FMI e o Banco Central tinham sido informados de falsificação grotesca e fraude no processo de obtenção deste programa. Segundo alguns observadores, Sassou Nguesso teria corrompido, em níveis muito elevados, especialistas internacionais e funcionários que haviam permitido esta decisão.

Nas mesmas condições obscuras, a Costa do Marfim obteve o livramento de suas dívidas em julho de 2012 graças ao mesmo programa. Em maio de 2012, Alassane Ouatarra, presidente do país e ex-diretor geral adjunto do FMI, multiplicava por três, a 600 milhões de dólares, seus fundos de soberania aos quais poderiam ter acesso sua esposa e seu irmão. 600.000.000 de dólares que podem ser gastos a cada ano, sem prestar contas a ninguém. A França, sob a presidência de Nicolas Sarkozy tinha dado seu acordo por três bilhões de euros. Em 24 de julho de 2012, o presidente François Hollande finalmente concedeu o livramento total de 3,750 bilhões de euros. No dia 07 de janeiro de 2013 em Abidjan, Costa do Marfim, Christine Lagarde, diretora geral do FMI anunciava um empréstimo de 600 milhões de dólares para o mesmo país.

E vale ressaltar que os países mais avançados (Noruega, Suíça, Finlândia, Cingapura, etc...) em que a corrupção é inexistente ou quase inexistente, nunca emprestam dinheiro a estes Estados.
A suspeita de "retrô-caridade", como suspeitam os mesmos observadores próximos a estas informações é muito grande! ... Congo e Costa do Marfim são buracos sem fundos. A miséria cresçe cada vez mais, os dirigentes são cada vez mais ricos! O dinheiro que todos se apressam para despejar provavelmente não está perdido para todo mundo...

Isso ocorre porque Sassou Nguesso e Alassane Ouatarra têm acesso a enormes quantidades em "dinheiro" das quais eles podem dispor como bem entendem...

Sassou Nguesso usou para obter do Brasil, de Dilma Rousseff e / ou de seus conhecidos próximos um livramento de 280.000.000 dólares que ele não merecia de modo algum? Sassou Nguesso tem uma reputação perfeitamente merecida, de um grande corrupto!

O autocrático-cleptocrático Sassou Nguesso alguns dias depois emprestando secretamente 200 milhões de dólares, que a Costa do Marfim não lhe pagará jamais, obteve ele em contrapartida uma comissão ("retrô- comissão" ou "retrô-caridade") por parte de Ouattara o emprestador? E de quanto: 20%, 30%, 50%?

Pouco importa para um ou para outro, nesse caso aí, é o contribuinte brasileiro que pagará!"

Rigobert Ossebi

congo-liberty.com

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 10:33
Congo-Brazzaville : Les nordistes sont-ils plus tribalistes que les sudistes ?

LES NORDISTES SONT-ILS PLUS TRIBALISTES QUE LES SUDISTES ? Par Mingwa mia Biango

Nier le tribalisme et son instrumentalisation par les hommes politiques congolais serait, au mieux de l’angélisme, au pire de la folie. Au moment où le vieux dictateur Sassou Nguesso a érigé avec méthode le tribalisme comme l’un des éléments fondamental de sa tyrannie, la tentation primaire de tout être humain normalement constitué serait de répondre avec les mêmes armes au cynisme du tyran de Brazzaville.

Pour ma part, je constate malheureusement que le clivage ethnique dans notre pays comme dans nos différentes diasporas à travers le monde, a probablement atteint son paroxysme !

Ainsi me suis-je posé la question de savoir : Les populations du Nord « abusivement groupe Mbochis »sont elles plus tribalistes que celles du Sud « abusivement groupe Kongo » ?

