Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 19:08
Thierry Moungalla dernière cartouche à blanc de Denis Sassou Nguesso

Thierry-Moungalla -

Par Rigobert OSSEBI -

Indécent, provocateur et arrogant, Thierry Moungalla assène ses contre-vérités et ses mensonges. Dernière bouée de secours d’un régime plus naufragé qu’à la dérive, en chien de garde fidèle, il montre ses crocs. Seul, de ses aboiements, il espère couvrir tout le mécontentement d’une population qui ne l’écoute plus et ne lui prête aucune attention. L’ancien collaborateur de Mwinda, qui fut un temps le premier site congolais d’opposition sur Internet, défend l’épouse de Monsieur 8% et s’en prend aux « … groupes d’individus ou des officines, qui tentent….de déstabiliser la république du Congo… » Et non sans humour : « … plusieurs détracteurs du pouvoir congolais installés en Europe et ailleurs usent de ce principe du harcèlement judiciaire, pour régler des comptes au gouvernement congolais au lieu de saisir les juridictions congolaises compétentes. » Il est vrai que le Congo est réputé pour sa Justice indépendante et pour son respect des droits humains, privés et publics comme l’attestent ses leaders de l’opposition emprisonnés sans jugement et ses investisseurs spoliés de leurs biens… !

Peu importe si ce ministre de pacotille et de la propagande oublie que partout en Europe les saisies frappent les comptes bancaires des rejetons du tyran et de leurs hommes de paille. Comme en Suisse dernièrement avec les comptes de Willy Etoka. Des fortunes mal-acquises sont saisies ainsi que des cavernes d’Ali Baba dans lesquelles ils ont enfui leurs trésors ; et il ne se passe pas de jour que les enquêteurs de différentes polices interrogent durant de longues heures toute personne qui approcherait ou travaillerait pour ce clan de gangsters mafieux.

Il est aussi comique d’entendre Moungalla, ce dernier des griots de la tyrannie congolaise et de la ligne dure, déclarer : « Etant donné qu’il n’y a pas de crise post-électorale… » écartant toute possibilité de concession et de dialogue. Pendant ce temps-là ou presque, toute la nomenklatura cryptocommuniste congolaise, habillée sur mesures par des grands tailleurs de costards, se retrouvait dans les jardins de l’ambassade des Etats-Unis pour sa fête nationale. Toute ouïe et bien docile, elle buvait les paroles (et le champagne) de Mme Sullivan, l’Ambassadrice, qui ne lançait rien d’autre qu’un appel au dialogue « pacifique et constructif » ; cela sans que quiconque manifeste son désaccord ou ne quitte l’assemblée, au premier rang de laquelle on pouvait remarquer Pierre Ngolo, Secrétaire Général du PCT (qui avait oublié son foulard rouge au vestiaire), quelques M22 et Conseillers de très haut rang de Monsieur 8% ainsi que le 1er Ministre Clément Mouemba.

Une autre célébration, celle de la fête nationale du Venezuela, ce 9 Juillet, organisée dans un hôtel de Brazzaville a connu moins d’affluence. Néanmoins les objectifs de coopération n’étaient pas moins grands dans les déclarations… Ce grand pays d’Amérique du Sud ressemble comme deux gouttes d’eau à la République du Congo.

Comme elle, il est complètement dépendant de sa production pétrolière. Dix fois plus peuplé par une trentaine de millions d’habitants, ses réserves et sa production sont 20 à 30 fois supérieures.

Aujourd’hui, le Venezuela connait des émeutes de la faim et c’est même une terrible crise humanitaire qui s’abat sur ce pays honteusement riche de pétrole et incroyablement corrompu. Que nos lecteurs se rassurent, il ne s’agit pas de ternir la mémoire d’Hugo Chavez qui s’est logée dans l’imaginaire congolais juste à côté de celle de l’illustre Fidel Castro (même si maintenant ses médecins n’exercent plus qu’à Oyo) ; mais les faits bien réels sont là ! Une élite corrompue comme celle que nous connaissons, a détourné des centaines de milliards de dollars ruinant le pays qui dispose pourtant des plus grands réserves de pétrole au monde…

Au Venezuela, il y a une crise entre Parlement élu remporté par l’Opposition, mais dont le gouvernement chaviste a réduit, constitutionnellement, les pouvoirs. Une vraie salade congolaise à la sauce Pigasse/SassouNguesso. Deux pouvoirs qui s’opposent alors que la population n’a plus de quoi se nourrir…

C’est ainsi que l’Union Européenne a annoncé le 7 juillet dernier, l’accord de la majorité parlementaire du Venezuela pour ouvrir un dialogue sous son égide avec le Gouvernement. Les présidents José Luis Zapatero, Leonel Fernandez et Martin Torrijos ont été retenus pour conduire cette avancée.

Jusqu’à quand la pirogue Congo, qui prend l’eau de toutes parts, résistera-t-elle aux appels à la sagesse qui retentissent jusque dans les jardins des ambassades de Brazzaville et surtout dans celle des USA ? N’en déplaise à quelques ayatollahs comme le procureur Oko Ngakala, l’Editorialiste des Dépêches de Brazzaville ou Thierry Moungalla qui ont plus de voix que de réel pouvoir…

Les chiens aboieront et la caravane passera !

Rigobert OSSEBI

(Extrait congo-liberty)

Les officiels de Sassou à l’ambassade des USA à Brazzaville (4 juillet 2016)

Thierry Moungalla dernière cartouche à blanc de Denis Sassou Nguesso

Partager cet article

Rigobert Ossebi - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT