Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 15:31

par John Binith DZABA

Comme vous le savez, ce n’est un secret pour personne, Jean Dominique OKEMBA est à l’origine des assassinats du 04 mars 2012, où nous avons perdu plus de 4000 de nos compatriotes des quartiers nord de Brazzaville. Dans cette affaire seuls son adjoint le Colonel NTSOUROU et une vingtaine de compatriotes, tous originaires de la région des Plateaux (Ethnie Téké) ont été arrêté et incarcéré sans jugement depuis plus de un an. Les noms de Jean Dominique OKEMBA et Jean François NDENGUE ont été cité à plusieurs reprises par leur acolyte le Colonel NTSOUROU, malheureusement OKO NGAKALA son homme de main et juge en charge de cette affaire, n’a jamais pris la peine de le convoquer. Monsieur Jean Dominique OKEMBA qui se nomme Vice-Président du Congo-Brazzaville se permet tout, et a le droit de vie et de mort sur tous les congolais. Le Collectif du 04 Mars 2012 a réuni toutes les preuves qui accusent Jean Dominique OKEMBA avec sa bande de crime contre l’humanité, car il y a eu réunion, concertation et préméditation avec intention de tuer le maximum de personne et créer une grande panique au sein de la population Brazzavilloise en particulier et congolaise en général. La concertation et la préméditation en vue d’organiser un massacre de masse sont des éléments entrant dans la qualification d’un crime contre l’humanité. Aussi, si ces éléments sont avérés, comme nous le pensons, il ne serait pas extraordinaire que l’affaire du « 4 mars 2012 » ressortisse de la compétence universelle de la juridiction française dans ce domaine, et de la cour pénale internationale. Il ne s’agit pas là d’allégations, mais d’un raisonnement juridique rigoureux que les juristes dignes de ce nom, ne sauraient nous contredire.

En effet, dans les quartiers nord de Brazzaville, beaucoup se souviennent de leur attitude avant et après les attentats du 04 mars 2011. Pourquoi sont-ils restés cacher deux jours après les attentats alors qu’ils ont en charge la sécurité du pays ? Les langues se délient, et cela est une bonne chose pour le Congo. Certains témoins se trouvent en Europe et aux Etats Unis. Le Parquet de Paris et la Cour Pénale Internationale de la HAYE serons saisis d’ici peu.

Dans un autre registre, le 13 mars 2011, Ghislain OKEMBA fils aîné de Jean Dominique OKEMBA est retrouvé mort à son domicile de deux balles à la poitrine avec une kalachnikov dans la main. Absent de Brazzaville, il est averti de la triste nouvelle, aussitôt, il interdit tout constat de la police, et donne l’ordre de déposer le corps de son fils à la morgue de l’Hôpital Militaire Pierre M. où, contre toute attente il appel pour demander qu’il soit notifié que son décès est survenu à l’hôpital Militaire Pierre M. de Brazzaville et non à son domicile. Impossible monsieur le Président, il est mort par balle, lui répond le médecin du jour. Première question : Pourquoi n’a-t-il pas fait appel à son homme de main et chef de la police, le Général Sanguinaire Jean François NDENGUET pour les premières investigations de la police scientifique ? Pourquoi n’a-t-il pas entendu tous les militaires qui assuraient le service ce jour-là ? Pourquoi avoir voulu dissimuler le lieu du décès ? Trois jours plus tard il demande à NDENGUET d’arrêter son neveu direct le Sergent ITOUA NZONGA Ghislain qui a pourtant justifié son absence sur les lieux de l’incident, et un militaire de garde sur les cinq qui étaient de service ce jour-là. ITOUA NZONGA Ghislain et le militaire vont passer deux mois au régime sec dans le sous-sol de la DGST, où à plusieurs reprises des hommes cagoulés envoyés par NDENGUET à la demande d’OKEMBA tentent de les enlever, leur tête est mise à prix. Dans le milieu Mbochi, cette affaire devient louche, on parle même des pratiques Franc-Maçonniques du Conseiller Spécial. Afin de se protéger, le colonel OBARA (Général aujourd’hui), Directeur de la DGST décide les transférer à la Maison d’Arrêt Centrale de Brazzaville où le Directeur et l’Intendant sont membres de la famille d’OKEMBA. Quelques jours après leur incarcération, le militaire de garde est libéré après des pressions et une journée de siège de ses parents au domicile de Jean Dominique OKEMBA. Compte au Sergent ITOUA NZONGA Ghislain, il ne pouvait compter que sur la solidarité des Détenus et surtout à la farouche détermination de notre grand combattant Amedé DELEAU.

