Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 20:33
(Congo-Brazzaville/Portugal) Sassou Nguesso bientôt carbonisé : le directeur financier d’Asperbras a été extradé au Portugal

José Mauricio Caldeira, directeur financier d’Asperbras -

Par Rigobert OSSEBI -

José Mauricio Caldeira, directeur financier d’Asperbras

Les Portugais ne sont pas seulement champions d’Europe de Football ; concernant les affaires congolaises, ils sont champions du monde de la commission rogatoire et du mandat d’arrêt international. Un cauchemar pour Denis Sassou Nguesso et sa clique !

José Mauricio Caldeira, directeur financier d’Asperbras, le partenaire de José Veiga au Brésil, est maintenant détenu au Portugal.

Il est arrivé dans ce pays le 21 juillet dernier, deux mois après son arrestation à Buenos Aires (Argentine) où il s’était mis au vert. Les forces de sécurité argentines étaient intervenues selon un mandat d’arrêt international délivré par l’Unité nationale de lutte contre la corruption (UNCC) du Portugal. José Mauricio Caldeira a été aussitôt présenté à la Cour d’appel de Lisbonne. Il est soupçonné de crimes divers, dont la corruption de fonctionnaires étrangers, le blanchiment d’argent et la fraude fiscale, dans le cadre de l’opération «Route de l’Atlantique », qui avait vu l’emprisonnement de l’homme d’affaires José Veiga[i] pour ses affaires sulfureuses avec la République du Congo et surtout avec ses représentants légaux : Denis Sassou Nguesso, Denis Christel Sassou Nguesso, Gilbert Ondongo et quelques autres. Pour les mêmes motifs, corruption, blanchiment d’argent et fraude fiscale… !

José Mauricio Caldeira doit regretter de n’être pas allé se réfugier à Paris ou à Washington, siège de la société Kontinent de Yaya Moussa par ailleurs partenaire de José Veiga dans la création de la BAIC à Cotonou. Y aurait-il été interpellé dans le cadre de ce mandat ?

José Mauricio Caldeira, c’est le « comptable d’Al Capone ». Il est l’homme clef, le témoin essentiel qui permettra de dénouer les liens financiers complexes entre la société brésilienne Asperbras, José Veiga son représentant au Congo, l’Etat congolais et les autorités congolaises nécessairement corrompues dans des marchés surfacturés. Difficile d’en nier le principe, les villas de luxe offertes à Gilbert Ondongo, au Portugal, avec des coffres forts remplis de millions d’euros en billets de banque en sont les preuves incontournables ! Le chiffre d’affaires réalisé par Asperbras au Congo se situe aux alentours de 1,5 milliards de dollars. Cette entreprise s’est octroyé de nombreux marchés qui ont été notoirement surfacturés ; notamment celui des 4000 forages hydrauliques à 100.000 dollars l’unité (10 fois le prix normal dans la région).

Il est vrai que grâce à la Guinée Conakry, Denis Sassou Nguesso apparaît avoir de sérieux intérêts dans cette société brésilienne puisqu’il avait obtenu d’Alpha Condé qu’un marché de centrale électrique de 100 MW pour 140 millions de dollars lui soit attribué.

Outre les conditions de rémunération de José Veiga dans ces marchés surfacturés, le directeur financier d’Asperbras devra donc éclairer la justice portugaise sur les intéressements de Denis Sassou Nguesso et de tout son clan au capital de l’entreprise. Au Portugal la justice apparait très éloignée des impératifs de la Francafrique ; on n’y flirte pas et l’on n’y couche pas ! Nous saurons très bientôt tout ou presque sur ce dossier scandaleux.

Gilbert Ondongo, qui était « ministre d’Etat de l’économie, des finances, du budget et du portefeuille public » (portefeuille qu’il a vidé à son profit), sera sûrement de tous les débats entre le juge d’instruction portugais et José Mauricio Caldeira ; comme pour Denis Sassou Nguesso, à ses heures représentant de commerce de la société brésilienne en Guinée ….

Il est clair que tout ce que le Congo compte comme gros voleurs, protégés par une couverture diplomatique et de puissants pétroliers européens, ne risquent pas grand-chose pour le moment. Cependant, la justice du Portugal apparaît très efficace et il ne faut pas douter qu’un jour très prochain d’autres mandats d’arrêts internationaux seront lancés par cette dernière. Les noms des Nguesso, Ondongo, Bouya et autres seront encore plus difficiles à porter pour des voyages internationaux. Le copinage avec les responsables d’Interpol prendra fin et il ne restera plus que les fausses identités (comme le font couramment Pierre Oba et Jean-François Ndenguet) pour espérer voyager.

En Suisse, la nouvelle de l’arrestation du Directeur Financier d’Asperbras aura aussi des conséquences. Il faut rappeler que l’enquête au Portugal a été déclenchée par une commission rogatoire internationale émise par un procureur de Berne (Suisse) dans le cadre d’une enquête initiale ouverte fin 2011 pour « blanchiment » et dans un autre volet pour « corruption ». La société brésilienne avait été présentée par Denis Christel Sassou Nguesso à BNP PARIBAS SUISSE au 2 place de Hollande à Genève, lors du contrat GUNVOR avec la SNPC. 750 millions de dollars de préfinancements sur ce contrat étaient destinés à Asperbras (pour des marchés qui, semble-t-il, n’étaient pas encore signés à l’époque). Les amis de Kiki, récents transfuges de cette banque chez Mercuria (le trader pétrolier genevois) peuvent se faire légitimement du mauvais sang… Ce ne sera que justice ! Ils ont été à l’origine de toutes les dérives pétrolières des Nguesso ! De Likouala SA à l’affaire GUNVOR…. BNP PARIBAS avait cessé toutes relations d’affaires avec le Congo à la suite d’une seconde visite des enquêteurs de la Police fédérale suisse motivée par le préfinancement Asperbras…

En Guinée, les démocrates pourront se rapprocher de l’enquête portugaise pour savoir qui a été corrompu par « Asperbras-Sassou Nguesso » : Alpha Condé ou son fils Mohamed, ou les deux à la fois ?

Voilà de bien jolis scandales qui vont s’ajouter à la cessation de paiement de la République bananière du Congo, au bradage de son pétrole en Chine pour sauver le régime (de « bananes »), et qui vont donner un sens humoristique mal-placé au discours du Chargé d’affaires de l’Ambassade de France à la Case de Gaulle lors du dernier 14 Juillet.

L’opprobre jeté par cette affaire disqualifiera définitivement les acteurs congolais corrompus de jouer tout rôle, même modeste sur la scène nationale. Ces grands corrompus reconnus internationalement pourront-ils rester responsable d’une compagnie publique, ministre d’Etat ou président de la république ou prétendre jouer un rôle de médiateur dans des crises en Afrique ?

Il est grand temps pour l’opposition congolaise et pour l’opposition guinéenne de se constituer partie civile dans l’enquête en cours à Lisbonne et d’y déposer des plaintes contre les suspects de leur nationalité. La démocratie ne pourra qu’avancer plus vite dans ces pays et sur le Continent…

Rigobert OSSEBI

http://www.cmjornal.xl.pt/nacional/portugal/detalhe/socio_de_jose_veiga_no_brasil_ja_esta_detido_em_portugal.html

[i] Depuis deux mois astreint à résidence à Lisbonne.

VIDEO A SUIVRE : https://youtu.be/gOr5mVRD3wk

Partager cet article

Economie

Catégories