Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 23:51
(Congo-Brazzaville) André Oko Ngakala se réveille d'un long silence

Oko Ngakala, Procureur tout puissant

Les agitations politiques et les gesticulations médiatiques ainsi que les coups de menton du magistrat colonel Oko Ngakala ne trompent personne. Au Congo-Brazzaville, il y a beau temps que l’institution judiciaire ne fonctionne plus correctement. Elle chante l’air du temps qui a cours dans les allées du pouvoir PCT : « Ebonga, ébonga té, toujours meilleur ». Sous l’égide du colonel procureur André Oko Ngakala, le parquet de Brazzaville va donc changer de politique à l’égard des pilleurs des deniers de l’Etat. Tant mieux. Les populations du Congo-Brazzaville qui assistent au dépouillement de l’Etat dans divers domaines sont dubitatives.

« A yiba, a tala té »

Le détournement des fonds publics au Congo-Brazzaville est une coquetterie, presque une banalité instituée en sport national. Il suffit de se baisser pour ramasser. Le colonel magistrat André Oko Ngakala feint d’ignorer le phénomène de détournement des fonds publics qui réduit l’efficacité des services publics. Le procureur André Oko Ngakala découvre la lune. Le petit procureur de Brazzaville aurait du se passer de cette comédie humaine. A plus forte raison quand on sait que les malversations financières, au Congo-Brazzaville de Denis Sassou Nguesso, sont frappées du sceau de l’impunité. On vole au vu et su de tout le monde. Le slogan est : « Volez, ne touchez pas au pouvoir ». Le message est passé 5 sur 5. La voracité des épigones du PCT n’a pas de limite. Les proches de Denis Sassou Nguesso et les chantres du pouvoir volent à ciel ouvert. Les bâtiments à plusieurs niveaux ont poussé comme des champignons dans les quartiers Nord de Brazzaville, fief du pouvoir. Les véhicules 4X4 encombrent les rues truffées de nids de poule de Brazzaville et Pointe-Noire sans que cette situation ubuesque n’interpelle les autorités. L’opulence des uns côtoie l’indigence du plus grand nombre sans que cela ne heurte les responsables sur l’origine de l’enrichissement. Les institutions de la République chargées de l’inspection et du contrôle de l’Etat détournent le regard quant aux ressources des nouveaux riches.

Corruption tous azimuts

Voici la vérité : corruption, détournement des fonds publics, concussion, kleptomanie et fraude constituent le sel même du système de Sassou Nguesso sans lequel les plats de la « nouvelle espérance », du Chemin d’avenir et aujourd’hui de « la marche vers le développement » seraient sans saveur. Donc indigeste. Toutes les sphères de l’Etat au Congo-Brazzaville sont gangrénées par le phénomène. A commencer par la délégation générale des grands travaux de Jean-Jacques Bouya avec l’opération de la municipalisation accélérée et le CHU de Brazzaville naguère dirigé par le colonel Ignace Ngakala, cousin du colonel procureur de Brazzaville André Oko Ngakala.
Gisèle Ambiéro, nouvelle directrice du CHU de Brazzaville, ne cesse de décrier les mauvaises méthodes de gestion des équipes précédentes. Qu’attend le procureur colonel André Oko Ngakala pour s’emparer du dossier des malversations financières du CHU de Brazzaville ? L’institution judiciaire dont relève André Oko Ngakala ne fait pas exception. Aimé Emmanuel Yoka, ancien ministre de la justice et garde des sceaux est impliqué dans une affaire de transactions immobilières. Pierre Mabiala, nouveau ministre de la justice et garde des sceaux, a été pris la main dans le pot de confiture avec des opérateurs téléphoniques. Aussitôt arrivé à la chancellerie, aussitôt trempé dans le bain de la corruption. Histoire de ne pas passer à côté du fromage de la République à l’instar du pétrole.

