Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 19:38
(Congo-Brazzaville) Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville...

"Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville. Un châtiment collectif pour appartenance ethnique", est un livre écrit en 2005 sur la guerre dans la région du Pool dont l'auteur a vécu les faits dans sa chair. Le texte ci-après en est la préface de Jean-Claude Mayima-Mbemba.

--------------------------------------------

LIVRE :

"BARBARIE ET FOLIE MEUTRIERE AU CONGO-BRAZZAVILLE - Un châtiment collectif pour appartenance ethnique"

Auteur : Krysis Kilokila-Kiampassi

Edition L’Harmattan (2005)

« Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville : Un châtiment collectif pour appartenance ethnique » est un témoignage poignant sur les atrocités qui s'opèrent, en silence, dans une région : le Pool. Région à laquelle est donc dédié ce livre.

Cette région, comme toutes les autres d'ailleurs, appelée, pudiquement aujourd'hui, "Département", sans aucun doute pour mieux camoufler le caractère et les pratiques systémiques d'apartheid basés sur la discrimination et la ségrégation ethniques et tribales du pouvoir de Brazzaville, un régime venu d'ailleurs et mis en place par le biais du coup d'Etat du 5 juin 1997, a toujours été et depuis bien longtemps, le théâtre et victime de bien de tribulations. C'est dans ces tribulations que s'inscrit le martyre des figures historiques comme Tchimpavita, Mabiala-Ma-Nganga et compagnons, Boueta-Mbongo, Mbiemo et son frère Milongo, Matsoua, Ngounga, Malanda, etc., pour avoir résisté contre l'occupation française.

La région du Pool, dont Brazzaville fut la Capitale de la France Libre et qui se trouve au cœur de son territoire, pour rappeler quelques faits historiques, a été la première, dans tout l'Empire français en Afrique, à répondre "présent", sous l'impulsion du Gouverneur-Général Félix Eboué, à l'Appel du Général de Gaulle. Les premiers éléments du Bataillon qui se transformera plus tard en "Deuxième Division Blindée" du Général Leclerc étaient bien partis de cette région du Pool, aujourd'hui martyrisée, avec l'aval de ceux qui se prétendent être les successeurs du Général de Gaulle.

C'est dire que le destin de cette région est écrit avec le sang. Mais le calvaire de la région du Pool a pris une tournure beaucoup plus dramatique à partir de 1968, année d'accession au pouvoir au Congo-Brazzaville du Conseil national de la révolution (CNR), précurseur du Parti congolais du travail (PCT), dont les principaux dirigeants sont les actuels gouvernants du Congo.

Aussitôt parvenus au pouvoir, les complots imaginaires et les massacres humains ne se comptent plus. Avec eux, la privation des droits humains. La prédation de vies humaines dans cette région par le pouvoir PCT deviendra plus virulente et répétitive, et s'accélérera à partir de 1970 ; chaque fois à l'issue de coups d'Etat plus ou moins vrais, supposés ou imaginaires, mais toujours attribués aux cadres civils et militaires ressortissants de la région du Pool. En tout cas, au Congo post-indépendance, il n'y a pas une région qui voit "partir" ses enfants de façon aussi tragique et dramatique que celle du Pool. Ils sont purement et simplement suppliciés !

De nombreux ouvrages ont déjà été consacrés à la tragédie de cette région du Pool. D'autres ont décrit et dénoncé l'acharnement criminel qui s'abat sur cette région martyre, terre de prédilection par excellence de tous les prédateurs de vies humaines.

