Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 23:00

Introduction :

Prémonitions historiques du Président Modeste Boukadia.

Pour Mémoire et pour l’Histoire, le Président Modeste Boukadia créa son site Sud Congo le jour même du 9 avril 2014 de sa condamnation par contumace à trente (30) ans de travaux forcés par la Cour d’Appel du Tribunal de Pointe-Noire agissant par ordre des plus hautes autorités de Brazzaville sans savoir alors qu’il faisait l’objet de poursuites judiciaires le condamnant ce jour-là lui rendant le meilleur hommage, cela parce qu’un enfant de huit mois nommé Modeste Boukadia fut arrêté à sa place avec sa maman huit longs jours avant de s’apercevoir de la méprise, n’est-ce pas divin ?

Principe universel et ancien, toujours d’actualité, tout « Seigneur » quel qu’il soit, reconnu coupable de félonie s’expose toujours, de par tout le monde, à la perte d'hommage et à la mouvance du fief tenu par lui. La perte d’hommage présidentiel est l’existence de la Recommandation de l’ONU impliquant la mouvance du « fief tenu par Lui » en l’occurrence la souveraineté sur la République Congo pour motif contraire à la Constitution d’obstruction à la candidature de Mr Modeste Boukadia.

En droit de France, la contumace ne s’applique qu’en matière criminelle avérée par un faisceau de considérations réelles et sérieuses concernant un accusé introuvable ayant quitté son domicile légal, et ne répondant pas aux assignations à comparaître, la condamnation étant rendue lors d’un procès en l’absence du quidam considéré en fuite par son absence à comparaître malgré les assignations en bonne et due forme.

Pas d’assignation à comparaître préalable signifiée en bonne et due forme, motif non réel et sérieux hors du champ d’application de la contumace en matière criminelle, jugement rendu publiquement, mais jamais signifié aux condamnés et leurs familles, dont le Président Boukadia qui était dans l’ignorance complète qu’il était incriminé, cela relève de la mascarade politique, de l’arbitraire et du fait du Prince, d’autant que les copies du jugement prononcé publiquement le 8 avril 2014 sont introuvables.

La Cour de Pointe-Noire refusant toujours à remettre copie aux accusés, tant ceux libérés à l’issu du procès que ceux retenus en prison depuis leur condamnation, ni au Président Boukadia condamné par contumace à trente ans de travaux forcés, l’on comprend la parfaite attitude de la Communauté Internationale au vu des travaux de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU considérant le jugement rendu par la Cour d’appel de Pointe-Noire contraire à la Charte des Nations Unies dont le Congo est signataire, recommandant au Président Sassou de prononcer un non-lieu général et d’indemniser les accusés à tort de façon conséquente en dommages et intérêts, nonobstant la raison inhabituelle d’une cour d’appel pour statuer en premier ressort.

Pour informer la Communauté Internationale, que le Président Modeste Boukadia a à cœur de remercier particulièrement de son soutien et de sa reconnaissance, ci-joint publication de deux textes prémonitoires plus que jamais d’actualité : « Message à ma Nation Congo na biso », 3-10-2008 et « L’Après-Présidence Sassou Nguesso » du 14-7-12.

S’interroger d’emblée, dès le 2ème paragraphe, dans le premier document : « Que sommes-nous devenus après la Conférence Nationale Souveraine qui redonna aux Congolaises et aux Congolais l’espoir de lendemains meilleurs et les emblèmes d’une République Une et Indivisible, fondée le 28 Novembre 1958 par nos Pères Fondateurs à Pointe-Noire ? » alors daté du 3 octobre 2008, montre qu’il s’agissait bien alors d’un espoir à faire une République Une et Indivisible et que le CDRC et son Président souhaitaient très sincèrement cet objectif défini à la Conférence de 1991.

Dire dans le corps du même texte : « C’est donc au Peuple Congolais, constitué des tribus et des ethnies nées de nos neuf Belles Dames que sont nos neuf Belles Régions, à relever ce formidable défi de la Démocratie et de la République, Une et Indivisible, car c’est celui de la liberté, de l’égalité et de la fraternité de tous enfin revenues, celles de nos Ancêtres, de nos Pères fondateurs, indispensables pour atténuer le choc de cette crise financière qui ne manquera pas de nous atteindre ! » montre que personne ne peut aujourd’hui reprocher sciemment au CDRC et à son Président une obstruction à ce projet finalement jamais réalisé s’étant avéré avec le temps qu’il s’agissait bien d’une mainmise sciemment organisée du Nord sur le Sud.