Le débat ambiant de ce que certains appellent « la mbochisation » du pouvoir ne date pas d’aujourd’hui. La période pré-conférence nationale n’y avait pas échappé non plus. Peut être, atténuée par le leader de l’unique centrale syndicale Bokamba Yangouma, et le Chef d’état major général Jean Marie Michel Mokoko, qui donnèrent le coup de grâce au parti unique, bien qu’étant tous les deux encore membres du bureau politique du parti-état en 1990, et originaires de la même région que le dictateur de l’époque Sassou Nguesso. Je vous l’accorde, ces exemples ne suffisent pas à démontrer que tout le monde il beau, tout le monde il est gentil.

En revanche, avec l’avènement du mouvement démocratique, un événement inattendu fit irruption dans le débat national, celui de la cuvette-ouest, dont les ressortissants finir par demander et obtenir en 1993 l’autonomie administrative par rapport à la cuvette centrale.

Du jour au lendemain, l’idée d’un pouvoir de la cuvette, de 1968 à 1992 ( Ngouabi-Yhombi-Sassou) , au service exclusif de ses ressortissants fut battu en brèche, et les populations de cette partie de la cuvette, le fit savoir dans les urnes en votant massivement contre l’ancien parti unique, le PCT de Sassou Nguesso, censé représenter leurs intérêts. L’UPADS de Pascal Lissouba y remportait des sièges de parlementaires dans les régions nord de la Cuvette, la Sangha et la Likouala.

L’autre fait historique qui continue d’interroger ma conscience sont les événements tragiques d’Ikongono (département de la cuvette) qui se soldèrent par la traque et l’assassinat du Capitaine Pierre Anga en 1988, avec l’appui des parachutistes français stationnés au Gabon, et aéroportés à Ikongono dans un Transall français.

De cette tragédie, il faudra retenir que Sassou Nguesso pour son pouvoir, n’hésita pas à massacrer les populations de cette contrée, donc de sa propre région, pour extorquer des informations sur le fugitif. On parle au moins d’une centaine de morts à l’époque, ce qui était considérable !

Si demain les populations de Boundji ou de Betou se soulèvent contre la tyrannie de Sassou Nguesso, il écrasera dans le sang ces populations comme il l’a fait dans les régions du Pool et des pays du Niari.

Normalement, nous n’avons même pas besoin d’aller chercher tous ces exemples pour étayer le propos de l’instrumentalisation de l’ethnie par les politiques. Il suffit de regarder dans nos quartiers populaires, dans notre voisinage immédiat, pour constater qu’ils ne sont pas si nombreux, les soutiens, d’André Milongo pendant la transition, du Président Pascal Lissouba (1992-1997), ou de Sassou Nguesso (1997 à nos jours), qui ont vu leur statut social radicalement changé !

Dans nos quartiers c’est indéniable, nous vivons tous dans la même misère, et la même galère !

Nos frères du Nord ne sont pas plus tribalistes ou ethno-centristes que nous qui sommes du Sud du pays. Il ne suffit pas d’appartenir à une communauté pour être bon ou mauvais . Dans cette optique, les frères Kongo du Pool et du grand Niari ne se seraient pas massacrés en 1993. Le simple fait d’y penser créditerait la thèse de race ou ethnie supérieure et inférieure !

Nous sommes majoritairement tous tribalistes car ayant voté aux élections de 1992 pour des candidats de nos régions, ou ayant fait alliance avec notre champion politique. Les prémisses de la démocratie pouvaient expliquer nos orientations politico-tribales d’hier. Mais, nous devons dépasser ces instincts primaires aujourd’hui.

Fils de Mouyondzi (sud du Congo) , je voterai plus volontiers pour le profil d’éthique, de probité et d’expérience de l’ancien ministre des finances Ebouka babakas (Likouala) que celui de l’ancien ministre de l’intérieur Mberi Martin (Mouyondzi). Mais j’aurais voté André Milongo (Pool) au détriment de Ambroise Noumazalay(Likouala), et pourquoi pas quelqu’un de ma localité s’il était à la hauteur ?

Depuis quelques années, ce qui n’était pas le cas à la fin de la 2e guerre mondiale, les vainqueurs c’est à dire les alliés, n’associent plus les Allemands aux crimes hitlériens et nazis.

