Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 12:38
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait

Modeste Boukadia, l'otage de Sassou

----------------------------------------------

Jugement scélérat du gouvernement de la république de Sassou

----------------------------------------------

ARRET D’AVRIL 2014 CONDAMNANT LES MEMBRES DU CDRC

ET SON PRESIDENT MODESTE BOUKADIA

Voici, ci-dessous, l’Arrêt n° 133 du 07 avril 2014 condamnant les membres du Centre des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC), dont le président Modeste BOUKADIA à trente (30) ans aux travaux forcés, pour avoir organisé un meeting autorisé et manifesté publiquement pour exprimer leur opinion.

Pendant plus de deux ans, le gouvernement du Congo-Brazzaville, en l’occurrence le ministère de la justice(?) l’a caché, n’a pas voulu le rendre public. Et pour cause !

- Quel est le délit commis ou reproché à un citoyen qui réclame la démission du gouvernement de son pays ?

- Quel est le crime commis ou reproché à un citoyen qui s’oppose au changement de la constitution de son pays ?

Trente ans de travaux forcés contre Modeste BOUKADIA, président du CDRC. Une peine qui n’existe plus dans le Droit congolais sauf au niveau ethno-tribalo-clanique. Une peine qui n’a existé que sous l’ère coloniale. Au Congo-Brazzaville, le premier et le dernier à avoir subi cette peine, avant Modeste BOUKADIA, fut André-Grenard MATSOUA, dans les années 1940.

La question qui nous taraude est celle de savoir si on peut aller directement en Cour d’appel sans que l’affaire ait déjà été jugée par une autre instance comme le Tribunal correctionnel, par exemple ?

On a l’impression qu’au Congo de M. Sassou tout se confond et que les magistrats fabriqués de toutes pièces, à la va-vite et provenant tous d’une même région si ce n’est d’une même ethnie ou tribu passent outre le VRAI DROIT.

Au regard de ce document dit ARRET DE JUSTICE DE LA COUR CRIMINELLE DE POINTE-NOIRE, il y a lieu de croire qu’au Congo-Brazzaville, sous l’ère clanique de M. Sassou Nguesso, le Droit c’est l’application des us et coutumes traditionnelles ethno-tribales claniques des Nguesso.

Au jour d’aujourd’hui, certains détenus arbitraires, condamnés à 2 ans de prison depuis avril 2014, et ils étaient déjà en prison depuis presque un an, sont toujours maintenus arbitrairement en détention malgré le fait d’avoir purgé leur peine d’emprisonnement ferme à eux infligée, arbitrairement.

Nous ne voulons pas faire de commentaires excessifs.

Nous faisons appel au lecteur avisé, et aussi au juriste, de bien vouloir nous éclairer en la matière.

Cependant, nous tenons à dire que ce document a été envoyé à la Commission Nationale des Droit de l’Homme (CNDH) du Congo et au Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

Association UNION-CONGO

Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait
Congo-Brazzaville : Un Etat de Non-Droit de fait

Partager cet article

Association Union-Congo - dans Sassou Nguesso Congo-Brazzaville PCT Modeste Boukadia CDRC

Economie

Catégories