Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 11:41
(Congo-Brazzaville/France/Françafrique) Que sont venus faire Dominique Okemba et Philippe Obara à Paris ?

Jean-Dominique Okemba, Philippe Obara, ont été vus à Paris le 15 février 2016. Que sont venus chercher ces deux fers de lance du pouvoir de Brazzaville peu de temps après que leur adversaire Jean-Marie Michel Mokoko ait été mal reçu à Brazzaville à son retour de RCA et assigné à résidence dans la ville ?

Okemba et Cie auraient-ils été convoqués à la DGSE pour mauvaise conduite envers leur compatriote et sérieux concurrent politique de Sassou aux présidentielles du 20 mars 2016 ?

Et pourquoi leur remonterait-on les bretelles puisque leur patron ne fait qu’appliquer les consignes de François Hollande à savoir que lui, Sassou, avait le droit de faire ce que bon lui semblait au Congo-Brazzaville ?

L’Elysée aurait-elle fait volte-face ? Mondafrique du 16 février 2016 se demande si « le général Mokoko,(serait le) candidat des militaires français ? »

Ce journal, bien informé, semble corroborer l’hypothèse d’un François Hollande qui aurait changé de plan en jetant son dévolu sur l’ancien-chef d’Etat-Major général sous La Transition au détriment du financier de la COP 21 (en l’occurrence Sassou)

Likambo ésili (la messe est dite)

A sa sortie de la DGSE, le flic Philippe Obara, dépité, aurait lancé, à la volée, un « likambo ésili » (Sassou c’est fini) après avoir longtemps cru, dur comme fer, que le règne (le très long règne) de Mouana Mouébara était irréversible.

« Candidat déclaré à la présidentielle du 20 mars face au sortant Denis Sassou Nguesso, le général Jean-Marie Michel Mokoko entend mobiliser le soutien de ses anciens camarades français de la promotion De Gaulle (1970-1972) de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr. » lit-on dans Mondafrique .

Décidés de ne pas lâcher prise à compter du 20 mars, les hommes de mains de Sassou seraient venus pointer leurs bobines à Paris (peut-être aussi) pour convaincre Hollande de ne pas changer d’agenda au sujet du Congo. Le but de leur séjour parisien pourrait être aussi de noircir davantage Jean-Marie Michel Mokoko. Après le grossier montage-vidéo sur les intentions du général de faire un putsch contre le régime de Sassou, il se murmure que les émissaires de Sassou à Paris sont venus montrer un autre cadavre qu’ils auraient trouvé dans le placard de l’ex-représentant de Sassou en RCA.

Diamants

Ces professionnels de l’intox, ayant en tête un autre dictateur (Bokassa) et un autre scandale, ont boutiqué une affaire de diamant dans laquelle aurait, selon eux, trempé Jean-Marie Mokoko à Bangui. Le but de la manouvre serait d’amener la France à accepter l’idée d’une invalidation de la candidature du général Mokoko en démontrant que ce prétendant au trône n’est pas un chevalier blanc. Pourquoi un tel acharnement alors que leur poulain, Sassou, avec son trafic du Brent, n’a rien à envier au chevalier noir de l’Apocalypse ? La réponse est évidente : Sassou va mordre la poussière s’il affronte Mokoko dans un duel au sommet.

Viols

Gageons que si le général n’était pas conseiller politique mais militaire à Bangui Sassou (pourtant chef des armées) lui aurait mis sur le dos les viols des centrafricaines par les soldats du contingent congolais en RCA.

Si donc Mokoko est le candidat des Saint-Cyriens, on comprend que la fièvre monte à Mpila et la cabale y soit de plus en plus le sport favori d’Okemba Morazambé, superflic de Sassou, témoin dans l’affaire de l’explosion de la caserne de Mpila.

Selon Mondafrique : « Même à la retraite les militaires français camarades du général Mokoko, que l’on dit par ailleurs proche du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, gardent une certaine influence dans les sphères du pouvoir à Paris. De quoi donc inquiéter Sassou pour la présidentielle du 20 mars. »

Le jour d’après (le 21) il se peut que les superflics pleins de flip deviendront des demandeurs d’asile en France. « L’exil c’est dur » disait Florent Ntsiba sous Lissouba.

Simon Mavoula

Partager cet article

Simon Mavoula - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT

Economie

Catégories