Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 09:29
(Congo-Brazzaville) L'Australien SUNDANCES Ressouces : Un cauchemar de plus pour les Sassou Nguesso !

Christel dit kiki, héritier du Congo-Brazzaville par son dictateur de père Sassou

-----------------------------------------

Par Rigobert OSSEBI -

Pour son nouveau classement mondial de la perception de la corruption, Transparency International sera dans l’obligation de modifier la position du Congo Brazzaville. Avec l’affaire Asperbras-Veiga au Portugal, en Suisse aussi, et celle de SUNDANCE Resources qui vient de se déclarer en Australie, notre pays partagera sûrement la dernière place avec la Somalie. Et l’on ne voit pas comment il pourrait en être autrement.

Cette dernière affaire SUNDANCE a le grand mérite de confirmer ce que nous savions déjà : le niveau d’intéressement exigé par nos prédateurs se situe au niveau minimum de 30%. Les Nguesso n’ont pas pris le pouvoir pour des clopinettes ! 30% dans les mines, également au minimum pour les nouveaux blocs ou la reconduction de permis dans le pétrole ; 100% dans les forêts dans les mains exclusives de la famille. La déforestation est assurée principalement par des opérateurs malais et chinois. Aucun secteur ne saurait échapper à la razzia ; BTP, Télécoms, Transports et Banques en premiers !

Dans le secteur minier, qui a toujours Pierre Oba à sa tête, l’élément clef a toujours été la délivrance du permis d’exploration. Un inconnu ou pas, de mèche avec l’autorité – le ministre ou mieux encore le président à vie – obtient ni vu, ni connu pour un Franc CFA symbolique le précieux sésame. Aussitôt tamponné et enregistré, le document « valait » des millions de dollars ou d’euros. « Valait » parce que depuis deux années, la chute des matières premières qui n’a pas touché seulement le pétrole, a atteint la quasi-totalité des minerais présents au Congo. Ceux qui ont été cédés l’ont été sûrement à bon compte. Les autres ne valent quasiment plus rien.

Concernant SUNDANCE Resources, l’Australien, l’homme clef a été Olivier Fabrice SIL MABOUANG dans la constitution de COMINVEST (Congo Mining Investments) une société anonyme au capital de dix millions de FCFA créée le 13 octobre 2008 à Brazzaville chez Maître Kymbassa Boussi, Notaire. Curieusement cette création survient 3 jours après que SUNDANCE Resources ait annoncé officiellement à la Bourse australienne qu’elle allait augmenter sa participation dans Congo Iron à 85%. Olivier Fabrice SIL MABOUANG qui était un « émissaire » de SUNDANCE au Congo est devenu en peu de temps le « Représentant » des « décideurs » qu’il avait été chargé de convaincre.

Dans les documents que Congo-Liberty a pu obtenir, les noms de Benoît Christian OKOUNA (domicilié à Brazzaville mais qui, en réalité, vit grand train en Afrique du Sud) et de Corneille OBA apparaissent. Le premier est un faux-nez reconnu du ministre Pierre Oba et le second n’est qu’autre que son fils. Rodrigue Nguesso, fils de Maurice, a été sûrement représenté par Rufin YAMA. Quant à Kiki 1er le prédateur, très en phase avec les ressortissants camerounais, comme nous avons pu le constater avec Yaya MOUSSA, il a confié sa représentation à Olivier Fabrice SIL MABOUANG.

SUNDANCE se retrouvait avec 85% de CONGO-IRON, l’Etat congolais avait lui 10% ; à qui profitent les 5% restants ? A la Reine d’Angleterre ou au président à vie Denis Sassou Nguesso ? La deuxième proposition est sans aucun doute la bonne !

Tous les associés de COMINVEST ont été payés avec des actions SUNDANCE ; de la fausse monnaie ou presque puis les actions ne valent aujourd’hui plus rien. Les actionnaires congolais de COMINVEST s’en sont sûrement débarrassé dès leur attribution, auquel cas ils auraient effectivement perçu une dizaine de millions d’euros.

Ce qu’il y a de très intéressant dans cette affaire de SUNDANCE Resources, c’est que les Australiens ne sont pas des plaisantins. Déjà, il y a deux ou trois ans, le ministre Pierre OBA avait quitté précipitamment l’Australie car la police locale voulait l’interroger sur les disparus du Beach. Aujourd’hui, toutes les personnes citées dans cette affaire, Denis Christel, Rodrigue Nguesso, Pierre OBA, Olivier Fabrice SIL MABOUANG ainsi que tous les autres faux-nez dont les noms figurent sur les statuts de COMINVEST seront interpellés dès qu’ils passeront les frontières d’un pays civilisé ; pour les besoins de l’enquête, avant possible inculpation car ils ont aussi contribué à la ruine des actionnaires investisseurs de SUNDANCE Resources….

La France, bonne fille, fermera peut-être les yeux sur ces mauvais garçons, mais ils ne pourront pas aller plus loin sans se faire coffrer !

Plusieurs projets miniers étaient en cours de développement. Ils sont tous, ou presque, suspendus :

  • DMC Iron Congo, contrôlée depuis mars 2012 par le sud-africain Exxaro, qui développe également le projet Mayoko-Lékoumou
  • Congo Mining, une filiale de l’australien Equatorial Resources, ce dernier est en charge du projet de fer de Mayoko-Moussondji.
  • Projet du fer de Zanaga, mené par Mining Projects Development Congo (MPD Congo), détenue par le suisse Xstrata (51 %) et le sud-africain Zanaga Iron Ore,
  • Avima développé par Avima Fer (ex-Core Mining Congo), dont le capital est détenu par l’australien Core Mining, le russe Severstal (16,5 %) et l’État congolais (25 %)

Tous sont confrontés à la chute du cours du minerai de fer et aux coûts exorbitants de réalisation des infrastructures ferroviaires ou de l’utilisation de celles existantes du CFCO, sous contrôle du groupe Bolloré. La surabondance de l’offre, comme pour le pétrole, ne permettra pas leur développement rentable avant des décennies. Il reste toujours que les permis d’exploitation et d’exploration qu’ils ont obtenus, sans aucun doute possible, ont fait l’objet des mêmes pressions de nos prédateurs cités plus haut ; Nguesso père, fils, neveux et ministre…

Tous constituent de sérieuses bombes à retardement !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Note de Notaire

Note de Notaire

Partager cet article

Economie

Catégories