Ne confondons donc pas les crimes de Sassou Nguesso, qui ne sont pas ceux de son ethnie (les Mbochis), qui profite encore moins des privilèges de son clan et de sa clientèle qui comportent les ressortissants de toutes les régions du pays.

Gardons-nous de tout amalgame, et attelons-nous à lutter contre les démons de la division car c’est tous ensemble « Mbochis, Laris, Mbetis, Bembes, Tékés, Vilis, Kunis, Bomitabas, Kouyous… » que nous chasserons Sassou Nguesso et son clan de notre beau pays.

Mais que les congolais se rassurent, nous excellons dans l’invention d’adjectifs afférant au tribalisme d’Etat supposé , mais jamais dans la proposition de solution à ce fléau. Ainsi pendant la transition, la presse hostile à Milongo faisait ses unes sur la POOLISATION du pouvoir, et de NIBOLEKISATION sous Lissouba.

Pour notre part, nous présenterons nos propositions au Peuple Congolais très prochainement car pour le moment, la priorité c’est chasser Sassou Nguesso du pouvoir, et restaurer la démocratie sur des bases saines dans notre pays. Ce qui nous permettra ensuite avec d’autres patriotes de concourir démocratiquement au suffrage universel de nos concitoyens, pour conduire le changement, et jeter les bases du développement du Congo-Brazzaville.

Par Mingwa mia Biango

minguabiango@gmail.com

Cercle de réflexion pour des idées nouvelles

(Extrait de www.congo-liberty.com)

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:56
(Congo-Brazzaville) Achats d'armes : Contre qui est destiné l'armement lourd du dictateur Denis Sassou Nguesso

ACHATS D'ARMES : CONTRE QUI EST DESTINÉ L'ARMEMENT LOURD DU DICTATEUR DENIS SASSOU N'GUESSO ?

Dans son édition N° 670 du 13 novembre 2013, le journal « La Lettre du Continent » parle de laborieuses négociations à Brazzaville entre le pouvoir de Brazzaville et un courtier Israélien sur l’achat des armes. Le journal pose d’ailleurs cette question : « Pourquoi le ministère Congolais de la défense s’évertue-t-il à négocier l’achat de deux vieux patrouilleurs Super Dvora avec le même courtier israélien qui, en 2008, avait été chargé d’acquérir sept hélicoptères en Israël, et dont Brazzaville n’a toujours pas vu la couleur malgré un règlement de 22 milliards FCFA ? ». Source : « MCCD : La Voix du Peuple Libre ».


Hélicoptère « Le Tigre » de fabrication française.

Saluant le sens profond de cette question, et remarquant la lâcheté dont a fait montre le pouvoir de Brazzaville lors de l’arrestation d’une cinquantaine de nos militaires par l’armée Angolaise, nous nous posons en plus la question de savoir « Contre qui est destiné l’armement lourd du dictateur Denis Sassou Nguesso » ? Lui qui n’a même pas daigné dire un mot sur les événements de Kimongo et ceux de la Likouala. Serait-ce pour maintenir le climat de terreur et de peur afin d’empêcher le peuple Congolais à aller au bout de son combat pour la liberté ? Ou serait-il un énième cas de blanchiment d’argent comme nous le disions dans notre article du 06 novembre 2013 dernier « Opération Pétrole contre Santé : incompétence d’un pouvoir ou blanchiment d’argent avec complicité des sociétés ? ».

Sinon, comment expliquer l’obstination d’un pouvoir à négocier l’achat de nouvelles marchandises à un courtier qui ne lui a pas livré de premières commandes réalisées il y a plus de cinq ans. Mais que le dictateur et ses valets le sachent et le notent : « Notre peuple ne sera plus jamais la victime de leur folie ». Ces armes se retourneront contre eux et notre peuple les vaincra. « Nous ferons tout pour qu’il n’y ait plus de + 04 mars + qui tue par milliers, notre peuple ». Nous n’accepterons plus que les armes du dictateur Denis Sassou Nguesso tuent notre peuple en plein sommeil.

