Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 17:51
Congo-Brazzaville : Général, cherche CMU désespérément ?

Congo-Brazzaville : Général, cherche CMU désespérément ?

Général, cherche CMU désespérément ?par Diaz Mahindou & Musi Kanda

Tribune libre

N’est pas prince qatari qui veut. Il était une fois un général, fort de sa fortune acquise dans des conditions que certaines mauvaises langues qualifient de troublantes, avait cru assez naïvement qu’il lui suffisait d’être propriétaire d’une chaîne de télévision dans son pays et posséder une baraque dans la banlieue de Paris pour être intouchable en France. Tout patron de presse qu’il soit, il faut croire que ce général ne lit pas les journaux. Depuis maintenant une dizaine d’années, les hommes intouchables en Europe et en Amérique du Nord se comptent sur les cinq doigts de la main. Takiéddine, hier tout puissant homme de l’ombre sous Sarkozy, vient de l’apprendre à ses dépens. Jusqu’à il y a encore quelques semaines, il croupissait en taule. Le fils du dictateur équato-guinéen ne sort pratiquement plus de son micro Etat.

Donc, notre ami, un peu tête en l’air, il faut le dire, se croyait lavé de tout crime de sang partout dans le monde depuis le non lieu prononcé en 2005 lors d’une parodie de procès. N’ayant jamais été inquiété par la police lors de ses nombreux et discrets séjours en France, il avait compris, à tort, que le mandat d’arrêt lancé à son encontre par la justice française ne l’était que pour la forme. Il s’est fait coffrer bêtement au moment où il s’y attendait le moins. Placé en garde à vue (en clair, il a dû être pressé de questions par les policiers, s’être assis sur un banc, enroulé dans une couverture puante…) avant d’être présenté au juge, notre général (d’opérette ?) a réalisé que loin de sa forteresse d'impunité, il ne serait qu’un vulgaire « soudard ».

C’est ce général que nos compatriotes, abasourdis, ont aperçu en train de faire le pied de grue à la sous-préfecture d’une banlieue de Paris. Les mauvaises langues prétendent qu’il était en quête du sésame qui lui donnerait le droit gratuit aux soins en France, comme un vulgaire sans papiers. Pour notre part, nous n’y croyons guère, même si l’on note un manque d’orgueil typique chez les nouveaux riches, incapables de construire des hôpitaux dignes de ce nom dans leur propre pays. Et puis un milliardaire en CFA, aurait-il vraiment besoin de la couverture maladie universelle (CMU), la médecine au rabais réservée aux pauvres des pays riches ? Pas quand même modeste à ce point notre général.

Le Blog des biens mal acquis peut en tout cas le rassurer : quand viendra le temps pour lui de quitter ce bas monde pour rejoindre ses ancêtres et ses protégés du Beach, le rapatriement de son corps au pays ne lui coûtera pas un seul centime. Le Chef d’Etat dictateur s’occupera de tout, même de la bière dont s’abreuveront les milliers d’invités présents à sa veillée funèbre.

Il partira en paix, avec l’espoir de voir les « Disparus du Beach » s’inviter à sa table pour partager lesmets pour lesquels ils ont été sacrifiés. Pour sa piaule en France et son immense fortune, que notre général se rassure : elles pourraient être comptées parmi les biens mal acquis. Comme tels, elles reviendraient au peuple si celui-ci ne fait pas la connerie de tout cramer, une fois le régime corrompu de son maître réduit en miettes à l’image de celle d’autres célèbres dictateurs du continent. Ou au fisc français et celui d’autres pays européens pour les biens et les avoirs planqués en France et ailleurs en Occident. Encore un crétin africain qui enrichit les pays des Blancs.

Quand on sait que notre général débuta sa carrière de soldat comme brave milicien dans la Défense civile sous Massamba-Débat, c’est Ange Diawara sous les ordres duquel il servit, qui doit se retourner dans sa tombe en voyant ce soldat de la révolution aujourd’hui affairiste en quête d’une retraite (sanitaire ?) chez ces horribles néo colonialistes français.

Diaz Mahindou & Musi Kanda

(SOURCE : mwinda.org)

Partager cet article

Diaz Mahindou et Musi Kanda - dans Politique Congo-Brazzaville

Economie

Catégories