Selon les études menées par le Conseil National de lutte contre le Sida au Congo (CNLS), l'infection VIH est actuellement dans une « phase d'implosion ». Le taux de prévalence national est estimé à 5 % (Env. 250.000 personnes ) avec des disparités d'une ville à l'autre :

Brazzaville :    03,3%
Pointe-Noire : 09,9 %
Ouesso :          05,0 %
Dolisie :          11,3 %

Aujourd'hui a Pointe-Noire, le nombre de personnes touchées par l'infection est comprise entre 90 000 et 150 000, avec une tendance à la féminisation.

Parmi les causes de la propagation vertigineuse et inquiétante du Sida, il y a d'abord :

- La divulgation des films pornographiques dans les cinémas de fortune a banalisé l'activité sexuelle très précoce des jeunes gens de 10 à 12 ans et qui devient une espèce de jeu d'enfant.

- La Misère des ménages demeure une des causes principales de la propagation de l'infection chez les jeunes. Lorsqu'on observe cette frange de la population, on se rend bien compte que beaucoup de jeunes filles sont poussées très tôt vers la prostitution, pour avoir de quoi manger disent-elles.

- L'insalubrité et le manque d'hygiène :

Vivre dans un environnement sain préserve la santé des populations. Lorsqu'on observe, une ville pétrolière comme Pointe-Noire où jonchent des tas d'immondices dans les marchés, les principales artères de la ville, on se rend bien compte que l'hygiène n'est pas une priorité pour les habitants de cette ville et les autorités locales. Le manque d'hygiène a fait ressurgir la Tuberculose, la fièvre typhoïde et dans une ville où l'infection n'est pas encore maîtrisée, le Sida trouve une occasion de se développer de façon exponentielle.

- Les conflits armés que le Congo a connus :

Le Congo a connu plusieurs guerres civiles 1993 - 1997 - 1998. Ceux-ci ont favorisé un déplacement massif de populations fuyant les combats à Brazzaville vers Pointe-Noire, l'unique ville à n'avoir pas été touchée par les conflits armés.

Ce brassage de populations de Brazzaville et Pointe-Noire a multiplié par deux le taux de prévalence, faisant de Pointe-Noire, désormais une ville à haut risque en ce qui concerne l'infection VIH-Sida.

Que fait le gouvernement congolais pour inverser ces tendances ?

------------------------------

Alain Makaya
Vice Président Stratégies et Développement ORICE