rex-tillerson

EXXON / Denis Sassou Nguesso. Episode 2 : la Revanche

De retour de Cuba, beaucoup plus tôt que prévu le jeudi 8 décembre dernier avec son joujou Falcon-Dassault 7X à 50 millions de dollars, Denis Sassou Nguesso ruminait encore la fin de non-recevoir de Raoul Castro sur sa demande d’asile dans son île. « Tu es devenu un Bastista pour les Congolais, il me sera impossible de t’accueillir à Cuba ! » Ingratitude castriste, le Congo avait servi, et particulièrement Pointe Noire, pendant près de vingt années de tête de pont pour les dizaines de milliers de soldats cubains qui devaient opérer en Namibie et en Angola.

En embarquant le lendemain pour Oyo, il prenait connaissance d’une information en provenance d’un « ami » de Moscou, sûrement du FSB (ex KGB), qui lui était présentée comme une excellente nouvelle. En fait, c’était la pire que Denis Sassou Nguesso pouvait recevoir…

Rex Tillerson, Président du Conseil d’Administration et Directeur Général exécutif d’EXXON, était désormais favori pour devenir le premier Secrétaire d’Etat de Donald Trump, dès son investiture le 20 janvier prochain. Il était, certes, un ami de Vladimir Vladimirovitch Putin, mais le tyran d’Oyo ne pouvait attendre rien de bon de sa part. En fait, un contentieux très sérieux et secret existe entre la première compagnie pétrolière au monde, EXXON, et le dictateur congolais.

Nous étions en 1990. Dans la foulée des négociations et des accords de Brazzaville, le 13 décembre 1988, préliminairement au Tripartite Accord sur la Namibie signé le 22 décembre 1988 au siège de l’ONU à New York, la diplomatie américaine alors conduite en Afrique par Chester Crocker voyait au Congo Brazzaville des signes d’ouverture et de business, surtout pétrolier. L’Américain CHEVRON était  devenu l’associé d’ELF dans certains gisements et AMOCO était opérateur du permis Yombo. Une hirondelle ne fait pas le printemps et l’abandon progressif de la tenue militaire pour un costard croisé bleu pétrole ne fait pas forcément, de celui qui le porte, un démocrate. Un peu trop confiante dans la parole et les assurances données par un président qui depuis s’est fait une sérieuse réputation de ne jamais les tenir, la major américaine s’était installée dans un très modeste bureau à Pointe Noire ; juste un manager, des ingénieurs et une secrétaire congolaise Madame Elisabeth C..

Au large, par contre, dans l’offshore très profond EXXON s’était beaucoup investie, des dizaines de millions de dollars. La compagnie américaine avait un très grand avantage technologique sur toutes ses concurrentes. Elle était la seule capable, avec la Brésilienne Pétrobras, d’analyser correctement les données sismiques dans des horizons anté-salifères grâce à des traitements informatiques spécifiques. Au large de Pointe Noire, dans l’offshore très profond la géologie est identique à celle de l’offshore brésilien, commune à celle du Congo avant la dérive des continents. Sous les couches salifères (de sel) les Américains d’EXXON avaient découvert d’immenses gisements dans le permis Moho.

Très confiants dans la légendaire loyauté des dirigeants congolais, les ingénieurs s’étaient rendus dans l’immeuble du Ministère du pétrole, au Rond-point du Centre Culturel Français. Sous le regard ébahi du ministre Emmanuel Yoka, ils révélèrent l’énorme gisement découvert à Moho. Tonton Emmanuel Yoka qui était à l’origine, grâce à ses amis corses, du choix qui s’était porté sur le neveu Denis Sassou Nguesso pour renverser Marien N’Gouabi, s’empressa de communiquer les détails de la découverte à tous ces derniers.

L’occasion était trop belle, pour nos dirigeants et leurs complices, de rouler dans la farine leurs partenaires yankees. EXXON n’avait qu’un permis de prospection qui ne leur avait couté à l’époque que le prix d’un ou deux casiers de bière Primus ; la demande d’un permis d’exploration demandait à l’époque, chez EXXON, presque la réunion du Conseil d’Administration. Forts du climat politique qui prévalait, (chute du mur de Berlin, arrivée du sous-Secrétaire d’Etat Herman Jay Cohen, Ambassadeur Philips à Brazzaville), les dirigeants de la première compagnie pétrolière au monde ne pensaient rien à voir à craindre du petit Etat voyou qu’était déjà le Congo de Sassou Nguesso.

Tous les Etats dignes de ce nom, en droit minier, respectent la priorité du détenteur d’un permis de prospection pour l’attribution d’un permis d’exploitation ; tous les Etats sauf un : le Congo de Sassou Nguesso !

Les mêmes comploteurs qui s’étaient retrouvés pour le renversement de Marien N’gouabi, s’étaient mis d’accord pour attribuer « sans exploration préliminaire » le permis d’exploitation à ELF. Selon les rumeurs, un bonus de 50 millions de dollars aurait été payé par le pétrolier français qui très officiellement n’était au courant de rien. Il n’était d’autant plus au courant de rien qu’il ne disposait pas alors de la technologie pour explorer pareil gisement. Si ce bonus a été réellement payé, il n’avait alors effectivement laissé aucune trace dans la comptabilité publique officielle du Congo.

