Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 19:28
 

Voici les preuves qui établissent la politique de discrimination et de ségrégation ethno-tribalo-claniques au Congo-Brazzaville depuis 40 ans de pouvoir Sassou. C'est l'apartheid ethno-tribalo-clanique de M. Sassou Nguesso et son Clan depuis 40 ans de pouvoir par procuration...

La première vidéo est celle de l'Ecole d'Oyo, le village devenu ville de Sassou Nguesso :

ÉCOLE PRIMAIRE D'OYO (Village de Sassou Nguesso et son clan) AU CONGO BRAZZAVILLE.

 

ÉCOLE PRIMAIRE D'OYO AU CONGO BRAZZAVILLE. © Nerrati Congo

 

La deuxième vidéo est celle de l'Ecole primaire de Kibina dans la banlieue de Brazzaville (Sud-Congo) :

ECOLE PRIMAIRE DE KIBINA AU CONGO-BRAZZAVILLE

Banlieue de Brazzaville - Surcharge à l' école primaire de Kibina © Abdou AHMED

Plus de doute. A chacun d'en juger !

Merci de partager !

Repost 0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 20:52
 

Encore un prêt de 914 millions de dollars dissimulé au FMI par la SNPC

Christine Lagarde et le tyran Sassou à Washington en sept 2017

Les Congolais vont bientôt mourir de faim. Les ignames et maniocs à 100 FCFA ne trouvent pas preneurs au marché. La population se terre chez elle plutôt que d’aller demander des comptes au Palais. A ce tarif-là, Sassou Nguesso se fera un plaisir de jouer indéfiniment les Mugabe, voire même des prolongations comme l’Algérien Abdelaziz Bouteflika, jusqu’en 2050.

Alors, on ne comprend pas très bien ce que peut bien faire le FMI au Congo Brazzaville à assurer le spectacle dans des négociations indignes avec un pouvoir mafieux. La porte aurait dû être claquée depuis longtemps afin que l’institution internationale s’épargne un face à face honteux. Calixte Ganongo, l’actuel ministre des finances, n’est pas moins que le signataire, alors qu’il était le Directeur administratif et financiers de la SNPC,  des contrats de financements dissimulés au FMI depuis le début de ses interventions. Ne parlons pas de Gilbert Ondongo, mouillé jusqu’au cou dans l’affaire Asperbras.

Que de temps perdu ! Que de mensonges ! Comment peut-on poursuivre des négociations avec autant de malfaiteurs et surtout pour des aussi montants élevés : 10 ou 15 milliards de dollars dettes auxquels il faut ajouter une bonne vingtaine ou une bonne trentaine de ces mêmes milliards de dollars de recettes pétrolières qui ont été détournées. Cela viendra-t-il jamais à l’esprit des experts de Madame Lagarde de réclamer avant tout concours, un audit de la SNPC et un retour dans le patrimoine national des gisements pétroliers de Likouala SA et des autres sociétés scélérates : Kontinent (ex-Représentant résident FMI), AOGC et Petro Congo ?

La lettre N°802 d’Africa Energy Intelligence, publiée le 10 de ce mois, en remet tout de même une couche sur ces dettes cachées du Congo Brazzavole de Denis Sassou Nguesso et de sa clique de gangsters. Selon cette lettre confidentielle « la délégation de l’institution de Washington qui a séjourné à Brazzaville ces deux dernières semaines s’est tout particulièrement intéressée à un prêt de 914 millions $ souscrit par la SNPC. »

Des discussions tendues autour de ce financement, encore une fois dissimulé aux yeux de l’institution financière. Ce prêt a été accordé le 31 octobre 2014 à la SNPC par un consortium de banques autour d’Ecobank, dont la gabonaise BGFI et la marocaine Attijariwafa Bank. Egalement au tour de table, la Qatar National Bank, l’United bank for Africa, la Development Bank of Southern Africa et la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale. Le prêt devait permettre à la SNPC de remplir ses obligations relatives à sa quote-part de dépenses d’investissement sur le bloc de Moho Bilondo Nord opéré par Total. Le Qatar, qui a participé au prêt à la SNPC, est actionnaire de Total E.P. Congo à hauteur de 15% depuis 2013, avait intérêt à ce que la SNPC soit en mesure d’apporter sa contribution financière.
Bien que l’utilisation du prêt ait été encadrée, les fonctionnaires du FMI ont jugé que la mise en pratique de ce mécanisme avait été hasardeuse. « Si la SNPC a bien justifié chaque déblocage du prêt par des besoins d’investissement en travaux pétroliers, le FMI n’a pas retrouvé, dans la comptabilité de la société, les dépenses correspondantes. » Effectivement, certaines dépenses d’investissement, supposément financées par le prêt Ecobank n’ont tout simplement pas été honorées.

