Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:26

Le Congo Brazzaville est plongé dans une crise humanitaire, économique et financière sans précédent.

Notre pays n’en a pas encore touché le fond.

La Société Générale, au début de cette année devait procéder à une émission obligataire de 8 milliards de dollars en faveur du Congo. Cette option basée sur un endettement volontairement minoré, par Brazzaville, a été vite sabordée par l’action conjuguée du mastodonte Commisimpex, aux Etats-Unis, et d’autres créanciers contentieux qui « indisposèrent » la vieille institution bancaire du 29 bd Haussmann à Paris.

Plus récemment, malgré l’entregent d’un Miche Sapin sur le départ et l’engagement de DSK, le FMI sous pression, confronté à la réalité des crimes de mal gouvernance et à l’irresponsabilité de l’Etat vOYOu, a pris la sage décision de claquer la porte aux demandeurs congolais. Sassou Nguesso et ses pillards ne seront pas sauvés par l’institution de Washington.

Quand bien même Madame Lagarde aurait pu concéder quelques moyens, l’incompétence et la criminalité conjuguées des hommes et des femmes, qui ont pris en otage la République du Congo, interdisent tout espoir de jours meilleurs et encore moins de renverser la situation. Outre le diagnostic de l’endettement abyssal, les experts du FMI ont enfin pris conscience de la médiocrité crasse des responsables avec lesquels ils étaient tenus de négocier.

Le mensonge se glissait derrière chaque ligne et derrière chaque chiffre. Impossible pour les équipes de connaître le montant réel de la dette congolaise, la vraie, la fausse et la dissimulée ; dette odieuse de surcroit ! Elle se situerait autour de 9500 milliards de FCFA soit le double des 110% telle que déclarée par Monsieur Abdoul Aziz Wane, Chef de la Mission du FMI, pour permettre à Denis Sassou Nguesso de sauver le peu de face qui lui reste. On tournerait en réalité autour de 220%, ce qui est un montant absolument criminel.

Avant même la fin de la mission du FMI à Brazzaville, flairant l’impasse, le kleptocrate Denis Sassou Nguesso s’était empressé de dépêcher à Pékin une équipe de négociateurs pour céder à la Chine une base navale à Pointe Noire.

Sassou Nguesso a besoin de cash, d’argent frais et cela ne peut se chiffrer qu’en milliards de dollars, plutôt qu’en milliards de FCFA. Ses partenaires chinois ont conscience que cette opération les amènera dans une autre dimension politique aux risques très élevés.

  • D’abord sur le plan intérieur, le régime vacillant et finissant de l’indécrottable autocrate et qui ne pourra sûrement pas pérenniser l’investissement financier qui aura été conclu. L’opposition congolaise finira bien par avoir le dessus sur le tyran et son clan. Elle aura beau jeu de dénoncer l’accord, comme tous les autres contrats léonins qui ont été signés par les mêmes… La Chine, après le refus du FMI, ne pourra pas plaider sa bonne foi !
  • Sur le plan international, les autres partenaires de l’Afrique, les Etats-Unis, l’Europe, la France verront d’un très mauvais œil cette prise en tenaille du Continent, entre Djibouti et Pointe Noire. Washington pourrait se réveiller, comme Bruxelles ou Paris et faire sauter le plomb gênant. Rien de plus facile pour eux… !

Qui se plaindrait ? Pas le Peuple congolais qui lézarde le ventre vide en attendant qu’un sauveur vienne à leur rescousse… Même l’Eglise très active sur tout le Continent, en s’opposant aux dictatures, reste terrée dans son insupportable silence et surtout dans sa passivité complice ; la même depuis l’assassinat du Cardinal Biayenda, dont le dossier de béatification est redescendu au-dessous de la pile.

La profondeur de la crise, que nous connaissons maintenant, exige une réaction rapide et efficace. Déjà, il y a près de deux ans, nous alertions l’opinion nationale, (http://congo-liberty.com/sassou-nguesso-naura-rien-dautre-a-offrir-en-2016-que-du-sang-et-des-larmes-par-rigobert-ossebi/ ) sur le danger, sans précédent en Afrique Centrale, de voir mis en péril les plus faibles sur toute l’étendue du territoire.

 Nous parlons bien de centaines de milliers de victimes (pas de salaire, par d’argent, pas de soins, pas de nourriture et pas d’approvisionnement) du fait de cette situation catastrophique. La criminalité financière au Congo se situera, au moins par ses conséquences, au niveau du crime contre l’humanité. Une éventuelle cession de base navale à Pékin ne changera rien à la crise car tout montant qui sera payé à ce clan mafieux repartira immédiatement dans ses poches, ou au travers des mêmes complices. D’ailleurs, les mêmes intermédiaires véreux, dont celle qui est surnommée  « l’épouse », multiplient les voyages en Chine…

Aussi, de hauts cadres de la SNPC, convaincus de l’extrême gravité de la situation et de la chute imminente du régime, ont pris contact avec certains responsables de l’opposition afin de coopérer en échange d’une immunité.

La crise ne fera qu’empirer de jour en jour, tant que le pays restera entre les mains des mêmes criminels et incompétents.

Le Congo devra compter, au moins dans un premier temps, sur ses seules ressources, sur ses seules forces humaines. Pour espérer inverser la tendance, il faudra mettre en place, dès la libération de tous les prisonniers politiques, un consensus national et un gouvernement d’union nationale.

Faute de quoi la descente aux enfers se poursuivra… ! Dans la cession à la Chine d’une base navale militaire à Pointe Noire, tant Sassou Nguesso les méprise, il ne serait pas étonnant que l’exploitation des quatre millions de Congolais fasse partie du contrat, en complément des forêts et des mines déjà sous la tutelle des mêmes… !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Repost 0

Economie

Catégories