Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 20:15

Par Rigobert OSSEBI

SASSOU-NGUESSO LA PEUR AU VENTRE (15 août 2017 à Brazzaville)

A la fin de ce mois, contre vents et marées, Christine Lagarde devrait mettre son équipe de malvoyants et de malentendants dans l’avion pour Brazzavole avec pour mission : établir au plus vite un plan de sauvetage pour l’ami denis sassou nguesso, auquel personne jusqu’à présent n’a jamais su dire : NON !

Anticipant cet accord, denis sassou nguesso l’a déjà annoncé pour la fin de l’année, tout comme il avait été sûr d’obtenir l’effacement de sa dette dans le cadre du PPTE, par le Club de Paris qui était déjà sous la responsabilité de Christine Lagarde, sans aucune contrepartie démocratique ou de bonne gouvernance… 

Ces experts, comme leur chef de mission et le Représentant Résident à Brazzaville — Oscar Edgardo Melhado Orellan, digne successeur de Yaya Moussa — seront l’objet de toutes les attentions, plus ou moins délicates de la part du tyran congolais et de sa bande de soudards-pillards dans l’attente impatiente de ce plan ; « Mon royaume pour un plan de sauvetage ! », sassou nguesso– Richard III prêt à tout pour survivre, connaîtra néanmoins la même fin…

Certes, comme ce fut le cas pour Alex Ségura, ex-Représentant Résident au Sénégal, ces dévoués experts courent le grand danger de trouver dans leurs bagages, à leur corps défendant, une mallette rempli de billets de banque ; c’est une coutume bien établie également au Congo Brazzavole, tous les visiteurs de marque en principe y ont droit ! Difficile d’échapper à cette tradition à laquelle le grand corrupteur tient par-dessus tout !

Alors dans un souci d’économie et afin d’éviter tous ces dangers,  Congo – Liberty propose à Madame Lagarde de garder ses experts auprès d’elle, en lui suggérant en préalable à tout déplacement d’une quelconque mission à Brazzavole d’exiger du kleptocrate congolais une première conditionnalité, un premier diktat, à la fois signe de l’indépendance et de la clairvoyance du FMI et test essentiel de la bonne volonté du clan mafieux à la tête du Congo :  le retour, dans le patrimoine de l’Etat, des actifs pétroliers nationaux détournés aux noms des structures criminelles AOGC de Denis Gokana, KONTINENT de Yaya Moussa (ex-FMI), PETRO-CONGO et surtout de LIKOUALA SA.

Pour cette dernière, encore mieux que ce qui avait été révélé dès 2015 pour les préfinancements des traders pétroliers — TRAFIGURA et GLENCORE — Congo Liberty, sans subvention ni contribution aucune du FMI, est très heureux de mettre à la disposition de Madame Christine Lagarde les éléments documentés de notre enquête publiée dès le 29 mai 2015 intitulée « Likouala SA, puits de pétrole de Papa voleur ! ».

Avant d’envisager un quelconque plan de sauvetage drastique, qui fera souffrir plus encore les plus pauvres, Congolais, d’entre-nous, il serait bon qu’elle vise en premier les plus riches et surtout les plus grands voleurs de la tyrannie congolaise : l’Ami denis sassou nguesso et son petit clan familial.

Tout dans cet article y est parfaitement détaillé, les montages qui ont été utilisés, principalement à Jersey ; les financements apportés et le contexte du règlement d’un contentieux fiscal, avec TOTAL,  qui a été mis à profit pour détourner en faveur du dictateur un champ pétrolier qui produisait encore en 2013, 17.000 barils/jour (soit 5% de la production nationale).

S’agissant des revenus qui ont  été générés dans la captation de cette ressource nationale, « avec la complicité active ou la bienveillante passivité de TOTAL », dans la conclusion nous posions d’abord la question :

  • « de 2003 à 2015 combien de bénéfices ont pris le chemin du paradis fiscal de Jersey dans les comptes bancaires de la NAUTILUS TRUST Company ? » Toujours raisonnablement, dans une fourchette située entre 1 et 2 milliards de dollars, une juste estimation serait de 1,5 milliards de dollars soit 750 milliards de FCFA !