Du fait de retards accumulés par la SNPC pour rembourser ce méga-prêt, les banques ont collectivement refusé, dernièrement, de débloquer une nouvelle tranche du prêt.

Outre le prêt d’Ecobank, la délégation du FMI s’est intéressée au préfinancement de 500 millions $ monté par la banque française Natixis au profit de Glencore, ainsi qu’aux multiples opérations montées par Trafigura au bénéfice de la SNPC.

Finalement ces dettes cachées, dont on parle maintenant beaucoup, présentent l’énorme avantage pour Denis Sassou Nguesso d’occulter complètement les détournements massifs qu’il opère avec son clan depuis une vingtaine d’années et qui se chiffrent, rappelons-le, largement autour des 20 milliards de dollars… !

 

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty.com)

NDLR : CETTE IMAGE EST AJOUTEE PAR NOUS

 
Repost 0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 10:52
 
Un Musée comparant les Noirs aux animaux en Chine. Peuple Noir, si tu a une dignité, alors : Réagis contre la barbarie et bestialité chinoises !
----------------------------------------------------

UN MUSÉE COMPARANT LES NOIRS AUX ANIMAUX OUVRE EN CHINE

 

 « TANT QUE NOTRE CONTINENT SERA TOUJOURS CONSIDÉRÉ COMME LA POUBELLE DE L’HUMANITÉ, NE VOUS ATTENDEZ PAS Á CE QUE NOUS AUTRES SOYONS TRAITÉS COMME DES BIJOUX » – KEMI SEBA

Récemment un musée dans la ville de Wuhan en Chine a lancé une exposition où les noirs sont comparés à des animaux provocant l’indignation de toute la communauté africaine présente en Chine.

Un véritable scandale qui une fois de plus ne fait pas réagir nos chefs d’états africains, qui visiblement, sont trop occupés à modifier les constitutions pour se maintenir éternellement au pouvoir plutôt qu’à servir les intérêts de leur peuple.

Voici ci-dessous quelques photos de la dite exposition :

PEUPLE NOIR, SI TU AS UNE DIGNITE, ALORS : REAGIS !

La Chine n'a plus sa place en Afrique et dans les pays où il y a le peuple Noir. Des individus comme M. SASSOU NGUESSO, qui font copain-copain avec la CHINE, doivent cesser IMMEDIATEMENT leurs coopération et relations diplomatiques avec la CHINE;

Merci de transmettre ce message autour de vous, à tout le monde. L'Afrique doit se réveiller et se soulever contre la CHINE !

SOURCE : http://www.revolutionafrique.com/musee-comparant-noirs-aux-animaux-ouvre-chine/

Repost 0
Congo-Mfoa - dans Afrique Afrique centrale Chine Asie ONU
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 23:52

 COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Après cinq-cent-soixante-dix-sept (577) jours de détention, M. Modeste BOUKADIA, président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC), était arrivé en France en date du 11/08/2017, pour y suivre des soins médicaux appropriés.

A l’issue de deux mois de traitement intensif, M. Modeste BOUKADIA a entrepris une série de consultations en France et dans le reste de l’Europe.

A cet effet, au nom de la Diaspora Congolaise, l’Association Union-Congo et le Cercle des Amis de Modeste Boukadia informent l’opinion publique que M. Modeste BOUKADIA, président du CDRC, s’est envolé pour les Etats-Unis d’Amérique, le 09/10/2017, sur invitation du Président du Congrès et des Elus Américains où il leur rend une visite de courtoisie et aussi pour les remercier de tout le soutien qu’ils lui ont apporté tout au long de sa détention jusqu’à son évacuation sanitaire.

Au nom de la Diaspora congolaise, l’Association Union-Congo et le Cercle des Amis de Modeste Boukadia présentent leurs compliments à M. Modeste BOUKADIA, président du CDRC, qui fait toujours sienne la pensée du Président Nelson Mandela qui avait initié la réconciliation de la Nation Sud-Africaine, et saisissent cette occasion pour formuler à son endroit tous leurs vœux de réussite et de pleins succès dans son invitation et ses entretiens tout au long de son séjour aux Etats-Unis d’Amérique.

