Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 15:23

NOTRE COMMENTAIRE : Des millions de la Banque mondiale (Communauté internationale) dans des tonneaux de danaïde. Un cadeau à des prédateurs qui ne savent que piller, détourner, tuer et n'ont aucune notion de la gestion de la chose et des biens publics. Un cadeau à des corrompus, des gangsters. De l'argent qui servira à acheter des armes et des munitions pour le nettoyage ethnique dans la région du Pool...

---------------------------------

Par Rigobert OSSEBI

 

Le sinistre des Finances, Calixte Ganongo (C), et le directeur des opérations de la Banque mondiale pour les deux Congo, Ahmadou Moustapha Ndiaye (G) sous le regard du charognard Jean-Jacques Bouya (D)

Ce 21 septembre, la Banque mondiale a convenu de débloquer une enveloppe de 100 millions de dollars (environ 60 milliards de FCFA) pour la mise en œuvre du projet d’appui à l’agriculture commerciale au Congo, a-t-on appris par l’agence APA. Très belle affaire pour l’institution internationale qui n’a demandé aucune contrepartie du gouvernement congolais ; elle est assurée de ne plus revoir son argent ! Denis Sassou Nguesso ne remboursera jamais ce prêt qui va augmenter la dette congolaise qui se situerait plus près des 200% du PIB que des 120% que le FMI avait fini par concéder.

Tout accord financier avec l’équipe de malfaiteurs au pouvoir est sujet à suspicion. La première question, que l’on se pose, est de savoir si de solides garanties ont été prises par Monsieur Ahmadou Moustapha Ndiaye afin que ces fonds n’aillent pas soutenir l’effort de guerre ethnique, du tyran congolais, contre les populations du Pool ? Peut-il s’imaginer que dès lors que la première tranche sera débloquée, tout parent d’une quelconque victime des massacres du Pool pourra déposer une plainte contre sa banque et lui-même, personnellement, pour financement de crimes contre l’humanité ?  Monsieur Jim Yong Kim, le président de la Banque Mondiale, a-t-il été informé de ce risque potentiel d’être lui-même poursuivi ? Et il ne sera alors pas question d’une quelconque immunité… !

En tous cas, l’argent prêté finira en grande partie dans les poches des malfaiteurs habituels. Il n’y a aucune raison que la voyoucratie cesse ses pillages, sans limite aucune. L’institution washingtonienne serait bien inspirée de vérifier si toutes les procédures ont été conformes et respectées. Au Congo dès qu’il s’agit de sommes importantes, il est peu probable que les affaires soient exemptes de corruption. N’oublions pas que l’effacement de la dette congolaise en 2010, dans le cadre du programme PPTE, s’était effectué avec l’assentiment de la peu regardante Banque Mondiale pourtant avertie des faux rapports du FMI de Monsieur Strauss Kahn et de Yaya Moussa. Assisterions-nous à une sorte de récidive ? Le nouveau consultant économique et financier de Sassou Nguesso serait-il intervenu dans cette opération ?

La Banque Mondiale serait bien inspirée de suivre l’exemple du FMI de Madame Lagarde, qui, dès le début de l’année 2017, semblait disposé à mettre en place un plan de sauvetage pour le Congo, quasiment sans condition et, sous les pressions conjuguées de l’opposition et de la société civile congolaises, aurait semble-t-il fait machine arrière ; finalement le Fonds serait apparemment  revenu à une position beaucoup plus conservatrice et respectueuse des règlements et des strictes conditionnalités imposées à tout Etat membre. N’en déplaise à Denis Sassou Nguesso qui pensait « pouvoir tout obtenir » de l’ancienne ministre des finances de Nicolas Sarkozy.

Ce financement, quoi que promettent les autorités congolaises, ne contribuera pas à améliorer la productivité agricole, la création des emplois dans ce secteur et à lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Quarante années que ces derniers de la classe sont à leur pouvoir sans partage, ils ont été dans l’incapacité la plus totale de satisfaire aux besoins de leurs populations en produits de première nécessité, en soins de santé, en eau potable et en électricité…

Cette dictature veut se maintenir au pouvoir à tout prix ! Ces 100 millions de dollars seront utilisés principalement à cet effet en achetant les soutiens étrangers dont ils ont besoin ; si toutefois ils n’étaient pas détournés pour toujours enrichir le clan des Nguesso ou servir aux achats d’armes et de munitions afin de continuer les massacres dans le Pool…

C’est à se demander qui cause le plus de tort au peuple congolais : les mercenaires étrangers employés par Sassou ou les experts et les représentants d’institutions internationales, comme le fut Yaya Moussa, dans les soutiens inconditionnels et sûrement très intéressés qu’ils apportent à leurs tortionnaires ?

Rigobert OSSEBI

SOURCE : congo-liberty.com

Partager cet article

Repost 0

Economie

Catégories