Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 17:23
Congo-Brazzaville : Les militants de l'UPC exigent la libération de Paulin Makaya

Au Congo-Brazzaville, Paulin Makaya, candidat potentiel à la présidentielle du 20 mars, est en prison, sans jugement, depuis deux mois. Les militants de son parti d’opposition, Unis pour le Congo (UPC), réclament sa libération. Paulin Makaya a été arrêté pour avoir organisé une marche interdite, le 20 octobre dernier, contre le changement de la Constitution, alors qu’il était au départ plaignant dans une autre affaire.

En novembre dernier, Paulin Makaya, leader de l’UPC, avait été interpellé par la police alors qu’il venait expliquer au procureur de la République les raisons de sa plainte contre X, initiée suite à une perquisition menée à son domicile à son insu.

Accusé entre autres d’être un des principaux instigateurs de la marche du 20 octobre contre le référendum, il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Brazzaville. Pour Eloi Destaing Sikoula, un de ses compagnons, deux mois de détention sans jugement, c’est trop.

« Il n’y a pas à prendre un leader politique, le garder en prison parce qu’on veut le marchander ! Ce n’est pas possible. Nous avons dit : la démocratie c’est la liberté d’expression. Donc, le oui et le non, ça ne signifie pas que tout le monde doit dire oui, oui », a-t-il déclaré.

A moins de deux mois de l’élection présidentielle, Paulin Makaya nourrissait des ambitions. Les militants de sa formation politique ainsi que ses avocats, convaincus que son dossier est vide, exigent sa libération sans délai.

« Là-bas, il n’a pas sa place. Il a sa place dans la politique parce que le peuple congolais veut l’entendre parler, veut l’entendre et le voir parce que c’est un homme qui a fait la différence entre la politique de chantage, des injures et la politique de propositions », a tenu à préciser Eloi Destaing Sikoula.

Par Radio France Internationale

Partager cet article

Economie

Catégories