Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 12:38
Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso n’aura rien d’autre à offrir en 2016 que du sang et des larmes !

Par Rigobert OSSEBI -

Alors que les Panzers allemands commençaient à envahir la Belgique et la France, l’Angleterre restait alors le dernier rempart face à l’Allemagne nazie. Le 13 mai 1940 Winston Churchill, Premier Ministre depuis seulement trois jours, devant la Chambre des Communes prononça un discours resté célèbre. » Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur « avait-il lancé.

Denis Sassou Nguesso ne saurait être comparé à l’immense homme d’Etat qu’avait été Winston Churchill. Pour s’inspirer de son courage il devrait tenir à son peuple le même langage : celui de la vérité ! Alors, il n’aurait point d’autre discours et d’autre promesse que de n’avoir rien d’autre à offrir que du sang, de la peine et des larmes car il a ruiné le pays ! Complètement ruiné !

Après une bonne décennie d’euphorie pétrolière et financière dont lui seul, sa famille et quelques membres de son clan ont réellement profitée, il s’annonce pour les Congolais une période cruelle, bien plus dure que tout ce qu’ils ont pu connaître ces dernières années. La République du Congo est ruinée. D’abord par les pillages et les détournements qui ont été permis aux privilégiés du régime, puis dans un second temps, cette période actuelle, du fait de la chute des prix du pétrole.

Une crise sans précédent s’est maintenant installée et il est aisé de constater que toutes les caisses publiques sont vides. Celles des entreprises privées le sont également parce que l’Etat congolais, éternel mauvais payeur sauf pour les voleurs, a suspendu tous ses paiements.

Le Congo des « Cigales Sassou Nguesso » a dépensé toutes ses recettes pétrolières dans des fêtes, des mariages, des forums. Le champagne a longtemps coulé à flots. Du monde entier des hommes et des femmes politiques, des chefs d’Etat et des ex-chefs d’Etat, des premiers ministres et des ex-premiers ministres, des prix Nobel etc. ont accouru auprès de celui qui a été surnommé le « DAB » (distributeur automatique de billets). Il suffisait de faire un peu son éloge pour que les poches, les sacoches et les mallettes soient remplies. Des centaines de milliards de FCFA ont été prêtées à des pays africains qui ne les rembourseront jamais. Des milliers de milliards de FCFA ont été gaspillé tout récemment pour les Jeux Africains ; évènement inutile à la gloire éphémère d’un homme qui a été incapable, en plus de trente années d’un pouvoir absolu, d’accorder des conditions de vie décentes à ses concitoyens.

Toutes les réserves, qui avaient été constituées lors des dernières années d’excédents budgétaires du fait du prix élevé du baril de pétrole, ont été dilapidées l’on ne sait ni où ni comment. Fait incroyable qu’il faut remarquer, le ministre des finances Gilbert Ondongo, valet et complice du dictateur, se plaindrait à voix haute de la mauvaise gestion de la manne pétrolière qui a maintenant fondu comme neige au soleil d’Afrique.

Afin que tout à chacun puisse comprendre dans quel gouffre le pays est actuellement plongé, il suffit de prêter un peu d’attention à quelques chiffres :

Il y a moins de deux années le prix du baril de pétrole oscillait entre 110 et 115 US dollars. A ce niveau de prix, compte tenu des contrats de partage production et des participations, le Congo (la SNPC de Kiki) percevait de 7 à 10 tankers, de près d’un million de barils, par mois de pétrole. Cela correspondait à des recettes de 600 millions de dollars à 1 milliard de dollars par mois (400 à 600 milliards de FCFA).

Aujourd’hui du fait de ces mêmes contrats de partage production, des coûts de production artificiellement gonflés du fait de la corruption et des prestations de services de l’incontournable gang des Nguesso, il n’y a plus qu’un seul bateau par mois, voire un et demi (2 en décembre 2015, 1 en Janvier 2016, 1 ou peut-être deux en Février 2016).