Pavé

Une étude menée au Congo-Brazzaville en 2003 par Transparency International avec l’appui du PNU, a révélé les secteurs vulnérables à la corruption parmi lesquels les douanes, les impôts, le trésor, la justice, l’éducation et l’économie forestière. (congositeportail.com, 5 octobre 2010).
Les détournements des fonds publics ont atteint des proportions telles qu’ils inquiètent désormais les initiateurs. Le pavé dans la marre de Lamire Nguélé n’est pas anodin. Le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude, Lamyr Nguélé, accuse publiquement le Parquet de Brazzaville dirigé par André Oko Ngakala de ne jamais engager les poursuites judiciaires contre les tierces, pour lesquelles les faits de détournement des fonds publics sont avérés, et dont les rapports d’enquêtes auraient été transmis et déposés en bonne et due forme au parquet de Brazzaville.
Lamire Nguélé a succedé à Alphonse Nzoungou. Pourquoi aujourd’hui ce doigt accusateur contre André Oko Ngakala ? Lamire Nguélé est-il en service commandé ? Agit-il pour le compte de Denis Sassou Nguesso, le véritable parrain de cette mafia ? Piqué au vif, ce dernier balaye d’un revers de la main les insinuations de Lamire Nguélé et contre-attaque. Bon comédien, André Oko Ngakala vitupère. « Adressez-moi tous les dossiers, malheur à celui qui se fera prendre. Je ne rentre pas dans cette polémique, je n’ai pas reçu de dossiers. S’il y a des pilleurs des deniers publics, qu’on saisisse les services de police et de gendarmerie afin qu’ils me les transfèrent. Je ne badine pas, je les traiterais comme tel, parce que ce sont des criminels économiques. La loi est impersonnelle et doit s’appliquer à tous de manière effective » a souligné le tonitruant André Oko Ngakala.
Le procureur de la République a pris le ferme engagement d’agir dans le cadre de la politique de rupture prônée par le chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso. « La loi de la rupture s’appliquera dans toute sa rigueur et de manière impartiale à tous les citoyens. Tant pis pour ceux qui seront pris dans le filet, parce qu’ils seront disqualifiés », a renchéri André Oko Ngakala (Les dépêches de Brazzaville, 30 juillet 2016).

La longue liste des malfrats

Les populations du Congo-Brazzaville attendent avec impatience l’ouverture d’information judiciaire et la mise en examen de Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Christel Sassou Nguesso, Willy Etoka, Ignace Ngakala, Isidore Mvouba, Florent Ntsiba, Rodolphe Adada, Pierre Moussa, Germain Ickonga Akindou, Oscar Etoka, Michel Innocent Péa,Rigobert Maboundou, Henri DjomboRoland Bouiti Viodo, Hugues Ngouolondélé etc.
Le déroulement du procès du 4 mars 2012 nous a pourtant appris que : « la construction de la soute à munitions de Bilolo par des entreprises non qualifiées a été un véritable échec . Après avoir retiré des époux Kouyaté près de 490 millions de francs CFA décaissé auprès du Trésor public destinés à la construction de la soute à munitions de Bilolo, le colonel Germain Icckonga Akindou n’a pas pu livrer aux Forces Armées Congolaises la soute à munitions de Bilolo qui s’est effondrée parce qu’elle a été mal construite ». Pourquoi des poursuites judiciaires n’ont-elles jamais été engagées par le procureur André Oko Ngakala contre le colonel Germain Ickonga Akindou, Monsieur Kouyaté et Madame Kouyaté née Mbochi pour détournement des fonds publics ?

Du pain sur la planche

Qu’en est-il des rapports de la Cour des comptes dirigée par le magistrat Apesse , ci-devant président du procès des disparus du Beach ? Ces deux institutions aboutissent-elles aux mêmes conclusions ? La situation financière catastrophique du Congo-Brazzaville préside-t-elle à cette soudaine prise de conscience professionnelle ?
Concernant les dossiers des détournements des deniers publics, les populations du Congo-Brazzaville souhaiteraient que la justice sévisse avec la même fermeté que celle affrichée à l’occasion du traitement des affaires politique. La politique du « deux poids, deux mesures » fait le lit de la corruption et des détournements des fonds publics. Si le colonel André Oko Ngakala s’attaque véritablement au problème de la corruption et des malversations financières, il ne va pas chômer. Il a du pain sur la planche.

Allez, au boulot mon colonel !

Benjamin Bilombot Bitadys

Partager cet article

Benjamin Bilombot Bitadys - dans Congo-Brazzaville PCT Sassou Nguesso André Oko Ngakala