Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 09:29

 

 

Violer « sa » propre constitution taillée sur mesure est le propre de Sassou Nguesso. C’est dans ses habitudes. Le contraire aurait été étonnant si l’homme ne récidivait pas et n'enfreignait pas sa propre règle. Il en fait toujours à sa tête. C’est aux autres de se soumettre à « sa » constitution, pas lui.

 

Au cours de « sa » constitution de 2002, l’homme était déjà passé outre en nommant un Premier ministre de pacotille non prévu dans « sa » constitution taillée sur mesure, comme toujours. 

Aujourd’hui, avec « sa » constitution de novembre 2015, le voici qui, comme à son habitude, encore une fois, passant outre les dispositions énoncées et prescrites dans ladite constitution, nomme un Vice-Premier ministre qui ne figure nulle part dans « sa » constitution. 

Malgré ce fait flagrant de violation flagrante de « sa » constitution et au regard de ce qui s’en suit, M. Clément MOUAMBA est donc déclaré INCOMPETENT. C’est pourquoi le monarque lui a adjoint un second qui le surveillera. Ici, M. Sassou fait d’une pierre deux coups : d’abord contrôler M. MOUAMBA qu’il a tout de même dépouillé de quelques prérogatives et aussi, ensuite, satisfaire ou « consoler » le beau-père dont la fille est le « 2ème », « 3ème ou 4ème bureau » du monarque, comme on dit dans le pays. 

En réalité, avec cette invention inconstitutionnelle et anticonstitutionnelle, le vrai Premier ministre du Congo, c’est M. AYESSA. Cette nomination, c’est le désaveu de Clément MOUAMBA. Par cette nomination, Sassou a repris le contrôle total du pouvoir qui passe sous le contrôle total du Nord-Congo. Il aurait pu nommer son beau-père Premier ministre directement. Mais tout le monde aurait crié au tribalisme, à la ségrégation et à l’apartheid ethno-tribalo-clanique. Alors il a fait les choses à moitié. Ce qui ne change rien absolument. L’apartheid tribalo-clanique est bien là, bien installé depuis des décennies. 

Le paradoxe, c’est que le parlement de pacotille nommé et dominé par la « République du Nord-Congo » ne dit rien devant cette violation flagrante de « sa » constitution par son géniteur lui-même. 

D’abord, un gouvernement pléthorique pour caser les gendres, beaux-pères, neveux et nièces, etc., pour ne pas les décevoir, ensuite un poste nouveau, celui de Vice-Premier ministre qui n’est pas prévu par « sa » nouvelle constitution. Ce n’est pas la première fois. Isidore Mvouba était aussi nommé Premier ministre. Il était un premier ministre en papier, inconstitutionnel. Le cas de M. AYESSA n’est pas nouveau. Cette fois-ci AYESSA est VICE-PREMIER MINISTRE en papier, car son poste ne figure pas, nulle part, dans « sa » constitution (une violation entre autres). Mais, qu’à cela ne tienne et peu importe l’illégalité et l’illégitimité de son poste, cela fait de lui le « VRAI » premier ministre. En clair, MOUAMBA est tellement incompétent et nul que Sassou et son clan lui ont adjoint un Vice-premier ministre. Ainsi, s’il lui arrive quelque chose, l’adjoint le remplace immédiatement. 

Pour le moment, MOUAMBA reste officiellement premier ministre pour qu’on ne dise pas que tous les leviers du pouvoir sont dans les mains des ressortissants du Nord-Congo de la Cuvette et d’OYO. Il est simplement le cache-sexe. Il est maintenu là pour qu’il assume les crimes et les massacres humains (génocides) commis dans la région du Pool. Il est le chef du gouvernement qui décide et donne les ordres. Ce n’est pas Sassou qui va assumer. Il se déchargera sur le Premier ministre, chef du Gouvernement, décideur et donneur d’ordre. C’est Clément MOUAMBA qui va assumer et porter la responsabilité et le poids de tous les crimes commis par le CLAN des SASSOU & NGUESSO, y compris les détournements, les blanchiments et les dettes du Congo. Alors les ARLETTE et consorts peuvent pérorer. Pauvre Clément MOUAMBA ! 

Mais il n’est pas à plaindre. Il est majeur, il sait ce qu’il fait. La « LOGE » est là pour le couvrir. N’est-ce pas lui qui est à l’origine de la banqueroute de la BCC (Banque Commerciale Congolaise) qui avait englouti toutes les économies des Congolais, jamais remboursés ? A côté de la fortune (des milliards de CFA) dont disposent les,KIKI, les Bouya et les Edgard ou Willy qui n’ont jamais travaillé de leur vie, les économies pillées à la BCC, c’est du pipi de chat. 

Toutes ces violations répétées de « sa » constitution, les nouveaux députés nommés ne les voient pas et aucun d’entre eux ne lève son petit doigt et ne moufte. Ils ont peur de perdre leur gagne-pain. Ce n’est pas Tsaty-Mabiala, le patron de l’UPADS, le parti complice dans les crimes et génocides, qui osera piper mot. Ce n’est pas Parfait Kolelas, reconduit dans son poste de député et à qui on a promis le salaire de Chef de l’opposition avec rang de ministre d’Etat qui osera apostropher son « papa ». On peut massacrer toutes les populations du Pool, pourvu qu’ils ne manquent rien à se mettre sous la dent.

