Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 19:19
Rodolphe Adada, Ambassadeur du Congo à Paris sans ambassade et sans paierie ?

Le Congo des Nguesso n’aime payer ses dettes qu’aux proches de ces derniers. Il se chuchote même que le remplacement officiel de l’Ambassadeur Henri Lopès par son successeur désigné, Rodolphe Adada, est retardé car l’autocrate refuserait que certains droits lui soient réglés…

-----------------------------------------------------------

Par Rigobert OSSEBI

L’ensemble des biens et propriétés du Congo à Paris a été frappé de saisies, dans un premier temps, par le créancier ODZALI suivi de COMMISIMPEX ; notamment l’Ambassade du 37 bis rue Paul Valéry et la Paierie au 57bis avenue Scheffer.

Les saisies, pour le compte des sociétés SOCEMA, SOCECA et BAB ont été effectuées le 18 février 2016 par une armada d’huissiers et d’avocats, d’Oyonnax et de Paris, pour un montant de 75 328 928,76 Euros, principal et intérêts compris. Au terme d’un long cheminement de significations, l’affaire devait passer, le 15 septembre dernier, devant le Juge de la mise en état du TGI de Paris, mais a été reportée, à la demande de l’Etat du Congo, à la fin de ce mois d’octobre.

OZALI, BERREBI, FRANCE TELECOM, COMMISIMPEX constituent un groupe de créanciers irréductibles que le pouvoir autocratique congolais s’est toujours refusé de payer contre vents et marées. Si le dernier d’entre eux est le plus important (760 571 707 euros, + 75 156 117 GBP, + 124 438 861 USD, 6 539 694 335 FCFA) sa créance relève du secret d’Etat et a connu une inflation astronomique. COMMISIMPEX n’est qu’en seconde position, derrière ODZALI, dans ses saisies effectuées à la fin du mois d’août 2016 par l’Huissier de Justice, Eric CRUSSARD.

Le Congo des Nguesso n’aime payer ses dettes qu’aux proches de ces derniers. Il se chuchote même que le remplacement officiel de l’Ambassadeur Henri Lopès par son successeur désigné, Rodolphe Adada, est retardé car l’autocrate refuserait que certains droits lui soient réglés…

Le bras de fer avec les puissants Fonds vautours avait duré six ou sept ans. L’homme fort, Sassou Nguesso, avait finalement mordu la poussière à New-York en acceptant d’ouvrir son tiroir caisse. Blaise Elenga, accompagné de Julien Balkany, était chargé des transactions que le dictateur en personne suivait par téléphone. Peut-être qu’au total, concernant AF-CAP Walker, Hemisphere et Kensington, 250 millions de dollars leur avaient été réglés, mais les intermédiaires désignés (membres du clan ou assimilés) en avaient profité pour s’en mettre 3 ou 4 fois plus dans les poches…. Comme d’habitude et après avoir fait la fortune des Avocats… !

En une vingtaine d’années, depuis son retour au pouvoir, Denis Sassou Nguesso dans un habit parfait de dictateur kleptocrate, corrompu et corrupteur, a géré avec son petit clan familial toutes les ressources du Congo, toutes ses richesses. Elles ont toutes disparu aujourd’hui ; envolées dans des comptes lointains, exotiques et secrets ; dans des propriétés en Espagne, au Portugal, en France, au Maroc, aux Emirats, au Bénin, en Afrique du Sud et surtout aux USA. Certaines sources affirment que 40.000 milliards de FCFA ont été dilapidés ; pillés, détournés, jetés en l’air dans des fiestas ininterrompues ou utilisés pour des achats d’armes, de mercenaires et des soutiens politiques extérieurs pour la conservation du pouvoir. Le peuple congolais, lui, n’a connu que la faim, la misère et le désespoir.

Aujourd’hui les caisses sont vides. Le pays est très endetté, véritablement ruiné. Le Droit français viendra-t-il encore une fois au secours du tyran congolais ? La très chère amie, Christiane Taubira, n’est plus à la Place Vendôme, mais rien n’est impossible pour le dictateur-corrupteur qui a su se faire tant de nouveaux supporters à Paris grâce à la COP 21 et à une découverte, fort à propos, de la philharmonie…

Si non, il se pourrait, grande première, que l’Etat voyou congolais perde ses propriétés immobilières en France et que les services diplomatiques et consulaires migrent vers des locaux à louer. Mais alors dans ce cas, devenu locataire, l’Etat congolais mauvais payeur honorerait-il correctement ses engagements ? Rien n’est moins sûr !

Ce clan au pouvoir a un sérieux problème avec l’argent et les finances publiques. Il est toujours juste bon à les gaspiller ou à les utiliser pour massacrer ses populations !

[...]

LIRE LA SUITE :

http://congo-liberty.com/?p=16634#comment-37236

https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/071016/rodolphe-adada-ambassadeur-du-congo-paris-sans-ambassade-et-sans-paierie

Partager cet article

Congo-Mfoa

Economie

Catégories