Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 09:38

par Benjamin BILOMBOT BITADYS

 

Tribune libre

La volonté affichée de la communauté financière internationale de lutter contre le blanchiment  de l’argent et de contrôler les paradis fiscaux a ruiné les derniers espoirs de transfert  à l’étranger des fonds du Congo-Brazzaville par des hommes politiques, des fonctionnaires et des hommes d’affaires véreux proches de Denis Sassou Nguesso.  C’était mal connaître les agents du « chemin d’avenir », formatés et rompus à la kleptomanie et à la malversation financière. Ils ont doublé d’ingéniosité et  rivalisé d’imagination pour contourner la difficulté. La nouvelle trouvaille des agents du « chemin d’avenir » en vue de passer entre les mailles du filet des institutions financières est la thésaurisation qui consiste à retirer l’argent du circuit économique.
 
Caverne d’Oyo

Ainsi, la région de la Cuvette et particulièrement le district d’Oyo a été transformée en caverne d’Ali Baba. Cette expression fait référence au célèbre conte Ali Baba et les quarante voleurs extrait des Mille et une nuits. Un pauvre marchand nommé Ali Baba, découvre la cachette où des voleurs dissimulent leur butin : une caverne dont la porte ne s’ouvre qu’avec la formule magique « Sésame, ouvre-toi ! ». Celle-ci prononcée, il découvrit des monceaux de pièces d’or, de pierreries et d’étoffes précieuses. Un vaste bric-à-brac en somme ! L’idée est restée. C’est ce qui arrive aux agents du « chemin d’avenir ». A quelque chose, malheur est bon !   

Voleur volé   

  En effet, dans certaines localités du département de la Cuvette, des autorités publiques nationales et autres hauts-fonctionnaires sont victimes d’actes de vols de fonds mis, pourtant, à l’abri des regards indiscrets. Tenez ! Durant ces quatre derniers mois, d’importantes sommes d’argent ont été volées dans des maisons appartenant à des «dignitaires» du pouvoir. Ainsi, un haut cadre d’une structure publique s’est vu voler la coquette somme de cent millions de francs CFA, à Bokouelé, en décembre 2012. Un mois plus tard, c’est un directeur général qui n’a pas retrouvé ses cinq cent millions, dans sa maison, dans la même localité. Un officier supérieur n’a plus retrouvé deux sacs (nguiri) pleins d’argent, dans sa maison d’Oyo, au mois de janvier. Un autre a perdu trois sacs (nguiri) pleins d’argent, alors qu’ils étaient bien enfermés dans une chambre de sa maison. Une femme haut placée pleure la disparition de ses deux cent millions. Ce qui est curieux, c’est qu’aucun de ces vols dont on parle, pourtant, n’a donné lieu à une plainte. Aucune enquête n’est pas non plus ouverte. On chuchote que les vols sont opérés par des proches même des victimes. A malin, malin et demi ! Comme quoi, le peuple sait aussi se servir (La Semaine africaine, 26 Mars 2013).

Qui veut gagner des millions ?
 
En l’espace de quelques années, le district d’Oyo porte désormais l’étendard de l’agglomération du Congo-Brazzaville où l’on compte le plus de milliards au kilomètre carré. Le village natal de Denis Sassou Nguesso est la localité la plus sûre pour planquer l’argent. Dans la Cuvette, l’impunité ainsi que l’absence de contrôle sont garantis. Toutefois, les agents du « chemin d’avenir » s’exposent aux appétits voraces des membres de famille. Qui l’entoure, qui l’on boit ! Si les liasses de billets poussaient comme les arbres, il n’y aurait point  besoin d’opération de reboisement dans la bourgade d’Oyo. Qui veut s’enrichir, se rend à Oyo. Telle est la blague qui circule dans les « nganda » de Brazzaville.

Mafia  du Congo-Brazzaville, Etat en faillite,  congolais à hue et à dia,  réseau électrique, réseau hydraulique, université, écoles et hôpitaux à terre, les  vols successifs dans la région de la Cuvette auront tenu en haleine  les populations du Congo-Brazzaville ces dernières  semaine. Un vrai fiasco pour Denis Sassou Nguesso et les agents du « chemin d’avenir »  engagés dans la lutte contre la corruption et la malversation financière et qui peinent à voler au secours d'un Etat confetti d'à peine quatre  millions d'habitants. L’imbroglio va cependant bien au-delà de la simple affaire de planque de magots dans la région natale de Denis Sassou Nguesso qui fait le bonheur des badauds de la Cuvette renifleurs et chasseurs des millions. C’est une partie d’échec qui se joue dans la crédibilité du Congo-Brazzaville  dans la lutte contre la corruption, le clientélisme, la kleptomanie et la malversation financière. 

Benjamin BILOMBOT BITADYS

*********

Brève

Congo-chine : la photo

C'est la première fois qu'un président chinois foule le sol congolais. Est-ce pour cela que le couple présidentiel congolais semble bouder ? Mystère.

A lire aussi sur le même sujet : A Brazzaville, les jeunes souhaitent que les Chinois emploient des Congolais.

SOURCE : http://www.mwinda.org

Partager cet article

Benjamin Bilombot-Bitadys - dans Tribune libre opinion

Economie

Catégories