COMMUNIQUE DE PRESSE

CONGO-BRAZZAVILLE 

Détournement de fonds au ministère de la Justice

et des Droits humains

 

L’Association Union-Congo vient d’être informée d’un éventuel détournement de fonds publics devant servir à organiser les procès des détenus politiques d’opinion, notamment celui de M. Modeste BOUKADIA, entre autres.

Il s’avère, constate l’Association UNION-CONGO, que ce n’est pas la première fois que le ministère de Pierre MABIALA est victime d’un tel détournement de fonds, selon ses déclarations à Télé-Congo.

L’Association UNION-CONGO est surprise de voir un ministre déclarer publiquement que, dans les deux cas de détournements de fonds, sa signature aurait été volée, imitée.

Le tonitruant ministre de la justice, Pierre MABIALA, reste les bras croisés, ne fait rien et ne lance aucune enquête pour rechercher :

-          Le ou les imitateurs de sa signature ;

-          Le ou les détourneurs, c’est-à-dire les voleurs des fonds publics.-           

« On n’enquête pas sur du néant », avait rétorqué le ministre Pierre MABIALA, s’agissant de la dénonciation du passage à tabac subi par M. Modeste BOUKADIA de la part de M. Pierre Pongui, directeur de la maison d’arrêt de Pointe-Noire et oncle du ministre Pierre MABIALA.  

Aujourd’hui, il s’agit d’un acte gravissime qui relève du grand banditisme. Le ministre MABIALA est confronté à une situation qui ne repose pas sur du « néant » (sic). Sa mission première aurait été d’ouvrir immédiatement une enquête judiciaire pour mettre la main sur le ou les imitateurs, les usurpateurs de sa signature et le ou les détourneurs des fonds alloués.

Par ailleurs, l’Association UNION-CONGO constate avec un très grand étonnement le silence coupable du non moins tonitruant Procureur-colonel André OKO-NGAKALA qui s’acharne sur les détenus politiques qui n’ont volé aucun centime du budget du Congo et, par conséquent, ne s'alarme pas et n’ouvre aucune enquête sur ces cas flagrants d’abord d’usurpation de signature d’un ministre de la République et, ensuite, de détournements des milliards de Francs CFA dont dépendent la vie des centaines de citoyens Congolais incarcérés illégalement, et jouissant jusqu’ici de la présomption d’innocence, même si dans la justice de M. Sassou, la présomption d’innocence est une expression qui n’existe pas.

A cet effet, au regard de ce qui précède, l’Association UNION-CONGO fait remarquer que si jusqu’ici rien n’est fait pour retrouver le ou les malfrats, le détournement prétendu de plusieurs milliards au Ministère de la justice, avec la signature du ministre évoquée sur Télé-Congo, n’est donc qu’une mise en scène destinée à laisser croupir des centaines de nos compatriotes en prison, parce que le système et le clan des Sassou & Nguesso n'ont pas envie de les voir en liberté; et tout est donc fait pour les y garder par tous les moyens.

C’est donc un simulacre de détournement de fonds qui n’implique personne d’autre que le ministre lui-même, surtout qu’il ne fait absolument rien pour mettre aux arrêts le ou les malfrats et que son Procureur-tout-terrain est resté muet et curieusement silencieux.

Chose également curieuse, c’est encore devant les journalistes que Pierre Mabiala, ministre de la justice, a dit qu’on avait volé sa signature. Et le journaliste de relever que ce n’est pas la première fois, mais la deuxième fois que ces vols, ces détournements de fonds sont constatés.

 C’est donc aussi la deuxième fois que la signature de Pierre MABIALA est usurpée, imitée, volée.  Et le ministre reste toujours silencieux, inactif. Et la justice ne fait rien. C’est-à-dire que Pierre MABIALA ne fait rien. Pour lui, ce sont donc des faits anodins.

Mais, en dépit de ce qui précède, dans sa couardise, Pierre MABIALA, ministre de la justice, des droits humains, a tout de même le culot d’annoncer publiquement que puisque l’argent a été détourné, il n’y aura plus de procès de session criminelle.

Donc, en clair, ceux qu’ils ont embastillés peuvent encore rester en prison aussi longtemps qu’il le voudra, jusqu’à ce que d’autres fonds soient alloués et qui, comme d’habitude, seront encore, certainement, volés en imitant encore une fois la signature du ministre. Et le ministre MABIALA déclarera à nouveau : « l’argent a été volé, il n’y aura pas de procès », et ainsi de suite.

Il n’y aura pas non plus, jamais, d’enquête. Parce que le Congo est le pays de l’impunité absolue, d’autant que le ministre MABIALA connaît le ou les VOLEURS, si ce n’est lui-même.

Au Congo de M. Sassou Nguesso, on n’arrête donc pas un malfrat, un voleur membre du gouvernement et/ou du clan au pouvoir !

Paris, le 29 mars 2017

Pour l’Association UNION-CONGO

Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA