Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 18:50
(Congo/Gabon) Sassou Nguesso, le pouvoir de la corruption !

Depuis une dizaine de jours Brazzaville n’a plus de kérozène. Les avions de ligne, d’Air France ou d’ECair, en sont privés et sont contraints d’aller faire escale à Pointe Noire ou à Yaoundé pour se ravitailler. Le carburant disponible est réservé aux vols présidentiels et à ceux du clan, de la « sainte famille » plus exactement.

Ainsi, hier 7 septembre 2016, un jet a pu décoller d’Ollombo, l’aéroport international privé des Nguesso, pour Addis Abeba. A son bord, Jean Dominique Okemba et ses sacs de Nguiri dans le but, au cas où elle accepterait, d’obtenir de Madame Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l’Union africaine, la nomination de son oncle Denis Sassou Nguesso, le dictateur congolais, au poste de médiateur dans la crise gabonaise.

Pour information, les services du vieux tyran Sassou-Nguesso ont été refusés le 2 septembre 2016 par Etienne Tshisekedi, le leader de l’opposition radicale de la République Démocratique du Congo, malgré les millions de dollars proposés !

Ce chef de guerres civiles, embastilleur de ses opposants politiques et de Jean Marie Michel Mokoko le véritable vainqueur de l’élection présidentielle du 20 mars 2016, rêve toujours de son Prix Nobel de la Paix qu’il n’a pas pu encore acheter.

Mais de la paix chez les uns et chez les autres, il s’en moque comme de son premier baril de pétrole détourné. La seule paix qui vaille à ses yeux, c’est celle qu’il obtiendrait pour rester à vie sur son trône dictatorial.

Pour cela, il dépense sans compter, alors que :

  • les opérateurs économiques ne sont pas payés,
  • les allocations gouvernementales ne sont pas débloquées,
  • les salaires des fonctionnaires ne sont pas honorés,
  • les engagements financiers de l’Etat ne sont respectés,
  • les bourses et les frais de scolarité des étudiants ne sont pas réglés,
  • les permanents du PCT sans émolument depuis 5 mois…. et que les Congolais, surtout, dans leur très grande majorité, n’ont plus de quoi vivre !

C’est ainsi que Denis Christel Sassou Nguesso, sans conteste l’un des plus grands pilleurs du Continent, s’était envolé lui aussi pour Washington. Il y a retrouvé son complice notoire Yaya Moussa, attaché personnel à sa communication aux USA. Fort des banques et des permis pétroliers qu’ils contrôlent tous deux (BAIC, Kontinent ), le fils-à-papa dictateur a obtenu la reconnaissance de l’ONG afro-américaine Constituency for Africa (CFA) qui regroupe principalement des élus de la communauté noire.

A côté de CHEVRON, de l’USAID il a été admis, au travers de sa fondation Perspectives d’Avenir, comme sponsor des « Journées de Rencontres 2016 Ronald H. Brown Affaires Africaines » (2016 Ronald H. Brown African Affairs Series). Ce principal pilleur de la richesse nationale figure, certes en bas de la liste, parmi les co-présidents de l’évènement : Ambassadeur Andrew J. Young, l’honorable Donald V. Dellums ancien Représentant au Congrès, l’ambassadrice Jendayi Frazez, et surtout la très puissante Karen Bass Représentante au Congrès.

Plus que toutes les autres, la présence de cette dernière surprend ! Qu’elle ait accepté que son nom soit accolé, ou presque, à celui du brigand congolais, complice de son père et hérité désigné à sa succession, est totalement incompréhensible. Comme Melvin Foote le président du CFA, Karen Bass avait rencontré le dictateur Denis Sassou Nguesso à Windhoek en Namibie le 21 mars 2015 lors de l’investiture du président Hage Geingob. Est-ce le père, Denis Sassou Nguesso, qui avait alors entrouvert la porte pour son fils Denis Christel ?

Comme les habituels relais français, les relais américains se taisent…. Tous pourtant donnent de la voix pour Jean Ping (Mokoko) contre Ali Bongo (Sassou Nguesso). Deux poids, deux mesures ? Peut-être… !

Teodorin Obiang qui a été promu vice-président de la Guinée Equatoriale, fin juin par son père, a été renvoyé devant le Tribunal Correctionnel de Paris pour blanchiment d’abus de biens sociaux, de détournements de fonds publics, d’abus de confiance et de corruption ; alors que tous les Kiki, Coco, Jean-Jacques Bouya, Rodrigue Nguesso, Willy Nguesso , Edgar Nguesso et autres pilleurs associés continuent sans aucun problème leurs noubas parisiennes, européennes et mêmes américaines …

Le fait que ni TOTAL, ni ENI n’exploitent de gisements pétroliers en Guinée Equatoriale ne saurait avoir de rapport avec le paragraphe précédent !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Economie

Catégories