Et conclure ce même premier texte par : « Pour retrouver notre Congo et en faire un pays où il fera bon vivre comme le voulaient le Président l’Abbé Fulbert Youlou, le vice-président Jacques Opangault et le premier député Félix Tchicaya, avec une qualité de vie à la hauteur des pays modernes, comme la France, pour mettre en exergue nos Traditions, sachez bien que notre Jeune République dispose des moyens nécessaires ! Vive la République du Congo, Une et Indivisible ! Je vous remercie ! » montre la sincérité du CDRC et de son Président dans l’objectif fixé par la Conférence de 1991 en exhortant Nord et Sud à sa réalisation, ce qui supposait implicitement éthique et honnêteté réciproques, ce qui s’est avéré plus qu’un leurre !

Donc, republier in extenso ce premier texte aujourd’hui montre comment le CDRC et son Président, alors très sincèrement partisans d’une République Une et Indivisible entre le Nord et le Sud, fallait-il encore démontrer avec le temps quel partenaire allait ne pas respecter le contrat républicain ! Quant au texte « L’Après-Présidence Sassou Nguesso » du 14 juillet 2012, en aucun cas il ne fait état de République Une et Indivisible, ni d’Union Nationale, il est simplement d’actualité après la mascarade électorale de mars 2016 en étant prémonitoire de ce qui s'est passé en mars dernier.

Ce fut définitivement acquis pour le CDRC et son Président dès la présidentielle de 2009 que, du fait de la mainmise quasi-totale du Nord sur le Sud à 98%, le contrat républicain entre Nord et Sud était leurre et marché de dupe, et qu’une réduction de voilure tant du Nord et que du Sud s’imposait. D’où les ultimes tentatives après 2012 à demander une ultime Union Nationale entre le Nord et le Sud en vue de réaliser une Unité Nationale encore inexistante à ce jour, sauf pour le Sud Kongo unifié depuis le 28 novembre 1958 alors que le Nord Congo souhaitait lui faire allégeance à Bangui.

C’est tellement vrai et ubuesque qu’au 21 août 2013, voilà aujourd’hui 3 ans très exactement, le Pouvoir à Brazzaville fit arrêter 28 personnes du CDRC à Pointe-Noire au motif d’atteinte à la sureté de l’Etat pour la demande de Gouvernement d’Union Nationale Nord et Sud, condamnant le 9 avril 2014 par contumace sans assignation son Président, Monsieur Modeste Boukadia, à 30 ans de travaux forcés, relâchant 14 personnes et emprisonnant les 14 autres à de lourdes peines de prison allant jusqu’à 7 ans, en notant encore que même ceux condamnés à 2 ans sont toujours en prison.

La publication du texte Message à ma Nation Congo na biso du 3 octobre 2008 n’est pas un changement de politique de la part du CDRC et de son Président Mr Modeste Boukadia actuellement emprisonné à Pointe-Noire sans motif réel et sérieux à son retour au Pays venant de Paris le 15 janvier 2016 se voyant opposer la condamnation par contumace du 9 avril 2014 pour demande d’Union Nationale entre Nord et Sud, condamnation absurde reconnue illicite en raison du manque de motif réel et sérieux au regard du droit international par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU en novembre 2014, et signifiée au Président Sassou Nguesso en décembre 2014 en lui demandant une indemnisation substantielle de tous les intéressés, en notant encore que le Président Mr Modeste Boukadia constatant avec réalisme que tout le commandement civil, militaire et administratif est préempté essentiellement par les ressortissants de la Cuvette, il devient de fait impossible d’édifier une République Une et Indivisible sans une réduction de voilure en deux Etats temporaires selon les bonnes volontés, et en constatant que la République de jure établie le 28 novembre 1958 par le Président Fulbert Youlou n’est jamais que la République du Sud Kongo !

Paris, Terre des Droits de l’Homme, le 21 août 2016

Georges Maltret, Conseiller accrédité près du Président Modeste Boukadia

----------------------------------------------------------------

MESSAGE A MA NATION CONGO NA BISO

Ce texte date de 2008, six ans avant la Requête aux Nations Unies en 2014.

Mes Chers Compatriotes des neuf belles régions qui sont l’âme du Congo, le pays de nos Ancêtres, notre Pays, celui que nous aimons tous, celui qui fonde notre Nation !

