Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 12:50
Référendum constitutionnel au Congo-Brazzaville : le grand bluff de Sassou Nguesso

Le 22 septembre dernier, M. Sassou Nguesso annonçait la tenue d'un référendum constitutionnel au Congo-Brazzaville en vue de changer la constitution du 20 janvier 2002 qui, non seulement limitait le nombre de mandats, mais en plus imposait la limite d'âge. M. Sassou Nguesso étant né hypothétiquement en 1943 - alors qu'en fait il devrait tourner autour de 80 ans -, selon les dispositions de cette constitution, ne devrait plus se représenter en 2016, pour avoir dépassé la limite d'âge, à savoir 70 ans et aussi accompli ses deux mandats, en plus de ses cinq années de sa transition fléxible. Total : 19 ans de pouvoir dictatorial.

M. Sassou Nguesso, acculé et se trouvant le dos au mur, ne voulant pas quitter le pouvoir avec honneur et dignité (qualités qu'il n'a d'ailleurs jamais eues) est obligé de jouer au grand bluff. Dans moins de deux semaines, devrait normalement se dérouler le référendum constitutionnel. Cependant, au jour d'aujourd'hui, en dehors des membres de son clan, personne ne dispose d'une copie de cette fameuse constitution soumise à référendum.

Certes, des rumeurs circulent. On parle d'un article 10 qui stipulerait : "... Sauf cas de perte ou de déchéance de la nationalité, aucun citoyen ne peut être ni extradé ni livré à une puissance ou organisation étrangère pour quelque motif que ce soit..."

Ici, conscient des affres de sa politique, des crimes économiques et de sang commis par lui et les siens, voire ses amis, M. Sassou Nguesso organise son impunité. A vrai dire, lui et les siens ont peur, très peur de se retrouver devant la CPI ou le TPI, sait-on jamais. Le cas du président Laurent Gbagbo, en Côte d'Ivoire, les hante.

Toujours dans le cadre de cette impunité à laquelle il tient mordicus, M. Sassou Nguesso aurait encore glissé dans cette fameuse constitution jusqu'ici introuvable, un article (art. 91 dit-on) qui le mettrait à l'abri de tous soucis judiciaires. Cet article disposerait : " Aucune poursuite pour des faits de crimes ou délits commis dans l'exercice de ses fonctions, le président ne peut être poursuivi en justice..."
Cet article serait suivi d'un alinea qui stipulerait : "(...) La violation de ces dispositions constitue crime de forfaiture ou de haute trahison..."

C'est très curieux somme toute. C'est lui, Sassou Nguesso, qui a commis des génocides, des crimes contre l'humanité, des massacres humains et infligé des châtiments collectifs pour appartenance ethnique ; c'est encore lui, Sassou Nguesso, qui édicte des articles pour mettre son clan à l'abri des poursuites judiciaires, et c'est encore lui, Sassou Nguesso, qui menace les citoyens congolais en cas de manquement, de non respect des dispositions qui consacrent son impunité. Et donc, tous ceux qui n'auront pas obéit à cette loi scélérate seront taxés de forfaiture et de haute trahison. Donc passibles de poursuites judiciaires et condamnables à des peines d'emprisonnement. Pourtant, le parjure, la forfaiture et la haute trahison, c'est bien lui et son clan. C'est le monde à l'envers.

Qu'à cela ne tienne, pourquoi cette nouvelle constitution n'est pas mise à disposition du public, surtout du peuple congolais qui est appelé à voter ? Il reste moins de quinze jours et personne ne sait ce que renferme cette fameuse constitution. De quoi Sassou Nguesso et les siens ont-ils peur et que cachent-ils dans cette "nouvelle" constitution qui ne doit pas être vue et lue par tout le monde avant le 25 octobre 2015 ?

L'EQUIPE DU RESEAU CONGO-MFOA

E-mail : congomfoa@gmail.com

Partager cet article

Equipe du Réseau Congo-Mfoa - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT Sud-Congo

Economie

Catégories