Paris, le 11 octobre 2017

Pour l’Association Union-Congo,

et le Cercle des Amis de Modeste BOUKADIA

Par Délégation

Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA

COMMUNIQUE DE PRESSE : INVITATION DE MODESTE BOUKADIA AUX ETATS-UNIS D'AMERIQUE (pdf, 561.6 kB)

Repost 0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:26

Le Congo Brazzaville est plongé dans une crise humanitaire, économique et financière sans précédent.

Notre pays n’en a pas encore touché le fond.

La Société Générale, au début de cette année devait procéder à une émission obligataire de 8 milliards de dollars en faveur du Congo. Cette option basée sur un endettement volontairement minoré, par Brazzaville, a été vite sabordée par l’action conjuguée du mastodonte Commisimpex, aux Etats-Unis, et d’autres créanciers contentieux qui « indisposèrent » la vieille institution bancaire du 29 bd Haussmann à Paris.

Plus récemment, malgré l’entregent d’un Miche Sapin sur le départ et l’engagement de DSK, le FMI sous pression, confronté à la réalité des crimes de mal gouvernance et à l’irresponsabilité de l’Etat vOYOu, a pris la sage décision de claquer la porte aux demandeurs congolais. Sassou Nguesso et ses pillards ne seront pas sauvés par l’institution de Washington.

Quand bien même Madame Lagarde aurait pu concéder quelques moyens, l’incompétence et la criminalité conjuguées des hommes et des femmes, qui ont pris en otage la République du Congo, interdisent tout espoir de jours meilleurs et encore moins de renverser la situation. Outre le diagnostic de l’endettement abyssal, les experts du FMI ont enfin pris conscience de la médiocrité crasse des responsables avec lesquels ils étaient tenus de négocier.

Le mensonge se glissait derrière chaque ligne et derrière chaque chiffre. Impossible pour les équipes de connaître le montant réel de la dette congolaise, la vraie, la fausse et la dissimulée ; dette odieuse de surcroit ! Elle se situerait autour de 9500 milliards de FCFA soit le double des 110% telle que déclarée par Monsieur Abdoul Aziz Wane, Chef de la Mission du FMI, pour permettre à Denis Sassou Nguesso de sauver le peu de face qui lui reste. On tournerait en réalité autour de 220%, ce qui est un montant absolument criminel.

Avant même la fin de la mission du FMI à Brazzaville, flairant l’impasse, le kleptocrate Denis Sassou Nguesso s’était empressé de dépêcher à Pékin une équipe de négociateurs pour céder à la Chine une base navale à Pointe Noire.

Sassou Nguesso a besoin de cash, d’argent frais et cela ne peut se chiffrer qu’en milliards de dollars, plutôt qu’en milliards de FCFA. Ses partenaires chinois ont conscience que cette opération les amènera dans une autre dimension politique aux risques très élevés.

  • D’abord sur le plan intérieur, le régime vacillant et finissant de l’indécrottable autocrate et qui ne pourra sûrement pas pérenniser l’investissement financier qui aura été conclu. L’opposition congolaise finira bien par avoir le dessus sur le tyran et son clan. Elle aura beau jeu de dénoncer l’accord, comme tous les autres contrats léonins qui ont été signés par les mêmes… La Chine, après le refus du FMI, ne pourra pas plaider sa bonne foi !
  • Sur le plan international, les autres partenaires de l’Afrique, les Etats-Unis, l’Europe, la France verront d’un très mauvais œil cette prise en tenaille du Continent, entre Djibouti et Pointe Noire. Washington pourrait se réveiller, comme Bruxelles ou Paris et faire sauter le plomb gênant. Rien de plus facile pour eux… !

Qui se plaindrait ? Pas le Peuple congolais qui lézarde le ventre vide en attendant qu’un sauveur vienne à leur rescousse… Même l’Eglise très active sur tout le Continent, en s’opposant aux dictatures, reste terrée dans son insupportable silence et surtout dans sa passivité complice ; la même depuis l’assassinat du Cardinal Biayenda, dont le dossier de béatification est redescendu au-dessous de la pile.

La profondeur de la crise, que nous connaissons maintenant, exige une réaction rapide et efficace. Déjà, il y a près de deux ans, nous alertions l’opinion nationale, (http://congo-liberty.com/sassou-nguesso-naura-rien-dautre-a-offrir-en-2016-que-du-sang-et-des-larmes-par-rigobert-ossebi/ ) sur le danger, sans précédent en Afrique Centrale, de voir mis en péril les plus faibles sur toute l’étendue du territoire.

