Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 11:31
 
 

A l’heure où les autres continents de la planète assurent leur développement dans ce III ème millénaire en ayant tous les atouts nécessaires pour affronter les défis actuels, l’Afrique en général inquiète. En particulier le Congo-Brazzaville qui ne cesse de développer le particularisme anti-développement ou la logique de la corruption règne en maître. La logique de cette vision favorise sans aucun doute son autodestruction économique, ça c’est le Congo qui fait peur. Le Congo que nous impose le système SASSOU, un système dépourvu de vision nationaliste à long terme et orienté vers la politique du tout enrichissement personnel illimité. Que doit alors faire le peuple congolais face une opposition trop disparate.

 

Une opposition congolaise disparate en mal d’égo

Les rencontres politiques de l’opposition congolaise se suivent et se ressemblent. Après le grand rassemblement de septembre 2015au BOULEVARD des Armés  et l’imbroglio de fin de campagne 2016, cette opposition s’est lancée dans une course dont l’efficacité politique reste entravée par des positionnements contraire à la volonté populaire. Neuf mois plus tard, il suffit d’observer les actes posés par les uns et les autres pour en déduire que les tripatouillages de celle-ci sonnent comme un constat d'échec.

Aujourd’hui, au sein de l’opposition congolaise, personne ne prend des initiatives louables et constructives. Ainsi, le soutien du peuple  faiblit. Les buts poursuivis ne sont toujours pas clairement définis. Il manque toujours un leader charismatique capable de fédérer les masses contre la gabegie, la mauvaise gestion du pays.

On ne peut d’ailleurs qu’être frappé par la récurrence des critiques ainsi adressées par les différents courants de l’opposition aujourd’hui : enchevêtrement des intérêts, saupoudrage inefficace et inéquitable des moyens, l’indispensable simplification et la nécessité de renforcer l’arsenal d’objectifs et d’indicateurs permettant de quantifier le rassemblement autour d’un idéal commun et la gestion de leadership.

Après le hold-up électoral de Monsieur « 8/sang », l’opposition congolaise n’a pas réussi à proposer de programme commun d’action commune tant soit peu crédible, ni de se trouver un vrai leader. Les gens qui composent cette opposition sont bien trop différents. Leurs objectifs sont à ce point, disparates qu’ils se contredisent souvent et finissent par se neutraliser entre eux en oubliant d’unir leur force à un régime sanguinaire, familial et autoritaire.

Faute de s’interroger sur la nature même du problème politique, l’opposition congolaise revient toujours aux mêmes solutions teintées de bon sens néo-managérial politique, qu’on retrouvera très probablement à l’identique dans les pseudo-rapports qui vont nous être servi en guide de plat de noël.

Entre les défenseurs d’un pseudo ligne dure et les partisans d’une opposition modérée, un embouteillage ressuscitant l'ethno-régionaliste se forme au sein de l’opposition congolaise dispersée mais surtout divisée. Rassembler au-delà de sa région et de son électorat disaient-ils tous sans exception. Aujourd’hui, force est de constater que le rassemblement pour l’opposition congolaise n’est possible qu’autour de soi et des siens.

Les lignes semblent plus brouillées que cette opposition peut multiplier des conventions, des meetings et des alliances parfois contre nature qu’au final rien n’est garanti qu’elle réussira à fédérer l’ensemble des courants pour un but commun. Dans ce contexte distinguer un leader dans ce fourmillement de politique tous prétentieux n’est pas aisé. Et le combat ne peut-être que biaisé d’avance.

Les leaders des partis de l’opposition n’ont pas su dynamiser une plateforme commune. Le FROCAD-IDC-CJ3M ayant été vidé de son contenu et du dynamisme qui faisait sa force.

Les leaders de l’opposition n’ont pas compris que la première chose à faire, c’était de surmonter leurs propres divergences. Je n’ai constaté aucune tentative d’analyse de la situation réelle du Congo-Brazzaville de la part de ces chefs. Actuellement, chacun présente son opinion personnelle sans essayer de trouver un terrain d’entente avec les autres. On voit se reproduire les mêmes erreurs comme dans le passé, réconfortant ainsi un pouvoir aux abois.

Les gens ont en outre été déçus du fait que le FROCAD-IDC-CJ3M, organe ayant pour vocation de réunir les opposants et de proposer, enfin, un programme d’action n’a pas su réadapter sa vision globale et redéfinir les orientations à suivre. Les congolais sont lassés de voir que le comportement de l’opposition est exactement le même que celui du pouvoir de M. « 8/sang » qu’elle critique.

En écoutant les leaders de l’opposition, aucun d’entre-deux n’a jusqu’ici proposé une initiative sérieuse. Quelles méthodes seront utilisées ? Quel programme sera proposé ? Ces questions restent toujours sans réponse.

La convention du FROCAD-IDC-CJ3M qui s'est tenu du 12 au  15 Décembre 2016  n’est qu’une supercherie en plus. Car elle porte en elle les germes de sa propre destruction. Comme on le sait et ce n’est pas un secret, la présidence du FROCAD est noyautée par les anciens faucons du PCT qui ne voudront jamais qu’une solution pérenne soit trouvée tant que ce ne sont pas eux qui la pilotent. Cette mascarade est indigeste et immorale pour le peuple qui souffre.

L’autre convention « aile CODEHA » ne proposait pas mieux. A part le fait de ramener dans les rangs de l’opposition des girouettes dont la culture politique ressemble à s’y méprendre à un exercice vestimentaire. En effet, ils changent de vêtements comme ils changent de positions politiques. Et dans tout ça, les deux oppositions veulent nous parler de la mise en place d’une nouvelle opposition.