                          « Tout pour le peuple, rien que pour le peuple ! » jurait Denis Sassou Nguesso…. !

            A la fin décembre 2002 dans la Semaine Africaine à Brazzaville – donc bien avant la conclusion de l’accord sur le contentieux fiscal –  un de nos plus éminents fiscalistes et spécialistes de la comptabilité pétrolière, sous le pseudonyme d’Henri Oko, publiait un article intitulé « Du bon usage d’une entrée d’argent providentielle ». Il y détaillait point par point, de manière très technique, les éléments du contentieux entre le Congo et les compagnies Totalfinaelf et ENI. Il arrivait à la conclusion que les 3 milliards de dollars réclamés par le Congo étaient justifiés.  

             Le règlement avec ENI n’a pas été publié ; complètement disparu des écrans de contrôle. Il est vrai que le contentieux avec la compagnie italienne était moindre que celui de Totalfinaelf. On imagine que les excellentes relations qu’entretenait déjà le dictatueur congolais avec un haut dirigeant d’ENI avait permis d’atteindre un accord discret et « hors la vue du notaire… » !

              Total s’en était tiré, pour un montant bien inférieur à 300 millions de dollarsen favorisant l’enrichissement personnel  du nouveau véritable propriétaire de Likouala SA qui ne pouvait être que le représentant de l’autorité au Congo, Denis Sassou Nguesso,  en lui offrant l’habillage opaque adéquat, le financement auprès de BNP Paribas et la continuité opérationnelle du champ pétrolier.*

               En clair, Denis Sassou Nguesso a été placé derrière un « tiroir-caisse » copieusement alimenté, dès le transfert de propriété du champ de Likouala, au travers de Likouala SA. Et nous l’avons vu, l’affaire est juteuse !

               Il est parfois nécessaire de se répéter : « Tout à chacun, s’il le souhaite, peut continuer à s’égosiller ou à user sa plume sur la Con-stitution. Il n’en reste pas moins que l’intérêt véritable du débat se situe moins dans le maintien au pouvoir que dans la con-servation de la cagnotte monumentale qui en découle. Chaque jour elle se remplit du précieux liquide noir et visqueux. Denis Sassou Nguesso est devenu un des hommes les plus riches au monde. Il est prêt à tout pour conserver ce statut et ses amis dans les compagnies pétrolières feront tout pour l’y aider aussi ! »

              Il faut bien garder à l’esprit que l’estimation de 750 milliards de FCFA ( 1,5 milliard de dollars) n’est qu’une petite partie, immergée ou pas, de l’iceberg de la prédation financière du pouvoir dictatorial congolais. Il est grand temps de sortir de ce cauchemar ».

Grâce à Florence Morice de RFI, il a été, enfin, tenu compte des éléments de la dette cachée par denis sassou nguesso et ses sbires. Il appartient maintenant à Madame Christine Lagarde d’imposer en préalable à toute mission, dans le cadre d’un plan de sauvetage, le retour de Likoula SA dans le giron de l’Etat congolais ainsi que tous les profits qui ont été détournés par les structures, sociétés et fondations, situées à Jersey.

Pour également relever le prestige de l’institution washingtonienne, il serait bon d’en faire autant avec les participations détenues par son ex-employé (défendu par le fameux bureau de l’éthique…) Yaya Moussa, l’ex-Représentant Résident devenu « le pétrolier » comme Kiki son employeur !

 Faute de cette exigence première, totalement justifiée sur les plans de l’éthique et de la bonne gouvernance, Madame Christine Lagarde et l’institution qu’elle dirige, seront considérées une fois encore, après l’escroquerie du programme PPTE, comme les responsables des catastrophes financières et humanitaires qui en ont découlé et qui en découleront… Un tribunal saura se montrer compétent, en Europe ou aux Etats-Unis.

Il ne faut jamais désespérer de la Justice, elle finit toujours par triompher ! Croyez bien Madame Lagarde que nous vaincrons !

Rigobert OSSEBI

(Extraitd de congo-liberty)

Partager cet article

Repost 0

Economie

Catégories