Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 19:34
(Congo-Brazzaville) Sassou : un demi-siècle de règne bâti sur la félonie et la lâcheté des Congolais

Par Pascal MALANDA

Les gens ignorent qu’ils détiennent le vrai pouvoir

Qu’on l’adore ou qu’on le déteste, on ne peut nier un fait implacable : Sassou connaît les Congolais au plus profond de leur âme. Jadis vaillant et intrépide au point de chasser l’abbé-président Fulbert Youlou trois ans à peine après l’indépendance du pays au cri de “Youlou a tout volé”, le peuple congolais a progressivement été réduit en esclave sur les terres de ses ancêtres. L’artisan de cet esclavage est sans conteste Denis Sassou Nguesso. Après plus de 50 ans passés au sommet de l’Etat dont plus de 32 ans en qualité de président de la république, l’homme a lamentablement échoué à faire du Congo un Etat moderne et prospère, une nation unie et pacifiée. Quel sera son bilan à l’heure (très prochaine) de quitter le pouvoir ? Et comme si ce champ de ruines socio-économique et politique qu’est devenu le Congo n’était pas suffisant, il se murmure que l’homme nous prépare un successeur en la personne de son fils. Il se murmure aussi que de nombreux Congolais se bousculent déjà au portillon pour l’aider à accomplir cette ignoble mission : installer son fils sur son trône. Fier et valeureux peuple congolais, comment sommes-nous tombés aussi bas !?

L’homme avait pourtant toutes les chances et réunissait toute les conditions de faire du Congo, non pas une petite Suisse, mais un grand Singapour. Singapour est une île indépendante depuis août 1965 (5 ans après le Congo). Cité-Etat de 714 km² et peuplée de 5,5 millions d’habitant, Singapour a été dirigé d’une main de fer par Lee Kuan Yew. En 25 ans, de 1965 à 1990, ce dictateur a fait de Singapour (un territoire sans ressources naturelles et 450 fois plus petit que le Congo) un Etat moderne et prospère. Quand il quitte le pouvoir après un règne sans partage, si son bilan est mitigé sur le plan démocratique, il est insolant sur le plan économique et social. Au Congo, malgré 32 ans de règne sans partage, des richesses colossales, deux booms pétroliers qui ont fait surnommer le pays « Koweit africain », Sassou a réussi l’exploit de faire du Congo un Pays Pauvre Très Endetté, miné par les inégalités et déchiré par la haine et des guerres interminables. Comment cela a-t-il pu arriver ?

Une nation moderne se construit grâce à la légalité et à la légitimité du pouvoir, un véritable pacte entre le peuple et ses dirigeants. Aujourd’hui, n’ayant ni légitimité ni légalité, le pouvoir s’enferme dans la brutalité pour inspirer la peur.

Une légitimité introuvable

L’homme du 5 février 1979 aurait pu rassembler les Congolais dans un grand projet national, une vision de grand bâtisseur. Le tombeur de Yhombi Opango emprunte plutôt la voie du clientélisme le plus abject. Il se débarrasse progressivement de ses compagnons de route avec lesquels il a géré le très trouble « après-Ngouabi ». Marien Ngouabi, mort dans des circonstances non encore élucidées à ce jour (malgré la Conférence Nationale Souveraine) a été sans conteste victime d’une grande félonie. Sous le slogan « Bakongo bâ bomi Marien », les vrais bourreaux ont réussi à inverser les rôles. Combien de politiciens de haut rang se sont rendus coupables de cette mascarade par félonie et lâcheté ? Je ne citerai que Ndala Graille et Thystère Tchicaya. Trois ans à peine plus tard, ces deux-derniers seront victimes d’un procès des plus fallacieux. Depuis lors, le pouvoir qui aurait dû se construire une légitimité en reconquérant le cœur des Congolais, a sombré dans une impopularité qui l’a conduit à la chute en 1992. Revenu par la force en 1997 il a récidivé en abusant de la lâcheté de quelques Congolais véreux, essentiellement du Sud du Congo (Mabiala, Koumba, Mvouba etc) qui, au nom d’une prétendue stabilité et continuité de la construction du pays par le bâtisseur infatigable ont justifié l’injustifiable usurpation du pouvoir le 25 octobre 2015.

