Le Canada doit intervenir, selon des militants africains

Plus de 30 M$ en immeubles au Québec appartiennent à des politiciens et à leurs proches

Des immigrants africains sont dégoûtés de voir des despotes et leurs proches acheter de luxueux condos à Montréal. Ils demandent au Canada de prendre exemple sur la France pour saisir les «biens mal acquis».

«C’est de l’argent public volé, pendant que les enfants suivent des cours à même le sol, qu’il n’y a pas d’eau potable ou de médicaments dans les hôpitaux», s’insurge le Congolais Socrate Bouzingou, à Montréal depuis 10 ans.

Hier, Le Journal révélait que plus de 30 millions $ en propriétés au Québec sont entre les mains de politiciens et hauts fonctionnaires africains reliés à des régimes corrompus ou autoritaires.

Des condos de luxe sont souvent payés sans hypothèque et sans que les autorités s’en préoccupent. Un Tchadien a même acheté 10 appartements d’un seul coup pour trois millions de dollars.

Pourtant, en France, les enquêteurs s’intéressent aux dirigeants du Congo-Brazzaville et du Gabon, dans le cadre des procédures judiciaires des «biens mal acquis», qui visent notamment à saisir leurs acquisitions.

«Des condos payés comptant, ça n’a aucun sens, ça devrait allumer une lumière. Si j’apporte 1000 $ comptant à la banque, on va me poser des questions», lance Ludovic Mbany, qui a quitté le Congo-Brazzaville depuis plus de 20 ans.

Le fonctionnaire de 51 ans est aussi à la tête d’une formation politique à l’étranger, qui dénonce le pouvoir en place depuis plus de 30 ans.

«C’est d’une stupidité indéniable. Ils ne se donnent même pas la peine d’en construire chez eux, des condos, et de créer des emplois. Ils détruisent des générations [...] j’aurais honte, à leur place», dénonce-t-il.

Ampleur inconnue

De nombreux Africains, comme M. Mbany, se doutaient que de l’argent corrompu servait à acheter de luxueuses propriétés ici, mais ils ignoraient l’ampleur du phénomène.

«Nous n’avons pas les outils pour les trouver», remarque Jean-Louis Mbadinga, du Conseil gabonais de la résistance. Il trouve révoltant le laisser-faire des autorités québécoises et canadiennes dans ce dossier.

«Les gens ne peuvent pas imaginer la misère de notre peuple. Ils vivent comme des animaux, presque pas d’écoles ou d’hôpitaux», dit-il, ajoutant que les réfugiés africains sont aussi de plus en plus nombreux.

Intervention souhaitée

«Le gouvernement du Québec doit bloquer ces transactions, et ce qui a été acheté doit être saisi [...] On n’encourage pas la corruption, la dictature et le crime organisé», plaide Socrate Bouzingou, un informaticien et militant qui craint de retourner dans son pays.

Le Congo-Brazzaville a beau exploiter des gisements de pétrole depuis 20 ans, ses habitants continuent de vivre avec un dollar par jour à cause de la cupidité de leurs dirigeants, fait-il remarquer.

Lire la suite :

http://www.journaldemontreal.com/2017/06/04/le-canada-doit-intervenir-selon-des-ressortissants-africains

-------------------------------------------------------

NOTRE COMMENTAIRE :

Ces journalistes canadiens d'investigation seront-ils poursuivis pour diffamation ?