Les guerres successives, savamment préméditées, bien calculées et très méthodiquement mûries, d'une intensité jamais connue avant 1993, à l'actif des pouvoirs par procuration établis dans le pays, ravagent cette région. Aussi, en raison de l'omerta du système PCT, ailleurs et vues de loin, ces guerres sont regardées et assimilées à des guerres civiles ou inter-ethniques. Ce qui n'en est nullement le cas, car une guerre civile ou inter-ethnique suppose l'affrontement de deux voire plusieurs ethnies ou tribus. Or dans le cas d'espèce du Congo-Brazzaville, quant à la région du Pool, c'est le pouvoir établi qui chasse sur les terres de celle-ci pour y prélever ses "gibiers". Ainsi les populations civiles, abandonnées par tous, y compris la communauté internationale, et livrées à elles-mêmes, y sont systématiquement devenues les victimes expiatoires d'un système politicien inhumain de type stalinien - avec des pratiques héritées de Ceaucescu - , mis en place dans le pays avec l'aide de l'étranger.

Avec force détails, Krysis Kilokila-Kiampassi montre comment l'ogre dévore ses enfants, tandis que les vautours, les charognards et les vampires s'en donnent à cœur joie.

Volonté délibérée d'exterminer, d'anéantir, faisant partie d'un plan concerté et mûri de longues dates ou méthode préméditée pour asseoir "son autorité" (politique ?) aux fins de l'écrasement de l'autre ? La question reste posée. Cependant, l'auteur montre qu'il s'agit là d'une hégémonie basée sur un critère purement tribal ayant pour conséquence l'extermination totale d'un peuple et donc aussi l'annihilation de la culture kôngo. Tel est le pan de l'histoire dont les experts auront plus tard à démêler les écheveaux.

Dans Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville - Un châtiment collectif pour appartenance ethnique, Krysis Kilokila-Kiampassi dissèque le quotidien des populations oubliées et abandonnées à leur sort.

Malgré la propension au crime tous azimuts et l'engouement du système PCT à verser le sang humain sans sourciller, assuré de l'impunité la plus absolue relayée par certaines capitales européennes, l'auteur ne se résigne pas. Il témoigne pour que la réalité qu'il dénonce ne passe en pertes et profits, et ne rentre pas dans le registre des "oubliés" de l'Histoire.

A travers ce livre, il met à la portée de l'opinion nationale et internationale, ce que l'on s'évertue à cacher, que l'on passe sous silence et que leurs auteurs ne voudraient nullement voir étalé à la place publique. Aujourd'hui, c'est chose faite.

Dans cette trame tragique et dramatique, l'auteur ne manque pas de relever qu'il y a d'un côté, une résistance qui n'a pas eu assez d'autorité pour contrôler ses éléments devenus indisciplinés et donc en proie à l'anarchie. De l'autre, un régime issu d'un coup d'Etat, né du sang, qui n'arrive pas à se surpasser, incapable de canaliser les excès de ses "hommes", de se "civiliser", d'asseoir l'Etat de Droit, de réconcilier véritablement le peuple congolais avec lui-même. Mais au contraire, c'est dans un flot de sang qu'il conduit les Congolais vers une destinée inconnue. Ce régime y trouve donc une réelle délectation, sinon il aurait tout fait pour stopper net ces "dérapages" (sic).

En conséquence, au regard des éléments présentés dans ce livre réquisitoire, il convient donc de relever et d'affirmer ici que, de part son manque d'un plan pour une concorde nationale, le système de Brazzaville ne doit sa vie et sa survie qu'à travers une politique de répression aveugle sans laquelle il n'aurait plus aucune existence. Le régime PCT reste et demeure un système stalinien et fasciste au sens propre des termes.

En tout cas, ce "châtiment collectif pour appartenance ethnique" infligé à la population du Pool est la preuve, sans appel, que le régime de Brazzaville masque ses limites, ses insuffisances, et donc son incapacité à gouverner le pays et, partant, à insuffler une dynamique pour sortir le pays du chaos dans lequel il l'a plongé.

[...]

Par ailleurs, il convient de souligner, de relever cette autre bizarrerie que sont les discours d'un chef d'Etat, bourreau, qui culpabilise ses victimes. Un type de discours qui rappelle une certaine période douloureuse assez récente de l'humanité, mais non encore estompée au niveau de la conscience universelle.