 Nous parlons bien de centaines de milliers de victimes (pas de salaire, par d’argent, pas de soins, pas de nourriture et pas d’approvisionnement) du fait de cette situation catastrophique. La criminalité financière au Congo se situera, au moins par ses conséquences, au niveau du crime contre l’humanité. Une éventuelle cession de base navale à Pékin ne changera rien à la crise car tout montant qui sera payé à ce clan mafieux repartira immédiatement dans ses poches, ou au travers des mêmes complices. D’ailleurs, les mêmes intermédiaires véreux, dont celle qui est surnommée  « l’épouse », multiplient les voyages en Chine…

Aussi, de hauts cadres de la SNPC, convaincus de l’extrême gravité de la situation et de la chute imminente du régime, ont pris contact avec certains responsables de l’opposition afin de coopérer en échange d’une immunité.

La crise ne fera qu’empirer de jour en jour, tant que le pays restera entre les mains des mêmes criminels et incompétents.

Le Congo devra compter, au moins dans un premier temps, sur ses seules ressources, sur ses seules forces humaines. Pour espérer inverser la tendance, il faudra mettre en place, dès la libération de tous les prisonniers politiques, un consensus national et un gouvernement d’union nationale.

Faute de quoi la descente aux enfers se poursuivra… ! Dans la cession à la Chine d’une base navale militaire à Pointe Noire, tant Sassou Nguesso les méprise, il ne serait pas étonnant que l’exploitation des quatre millions de Congolais fasse partie du contrat, en complément des forêts et des mines déjà sous la tutelle des mêmes… !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Repost 0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 22:02

Face à la crise et au FMI, les prévisions de Nostradamus pour le Congo-Brazzaville

 

 

 

 Les prévisions de Nostradamus...

Le FMI accompagnera le Congo au-delà du rêve de Sassou .

Car 200 milliards de Frs CFA, c'est l'aide qui pourrait être accordée à ce pays compte tenu de ses possibilités de DTS..., au lieu des 1500 milliards sollicités; ...pour cause, les difficultés de garanties sur la bonne gouvernance et  la lutte contre la corruption (Sassou ne peut prendre le risque de se débarrasser des principaux CO-prédateurs !).

Les intérêts sur la dette extérieure congolaise (5.329 milliards) avoisinent les 250 milliards par an, donc bien plus que l'aide qui sera accordée !...

QUE VA-T-IL ARRIVER ?

Les recettes pétrolières, conjuguées avec la chute des prix ainsi que les productions gagées auprès des chinois, auront du mal à dépasser les 1500 milliards par an !

Il ne sera donc pas évident de pouvoir payer les salaires de la fonction publique tout en assurant le fonctionnent des services publics, sauf l'armée et la police qui pourraient être payées sur  des fonds d'origines douteuses et non traçables (comme c'est le cas des salaires de ce mois de septembre).

S'en suivra une dégradation des services régaliens de l'État, rendant le Congo quasi ingouvernable, même face à une opposition sous anesthésie de diverses sortes...

LA FIN DE LA GOUVERNANCE

D'ici 2019, le pouvoir de Brazzaville ne sera plus capable d'assurer  les traitements de l'armée et de la police sur les  fonds propres aux proches de Sassou. Des dissensions apparaîtront entre ceux qui donnent le plus et ceux qui donnent le moins... Puis, systématiquement la grogne, la déstabilisation et la fragilisation de l'instrument sécuritaire de la dictature.
Et à partir de là... trois  hypothèses possibles :

- Soit une entrée à la Kabila Laurent désiré (peut-être financée par ses propres parents et actuels bénéficiaires pour se préserver de l' avenir)...
- soit un coup d'État de l'entourage du tyran (l'assassinat afin de se défausser de toutes les charges qui pèseront sur eux, négociant ainsi une transition qui les protégerait)
- soit une refondation de la gouvernance imposée par la communauté internationale (avec beaucoup d'incertitudes sur l'objectif à poursuivre). Et ici le peuple libéré de la peur pourrait créer la surprise.

L'ampleur des dégâts financiers, sociaux, humains et économiques, ne permettront JAMAIS au Pouvoir de Brazzaville, d'atteindre 2021...!

A bon entendeur ...,

Nostradamus vous aura prévenu.
Il est temps de quitter le navire...

SOURCE :

https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/081017/face-la-crise-et-au-fmi-les-previsions-de-nostradamus-pour-le-congo-brazzaville

 
Repost 0
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 23:23

 

Pour faire la paix, il faut être deux à la vouloir. Mais au Congo-Brazzaville c’est la terreur qui précède la paix des cimetières comme toujours. Le double langage a ses limites et nous ne sommes pas surpris connaissant l’homme.