Goinfrez-vous, Mesdames, Messieurs ! 

Pourquoi cette pléthore ministérielle? Est-ce pour satisfaire tous les courtisans, prostitués politiques qui soutiennent ces régimes tyranniques? Est-ce à cause de l’incompétence et la médiocrité? Si 15 ministres peuvent gérer les affaires d’une population de plus de 324 millions d’habitants comme aux USA, 18 ministres pour une population de plus 65 millions en France, pourquoi le Congo a-t-il besoin de plus de 30 ministres pour seulement 4 millions d’habitants ? Déjà, à force de massacrer les populations dans la région du Pool (Opération épuration et nettoyage ethniques), la population du Congo doit tourner autour de 3 millions d’habitants. Avons-nous là une preuve que nous avons affaire à un régime plein d’analphabètes et d’ignorants ? Quelle est cette immoralité sur le salaire minimum de moins de 100.000 FCFA, alors que ministres et députés ont 100 plus que ce minimum? 

Quant au cheval de bataille de la ministre qui voudrait développer le pays par les loisirs et les vacances : le tourisme, pourquoi empêcher les gens de rêver si on ne dépense pas de blé pour le faire? Ceci dit, quel individu pourvu de bon sens irait en tourisme en Irak, en Syrie, en Lybie, à Kidal, ou dans des zones où sévissent la bande Boko Ahram, au Venezuela, etc. ? Le Congo de Sassou et son clan fait partie des pays dangereux où sévissent le gangstérisme et le terrorisme d’Etat. Pourquoi commencer une construction par le toit? Comme tout est pris à la légère, madame la ministre est-elle consciente par exemple de ce que pourrait coûter une intoxication alimentaire ? 

Autres aberrations  

Le poste de Ministre d’Etat, Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat; il est Ministre d’Etat. Je veux bien concevoir que le Directeur du Cabinet de M. Sassou ait rang de ministre tout court ou ministre d’Etat, je m’en bas les c… puisque les membres du Clan aiment les titres ronflants surtout celui de ministre, etc. On pourrait dire : M. « X » est Directeur du Cabinet de M. Sassou. Il a rang de ministre, sans figurer dans la liste et dans l’ordre protocolaire des membres du gouvernement. Mais, là où les choses tombent, une fois encore, dans la violation de la constitution, ce qui est une habitude chez M. Sassou, c’est que cette nomination ne figure nulle part dans « sa » constitution. Une fois de plus. 

Première question. Le Directeur du Cabinet du Premier ministre a-t-il rang de simple ministre ? Et celui du Vice-Premier ministre nouvellement créé, qui ne figure nulle part dans la constitution, quel est son titre ? A-t-il rang de Secrétaire d’Etat? 

Dans l’ordre protocolaire, tel qu’il a été donné à la presse, au regard du rang qu’il occupe et de son positionnement, M. Florent NTSIBA (l’homme des « Petits Matins ») vient immédiatement après le Premier ministre Clément MOUAMBA et avant le Vice-Premier ministre AYESSA qui, lui, est en troisième position. 

Deuxième question. Le Directeur du Cabinet de M. Sassou, Florent NTSIBA, quoique ministre d’Etat, est-il plus important et a-t-il plus de poids et de pouvoir que M. AYESSA, Vice-Premier ministre ? 

Troisième question. Etant membre à part entière du Gouvernement, M. Florent NTSIBA participera-t-il aux Conseils des ministres ? 

Quatrième question. Si demain M. Clément MOUAMBA présente la démission de son gouvernement, M. Sassou risque de se retrouver sans Directeur de Cabinet. De ce fait, M. Florent NTSIBA, ministre d’Etat, démissionnera-t-il avec le gouvernement dont il est partie intégrante ? 

Autant d’aberrations et de vices de forme qui font que la constitution est constamment violée par Sassou Nguesso lui-même, en premier. Pourtant, c’est lui qui avait dit : « LORSQUE LA CONSTITUTION EST VIOLEE, LES DEMOCRATES NE DOIVENT PAS L’ACCEPTER… » (sic). 

Que va-t-il faire si demain les démocrates se lèvent parce qu’ils n’acceptent pas ses violations de la constitution? 

Le plus pathétique, c’est que cette constitution est violée au grand jour sous les yeux des députés prétendus. Croyez-vous qu’il y aura un seul qui lèvera son petit doigt pour dénoncer toutes ces violations? Y aura-t-il une motion de censure contre le gouvernement ? 

En République bananière du Gondwana, cela n’existe pas. Tout coule de source. Pourquoi voulez-vous que les choses soient justes ? N’est-il pas dit que le poisson pourrit toujours par la tête ? 

L’homme n’est jamais arrivé au pouvoir par les urnes. La violence, le crime, le pillage sont ses seuls armes et moyens de se maintenir au pouvoir. Pourquoi donc respecter ce qui est déjà frappé du sceau de l’illégalité et de l’illégitimité ? 

Alors, pas de soucis. Tout va bien, très bien même ! « ALLONS SEULEMENT… ! », selon le slogan. 

Nicolas Mputa Mbunzu

Partager cet article

Repost 0

Economie

Catégories