Plus jamais ! Plus jamais !! Plus jamais ça !!!

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 08:37
Congo-Brazzaville: des travailleurs en colère contre leur employeur chinois

Posted by: Franck Lucas , novembre 12, 2013

Une centaine d’ouvriers congolais, travaillant dans une entreprise chinoise installée à 15 km de Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, ont cessé de travailler et ont fait un sit-in à l’Inspection départementale du travail, pour se faire entendre.

Ils se plaignent de travailler 10 heures par jour, y compris les week-ends, jour de repos pourtant, pour un salaire de misère.

Ils perçoivent, en effet, 2000 francs Cfa, par jour. Ils réclament l’augmentation de la prime de transport qui n’est que de 500 francs Cfa, selon eux.

Les responsables de l’entreprise chinoise ont été convoqués à l’Inspection départementale du travail. Reste à savoir si les fonctionnaires congolais leur ont fait entendre raison.

Source : http://www.afriquequotidien.com/2013/11/12/congo-brazzaville-travailleurs-en-colere-contre-employeur-chinois/

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 08:20
Congo-Brazzaville : secs depuis neuf mois, les robinets de la SNDE au quartier Mongo-Kamba

Congo-Brazzaville : secs depuis neuf mois, les robinets de la SNDE au quartier Mongo-Kamba

Congo: secs depuis neuf mois, les robinets de la S.N.D.E au quartier Mongo-Kamba

Posted by: Franck Lucas ,septembre 3, 2013

La plupart des habitants de Mongo-Kamba, un quartier de Loandjili, le quatrième arrondissement de Pointe-Noire, subissent une des pénuries d’eau les plus longues de l’histoire dudit quartier, alors que deux forages y ont été construits, dans le cadre de la municipalisation accélérée, en 2004.

Tenez-vous bien, dans les domiciles situés au-delà de 300 mètres desdits forages, les robinets de la S.N.D.E (Société nationale de distribution d’eau) sont secs, depuis…neuf ans. Neuf ans! En 2004, les habitants avaient poussé un ouf de soulagement. Mais, leur joie n’a duré que le temps d’une rose. La situation est, aujourd’hui, intenable. Elle est si catastrophique que pousse-pousseurs et brouettiers se frottent les mains. Ils ravitaillent les ménages qui les sollicitent.

La direction départementale promet, chaque année, de remédier à la situation, mais les clients, eux, attendent, que l’eau reprenne à couler. Et, comme un malheur ne vient jamais seul, la fourniture du courant électrique n’intervient qu’aux environs de 22h dans ce quartier, alors que dans le cadre de l’amélioration de la vie des populations, le P.E.E.D.U (Projet eau, électricité et développement durable) a fait un effort pour électrifier cette zone. Que c’est dur, pour les habitants de Mongo-Kamba! C’est le lot quotidien d’autres quartiers des zones urbaines, dans notre pays.

Source : http://afriquequotidien.com/2013/11/12/congo-brazzaville-travailleurs-en-colere-contre-employeur-chinois/

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:28
Congo-Brazzaville : Lettre du Président Massamba-Débat au Lieutenant Ange Diawara suite à sa démission (4/9/1968)

Lettre du Président Massamba-Debat au Lieutenant Ange Diawara suite à sa démission (4 septembre 1968)

Président Alphonse_Massamba-Debat (assassiné en mars 1977)

Lettre du Président MASSAMBA DEBAT au lieutenant ANGE DIAWARA ——————————–

REPUBLIQUE DU CONGO

unité-travail-progrès

Brazzaville, le 04 septembre 1968

LE PRESIDENT

Mon cher ANGE, la confusion que les professionnels jettent dans les affaires du pays est telle que la vérité risque vraiment de sombrer.

