ALERTE ! ALERTE ! ALERTE !


WILFRID NGUESSO FAIT LE MENAGE !

PARTAGEZ ! PARTAGEZ ! PARTAGEZ !

LARGE DIFFUSION SVP !

Chers amis, bonjour !

Certainement dans la perspective de ses procès à venir dans les affaires des "BIENS MAL ACQUIS" « BMA », M. Cesar Wilfrid NGUESSO, par l'entremise de son Avocate, est en train de vouloir faire le ménage en mettant la pression sur les Blogueurs pour faire disparaître tous les articles le concernant dans leurs BLOG dans les affaires de corruption, de détournement, de blanchiment et des biens mal acquis, etc.

Les gestionnaires du Blog « LA LETTRE DU CONGO-MFOA » ont reçu une MISE EN DEMEURE de l’Avocate de Wilfrid NGUESSO où elle menace ses gestionnaires de poursuites judiciaires pour diffamation.

Veuillez trouver ci-dessous la mise en demeure reçue de son Avocat, Maître Delphine Meillet, dont nous ne savons et ne connaissons les coordonnées postales exactes de son Etude, en dehors de son adresse e-mail.

Qu'à cela ne tienne, les articles incriminés ne concernent pas directement son client. Il y est simplement cité. Ceci étant, si M. Wilfrid NGUESSO y tient, nous irons jusque devant les Tribunaux, afin que nous puissions faire LE PROCES DU CLAN AUQUEL IL APPARTIENT ET DU REGIME DE BRAZZAVILLE DIRIGE PAR SON ONCLE.

Nous chargeons celles et ceux qui le connaissent ou qui sont en contact avec M. Wilfrid NGUESSO de lui dire que nous sommes prêts à cette confrontation. Ce sera le meilleur moyen de mieux exposer cet HOMME D’EGLISE, CET HOMME DE DIEU, qui se livre à la jouissance des BIENS MAL ACQUIS.

M. Wilfrid NGUESSO se paye tous les Avocats qu'il veut avec justement de l'argent volé ou gagné malhonnêtement. Pathétique pour un homme qui se dit Pasteur, Homme d'Eglise !

Merci de votre soutien à vous tous !

Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA

(E-mail : congomfoa@gmail.com)

 

-----------------------------------------------------

MISE EN DEMEURE

Objet : Mise en demeure de suppression de contenu

Cher Monsieur,

Je vous contacte en ma qualité de conseil de Monsieur Wilfrid NGUESSO.

Vous avez publié en date du 31 mars 2017 sur le blog « La lettre du Congo - MFOA » un article intitulé « Corruption et affairisme prospèrent toujours au Congo du tyran Sassou Nguesso » lequel est disponible à l’adresse suivante

Aussi je vous mets par la présente en demeure, en votre qualité d’administrateur du blog « La lettre du Congo - MFOA », et pour le compte de mon client de supprimer l’article susmentionné, en ce qu’il est diffamatoire à l’encontre de Monsieur Wilfrid NGUESSO.

La diffamation est définie par l’article 29 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881 comme « toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ».

La diffamation publique envers un particulier est réprimée par l’article 32, alinéa 1er de la même loi aux termes duquel « La diffamation commise envers les particuliers par l'un des moyens énoncés en l'article 23 sera punie d'une amende de 12 000 euros ».

Monsieur Wilfrid NGUESSO porte à votre connaissance l’existence des contenus illicites suivants (en gras, en italiques et soulignés) au titre de la diffamation publique envers un particulier :

« « Willy » a un faible pour les belles voitures : Porsche Panamera Turbo ou Cayenne Turbo, Aston Martin DB9 à la James Bond, Jaguar XJ, Land Rover Sport V8 pour ses propres déplacements. De même que sa mère, Catherine Ignanga, qui a le choix entre une Rolls Royce Phantom, une Bentley GT Speed, une Porsche Panamera Turbo, une Mercedes Maybach et une Land Rover de luxe. Le tout payé par la Socotram, par ses véhicules financiers offshore dissimulés derrière des sociétés écrans ou par une société chinoise de construction. »

Ces propos entraînent nécessairement dans l’esprit du lecteur l’idée selon laquelle Monsieur Wilfrid NGUESSO se serait rendu coupable de détournements de fonds publics dans son pays, le Congo Brazzaville.

Monsieur Wilfrid NGUESSO est ainsi explicitement accusé d’avoir acquis de nombreuses voitures de luxe en détournant l’argent de la Socotram, de ses véhicules financiers offshore dissimulés derrière des sociétés écrans ou d’une société chinoise de construction.

Or, il est incontestable que Monsieur Wilfrid NGUESSO n’a pas encore été définitivement jugé, de sorte qu’il demeure présumé innocent et que l’accusation d’avoir été impliqué dans des faits de détournements de fonds publics, en ce qu’elle implique qu’il aurait enfreint la loi, porte nécessairement atteinte à son honneur et sa considération.

En conséquence, je vous mets par la présente en demeure, en votre qualité d’administrateur du blog « La lettre du Congo - MFOA », de supprimer l’intégralité de l’article.

En l’absence de réponse de votre part 3 jours après réception de la présente, nous engagerons des poursuites à votre encontre.

Conformément à mes règles déontologiques, je vous invite à transmettre la présente à votre Conseil habituel.

Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire, cher Monsieur, à l’assurance de mes sentiments respectueux.

Delphine MEILLET
Avocat à la Cour

E-mail : delphine.meillet@avocat-meillet.com