Commencer par dire la vérité au peuple et non en jouant aux surenchères avec le pouvoir que vous vous affirmerez réellement de l’opposition. Une convention est interdite d’exercer son droit de liberté et de réunion, une autre est autorisée. Pourquoi le pouvoir banni par le peuple se donne-t-il ce droit ? Ce qui se passe sous la table est souvent cachée des yeux des profanes politiques.

 

Peut-il y avoir une nouvelle opposition sans vraie rupture ?

Sous un calme apparent où l’on voit le peuple congolais navigué à ses occupations de survie et de lutte contre la misère, on perçoit, en fait dans leur for intérieur, un même ferment social de femmes et d’hommes exigeant la justice avec une colère qui balaye toutes les prévisions. On peut lire sur leur visage, plein d’amertume, la phrase suivante : « Nous sommes le peuple et nous réclamons plus d’équité et de justice. »

Ce sont des hommes et des femmes en un mot des humains dont l’exigence s’élève à l’essentiel que le gouvernement actuel a usurpé de manière injuste et unilatéral : le droit de manger, d’avoir un toit, un emploi décent, se soigner, la liberté, l’éducation, bref le respect à la vie. Pourtant une opposition qui parle en son nom négocie des solutions rocambolesques sur son dos.

Le Congo-Brazzaville couve une vague possible de soulèvement social et économique encouragé par le système actuel qui accroît les inégalités, favorise l’exclusion des talents au profit d’un clientélisme absurde et totalement incompétent. Il faut craindre que le réveil du peuple engendre des nouveaux monstres. C’est la responsabilité de nous tous congolais : intellectuels et sages, ouvriers et ménagères, étudiants et chômeurs de s’atteler à y répondre de façon patriotique et surtout indéniablement unitaire. Personne ne le fera à notre place. Il suffit de regarder le spectacle triste de notre quotidien politique proposé par ces politiques de l’opposition.

Peut-on réellement croire que des femmes et des hommes qui ont passés toutes leur carrière politique en utilisant un logiciel formaté avec un antivirus désuète opté  pour une vraie rupture sans remise en cause ? Mais il faut aller beaucoup plus loin que cette explication. Voir le besoin de renouvellement d'un système interminablement otage d'une caste politique et enfermé dans la cooptation et très éloigné des préoccupations réelles de la population. Ce ne serait pas une nouveauté de dire ici  que tous les politiciens congolais iront droit dans le mur s’ils n’inscrivent pas leur action dans l’unité, la cohésion, le militantisme et le bien-être social du peuple qui sont à la base l’alpha et l’oméga de tout succès politique. On ne peut pas très bien gouverner si on ne saisit pas les challenges du peuple à la base.

La vraie politique, c’est d’abord un échange qui s’opère entre un leader et sa base par la confrontation d’idées. On a abreuvé les congolais d’idées saugrenues sur le lieu, la forme, les petites phrases, les ambitions, on est même allé à comparer certains leaders de DIEU DE LA TERRE ( drôle de politique) oubliant que ces mêmes leaders sont co-auteurs des maux dont souffrent le peuple aujourd’hui. On a vu très peu de leaders s’exprimer en termes d’idées nouvelles. En quoi consistera votre rupture dans ces conditions ?

Ce fait consommé d’un système « opposition et pouvoir » ayant montré ses limites, en particulier au Congo-Brazzaville, et ne pouvant garantir autre chose qu’une désintégration progressive de l’économie, de la société, de la culture, caractérise la nature même urgente de la mobilisation sociale. Cette mobilisation doit être aujourd’hui le fer de lance de notre combat pour un ordre nouveau au Congo. Ce combat s’organise par une autre vision de la politique, un autre regard sur la propriété collective. Car ce n’est pas tel ou telle autre injustice qui est forcément au centre du problème, mais toute une logique d’un ordre de domination par la peur, la privation de la liberté, financière qui détruit sans cesse le tissu social congolais dont pour beaucoup c’est devenu une sorte de tremplin politique. On se sert du peuple pour arriver au pouvoir mais lorsqu’on y est on se sert seul sinon avec son clan.

Effectivement nous avons un choix à faire pour notre pays. Nous pouvons accepter une politique qui engendre les divisions inutiles et rétrogrades, les conflits et l’égoïsme ou opter pour le combat pour l’unité, le développement et l’égalité. Or, on est loin des jérémiades actuelles des conventions de l’opposition.

Ces gens-là se battent pour autre-chose mais certainement pas pour le peuple.

L’histoire nous enseigne qu’avec le recul, la méditation et la conviction, on finit toujours par remporter les combats même quand certains ne vous accordent aucune chance de réussir. La difficulté ne réside pas dans le fait de livrer une bataille, mais plutôt d’y croire lorsque la vérité est avec vous. C’est un exercice qui demande beaucoup de sacrifice et d’abnégation. Malheureusement, peu d’hommes et de femmes en sont conscients. Ainsi, beaucoup d’entre nous cèdent facilement à la tentation de la corruption. L’âme noire, l’abominable figure, la honte du peuple, le traitre qui vend ses frères comme judas a vendu son DIEU. Le nombre de ceux qui entraînent notre combat dans un exécrable complot, en achetant les consciences, pour obtenir la réhabilitation du Coupable ne se compte plus. Et c’est à prix d’or que se marchande le déshonneur de la justice, le règne du mensonge, l’avilissement d’un peuple par la plus impudente des campagnes.

« Le mensonge même habillé d’un habit blanc ne peut éternellement résister à la force de la vérité. »

Mes frères, pour reconstruire l’unité bafouée, la paix égorgée, la démocratie muselée, il nous faut accepter de marcher tous dans la même direction ; souffrir ensemble aujourd’hui, pour rebâtir un Congo uni et indivisible demain.

 

Jean-Claude BERI

Partager cet article

Repost 0