Hier devant l’incertitude de ma position, j’ai été obligé de remettre ma DEMISSION à l’armée , sachant que dans une période aussi trouble que celle-ci, l’armée seule peut rester arbitre de la situation. Comme le frère MARIEN NGOUABI jouit de l’estime de l’armée, je suis sûr que la décision interviendra en sa faveur .

Sur le plan du protocole, j’ai remis ma DEMISSION à POIGNET, leur ministre des armées .

Les militaires ne m’ont pas fait encore savoir leur point de vue. Et, si la chance tombait sur NGOUABI, je donne en devoir d’aider ce garçon qui est plein de bonne volonté , mais qui risque , si vous le laissez seul, de se faire déborder par ceux qui l’entourent , plus malins et plus ambitieux. Car, ces derniers feront tout pour l’enfoncer puis le laisser seul un jour à trinquer. Il faut qu’il soit vigilant , qu’on ne lui fasse commettre n’importe quoi; qu’il surveille la radio lui même aux nouvelles nationales. I l faut surtout qu’il sache qu’à côté de lui, il ya des rusés politiciens qui veulent se servir de lui et quelques officiers qu’ils croient être ses amis, le jetteront dans la pire des situations s’il ne prend pas garde.

C’est votre devoir d’aider ce frere, je vous le demande .

Fraternellement .

Alphonse MASSAMBA -DEBAT .

Repost 0
Alphonse Massamba-Débat - dans Actualité politique Congo-Brazzaville PCT
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 08:34
Congo/Brazzaville : Certaines populations de la capitale ont les pieds dans l'eau après la pluie

Brazzaville: Certaines populations de la capitale ont les pieds dans l’eau après la pluie

by Bona on 9th-novembre-2013

Les eaux de la rivière Mfilou débordent

Les populations de la ville de Brazzaville se trouvant dans les quartiers Mfilou, Kinsoundi et la Tanaf, se sont retrouvées le 7 novembre dernier les pieds dans l’eau, après une pluie diluvienne qui s’est abattue longuement depuis la nuit sur la capitale congolaise.

A cet effet, les habitants du quartier Barrage à Kinsoundi, dans le premier arrondissement Makélékélé, ont été coupés du reste de la ville, du fait des travaux de l’entreprise Chinoise CMEC assurant la connexion des nouveaux tuyaux de la Société Nationale de Distribution d’Eau (SNDE) aux deux usines de Djoué. La tuyauterie posée le long de la chaussée en opérant des tranchées sans les remblayer convenablement, a occasionné avec la furie des eaux de pluie des dégâts importants sur la voie publique.

C’est ainsi que l’avenue Raoul Follereau récemment bitumée par la société ESCOM est devenue impraticable devant l’usine de la SNDE où un grand trou et plusieurs nids de poule ont abimé la chaussée. Les voiries urbaines n’existant pas, les eaux de pluie ruissellent de partout.

Au niveau du pont de l’abattoir en construction, les eaux de la rivière Mfilou ont débordé sur la chaussée, entrainant dans cette crue les matériaux de construction dont la terre jaune récemment compactée sur la voie par la société SGEC Congo. Cette situation a empêché tous les usagers de la route de Kinsoundi de passer sur le pont dans un sens comme de l’autre.

A Mfilou dans l’arrondissement 7, les eaux de pluie venant des quartiers en amont ont encore débordé sur l’avenue principale, créant des ensablements empêchant la circulation des véhicules et tout autre engin motorisé, a-t-on constaté.

Dans les quartiers Nord de Brazzaville, on a signalé quelques habitations qui se seraient englouties à la suite des eaux qui ont pénétré dans les maisons. Plusieurs artères sont devenues impraticables à cause des nids de poule, des tas d’immondices à côté des eaux ayant créé de ce fait des bourbiers.

Les populations de la capitale congolaise interpellent ainsi les autorités municipales afin de se déployer sur le terrain pour trouver des solutions idoines aux problèmes auxquels elles sont confrontées quotidiennement en saison des pluies.

