Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 16:26

André Grenard MATSOUA et Modeste BOUKADIA, deux hommes de référence : un seul combat ! 

 

 

Matsoua, au temps de la colonisation, voulait l’émancipation de l’homme africain. Il voulait que l’homme Noir soit l’égal de  l’homme Blanc. Il voulait mettre fin à la colonisation, à la ségrégation, la discrimination dont était victime l’homme Noir. C’est ainsi qu’il fonda avec ses amis de l’époque l’Association AMICALE.

Pour ses opinions et ses propositions, pour avoir été trop en avance par rapport à son temps, il fut arrêté, jugé et jeté en prison, puis condamné à trente ans de travaux forcés. Il mourut au bagne en 1942.

En ces temps actuels, correspondant à plus d’un demi-siècle de son indépendance, le Congo ressemble encore au temps de l’esclavagisme.

A cet effet, Boukadia veut que l’homme Congolais ne soit plus ni la victime d’un autre Congolais, ni celle d’un autre humain, et ne souffre plus ni de discrimination, ni de ségrégation ethnique et/ou tribale voire clanique.

Il veut que le Nord et le Sud forment un tissu indémaillable.

Il a été arrêté, jeté en prison, jugé et condamné à trente ans de travaux forcés et 100 millions de FCFA d’amende, pour ses idées, ses propositions.

Il a été torturé avec l’intention de donner la mort par le directeur de la maison d’arrêt et ses agents.

Aujourd’hui, il est en France dans les établissements spécialisés pour soigner toutes les pathologies relatives aux sévices et tortures subis.

Boukadia veut appliquer au Congo la solution du Président Nelson Mandela-Madiba qui n’avait jamais cherché à se venger, mais au contraire, a fait la paix avec les Afrikaners, pourtant fervents partisans de l’apartheid.

Dans le même état d’esprit, dans la même veine, le salut du Congo ne viendra pas de celles et ceux qui, au nom de leur ventre et de leurs intérêts privés, c’est-à-dire obéissant à la cupidité, ont courbé l’échine, rampé et mangé dans les mains de l’oppresseur. Pressés comme des citrons après avoir donné le meilleur d’eux-mêmes, ils ont été jetés comme des malpropres. C’est alors seulement qu’ils se rendent compte qu’ils s’étaient trompés de chemin.

La main est tendue pour s’entendre, rattraper les années perdues et vivre enfin au XXIème siècle.

Dans l’Histoire du Congo, après André Matsoua, Modeste Boukadia est le seul à encourir la peine de trente ans aux travaux forcés pour ses idées, ses opinions et ses propositions.

Aujourd’hui, pour son mieux vivre chez soi, après André Matsoua, un seul homme mérite d’être écouté et suivi. Cet homme, c’est Modeste Boukadia.

Juste Kela-Ndenzi

Partager cet article

Repost 0

Economie

Catégories