Politiquement, Sassou Nguesso usait fréquemment du coup de poignard dans le dos. Financièrement, il a toujours été passé maître dans l’art de ruiner autrui ; à commencer par le peuple congolais et le Congo tout en entier. Il s’était pas mal exercé dans l’art de gruger les investisseurs, du petit éleveur de poulets à l’industriel forestier. Récemment, avec les Chinois, il s’était cassé les dents ; le gros magot qu’il avait planqué en Chine a été confisqué par l’Oncle Mao. Mais, il faut reconnaître, qu’en cette année 1990, le général-instituteur avait réalisé un coup diabolique en b…… littéralement EXXON. D’ailleurs, profondément humiliée, la plus grande compagnie pétrolière au monde, ferma sans dire un mot ses petits bureaux de Pointe Noire et quitta le Congo, sur la pointe des pieds, sans y remettre le moindre orteil depuis plus de vingt-six ans.

ELF rangea tranquillement son permis d’exploitation dans un coffre-fort. Assurément, elle n’avait jamais rien su du trésor qui était caché au fond de l’eau et sous le sel de Moho. Les dirigeants qui avaient tripatouillé cette affaire n’étaient pas trop tranquilles et savaient pertinemment que dès qu’ils ouvraient la bouche, au téléphone, les – alors – magnétophones de la NSA se mettaient en route… TOTAL, sûrement pas informée de la magnifique arnaque au permis, réalisée par Sassou Nguesso et ses pygmalions, mit plus de quinze années avant de se lancer, officiellement, dans l’exploration de ce permis poussiéreux auquel personne n’avait touché. Prescription oblige ? En Mars 2010, un responsable Afrique de Total claironna que l’on y avait découvert 550 millions de barils, alors qu’en 1990 les petits ingénieurs crédules d’EXXON parlaient déjà de milliards de barils…

FIN de l’histoire ?

La confirmation de Monsieur Rex Tillerson au poste de Secrétaire d’Etat à Washington, dans quelques jours,  permettrait d’entrevoir un bien plaisant épilogue.

Denis Sassou Nguesso contrôle le Congo depuis bientôt une quarantaine d’années. Durant ces huit dernières années, nous avions espéré vainement que Barack Obama allait nous permettre d’en venir à bout.  Il en avait été de même avec François Hollande, président socialiste, qui alla dans un sens complètement opposé à celui que l’on espérait ; avec l’essentiel de son équipe, complètement à la botte du tyran congolais. Et « at last not the least », notre cher Vatican, dont nous attendions tant, qui a toujours encouragé, par son silence complice, ce pouvoir tueur de Cardinal, d’Evêques et de prêtres sans oublier les populations congolaises.

Alors, il serait absolument drôle et plaisant que cela soit à l’élection aux Etats-Unis d’un président, que l’on dit raciste et xénophobe, et à la nomination d’un Secrétaire d’Etat venu de l’industrie pétrolière que nous devrions peut-être notre libération du joug criminel et kleptocrate de Denis Sassou Nguesso.

Que l’on ne vienne pas nous chanter alors que nous serions dans un conflit d’intérêt manifeste dans l’Etat pétrolier du Congo. Trêve de prescription, vingt-six années après EXX0N pourrait peut-être revendiquer des droits sur le permis prospecté et nous pourrions oublier alors les actions judiciaires de Commisimpex, d’Odzali et autres créanciers. Les premiers barils de Moho Nord sortiront en Mars prochain, après dit-on 10 milliards de dollars d’investissements, mais qui sait où iront-ils ? Surtout si Denis Sassou Nguesso n’était plus à la tête du Congo… !

Egalement à Washington, le Conseil d’Administration du FMI devrait réfléchir à deux fois avant d’accorder un plan de sauvetage au Congo corrompu de Gilbert Ondongo, chef de délégation de la République du Congo et recherché au Portugal dans l’affaire Asperbras ( https://goo.gl/zKL3hc ), et à Calixte Ganongo, Ministre des Finances qui s’était illustré à la Direction Administrative et Financière de la SNPC qu’il a pillée complètement avec Denis Christel Sassou Nguesso. Dès sa nomination, pour laquelle tout Congolais devrait prier, Monsieur Rex Tillerson sera submergé d’informations sur ce Congo qui, sans aucun doute, lui tient déjà sûrement très à cœur… Madame Lagarde, qui a eu aussi tellement de soucis avec l’affaire Tapie à Paris, devrait veiller à ne pas en avoir également à Washington DC à cause de Sassou Nguesso le corrupteur qui a déjà bénéficié, indûment, d’un effacement de ses dettes par le même FMI. Il est vrai qu’il était dirigé à l’époque par l’irréprochable Dominique Strauss Kahn et représenté par Monsieur Yaya Moussa devenu l’homme de paille de Denis Christel Sassou Nguesso !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)