Que sommes-nous devenus après la Conférence Nationale Souveraine qui redonna aux Congolaises et aux Congolais l’espoir de lendemains meilleurs et les emblèmes d’une République Une et Indivisible, fondée le 28 Novembre 1958 par nos Pères Fondateurs à Pointe-Noire ? Depuis cette époque, notre pays est devenu une terre de désolation, de tristesse et de division. La concorde, l’unité et la réconciliation sont maintenant des mots creux et vides de sens. Pourquoi ces valeurs ancestrales ne nous parlent-elles plus ? Voilà la question à nous poser ? Que s’est-il passé pour que notre pays s’enfonce davantage chaque jour ? Que s’est-il passé pour que nos enfants n’écoutent plus leurs parents ; pour que la Parole de nos Anciens jadis sacrée reste sans écho dans nos cœurs et surtout celui de notre jeunesse ? Le rire a disparu des visages des enfants qui n’ont plus le cœur à chanter. Le silence de la peur se lit sur leurs visages. Nos Mamans, nos sœurs, nos épouses, sont bien souvent la proie des politiques de prédation qui les détruisent au plus profond d’elles-mêmes. Notre Jeunesse a été prostituée par la violence contre quelques rétributions illusoires. Nos Etudiants ne le sont plus que de nom car les structures universitaires sont des plus lamentables alors que notre Congo formait les meilleures élites africaines. Nos soldats, fiers de notre République, souffrent moralement en silence de la dégradation du pays, car ils ont toujours la fierté de porter l’uniforme comme marque de notre souveraineté. Nos Anciens, Gardiens de notre Histoire, ont été abandonnés pour la plupart à eux-mêmes et à leur bien triste sort !

Voyez-vous, mes Chers Compatriotes, quand le pays est en danger, et il l’est, nous devons montrer la voie pour nous en sortir. Voilà pourquoi je m’adresse à Vous tous, Vous, mes Compatriotes du Kouilou, du Niari, de la Bouénza, de la Lékoumou, des Plateaux, de la Likouala, de la Cuvette, de la Sangha, du Pool et de Brazzaville, qui fut Capitale de la France Libre, notre belle capitale, jadis appelée Brazza-La-Verte, pour vous parler de l’avenir de notre pays, de l’avenir de nous tous, et de tous nos enfants !

Dans quelques mois, en mai-juin 2009, sera organisée l’élection du Président de la République. C’est pour nous l’occasion de notre renaissance historique car il n’y a pas d’autres alternatives. Ce sera un moment fort capital dans votre vie citoyenne et dans votre vie personnelle ! Le nouveau Président de la République aura la responsabilité historique de déterminer, en son âme et conscience, ce qu’il adviendra : si nous devons persister dans le statu quo de la misère, de la pauvreté et de l’indigence ; ou changer carrément nos objectifs en vue d’assurer enfin la qualité de vie souhaitée par tous !

Le Président de la République est celui qui fixe les objectifs en pesant les contraintes externes et internes. Il détermine ainsi la vie de chacun de nous et de nous tous. Il est le Président de tous parce qu’il veille à ne pas privilégier telle région, telle ethnie, telle famille. Il est en quelque sorte le Père de famille qui sait ce qu’il faut à tel ou tel enfant selon son âge et qui sait répartir équitablement entre tous au cours du temps qui passe.

Le Président de la République doit veiller au co-développement harmonieux de toutes les régions à la fois pour mettre en place notre marché intérieur ; c’est-à-dire produire le plus de choses possibles par nous-mêmes, et pour nous, en se rémunérant les uns les autres avec notre monnaie locale qui doit être inconvertible pour éviter la spéculation, et en s’équipant de la technologie moderne acquise au moyen des devises reçues de nos partenaires historiques sur la vente à l’exportation de nos ressources naturelles.

Pour un Président de la République, il est secondaire que tel ou un tel soit entre autres

Bembé, Béti, Dondo, Kamba, Kongo, Kouyou, Lari, Makoua, M’Bochi, N’Zabi, Téké, Vili, etc. pris alphabétiquement et sans préséance. Je ne peux vous citer tous mais vous êtes tous présents dans mon cœur, vous tous qui êtes avant tout des citoyens congolais naissant et vivant sur une même terre qui est notre pays, le Congo ; le Congo de nos Ancêtres ! Le Président de la République ne doit pas faire de différence de ségrégation entre les ethnies qui constituent notre Nation ; car personne ne doit rester sur le bord de la route. En procédant ainsi, nous tracerons le chemin que nous allons suivre pour atteindre nos objectifs, sortir de la misère. C’est à ce grand chantier historique auquel je vous invite tous aujourd’hui à devenir un acteur efficace, altruiste et enthousiaste !

