Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 16:25
(Congo-Brazzaville) Le légal, le juste, la majorité et le dilemme dans la stratégie du pire !

Le légal, le juste, la majorité et le dilemme dans la stratégie du pire !

« Qu’on me donne six lignes écrites de la main d’un honnête homme, j’y trouverai de quoi le faire pendre ! » Comte de Laubardemont.

Il n’est qu’à le constater, l'arrestation du président Modeste Boukadia plonge Pointe-Noire dans un silence assourdissant comme si quelque-chose se tramait. Les acteurs de la vie politique congolaise, ceux du PCT pour tout le moins, ne lui prêtent aucune naïveté et s'interrogent à haute-voix sur le retour de celui-ci. « Il est venu se faire arrêter et nous sommes tombés dans le piège qui nous a été tendu ! »

Cette arrestation 5 étoiles, privilège que le système n’aura octroyé qu’à ce seul opposant, ne laisse perplexe que le moins avisé de nos concitoyens. La conséquence, inattendue, n’en est, cependant, pas moins évidente aux yeux de tous : elle plombe du poids de son déploiement inédit des hommes en armes, lors de son arrestation, la présidentielle à venir.

La question majeure à nous poser est la suivante : Que se passerait-il, en effet, s'il prenait à M. Modeste Boukadia de se présenter à ces élections, d'autant que son incarcération est reconnue non fondée tant par les Nations-Unis que par les tenants même du système ?

Bien malin qui se précipiterait à souffler la réponse aux tenants du système d’autant plus que cette arrestation-publicité fébrile qui dit plus que tout autre exégèse, les inquiétudes d'un système aux abois et indique, par là-même, qui est son principal opposant ! Point besoin d’une double vue ou d’un bac + 10 pour le comprendre. Le bon sens populaire à lui seul, y suffit.

Curieux quand même que ces conseillers qui pullulent autour de M. Denis Sassou Nguesso lui aient fait ignorer cet élémentaire fait de droit qui, au retour de M. Modeste Boukadia au Congo, entraînait immédiatement l'annulation de sa condamnation antérieure ?

Et comme le veut le droit, il pourrait y avoir nouveau procès. Qui pour s’y hasarder ? Ils connaissent l'homme, ce sera une tribune offerte pour exposer les raisons de la création de l'Etat du Sud Congo.

Et donc, dilemme ! Mon intonation est même faible au regard de la complexité de la situation que doit gérer M. Denis Sassou Nguesso du fait de l’incompétence de quelques-uns.

« Dans une partie à trois, il faut être l’un des deux » dixit Bismarck. L’opposition n’ayant pas perçu la nécessité de fixer l’exigence très haut pour que ne se tienne pas le référendum, il est revenu à M. Modeste Boukadia de pousser M. Denis Sassou Nguesso dans ses retranchements lorsqu'il lui exigeait de devoir annoncer, lui-même, son intention de changer la constitution. Autant de naïveté ne peut que présager de l’imminence de la chute.

La condamnation par contumax s'est éteinte. Alors qui pour donner la bonne astuce pour faire libérer M. Modeste Boukadia et obtenir ainsi, la reconnaissance éternelle du Kani ?

Nous guettons
Nous jugeons
Nous prenons des mesures.

Théophile Mbemba

Partager cet article

Economie

Catégories