Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 22:05
CONGO-BRAZZAVILLE. - NOTE D’INFORMATION : ASSASSINATS EN DOUCEUR DES PRISONNIERS POLITIQUES D’OPINION

L’EQUIPE DU RESEAU CONGO-MFOA vient d’apprendre avec indignation le cas d’un membre du CDRC, M. KIMANGOU Joseph, emprisonné à Ouesso depuis le 21 août 2013 et qui est atteint d’une paralysie faciale que les autorités de la République ne semblent pas prendre au sérieux et ne font absolument rien pour le faire soigner.

M. KIMANGOU Joseph, privé de soins médicaux et dont la vie est très sérieusement menacée, fait partie des prisonniers politiques devant être libérés depuis longtemps, mais qui ne l’ont jamais été, malgré l’Avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire - Avis adopté en sa soixante-onzième session du 17 au 21 novembre 2014 - No 22/2014 (République du Congo) du Conseil des droits de l’homme.

Cette paralysie faciale est-elle due à un choc émotionnel suite à la fausse promesse de libération ou à une pathologie autre ?

Il est bien entendu que M. KIMANGOU Joseph figure dans le Décret, jamais appliqué, pris par le gouvernement de la République du Congo portant libération des prisonniers politiques. Malheureusement, les bénéficiaires de cette mesure n’ont jamais été libérés, même ceux qui, malgré le fait d’avoir purgé leurs peines d’emprisonnement, sont toujours maintenus en prison. Pourquoi ?

C’est par ces méthodes que s’affirme la pratique de prise d’otages par le gouvernement de la République du Congo (Brazzaville).

L’EQUIPE DU RESEAU CONGO-MFOA voudrait par cette occasion rappeler également le cas de tous les autres prisonniers politiques d’opinion, notamment celui de M. Modeste BOUKADIA, président du CDRC, incarcéré depuis le 15 janvier 2016, mais que le gouvernement de M. Sassou Nguesso refuse de libérer, malgré la décision des Juges de la Cour d’Appel de Pointe-Noire.

Ceci étant, faut-il attendre le décès de cet homme ou de plusieurs prisonniers politiques pour prendre la mesure de la gravité de la situation que vivent les prisonniers politiques en République du Congo ?

L’EQUIPE DU RESEAU CONGO-MFOA saisit cette occasion pour faire appel à la mobilisation de toutes les organisations humanitaires et de défense des Droits de l’homme, notamment le CICR, HRW, le HCHR, voire l’UA, etc., afin d’user de leur influence pour, non seulement permettre à M. KIMANGOU Joseph d’être soigné dignement, mais faire libérer tous les prisonniers politiques détenus arbitrairement, conformément à l’Avis des Nations Unies ci-dessus référencé.

Paris, le 02 septembre 2016

P. L’EQUIPE DU RESEAU CONGO-MFOA

Georges-Crépin MASSAKIDY

Partager cet article