Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 15:15
Congo-Brazzaville : la parole d'un usurpateur félon...

L’ÉTRANGE REVIREMENT D'UN POLITIQUE ÉGOÏSTE

Et s'il lui était retourné cette prose résolument acquise au respect du texte qui fonde l'organisation et le fonctionnement de notre pays?

Denis Sassou-Nguesso: Verbatim

1. "... Jamais je ne pourrai accepter que la Constitution soit violée (...) J'insiste pour dire que lorsque la Constitution est violée, les démocrates ne doivent pas l'accepter..."

2. "Je crois... je crois que tous les responsables de ce pays (le Congo-Brazzaville) doivent penser aux intérêts du peuple à la paix et à l'unité nationale."

3. "Partout ailleurs en Afrique, où les dirigeants se sont permis de méprise sur ces questions, ces dirigeants ont plongé leurs peuples dans les drames que nous connaissons".

4. "J'appelle... Je lance un appel aux dirigeants de ce pays, au président de la république pour que la paix et l'unité nationale ne soient pas mises en danger. J'appelle... Je lance un appel au président de la république pour que nous sauvions la Constitution, pour que nous sauvions la démocratie et pour que nous sauvions la paix.

5. Pour moi c'est un principe cardinal: le respect de la parole donnée. Le président Lissouba est en fin de mandat, des élections présidentielles qui devaient avoir lieu, pour le premier tour, le 27 juillet dernier, n'ont pas eu lieu; donc nous allons vers la fin du mandat du président Lissouba sans élection et il est en fin de mandat. L'espèce de Conseil Constitutionnel qu'il ont mis en place à la hâte pour les manipulations politiciennes, que vous observez , déclaraient que le président Lissouba pourrait rester au pouvoir jusqu'à la tenue d'élections présidentielles au Congo. Et puis, un Conseil Constitutionnel qu'on a formé, on sait comment, s'est retrouvé un jour dans une chambre avec 18 députés et sénateurs sur les 200 que compte le parlement pour se faire une investiture et puis, ensuite, pour recevoir les requêtes du pouvoir et perpétrer ce que j'appelle un coup d'état constitutionnel. L'avis du Conseil Constitutionnel, c'est un coup d'état constitutionnel, parce-que vous pouvez lire toute la Constitution: les articles 69, 70 et 71 en question, on n'a pas besoin d'être un grand clerc pour conclure que nulle part, la Constitution ne donne au Conseil Constitutionnel, le pouvoir de proroger les mandats du président de la république. Nulle part!

6. La Constitution prévoit qu'à plus de 70 ans, on n'est plus éligible...

SOURCE : http://blogs.mediapart.fr/blog/justb/171015/l-etrange-revirement-dun-politique-egoiste

NOTRE COMMENTAIRE :

C'est le propre de tout truand. Avez-vous déjà vu M. Sassou respecter sa parole d'officier supérieur? Quand un homme en arrive à renier sa propre signature, foule aux pieds son serment prêté, combien de fois voulez-vous qu'il respecte sa parole? Il n'en a jamais eu et il n'en aura jamais! Comme tout poltron, il l'est et il le restera, à vie! Chez Sassou, tout fonctionne conformément aux us et coutumes traditionnelles ethno-tribales claniques mbochis dominées par la BARBARIE et la BESTIALITE.C'est aussi la parole d'un officier félon, puisque Sassou se dit militaire.

Il n'y a que le distributeur FRANCAIS de pouvoir en Afrique francophone (son pré carré) qui ne le comprend pas ou le préfère aux hommes de bons sens. La garantie des intérêts de la France au Congo commande-t-elle le soutien et le maintien d'un d'un criminel pilleur à la tête de ce pays?

Alors, dans ce cas, c'est donc vrai que le principe du pouvoir en Afrique (francophone) est simple : celui qui remue la queue, rampe, lèche les bottes et garantit les "INTERETS DE LA FRANCE", celui-là, même reconnu mondialement criminel, est jugé apte à gouverner ses compatriotes, peu importe les génocides qu'il aura commis dans son pays et son degré de barbarie et de bestialité...

La France, qui l'a placé là en 1997 sur fond de fleuves de sang et de larmes, serait-t-elle un Etat vampire, charognard, cannibale?

Partager cet article

Economie

Catégories