Illégalité permanente

Le référendum anticonstitutionnel d’octobre 2015 a plongé le pays dans une illégalité patente. Les présidentielles du 20 mars 2016 ont logiquement abouti à une crise post-électorale interminable. Au lieu de se remettre en cause et de chercher des voies de sortie de cette crise par un vrai dialogue inclusif, le pouvoir a choisi la brutalité.

Brutalité endémique

Au Gabon, la crise postélectorale a fait une dizaine de morts ; haut lieu du pouvoir, le parlement a été incendié, mais les leaders de l’opposition sont libres. Le pseudo vainqueur a même invité les opposants à un dialogue et à un gouvernement d’union nationale. Le gouvernement gabonais introduit une plainte contre les opposants à la Cour Pénale Internationale.

En RDC, l’opposition a appelé les populations à descendre dans la rue. Il y a eu mort d’hommes, sièges de partis saccagés, mais les ténors de l’opposition, en commençant par le plus historique d’entre eux (Etienne Tshisekedi) sont libres de leurs mouvements.

Au Congo, pour masquer un hold-up électoral et punir ceux qui ont eu l’affront de ne pas lui donner leur suffrage, le pouvoir a déclenché depuis le 4 avril 2016, une quasi-guerre civile dans la région du Pool. Guerre qui risque de s’étendre à d’autres régions du pays. Entretemps, instrumentalisant la justice avec des procès inventés de toutes pièces à la stalinienne, le pouvoir traque, torture et embastille les opposants à tour de bras. Chose curieuse, la communauté internationale qui fait pression sur le Gabon et décrète des sanctions contre des dirigeants de la RDC pour dix fois moins que ce qui se passe au Congo, reste étrangement silencieuse sur la situation du Congo-Brazzaville où des trains et véhicules sont attaqués, des citoyens tués à bout portant, des milliers de citoyens sont déplacés.

Félonie et lâcheté

« Monsieur le Président, quand on est déclaré élu à l’issue d’un scrutin majeur comme l’élection présidentielle, on devient Président de tous les Congolais. Vous le savez. Je dis bien président de tous les Congolais : ceux que vous aimez et ceux que vous n’aimez pas, les courtisans, les tricheurs, les gangsters, les super intelligents, les boudeur, les voleurs, les menteurs et ceux qui disent la vérité. Vous êtes le président de tous les Congolais »

Quand un qualifié au deuxième tour d’une élection présidentielle s’adresse au vaincu de ces mêmes-élections en ces termes ci-dessus, pour qualifier pareille déclaration, on a le choix entre la félonie et la lâcheté. Trahir ses électeurs et raser les murs, de nombreux politiciens congolais semblent avoir choisi ce chemin tragique. En politique, il faut avoir le courage de ses opinions. Les petits arrangements avec la vérité historique finissent par paver le chemin d’horribles dictatures.

Une sortie honorable est-elle encore possible ?

Depuis le début de cette crise politique artificielle, contre vents et marrées, j’ai adopté une position claire, nette et constante : Un départ négocié de Sassou en échange de son immunité et d’une continuité de l’Etat. Est-ce encore possible aujourd’hui ? Oui. Un vrai dialogue inclusif permettrait d’arrêter la dérive actuelle et sortir de l’impasse par un consensus politique aboutissant à l’alternance démocratique. Pour cela, il nous faut le courage de dire à Sassou ce qu’il ne veut pas entendre : Il peut prendre sa retraite paisiblement, le Congo Eternel ne mourra pas et aucune chasse aux sorcières n’aura lieu. S’il n’y croit pas, je lui lance personnellement un défi : Je peux organiser un mega-meeting de plusieurs centaines de milliers de Congolais à Brazzaville ou Pointe-Noire avec comme slogan « Pour une retraite pacifique de Sassou » Il verra alors que la grande majorité des Congolais n’aspirent qu’à une chose : Qu’il parte en paix, aucun cheveu ne tombera de sa tête. On l’accompagnera en cortège national à Oyo. Il découvrira qu’il y a une vie en dehors de la présidence de la république. Il pourra même prétendre au prix Nobel de la paix en 2017 et bénéficier d’une immunité supplémentaire. Alors il pourra s’adonner à sa passion : résoudre les conflits politico-militaires en Afrique et peut-être ailleurs dans le monde.

