Les enquêtes sur des despotes africains portent leurs fruits

La France prend les moyens pour coincer des dirigeants soupçonnés de piller leur pays

Notre Bureau d’enquête présentait hier un grand reportage de 28 pages sur des investisseurs proches de régimes corrompus d’Afrique qui investissent dans l’immobilier au Québec, sans être inquiétés par les autorités. Cette pratique existe depuis des décennies en France, où des avocats anticorruption commencent à enregistrer des succès. Ils ont réussi à lancer un premier procès dans leur longue bataille contre le blanchiment des «biens mal acquis», une expression qui désigne des actifs obtenus grâce à des fonds d’origine criminelle, comme des pots-de-vin et des détournements. Le point sur trois familles accusées d’avoir volé leur peuple pendant des décennies, en recyclant leur fortune dans l’Hexagone.

[ … ]

 Les Nguesso sur le gril

 

wilfrid-nguesso-5

Photo courtoisie

 

Le neveu et fils adoptif du président Denis Sassou Nguesso, Wilfrid

Du côté congolais, les démarches de Sherpa commencent finalement à porter leurs fruits. «La procédure sur le clan Sassou Nguesso va s'accélérer; il y a eu des éléments très probants qui ont été recueillis par les juges», dit William Bourdon, fondateur de cette association vouée à la défense des populations victimes de crimes économiques.

En mars, l’un d’eux a ordonné une enquête sur Wilfrid Nguesso, neveu et fils adoptif du dictateur, pour «blanchiment et détournement de fonds publics». En 2015, les autorités avaient déjà fait saisir deux de ses propriétés françaises, en plus d’une quinzaine de voitures de luxe, dans une banlieue bourgeoise de Paris.

Également propriétaire d’une maison de 1,4 M$ au Québec, ce «pasteur» de l’église «Source de vie» est soupçonné d’avoir détourné des millions par le biais de la Socotram, une société semi-publique chargée de percevoir des droits de douane maritime congolais.

Dans le cadre de l’enquête sur le clan, les services de renseignement financier français ont aussi reçu des documents fort utiles de la petite république de Saint-Marin, enclavée en Italie. Ils indiquent que la République du Congo a envoyé pas moins de 69 M€ dans les comptes de cet ancien paradis fiscal.

 

maison-wilfrid-nguesso

 

Photo courtoisie

La maison de Wilfrid Nguesso dans Côte-des-Neiges, sur le croissant Geneva.

La division qui a ordonné ces virements, la Direction générale des grands travaux, est sous le contrôle du puissant ministre de l’Aménagement Jean-Claude Bouya, un proche conseiller de Sassou Nguesso, qui détient deux immeubles à Gatineau.

Selon des documents de Saint-Marin qu’a obtenus notre Bureau d’enquête, ses services ont notamment signé un contrat de près de 19 milliards de francs CFA (près de 45 M$) pour des meubles et des décorations destinés au palais présidentiel. La compagnie qui a obtenu la «commande», CIPCI International, était en fait une société-écran au bénéfice de Catherine Ignanga, ancienne belle-sœur de Sassou Nguesso et mère de Wilfrid.

Le 14 mai, dans une entrevue à France 24, le président congolais a attribué l’affaire des biens mal acquis à de l’«acharnement», une «volonté de nuire» de «réseaux obscurs soutenus par les médias». «Il y a volonté de déstabiliser notre pays, au-delà des attaques contre notre famille», dit Sassou Nguesso.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mars 2017 : enquête ordonnée sur Wilfrid Nguesso

Février 2015 : saisie d’une quinzaine de voitures de la famille Sassou-Nguesso près de Paris

LIRE LA SUITE :

http://www.journaldemontreal.com/2017/06/04/les-enquetes-sur-des-despotes-africains-portent-leurs-fruits

----------------------------------------------------------------

NOTRE COMMENTAIRE :

Ces journalistes canadiens d'investigation seront-ils poursuivis pour diffamation ?