Subséquemment, en scrutant et décortiquant le verbe du soi-disant "'homme fort de Brazzaville", il apparaît nettement que le sort réservé aux populations de la région du Pool est bel et bien un véritable "châtiment collectif pour appartenance ethnique". Le développement du livre nous en convainc à maintes reprises.

D'où cette question qui tombe dans le sens : "Qu'est-ce donc un génocide", si ce qui se passe dans la région du Pool n'en est pas un ?

Certes, sans doute par pudeur, l'auteur du livre n'a pas osé utiliser l'expression. Il laisse donc au lecteur la latitude de se forger une opinion et d'en faire une déduction au fur et à mesure qu'il avancera dans sa lecture.

Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville - Un châtiment collectif pour appartenance ethnique, ouvrage qui passe au peigne fin, de fond en comble, la tragédie de cette région martyrisée, traumatisée et à travers lequel l'auteur expose et détaille les faits très minutieusement, est sans doute le livre qui a manqué jusqu'ici. Il vient à point nommé.

Au-delà de son exposé et tout au long de son développement, c'est un cri du cœur, un véritable SOS que lance Krysis Kilokila-Kiampassi en direction de l'opinion et la communauté internationales. Ce témoignage en fait foi.

Ainsi, en direction des autorités de Brazzaville, ce message : "Que retiendra l'histoire de votre œuvre macabre ? La bestialité gratuite dont vous l'émaillez ! Que dira la postérité quand on lui apprendra votre œuvre ? Sans doute versera-t-elle des larmes de honte, lorsqu'on lui dira… !"

Et en direction des Congolais, sympathisants ou pas de l'un ou l'autre camp, vecteurs de la "barbarie et de la folie meurtrière au Congo-Brazzaville", particulièrement dans la région du Pool, je dis qu'il est du devoir de tout être humain en général, et de tout Congolais en particulier, de prendre conscience de cette tragédie et du calvaire qu'on fait subir aux populations de cette région, avec leurs lots de misères et de centaines de milliers de victimes générées par les deux camps, d'autant qu'aucun d'entre eux ne peut se dire ou prétendre être innocent.

Avec ce livre, l'opinion et la communauté internationales ne pourront plus prétendre qu'elles n'étaient pas au courant du danger de mort des populations de la région du Pool. Ce serait non-assistance à peuple en danger de mort. Et l'histoire le retiendra.

Nous avons espoir que cette communauté internationale finira par prêter attention à ce cri d'alarme, à cet appel de détresse... Alors, c'est ici qu'elle se devrait de réagir pour faire intervenir le fameux concept du "droit d'ingérence" pour aider ces populations persécutées, mais aussi et tout simplement, pour que le droit à la vie et la dignité humaine soient respectés dans leur plus simple expression, en toute indépendance et en toute objectivité, sans entraves aucunes.

Car, l'on ne peut indéfiniment continuer à fermer les yeux, fouler les lois aux pieds sur les massacres humains d'une telle ampleur au nom d'on ne sait quelle autre "loi" méconnue, non écrite et non promulguée.

Après l'ère de la bestialité, de la violence et de la cruauté, après l'ère de la haine, de la désunion et de la division, il faut que l'ère de la rencontre des âmes fasse son entrée.

Quand donc le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest du Congo-Brazzaville se coudront-ils pour former un tissu indémaillable, si le pouvoir est toujours au bout du canon ?

Quand les Congolais, même ceux qui sont au pouvoir ou qui en vivent, ainsi que les "amis" prétendus du Congo, seront-ils écoeurés par tant de sang humain versé ?

La Paix, la Liberté, la Démocratie, le Droit à la Vie et la Dignité humaine ne sauraient être, comme une chasse gardée, un monopole et un luxe réservés spécialement à une certaine sphère.

(Ce texte en est la préface de Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA)

Jean-Claude Mayima-Mbemba

Président de l'association Union-Congo

(Congo-Brazzaville) Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville...

Partager cet article

Krysis Kilokila-Kiampassi - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT Pasteur Ntumi Pool