Le Vice-Président a strictement interdit à sa grande sœur et tous les membres de la famille de rentrer en contact avec le Sergent ITOUA NZONGA Ghislain. Il charge le Juge OKO NGAKALA d’ordonner le placement de ce dernier en isolement dans le Quartier Disciplinaire (QD) sans manger et boire. Lambert NGONIELE, directeur de la Maison d’Arrêt et cousin d’OKEMBA résiste, mais pas pour longtemps, il cédera deux mois plus tard après deux incursions du commando composé d’hommes du GRB (GROUPE DE REPRESSION DES BANDITS) du PSP Ouenzé-Manzanza, propriété du Général Sanguinaire Jean François NDENGUET. Le GRB est à l’origine de nombreux enlèvements, assassinats et braquages au Congo-Brazzaville. Un exemple: un Braquage a eu lieu dans une station-service au centre-ville de Brazzaville à 1 heure du matin. Les Agents qui assurent la sécurité font partie de la société de sécurité de la femme du Général sanguinaire Jean-François NDENGUET. Les braqueurs réussissent à s’emparer de plus de 30.000.000fcfa sans casse ni coup de feu. Le lendemain, le Général Sanguinaire Jean François NDENGUET fait arrêter le gérant de la station, monsieur ITOUA Guy Armel, sans que sa femme et les agents de sécurité ne soient inquiétés. Monsieur ITOUA Guy Armel sera arrêté et incarcéré à la Maison d’Arrêt de Brazzaville sur décision du Juge OKO NGAKALA. 10 jours après, il recouvre sa liberté en soudoyons le Juge OKO NGAKALA de 1.800.000fcfa. L’affaire du braquage s’arrête là sans aucune suite judiciaire, comme dans d’autres. Voilà comment Madame NDENGUET se permet d’acheter des parcelles à 100.000.000fcfa l’unité en plein Ouenzé ou ailleurs. Aujourd’hui, le GRB de Jean François NDENGUET organise des braquages qui visent certains hommes du pouvoir qui entassent des milliards de francs CFA dans les maisons et les tombes.

 

itoua nzonga

Ghislain  ITOUA NZONGA

Bref, revenons à Jean Dominique OKEMBA, qui constatant 3 mois après que son neveu est toujours en vie, décide de suspendre l’Intendant (Oncle d’OKEMBA) qui continuer toujours à alimenter Ghislain ITOUA NZONGA, et demande au Juge OKO NGAKALA de le placer dans la cellule Marien Ngouabi, la pire des cellules. Là il passe 3 mois, et J.D OKEMBA perd patience, et demande au Général Sanguinaire Jean François NDENGUET de faire intervenir son commando qui se pointe devant la Maison d’Arrêt le 26 novembre 2011 à 23h00, mais les Gendarmes s’interposent. Une deuxième tentative échoue dans la nuit du 1er au 2 décembre 2011. Dans la nuit du 25 au 26 décembre 2011, le commando possédant le double des clefs, profite d’entrer au moment où les Gendarmes prennent leur repas de noël accompagné de bières. Le commando rentre en action, fracasse la nuque et le cou de Ghislain ITOUA NZONGA. Il est laissé pour mort. Les témoins ont entendu des cris venant de cette cellule à 23h30. C’est le 26 décembre 2011 à 11h00 du matin que le corps du neveu d’OKEMBA est découvert par un cuisiner. Dès 11h30, le corbillard attendait déjà dans la cours avant même l’arrivée du Procureur ESSAMI NGATSE qui, marqua juste son étonnement en voyant l’état du corps de Ghislain ITOUA NZONGA << Qui a permis ça ?>>. Il avait pourtant la réponse. Le cynique Vice-Président venait de démontrer une fois de plus sa puissance. Denis SASSOU NGUESSO aime ça, il s’empresse de dépêcher son Hélicoptère au village pour convaincre la grande sœur d’OKEMBA et mère de Ghislain ITOUA NZONGA de descendre au plus vite à Brazzaville afin d’assister à l’enterrement de son fils, avant que la grogne ne gagne les populations des quartiers nord qui ne supportent plus la tyrannie de ceux qu’ils ont aidé à prendre le pouvoir par les armes. Le Sergent ITOUA NZONGA Ghislain a été enterré comme un chien deux jours après son assassinat.

Questions : pourquoi cet acharnement sur son neveu ? Pourquoi a-t-il refusé de réaliser l’autopsie ? Pourquoi n’a-t-il jamais porté plainte ?

Une partie des réponses se trouve dans les vidéos réalisés au sein de la Maison d’Arrêt avant sa mort, et surtout dans son testament qu’il écrit avec le célèbre Prisonnier monsieur Amedé DELEAU. Vous comprenez pourquoi Jean Dominique OKEMBA continu à pourchasser Amedé DELEAU jusqu’à Kinshasa où il a obtenu son statut de réfugié. Nous comptons à ce jour plus de 113 témoins dans cette affaire. Tout est prêt pour saisir le Parquet de Paris et le Tribunal Pénal International (TPI) de la HAYE. Tel est le sort que nous réservons désormais à tous les assassins du peuple congolais qui se croient intouchables. Contrairement à ce que dit Denis SASSOU NGUESSO, la justice est universelle. Au moment où la justice Française s’apprête à enquêter sur ses deux affaires, nous demandons au Président François HOLLANDE et au Ministre de la Justice madame TAUBIRA de garantir l’indépendance de la justice française.

Merci et courage à tous les congolais du nord au sud qui croupissent sous la dictature de Denis SASSOU NGUESSO. LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP.

John-Binith DZABA, Combattant de la Justice et de la Liberté .

Diffusé le 15 avril 2013, par www.congo-liberty.com

Partager cet article

John-Binith Dzaba - dans Actualité politique

Economie

Catégories