Avec (ACI)

Source : http://oeildafrique.com/brazzaville-certaines-populations-capitale-les-pieds-leau-apres-pluie/

Repost 0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 08:26
Françafrique/France/Congo : Sommet pour la paix et la sécurité en Afrique : il y a un malaise certain qu'il faut éviter

Sommet pour la paix et la sécurité en Afrique : il y a un malaise certain qu’il faut éviter

Les chefs d’Etat africains sont invités à Paris, les 6 et 7 décembre prochains, par le Président François Hollande pour un « sommet pour la paix et la sécurité en Afrique ». L’objectif est de définir les formes de la meilleure coopération pour prévenir et traiter les conflits, et pour lutter partout contre le terrorisme.

Selon moi, la question de la composition de la délégation officielle qui accompagnera Denis Sassou N’Guesso à ce sommet est un point auquel l’Elysée devrait porter une attention particulière compte tenu des enquêtes judiciaires en cours, notamment l’enquête sur l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville. Car si pour le moment Denis Sassou N’Guesso est protégé par l'immunité présidentielle, ce n'est pas le cas des autres personnes concernées par cette affaire.

François Hollande éviterait ainsi un malaise certain. La présence à un tel sommet des personnes qui ont commis des crimes contre l’humanité serait en effet un contre-sens absolu.

Si Jean Dominique Okemba par exemple faisait partie de cette délégation, il devra être interpellé et présenté aux magistrats instructeurs du pôle «crimes contre l’humanité» du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris dans le cadre de l’enquête sur l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville.

Neveu et inamovible conseiller spécial du vieux dictateur sanguinaire et corrompu Denis Sassou N’Guesso depuis son retour au pouvoir par les armes, le 15 octobre 1997, et secrétaire général du CNS (Conseil national de sécurité) depuis sa création, en décembre 2002, Jean Dominique Okemba est, de toute évidence, l’un des cerveaux de ce massacre dont il est clairement établi qu’il a été perpétré par la présidence de la République.

Il doit donc être interpellé et présenté dans la foulée aux magistrats instructeurs du pôle «crimes contre l’humanité» dès qu’il foulera le sol français.

Alors la question est : Denis Sassou N’Guesso bravera-t-il, une fois de plus, la justice française en imposant la présence de Jean Dominique Okemba dans sa délégation ?

Bienvenu MABILEMONO

SG du MUDC

Repost 0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 21:35
Congo-Brazzaville : Les fantômes de la Fonction Publique en Afrique, par Franck Cana

Il ne saurait y avoir de bonne gouvernance en Afrique sans une maîtrise des effectifs de la fonction publique. Un audit de la fonction publique gabonaise a permis d’organiser le recensement général des fonctionnaires. Chaque agent devait se présenter à un guichet, muni de ses diplômes et de son décret d’intégration. Pas moins de 1342 agents de l’État ne s’y étaient pas rendus, et plus de 700 ne s’étaient même plus présentés aux guichets du Trésor public pour percevoir leur salaire.

Partant de là, le gouvernement annonçait leur radiation et se félicitait d’une économie annuelle de 3,4 milliards de francs cfa, soit 5,2 millions d’euros. Outre cela, 635 agents en stage longue durée ou travaillant déjà à l’étranger ont fait l’objet d’une méticuleuse observation. Reste que c’était déjà une grande première dans ce pays ou les audits n’avaient jamais joué un rôle dissuasif.

Au Congo Brazzaville, voulant s’attaquer aux fantômes militaires, l’ancien ministre des Finances, Roger Rigobert Andely, demanda à sa hiérarchie de lui fournir la liste intégrale des effectifs de l’armée. Mais, cette liste ne lui avait jamais été transmise jusqu’à son départ du gouvernement. Qu’à cela ne tienne, son successeur, Pacifique Issoibéka, parvint à économiser 29 milliards de francs cfa en 2009, soit 44,3 millions d’euros, dans sa lutte contre les employés fictifs de la fonction publique congolaise.

