Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 18:03
(Congo-Brazzaville/ONU) Affairisme dans l’armée : L’ONU paye la note et le général Dabira s'en met plein les poches...

Affairisme dans l’armée de Sassou Nguesso : L’ONU paye la note et le général Dabira s’en met plein les poches. On ne jette pas les Mbochis en prison. C'est pour les autres. Sassou Nguesso ne l'arrêtera pas et ne le mettra pas en prison. Nous aimerions être démentis... -

Dans le cadre du déploiement des contingents congolais en Centrafrique et leur intégration au sein de la Minusca, les pressentis au déploiement suivent une formation dispensée par des instructeurs français et américains au centre d’instruction de Bilolo.

Pendant 6 mois, au cours de cette formation, outre le droit humanitaire, les principes et règles d’engagements des troupes des Nations unies sur les théâtres des opérations, les militaires sont également formés à la guérilla urbaine , la contre insurrection, en combat de ville et techniques d’occupation de terrain.

La dernière vague d’hommes issue de cette formation ne sera pas expédiée en Centrafrique mais plutôt dans la région du Pool. Il se pose ainsi la question de la neutralité des Nations Unies dont les troupes seraient finalement utilisées pour mater les populations innocentes du sud du Congo. Les Nations Unies ainsi abusées par l’Etat congolais seraient bien avisées de mettre un terme à ces sessions de formation.

Au titre de l’appui en équipement, outre les équipements individuels tel les casques de combat, les gilets pare-balles et autres les FAC ont été dotés en véhicules blindés VAB (de fabrication française). Matériel jusqu’ici inexistant dans le catalogue des Forces Armées Congolaises.

Une compensation pour l’envoi par les Nations Unies de militaires congolais en mission à l’étranger se fait par le biais d’un forfait appelé Troop Cost. Il s’agit d’un forfait par homme et par mois de 1101$ versés à posteriori aux pays contributeurs (et non pas aux militaires eux-mêmes). Cette compensation a été relevée, à l’issue de négociations et des recommandations du Senior Advisory Group on rates of reimbursement to troop contributing countries and other related issues ( en octobre 2012) de 6,75%.

En revanche, pour l’indemnisation de certaines capacités telles que les policiers et les observateurs militaires, l’ONU verse directement et mensuellement aux hommes et femmes qu’elle emploie une MSA (Mission Subsistence Allowance) dont le montant varie en fonction des pays où ces capacités sont envoyées.

De plus, l’ONU, qui a fait le choix de ne plus posséder d’équipements militaires en propre, loue du matériel militaire, aux États. En fait, elle rembourse les matériels mis à disposition par les pays contributeurs selon un catalogue précis : le Contingent Owned Equipment (COE). Plus le matériel est lourd, rare et cher (chars, balayeuses de piste d’aviation, génie, radars sophistiqués), plus l’ONU le rembourse à un taux élevé. Ceci permet à certains États qui déploient ce genre de capacités de le faire à moindre frais.

A titre d’information, le coût direct d’un militaire sous la bannière onusienne (casque bleu) est d’environ 20 000$ par an (indemnités, nourriture, logement). Il est sensiblement le même pour les observateurs militaires et les policiers. Si l’on tient compte du coût global de la mission, le «coût global de possession » d’un militaire varie du simple au double selon les missions des Nations Unies. Par exemple, le déploiement d’un soldat de la MINUS revient à 113 000$, celui de l’ONUCI et de la MINUSTAH est estimé à 72 000 $ et celui de la MONUC à 80 000 $. Avec un contingent congolais en Centrafrique évalué à 850 hommes, on peut clairement reconnaitre qu’il s’agit d’un business très lucratif.

L’Etat congolais a un hélicoptère MI 17 déployé sur la base de M’Poko à Bangui, une série de blindé ZBF105, des blindés ACMAT et des VAB en déploiement. Chacun de nous peut donc imaginer la manne qui revient mensuellement au pays. Le Congo sort largement bénéficière l’aventure à Bangui. L’hélicoptère nous a été remboursé 3 fois son prix d’achat. Ce qui nous a permis d’acquérir pour la police un MI 8 pour remplacer les 2 MI-2 Hoplite qui s’étaient écrasés vers Gamboma en 2013.

Les généraux n’étant pas en reste des business générés par les conflits armés au Congo (voir affaire Ollesongo http://brazzanews.fr/2016/05/affairisme-au-haut-commandement-militaire-ollessongo-desormais-businesman/ ) et dans la sous région, les cargos de l’armée sont exploités à titre privé par le Général Dabira. Pour son compte personnel. A cet effet ces cargos ne sont pas peints aux couleurs de l’armée, hormis le Casa c-235. Ce général affairiste qui s’est illustré dans les affaires avec sa chaine de télévision DRTV, détient un certain monopole dans le pays à telle enseigne qu’aucune autre compagnie ne dispose d’autorisation pour exploiter un cargo au cargo au Congo Brazzaville. Les autres compagnies aériennes TAC, Ecair, Aerofret Business, Canadian… ne peuvent s lancer dans cette entreprise à moins de la céder en leasing au général Dabira. La compagnie TAC dispose d’un Boeing 737-500 cloué sur le tarmac de l’aéroport de Pointe-Noire parce qu’elle refuse de céder son appareil à Dabira and co.

Il est à noter qu’en plus des transports militaires, ces cargos servent aux officiers généraux pour transporter leurs marchandises privées,celles de leurs nombreuses maitresses et les « courses » de leurs enfants faites en Asie plus particulièrement.

Sassou Nguesso, chef des armées qui se présente désormais comme l’apôtre de la rupture, n’ignore rien de l’environnement mafieux qui prospère au sein de ses troupes. Serait-ce le moyen de rémunérer ses fidèles associés (officiers de l’armée) dans l’œuvre criminelle engagée pour se maintenir au pouvoir. Serait-ce une compensation au regard de la baisse des ressources du pays ? Serait-ce un moyen pour le dictateur infatigable de se rémunérer lui-même via cette bande d’officiers voyous infiltrés dans l’armée ? Allons seulement…

Edo GANGA

LIRE LA SUITE : http://brazzanews.fr/2016/05/affairisme-dans-larmee-lonu-paye-la-note-et-dabira-sen-met-plein-les-poches/

Partager cet article

Economie

Catégories