Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 20:33
(Congo-Brazzaville) Mokoko, Sassou : sur les starting block

En cas de renversement de vapeur, Sassou regrettera, à jamais, de n’avoir pas entendu les cris venus de la terre entière et en voudra, jusqu’à la fin de ses jours, à tous ses courtisans qui lui ont monté le bourrichon, au lieu de négocier la sortie. Parce qu’il est candidat, Jean-Marie Michel Mokoko, sorti fraichement des allées du pouvoir, se voit infliger des humiliants kwenda-vutuka (va-et-vient, en congolais) auprès d’un procureur quelque peu éméché mais surtout au service du pouvoir.

Ces kwenda-vutuka sont les signes manifestes d’une hésitation quant au prochain musellement de Mokoko. Ce Général, très populaire, pourrait finir en prison, ou être le point de départ d’une révolte populaire potentielle. Dans les geôles du pouvoir de Brazzaville, croupit arbitrairement, entre autres, Modeste Boukadia pour ses opinions séparatistes dénonçant, non sans arguments, le caractère ethno sélectif de la violence du pouvoir.

Les congolais qui ont tant soif de changement, voient en ce général, celui qui peut défier Sassou et son clan. Des tréfonds de son impopularité, ce dernier promet une « victoire » dès le premier. Mais en dépit des règles biaisées de ce simulacre d’élections, Mokoko qui s’est lancé dans le démantèlement du pouvoir, conteste tant la crédibilité des structures chargées de superviser ces pseudos scrutins que la victoire que le pouvoir entend voler au peuple.

A travers ces meetings drainant des foules compactes à chaque fois, Jean-Marie Michel Mokoko (J3M) endosse les habits de leader capable de déposer le régime de Brazzaville. L’invincibilité de Sassou tient d’une fausse légende alimentée par la peur. Celle-ci semble gagner le pouvoir de plus en plus fébrile.

Politiquement, Sassou relève du passé. Sa place n’est plus, selon la jeunesse désabusée, à la tête du pays mais devant les juges nationaux et internationaux afin de décrypter les différentes énigmes qui jalonnent son règne. Sa mauvaise lecture du paysage politique hostile à son régime, composé essentiellement des personnes l’ayant côtoyé, le rend davantage vulnérable. Seule sa puissance de feu qu’il a étalée dernièrement à Pointe-Noire peut le maintenir en apnée. Mais la population ponténégrine qui est un sérieux baromètre, vient de lui répondre par une marée humaine au méga meeting du général Jean-Marie Mokoko ce samedi 12 mars 2016. Ce dernier se veut être le candidat du peuple.

Au-delà de l’immensité de ses richesses réelles, le Congo de Sassou est classé au rang de pays pauvres tant les populations broient la misère. Enfermée dans l’oisiveté, la jeunesse tente de déchiffrer le mystère de son unique chemin ; celui de son avenir. Il convient de noter qu’une impressionnante frange de celle-ci erre à longueur de journée, sans compter le cortège des enfants de rue.

Avec un taux de chômage qui explose et une dette colossale, la jeunesse congolaise exige de nouvelles mœurs politiques arrimées à la modernité. Agrippés aux mamelles de l’état, le régime de Brazzaville qui n’a jamais cessé de confondre le trésor public avec ses poches privées a sorti ses griffes. L’intimidation et la violence.

Lorsque l’on sait comment se sont constituées les fortunes, la question de biens mal acquis constitue une donnée de taille. Porté de 12 millions à 25 millions, la caution de participation à ce folklore électoral est d’un ridicule sans nom. Ne pouvaient s’inscrire à ces pseudos scrutins que ceux qui ont pu, à un moment ou un autre, ouvrir les vannes du trésor public. Tout le monde le sait. Ces élections ne sont qu’une mascarade visant simplement la reconduction des potentats incarnant les dictatures les plus féroces. Alors, l’IDC-FROCAD (plate-forme de l’opposition officielle) et Mokoko se doivent d’absoudre leur frisottement avec le pouvoir de Brazzaville en mettant fin à ce régime.

Dans le cas du Congo-Brazzaville où les contorsions sont scrutées par les voisins pour un éventuel exercice d’imitation, le pouvoir, vieux en diable (un demi-siècle bientôt), ne peut convaincre ses concitoyens d’être l’exact représentant de l’avenir ni même porteur des aspirations des populations essorées à merci.

Infoutu de constater l’imminence d’un mouvement insurrectionnel, enivré par le pouvoir qu’il ne daigne se sevrer, du haut de ses 72 ans et de ses 32 ans de règne, l’homme qui roule les mécaniques au Congo avec ses chars d’assaut et ses hélicoptères en guise de parade électorale, se veut omnipotent et omniscient. Sassou promet un coup ko à tous ceux qui veulent lui faire de l’ombre.

Depuis toujours, sa foi en la force de sa poudre et de sa soldatesque qu’il ne cesse de renforcer par des contingents étrangers, n’a subi aucune n’altération. Le coup ko qu’il promet, peut aller jusqu’à marcher à nouveau sur les cadavres de ses concitoyens afin d’assouvir sa soif du « goût du sang » mais surtout pour s’assurer une protection contre l’étau judiciaire.

Sur les starting-blocks donc, neuf candidats participent au sprint organisé par le pouvoir dictatorial congolais au terme d’une sélection sous pression ce 20 mars 2016. Une duperie visant la simple conservation du pouvoir orchestrée par le pouvoir qui, sans opérer une mue à défaut d’une mutation, fait basculer le pays en dictature des plus sclérosées et rétrogrades.

Une telle mascarade serait sans intérêt tant l’opposition avait été laminée depuis des lustres au point de croire à l’inexistence définitive de celle-ci. La curiosité qui interpelle surgit dès lors que l’on se retrouve en présence d’une opposition officielle composée essentiellement des acteurs venus des rangs du pouvoir, donc le connaissant. Ce sont donc des « sachant ».

Sont-ils des simples inconscients jouant les sous-marins et servant de caution « démocratique » ou des réels chevaux blancs habités par l’esprit patriotique et rongés suffisamment par des regrets d’avoir servi une monstruosité ? C’est en étant déterminés et percutants qu’ils vont lever les doutes dans ces foules qui, à leur tour, vont les porter.

Abraham Avellan WASSIAMA

LIRE LA SUITE : http://mwinda.org/fr/actualites/actualites-a-la-une/actualites/383-mokoko-sassou-sur-les-starting-block

Partager cet article

Economie

Catégories