Le « Chemin » d’avenir, la « Vérité » et la rigueur, et après ?

------------------------------------------------------

Kiki-Antou-Kani

 

Il y a quelques années, le prestidigitateur en chef promettait l’autosuffisance alimentaire pour l’an 2000, laquelle n’a jamais été qu’un simple slogan pour divertir la galerie…

Mais, cependant, il y a une chose qui passe inaperçue ou à laquelle les Congolais ne prêtent pas attention. Tout récemment, le prestidigitateur en chef annonçait le « Chemin d’avenir », puis « Allons seulement ». Ensuite, vient d’être annoncé au tout début de l’année « la Vérité et la rigueur ».

1) – Le « chemin d’avenir », que nul n’a emprunté, était-ce le grand chamboulement de 2015 ? L’année de la violation de la Constitution taillée sur mesure qui disposait que le Prestidigitateur en chef ne pouvait modifier sa constitution, ne pouvait se représenter pour un troisième mandat et que son âge, soixante-dix ans, ne lui permettait plus de rester à son poste.

Le « Chemin d’avenir », c’était celui des massacres humains au profit du clan, celui du grand nettoyage…, pour « aller seulement » commettre des crimes contre l’humanité.

2) – La « Vérité et la rigueur », est-ce la vérité dans le mensonge, la vérité sur les détournements, les pillages ? La vérité sur les massacres humains ? La vérité sur les paradis fiscaux comme « Panama papers » ?

La rigueur. Rigueur dans le châtiment collectif pour appartenance ethnique ? Rigueur dans le nettoyage et la « solution finale » dans le Pool? Rigueur dans la ségrégation et la discrimination ethniques ?

3)- Et demain, La « Vie » ? Il ne reste que cela pour faire comme Jésus et compléter ce qui manque.

Quand Ponce-Pilate convoqua Jésus, il lui dit : le peuple te présente comme étant le roi des Juifs, des Hébreux. Qui es-tu ? Jésus lui répondit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Quiconque crois en moi aura la vie ». La vie sauve, selon Otchombe, le Kani d'Oyo.

Les Congolais se trouvent dans une situation où un homme veut se faire passer pour Dieu. Après l’autosuffisance alimentaire pour l’an 2000, laquelle n’a jamais été qu’un simple slogan, nous voici devant le même homme que ses inconditionnels présentent déjà comme étant leur « Ndzambe a tsengue », c’est-à-dire : « Dieu sur terre ». Ils disent : "Sassou Ndzambe atsengue" (Sassou est Dieu sur terre).

Or, il se trouve que, comme Jésus, Sassou se présente comme le Dieu des Mbochis sur terre, lequel Sassou voudrait se faire passer pour le « Dieu » de tous les Congolais.

N’a-t-il pas déjà dit, comme Jésus : « Je suis le chemin » (le chemin d’avenir) ?

En début d’année, à l’occasion de son message de nouvel an, n’a-t-il pas parlé de « Vérité et rigueur », comme Jésus ? « Je suis la Vérité ». Quelle vérité ? Quarante ans après, nous dira-t-il :

-     -   qui avait assassiné le président Marien Ngouabi ?

-     -  qui avait assassiné le cardinal Biayenda ?

-     -   où est la tombe du président Massamba-Débat ?

-          Enfin, pourquoi veut-il rayer la région du Pool de la Carte du Congo ?

Demain, ou à la fin de l’année, ou à l’occasion de la commémoration du cinquante-septième anniversaire de l’indépendance du Congo, après toutes ces annonces, nous serons devant un Sassou qui sera maître de la vie de tous les Congolais, parce qu’il sera la « VIE » et quiconque voudra vivre devra passer par lui, aller se prosterner à ses pieds ? Se présentera-t-il cette fois, à l’instar de Jésus, comme étant la « VIE » ? Celui qui dispose du droit de vie et de mort sur tous ? N’a-t-il pas déjà commencé ?

Ne vous étonnez pas si demain il vous annonce qu’il est aussi la « VIE », après avoir annoncé qu’il était le Chemin et la Vérité… Comme Jésus !

Alors, à ses souteneurs, comme MM. Jean-Yves Ollivier ou Jean-Paul Pigasse, par exemple, ces malheureux européens qui vivent du sang des Congolais, de réviser leur copie... ! Au risque d’être accusés de complicité de recels et de crimes contre l’humanité, demain.

Brazzaville, le 21 mars 2017

Toko Banza Makondzo

----------------------------------------------------

PS : Pour des raisons de sécurité, l’auteur nous a demandé de ne publier que son pseudonyme.