Aussi, j’appelle toutes les organisations, toutes les associations, et bien sûr les partis politiques de notre pays, y compris le C.D.R.C., à coopérer efficacement, pour engager et emmener à bien cette œuvre commune. Ce magnifique et exaltant chantier ne peut réussir qu’avec la coopération de chacun de nous. C’est la condition indispensable pour que nous soyons à nouveau fiers d’être Congolais pour nous réapproprier notre pays, car nous pourrons enfin nous soigner par nous-mêmes ; nos enfants riront à nouveau ; nos étudiants auront de réelles perspectives ; nos jeunes pourront réintégrer la vie sociale en fondant des familles car enfin ils seront formés pour exercer un métier. Ce magnifique chantier une fois terminé permettra de léguer aux générations futures un pays prospère où il fera bon vivre et qui sera l’exemple que notre Histoire retiendra, avec le sentiment du devoir accompli avant de quitter ce ciel dans le bonheur retrouvé.

C’est pourquoi, après tant d’années de frustrations, pendant lesquelles la quasi-totalité de la population a été oubliée, voire poussée dans la misère, nous devons tous nous préparer avec ardeur, détermination, courtoisie et respect de tous, au grand rendezvous des élections présidentielles de mai-juin 2009. Aussi, solennellement, je réitère l’invitation à l’ensemble des partis politiques et des associations qui respectent la Démocratie et la République à montrer de nouveau cet enthousiasme à la fois créateur et salvateur que nous avions tous au moment de la Conférence Nationale Souveraine.

Avec Vous tous, faisons ensemble que l’élection du Président de la République en 2009 soit historique et instaure définitivement la démocratie dans notre pays, pour que nous puissions vivre avec la joie et la tranquillité dans notre Congo, pour que nous disions : Congo na biso ! La victoire de la démocratie est un impératif incontournable pour la mise en place du marché intérieur dans la stabilité ; pour réhabiliter toutes nos usines laissées à l’abandon ; pour donner enfin à l’Etat les moyens et la responsabilité de protéger les plus faibles, et finalement nous tous, car rien n’a été permis pour la plus grande majorité d’entre nous, afin de libérer l’initiative de chacun à construire sa vie.

C’est donc au Peuple Congolais, constitué des tribus et des ethnies nées de nos neuf Belles Dames que sont nos neuf Belles Régions, à relever ce formidable défi de la Démocratie et de la République, Une et Indivisible, car c’est celui de la liberté, de l’égalité et de la fraternité de tous enfin revenues, celles de nos Ancêtres, de nos Pères fondateurs, indispensables pour atténuer le choc de cette crise financière qui ne manquera pas de nous atteindre ! Vous allez me dire qu’au point où l’on en est pour la plupart de nos citoyens, cela ne devrait pas changer grand-chose. C’est vrai, mais c’est là que réside notre espoir, car il nous faut étudier de près la licité de « notre dette » !

Je voudrais vous dire encore un mot sur la crise financière mondiale tant redoutée qui est bien là. Qu’on ne vous trompe pas. Elle ne se cantonnera pas seulement aux EtatsUnis et à l’Europe. Le tourment touchera aussi l’Afrique et notre pays. C’est pour cela que je vous en parlerai plus tard, pour qu’ensemble nous envisagions les dispositions et les solutions à prendre et à appliquer. Oublions les règlements de compte entre CongoCongolais. L’heure est à notre Union et au rassemblement pour faire face aux enjeux de l’avenir dans les conditions nouvelles qui se dessinent aujourd’hui. Cela ne sera pas très facile. Mais tous unis voire réunis, nous y arriverons car nous en avons les ressources !

Cependant, je mets en garde ceux qui disent ici et là que « sans eux, c’est le chaos ! ». Qu’ont-ils fait de bon pour le Congo si ce n’est de créer à Londres la Société Congolaise des Pétroles et Hydrocarbures, cela dès 1998 ; une société opaque, sombre, faite pour « placer » dans les banques off shore les fonds soutirés du Trésor Public congolais ; ce qui a conduit le pays au club des Pays Pauvres Très Endettés. Ces fonds qui risquent d’ailleurs, avec une grande probabilité, de se voir engloutis dans la crise financière !