Le tyran règne en maître au point de réprimer les libertés fondamentales comme celle de manifester pacifiquement. Le mensonge du discours prononcé devant la 77ème session ordinaire de l’Assemblée des Nations-Unies s’est fait jour. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que la nature criminelle de l’homme d’Oyo reprenne ses droits. Le loup qui parlait de paix à ceux qui ne le connaissent pas au quotidien a vite retrouvé sa véritable personnalité de prédateur du peuple congolais.

C’est une douleur déchirante de constater ce que notre pays est devenu sans que nous ne réagissions : une dictature. Malgré notre volonté qui reste immuable de dialogue politique inclusif, le pouvoir de la terreur en place feint de nous ignorer. Notre démarche n’est en aucun cas un signe de faiblesse, mais une volonté d’épargner des souffrances inutiles à notre peuple qui a tant subi matériellement, physiquement et moralement. Les plaies sont encore béantes et ont du mal à cicatriser. A cette allure si nous ne prenons gare, le Congo-Brazzaville deviendra la Libye de l’Afrique centrale.

La marche pacifique de la société civile de ce jour a été interdite par la milice privée du régime et nos leaders de l’opposition ont été séquestrés. La répression s’acharne sur madame Munari, messieurs Bowao et Miérassa. C’est le coté comique de la tragédie politique que vit notre pays. Faudra-t-il changer de braquet dans notre lutte ? C’est une question légitime qu’il convient de se poser car à défaut de ne pas avoir de vision pour notre pays, ces dignitaires ont perdu la vue et l’ouïe. Ils sont devenus sourds et muets avec comme unique expression la force des armes.

Notre patience a atteint ses limites et le moment venu les armes feront face aux armes car nous basculerons dans une lutte de libération de notre pays face à des malfrats qui terrorisent notre peuple.

Peuple congolais n’ayez pas peur. Toutes ces gesticulations montrent la peur bleue que le pouvoir sanguinaire à de nous. La voie des armes, que nous ne nous interdisons pas, sera notre ultime solution. Il faudra s’y préparer et s’y faire. Car à force d’humiliations, de brimades, de violations des droits de l’homme, nous nous acheminons légitimement et inéluctablement vers cette voie. Le peuple congolais n’a pas l’arsenal militaire de la dictature en place. Mais le soulèvement populaire et la guérilla urbaine renverseront le rapport de force en notre faveur.

Le FMI (Fonds monétaire international) actuellement à Brazzaville pour des négociations sur la dette publique cachée qui ne sera pas facile à évaluer tant les circuits opaques sont légions, se doit de comprendre qu’il sera ardu pour eux de négocier avec un pouvoir illégitime qui réprime son peuple. Le Congo-Brazzaville n’est pas la famille régnante tout aussi répugnante, mais 4 millions de Congolais qui tirent tellement le diable par la queue que ce dernier veut devenir un ange afin d’alléger les souffrances de ce peuple. Le programme d’ajustement structurel qui en découlera ne saura être celui qui viendra renflouer ceux qui ont déjà fait le hold-up du siècle en braquant au moins quatorze milles milliards (14 000 000 000 000) de francs CFA au détriment du peuple congolais.

Peuple congolais, nous sommes livrés à nous-mêmes car les dirigeants de la communauté internationale corrompus par notre propre argent nous ignorent au profit de leur malveillant et généreux donateur. Il est de temps de faire l’histoire en inversant cette lutte que nous impose la dictature du Congo-Brazzaville. Notre peuple jadis vaillant ne peut accepter de vivre dans la servitude, la mendicité et l’esclavage. Le moment n’est plus à la mise en place des comités Théodule mais à la désignation d’un seul et unique Chef de l’opposition congolaise qui défendra les intérêts de notre peuple en croisant le fer avec la dictature. C’est de la grandeur de cet Homme que dépendra la suite de notre combat. Un peuple a besoin d’un chef, et un chef a besoin d’un peuple.

Notre offre de dialogue politique inclusif reste valable. La rencontre de ce jour 03 octobre 2017 à huis clos entre la dictature et les soi-disant notables et sages du Pool qui veulent livrer le Pasteur Ntumi est désolante. De terroriste, ce dernier est devenu "un fils égaré". Nous n’y prêtons guère attention car pour certains la traîtrise et l'égarement sont une seconde nature. Pour notre part la résistance continue.