Le pire est qu’en terme de recettes ces cargaisons ne représentent plus, mensuellement, que 35 à 50 millions de dollars par mois (20 à 30 milliards de FCFA). Mais pire encore, ces cargaisons sont hypothéquées par les fournisseurs chinois (auxquels pour certains Jean Jacques Bouya et autres Claudia et enfants Nguesso sont associés) et surtout par GLENCORE et TRAFIGURA qui ont consenti au total un milliard deux cent millions de dollars (+ de 800 milliards de FCFA) de préfinancements pétroliers à Kiki – dont on ne sait exactement où ils seraient passés.

Au niveau actuel de 36 ou 37 dollars le baril de pétrole, le Congo de Monsieur Sassou Nguesso ne perçoit plus un cent de dollar ou un franc CFA de la production pétrolière. Peut-être quelques miettes pourraient passer au travers, mais elles devront d’abord nourrir les appétits voraces de la centaine d’enfants du dictateur.

Congolaises, Congolais, le pays est ruiné. Les opérateurs économiques représentés par Djibril Bopaka attendent 800 milliards de FCFA ; ils peuvent toujours attendre ! Ils n’auront rien en 2016, surtout avec Denis Sassou Nguesso toujours président du Congo. Commisimpex réclame à peu près le même montant en Dollars ou en Euros, il peut toujours rêver, il ne pourra que saisir des miettes par ci par là !

Les salaires vont avoir des mois de retard. Les hôpitaux, les écoles ne pourront pas fonctionner. Les Congolais n’auront d’autre choix que de se serrer encore plus la ceinture et de mourir au CHU de Brazzaville ou à l’Hôpital de Loandjili. Pourront-ils se nourrir convenablement ? Rien n’est moins sûr dans ce pays qui ne produit rien, où tous les aliments sont importés (par des associés du pouvoir) et où la seule ferme d’élevage en activité, propriété du dictateur, se trouve à Oyo.

Une incroyable crise humanitaire pourrait bien frapper très prochainement le Congo. Pas d’argent du pétrole, pas de salaires, pas de nourriture. La Direction des Impôts peut bien faire le siège des entreprises installées au Congo, elles ont quasiment toutes leurs recettes asséchées. Des sociétés comme Schlumberger ont licencié 4000 personnes à Pointe Noire. Les autres compagnies du secteur pétrolier ont réduit de 20% leur masse salariale malgré les investissements en cours pour les développements des nouveaux champs d’ENI et de TOTAL.

inauguration d’Alassane Ouattara du centre commerciale Playce Marcory à Abidjan (18 déc 2015) - Photo ci-dessous

Le pétrole devait permettre le développement du Congo, il n’aura permis, grâce à la complicité des pétroliers, que la fortune mal acquise des Nguesso avec tout leur luxe et apparat et avec toutes leurs armes et mercenaires pour les défendre.

Inauguration du marché de l’OCH à Pointe-Noire (Photo ci-dessous)

La Côte d’Ivoire qui avait connu une situation de guerre équivalente à celle que le Congo avait pu subir s’est remise de ses blessures et est repartie de l’avant notamment grâce à un prêt de la République bananière d’Oyo. Au bout seulement de quatre années de pouvoir de Ouattara, elle vient d’inaugurer après la réalisation de milliers de kilomètres de routes et d’un 3ème pont à Abidjan, un nouveau centre commercial de 20.000 m², avec un hypermarché, 55 boutiques, un espace de restauration de plus de 400 places assises, 550 emplois directs créés.(Quelques semaines après l’inauguration du ridicule Marché du Oui à Pointe Noire par Kiki 1er). L’ouverture du centre commercial PlaYce Marcory est sans conteste un atout économique pour ce pays. Carrefour y a implanté son 1er hypermarché en Afrique subsaharienne

Pendant que des pays comme la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et tous les autres pays anglophones vont de l’avant, pour que certains incapables restent indéfiniment au pouvoir le spectre du sang, de la faim et des larmes restera la seule promesse qui pourra être tenue aux Congolais. Dans la révolte ou dans l’acceptation de la loi du plus fort (Denis Sassou Nguesso) ils n’auront d’autre choix que celui de la mort : par les armes ou par la faim !

Bwnana 2016

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso n’aura rien d’autre à offrir en 2016 que du sang et des larmes !
Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso n’aura rien d’autre à offrir en 2016 que du sang et des larmes !
Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso n’aura rien d’autre à offrir en 2016 que du sang et des larmes !

Partager cet article

Economie

Catégories