L’arnaque la plus répandue dans les pays africains consiste à usurper l’identité d’une personne décédée, un membre de la famille profitant alors des lourdeurs administratives pour s’octroyer le salaire du disparu. Les indélicats ont des profils variés : agent public recruté une seconde fois, voire plus, sous une autre identité, médecin fonctionnaire assidu à son poste en clinique privée et invisible à l’hôpital public, officiers et sous-officiers des corps habillés, enseignant…

Sous l’impulsion du ministre des Finances, Lazare Essimi Menye, la direction générale des impôts du Cameroun congédia 255 agents en octobre 2010. Mais, l’État a du mal a maîtriser ses effectifs et n’en finit plus de dépoussiérer ses fichiers. Quant à la direction du Budget, elle avait enregistré un effectif de 155.000 fonctionnaires, après radiation de 10.000 agents fictifs. Un nouveau tour de vis porta les compteurs à 140 406 travailleurs. Mais, suite à une augmentation des salaires le décompte s’éleva à 170.000 fonctionnaires. Difficile de s’y retrouver.

Lorsqu’ils sont pris la main dans le sac, ces « fantômes » font preuve d’une absence totale de sentiment de culpabilité. Pour le camerounais Bertrand Ngouo, consultant en management public, c’est : La multiplication des réseaux d’influence au service d’intérêts particuliers…le développement d’un cynisme éthique et d’un chacun pour soi qui exercent une influence contraire à une saine moralité des services publics.

Du coté des états, du Togo à la République Démocratique du Congo en passant par la Centrafrique, le Tchad ou le Congo Brazzaville, le point commun est l’absence des poursuites judiciaires à l’encontre des personnes incriminées. Cet état des choses laisse à penser que ces autorités ont fait le choix de la moralisation en s’appropriant, le conseil divin selon lequel : Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien.

Par Franck Cana « Écrivain Progressiste »

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 09:42
[Afrique/Françafrique] Terrorisme : Arrestation de 5 mauritaniens en Côte d'Ivoire...

Terrorisme : Arrestation de 5 mauritaniens en Cote d’Ivoire

Publié par Mokhtar Mballo

La police abidjanaise a arrêté 4 mauritaniens au cours de leur route en partance vers le Congo-Brazzaville, quand elle a soupçonné les voyageurs d’être des infiltrés terroristes déguisés en commerçants.

Selon des sources en provenance du Congo, les compatriotes arrêtés détenaient à la fois des passeports mauritaniens et maliens. Ce qui a renforcé les suspicions qui pèsent sur eux, conduisant les policiers ivoiriens à les indexer d’extrémisme et de tentative d’exécution d’actes terroristes à l’intérieur d’Abidjan.

Non loin de ce dossier, la police abidjanaise aurait arrêté également un autre mauritanien résident en Cote d’Ivoire que le groupe interpellé avait chargé de s’occuper de réservations hôtelières.

Les 5 mauritaniens seraient actuellement incarcérés à la prison de la capitale. Selon des sources, l’Ambassade mauritanienne à Abidjan n’a pas remué le doigt dans cette affaire, ni demandé des explications aux autorités ivoiriennes concernées sur les rebondissements de ce dossier qui a conduit à l’emprisonnement de concitoyens expatriés.

Rappelons que le gouvernement britannique avait mis en garde en septembre derniers la Côte d’Ivoire contre les attaques terroristes, soulignant que le pays est dans le viseur des islamistes pour avoir œuvré activement pour que la communauté internationale boute hors du Nord Mali, les Djihadistes qui s’y étaient établis.

Le coup que mijoteraient ces terroristes serait en représailles à la forte implication du président ivoirien, Alassane Ouattara, qui est par ailleurs président en exercice de la Cedeao( Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Les autorités ivoiriennes sont donc prévenues.

mourassiloun

SOURCE :http://www.pointschauds.info/fr/2013/10/28/terrorisme-arrestation-de-5-mauritaniens-en-cote-divoire/

Repost 0