En revanche, si Sassou persiste à écouter les gens qui lui cachent le rejet que le peuple a de son trop long et appauvrissant règne, il devra assumer les inéluctables et tragiques conséquences de ce choix. Aucune circonstance atténuante ne lui sera accordée. Pour la petite histoire, il paraît qu’après trois ans de règne, Youlou, le premier président du Congo était accusé d’avoir tout volé. Refusant de reconnaître son impopularité et signer la lettre de démission que lui présentaient les syndicalistes, il avait exigé de constater lui-même si le peuple le rejetait réellement. Il sortit donc de son bureau pour aller au balcon voir le peuple prétendument révolté. A peine sorti de son bureau, il reçut un coup de pancarte d’un manifestant qui lui intima l’ordre de repartir signer sa démission. Ce qu’il fit, non sans avoir maudit le Congo et son peuple. Sassou connaît bien cette histoire, lui qui était peut-être ce 15 août 1963 dans la foule qui avait vomi Youlou au palais présidentiel. Si Youlou, pour 3 ans de règne et quelques miettes volées avait subi cet horrible sort, à quoi s’expose Sassou après 32 ans de règne et un pays au bord de la faillite, ruiné par des détournements odieux ? N’est-il pas alors plus sage de négocier intelligemment son départ ?

La guerre du Pool, la guerre de trop !

La sagesse populaire affirme qu’un voleur chevronné finit parfois en prison pour avoir commis le vol de trop. Et au fond de sa prison, le voleur regrette de ne pas s’être arrêté avant cet acte fatal. Il aurait pu jouir de ses larcins en toute impunité et respectabilité. Mais cleptomanie oblige, il se fait arrêter en flagrant délit et perd tout ce qu’il a accumulé pendant des années.

Depuis sa création, le PCT s’est spécialisé dans les coups tordus plus ou moins bien maquillés. Le Pool est-il en train de devenir le flagrant délit du pouvoir ? Cela y ressemble de plus en plus. Au hold-up électoral, il fallait ajouter une reconnaissance de la victoire par l’opposition. Comme cette reconnaissance tardait à venir, il fallait créer une situation qui allait détourner l’attention du peuple et de la communauté internationale du larcin électoral. Notre félonie et notre lâcheté à tous ont donné au pouvoir l’impression de tout contrôler. Malheureusement, le djinn sorti de sa bouteille depuis six mois devient de plus incontrôlable.

Le Pool ça saoule

Que le Pool soit trahi par ses propres enfants ne fait l’ombre d’aucun doute, vu les déclarations affligeantes de nombreux cadres de cette région que je ne nommerais pas par pudeur et décence. Les élus du Pool, au lieu de demander fermement l’arrêt de cette sale guerre, ne trouvent pas mieux que de dire au gouvernement : « Nous demandons au Président Sassou d’envoyer l’armée dans la région afin d’en déloger Ntoumi car le problème du Pool, c’est lui Ntoumi. » Pour plus de clarté, ils auraient aussi pu ajouter que « Si Ntoumi est le problème, Sassou est la solution »

Mais au-delà des ressortissants du Pool, notre silence à tous devient insupportable. Nous devons d’une seule voix, vive et puissante exiger l’arrêt de cette guerre absurde et fratricide. Le premier intéressé par cet arrêt doit être Sassou. Ne pas le faire rendrait Sassou encore plus détestable par la majorité des Congolais. Et nous (de moins en moins nombreux) qui prônons sa sortie honorable, n’aurons plus aucun argument face à la vindicte populaire. Chaque jour qui passe isole de plus en plus Sassou et le condamne à une fin de règne lamentable. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Que Sassou sache une chose : Le Pool Sassoule !

Pascal MALANDA

Partager cet article

Economie

Catégories