Vous conviendrez avec moi qu’on ne peut redonner en mai-juin prochain, à ceux du PCT/RMP qui font partie du club de ces gens à l’origine de l’actuelle crise financière, la possibilité de refaire les mêmes détournements financiers effectués sans égard pour les Congolais dans la misère ? On ne peut laisser le pays perdurer, s’enraciner dans la voie de la misère humaine, dans le non-développement et la honte des Pays Pauvres Très Endettés par abus de crédits. Je sais que Vous, mes Chers Compatriotes, vous avez la détermination d’en finir avec un régime qui a échoué, qui nous a divisés. Je sais que vous voulez aller de l’avant pour laisser aux futures générations les vrais sillons d’un développement perdurable dans notre pays. Comptez sur moi pour qu’il en soit ainsi !

C’est pourquoi, je vous propose et vous soumets Ici et Maintenant l’Autre politique, celle de l’intérêt général. C’est en quelque sorte un retour à l’esprit des origines, la mise en œuvre d’un marché intérieur qui signifie que les devises, euros et dollars du pétrole, du bois, de l’or, des diamants de Kellé, etc., celles issues de l’export de nos ressources naturelles, vont servir à nos neuf régions à acquérir les moyens techniques qui seront mis en œuvre par nous et pour nous afin d’édifier les usines, les routes, les écoles, les dispensaires, les centrales électriques qui pallieront aux ruptures quotidiennes du courant électrique. Ce renouveau s’est appelé aux Etats-Unis, le New Deal, la nouvelle donne. Un New Deal à la congolaise qui va enfin réinitialiser notre système intérieur !

Cette action mûrement réfléchie aboutira sûrement à notre développement endogène. Ce problème linéaire a au moins une solution afin d’échapper à la dictature néolibérale des marchés financiers ; et celle-ci est bien unique du fait même de cette linéarité. Les spécialistes me comprendront ; inutile d’en dire plus dans les circonstances actuelles ! Un tel New-Deal international aura l’avantage de remettre enfin les compteurs à zéro !

L’Europe n’ose dire la réalité. Mais le discours de Toulon du 26 septembre du Président français, Nicolas Sarkozy, président de l’Union européenne, montre qu’il y a péril en la demeure. Mettre les pertes des banques à la charge des contribuables, c’est opérer un simple transfert de dettes et inscrire de fait ces Etats au programme des Pays Pauvres Très Endettés. Devons-nous leur dire : bienvenue au club ? Il serait bien que le Congo, membre de ce club, soit l’hôte à Brazzaville d’une Conférence, du genre Bretton Wood, de ces nouveaux Pays Riches Très Endettés ! Ce serait en quelque sorte un hommage puisque d’après le Président de Gaulle, sans Brazzaville il n’y aurait pas de monde libre.

Un changement en 2009 par la voie de la démocratie dans notre pays, compte tenu de la situation internationale, sera pour nous l’occasion d’établir de vrais partenariats. Les fournisseurs se bousculeront pour construire notre marché intérieur dès lors que le Président du Congo sera bien élu, et ce d’autant plus s’il est démocrate et républicain !

Mes Chers Compatriotes, je souhaite qu’ensemble, dès les élections de juin 2009, nous changions radicalement de cap. La crise financière en cours justifie pleinement la mise en place par nous-mêmes d’une nouvelle monnaie locale inconvertible pour éviter la spéculation. Soyez confiants ; il faut au Congo, un Président qui, bien au-delà de ses intérêts personnels, comprenne les grands sorciers blancs. Pour retrouver notre Congo et en faire un pays où il fera bon vivre comme le voulaient le Président l’Abbé Fulbert Youlou, le vice-président Jacques Opangault et le premier député Félix Tchicaya, avec une qualité de vie à la hauteur des pays modernes, comme la France, pour mettre en exergue nos Traditions, sachez bien que notre Jeune République dispose des moyens nécessaires !

Vive la République du Congo, Une et Indivisible !

Je vous remercie !

Modeste Boukadia, Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo

Ancien candidat à l’élection présidentielle 1997 au Congo-Brazzaville - PARIS 2008(03/10)

Modeste Boukadia, otage de Sassou Nguesso pour délit d'opinion

(Congo-Brazza) Modeste Boukadia : Message à ma nation Congo na biso

Partager cet article

Economie

Catégories