Congo-Brazzaville : Le directeur de la maison d’arrêt de Pointe-Noire crache le morceau

Discours de Pierre Pongui à l’endroit du personnel de la maison d’arrêt.

 

Voici vingt ans depuis que le président Pascal Lissouba est tombé. Mais, durant les cinq ans qu’il est resté au pouvoir, personne ne savait ce qu’il s’y passait, à part la guerre de 1993-1994 qui lui avait été mise sur le dos par son protagoniste Sassou Nguesso. Une guerre qui, cette fois-là, s’était arrêtée à Brazzaville, quoi que des bébés aient été pilés dans des mortiers dans le district de Mouyondzi, à cette époque.

 

En dehors de ce fait, en tout cas, personne ne sait ce que ce régime, qui n’a duré que cinq ans, a fait, jusqu’au jour où un natif de la zone Mouyondzi, devenu directeur de la maison d’arrêt de Pointe-Noire, déclare et revendique ses pratiques et ses méthodes de « fonctionnement » qu’il avoue avoir déjà utilisées sous le régime du président Lissouba, à savoir : torturer et assassiner des prisonniers politiques, etc.

Aujourd’hui, sous la lumière et les lambris du pouvoir Sassou que se partagent le PCT et l’UPADS, comme ils auraient pu le faire depuis 1992, le sieur Pierre PONGUI, l’oncle tortionnaire du ministre Pierre MABIALA, se souvenant de toutes ces périodes, s’en vante et s’égosille, heureux du petit strapontin qui lui a été offert car, pour lui, c’est déjà le paradis atteint :

« La maison d’arrêt et le ministère de la Justice sont pour les gens de MAKABANA. C’est nous qui sommes au pouvoir. Ce n’est pas le pouvoir des Mbochi d’Oyo mais ceux de MAKABANA. Je ne veux voir aucun Mbochi ici parce que c’est notre pouvoir ».

Sur ce, il a viré trois (3) agents de la surveillance de la maison d’arrêt, tous Mbochi dont OBA (Boundji) et très proche de l’ancien directeur Yvon OFOU (Oyo).

Est-ce la raison pour laquelle « le ministère de la justice et la maison d’arrêt » sont gérés comme « on faisait au temps de Lissouba », dixit Pierre Pongui ?

Il faut se rappeler que le ministère de Makabana de la justice, des droits humains et des peuples autochtones n’est pas le GARDE DES SCEAUX. Drôle de ministre de la justice sans être Garde des Sceaux ! C’est pour cela qu’il est de ceux de Makabana. Que l’UPADS ne dise plus qu’elle est de l’opposition, tout comme ceux de Makabana qui sont avec Mokoko… Que tous ces gens ne viennent plus tromper et divertir les Congolais. On ne peut être dedans et dehors.

En tout cas, le subconscient finit toujours par révéler la vérité enfouie. Merci Pierre Pongui. Maintenant, c’est acté que le PCT et l’UPADS gèrent ensemble. On comprend pourquoi Pierre Mabiala, ministre de Makabana de la justice, est contre la Justice et qu’il viole les lois parce que ce n’est pas le pouvoir des Mbochi, mais celui de ceux de Makabana qui agissent à leur guise, exactement comme au temps de Lissouba où il n’y avait pas de prisonniers politiques. Et pour cause ! Ils les faisaient disparaître, de la même manière qu’ils pilaient des bébés dans les mortiers.

Comme ils ont commencé avec le colonel Ntsourou à la maison d’arrêt de Brazzaville, ils ont voulu le faire avec Modeste Boukadia à la maison d’arrêt de Pointe-Noire.

Tout devient clair comme l’eau de roche sur le pourquoi du refus du ministre de Makabana de la justice de l’évacuation sanitaire de Modeste Boukadia.

Peut-il expliquer le comment et le pourquoi d’une telle haine ? Excès de zèle, uniquement ?

Pointe-Noire, le 25 mars 2017

Toko Zaba (pour le compte du Réseau Congo-Mfoa)