A nos frères et sœurs des Forces armées congolaises (FAC), les républicains et démocrates, l’heure de votre devoir a sonné, celui de défendre le peuple congolais conformément à votre serment devant la nation. Ni les biens matériels ni les honneurs donnés par le despote ne feront de vous de valeureux hommes de rang ou des officiers dignes. Il est de votre devoir de ne plus obéir aux lois iniques ni aux ordres absurdes qui bafouent votre dignité d’hommes en arme. Ne soyez ni ne devenez des narcotrafiquants ou cette armée de soudards.

Les Congolais se retrouvent apatrides dans leur propre pays car incapables d’exercer leur droits civiques. Tout ceci est la négation même de notre existence en tant que NATION et de notre raison d’être. Personne ne pourra nous prendre ce que nous avons en commun c'est-à-dire la PATRIE qui nous survivra à tous.

Prenons tous conscience que notre pays est en train de disparaitre. Il n’est pas trop tard pour que chacun de nous fasse son possible afin que cela n’arrive pas, s’interroge sur l’avenir de notre patrie et le type de société dans lequel nos voulons tous vivre paisiblement.

En paraphrasant le Président John Fitzgerald Kennedy, je dirais : "Vous qui, comme moi, êtes Congolais, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Vous qui, comme moi, êtes citoyens du monde, ne vous demandez pas ce que le Congo peut faire pour le monde, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le monde". 

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Repost 0
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 16:25
 

Pendant que les USA se battent contre le racisme, même dans ses Ecoles de formation d’officiers des Armées (Cf. : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170930.OBS5368/foutez-le-camp-le-discours-anti-raciste-d-un-general-americain-a-ses-eleves.html#xtor=EPR-1-[ObsActu8h]-20170930 ), le Congo-Brazzaville, lui, se bat contre l’ethno-tribalisme clanique triomphant au pouvoir, installé par la France du Président Jacques Chirac et Jacques Foccart, que la France de François Hollande, homme dit de Gauche, n’a pas voulu désavouer, et qu’Emmanuel Macron, étiqueté plus à droite qu’à gauche ou au centre, semble ne pas dénoncer ouvertement, préférant critiquer les femmes africaines qui font sept à huit enfant, alors que le mal de l’Afrique ne vient pas de là, mais des incursions françaises dans l’installation des dictateurs criminels pour servir les intérêts de la France.

Aujourd’hui, le « préposé » du président Jacques Chirac au Congo-Brazzaville, est en train de massacrer les populations civiles de la région du Pool, des innocents sans défense. Aucun officiel français de la France du président Macron n’a encore élevé sa voix pour dénoncer ces crimes contre l’humanité, pour ne pas dénoncer ce génocide qui dure depuis plus de vingt ans, par le même homme : Denis Sassou Nguesso.

Ce qui nous fait dire que la France est complice. Alors, dans ce cas, pour trouver la solution à la tragédie du Pool au Congo-Brazzaville, il faut donc, d’abord, régler le problème de la France avec la France. Pour ce faire, il faut que la France commence par opérer sa propre décolonisation mentale. Sinon, le Congo ou une autre colonie française d’Afrique continuera de connaître les mêmes travers.

Et aux Africains d’en prendre conscience !

 

 

 

 

Repost 0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 07:20
 
M. Elvis-Digne Okombi-Tsalissan, député nommé du Clan au pouvoir, prône la destruction et l'anéantissement total de la Région du Pool...
-----------------------------------------------------
 

 

 

 

Repost 0
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 18:27
 
Les images contenues dans cette publication sont l'expression de cette campagne contre la barbarie et la bestialité dont fait preuve le régime clanique des Sassou & Nguesso dans la région du Pool. C'est ici que les populations civiles martyrisées font appel à toutes les personnes de bonne volonté de les aider à faire entendre leur message partout où cela est nécessaire.
 
----------------------------------------------------

 

Bonjour,

J'ai reçu cette image de la part d'un ami qui m'a demandé de faire la même chose. Si vous lisez ce message qui, en fait, est un APPEL AU SECOURS, un SOS, c'est que nous pouvons compter sur vous.

A mon tour, je vous la transmets en espérant que vous aussi, vous ferez la même chose. Ces images parlent d'elles mêmes et ne nécessitent pas d'autre discours.

Votre action sauvera à n'en pas douter la vie d'un enfant en danger de mort sous le régime barbare de Sassou Nguesso et son clan.

Merci de ne pas briser la chaîne, SVP !

 

 

 

 

Repost 0