Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 08:04
Congo-Brazzaville : Des mercenaires burundais auprès de Sassou Nguesso pour des basses besognes contre les opposants?

Une source indépendante captée à Brazzaville indique que le samedi, 17 octobre 2015 à 18h 00, un avion en prévenance de la République du Burundi aurait atterri à l’aéroport d’Ollombo. A l’intérieur de cet appareil se trouveraient environ 87 éléments cagoulés, en tenues militaires noires. Ils seraient des tueurs à gage, à la solde du président burundais, Pierre Nkurunziza, venus renforcer la police politique de son homologue et ami congolais, Denis Sassou-N’Guesso.

A leur descente d’avion, ces éléments auraient aussitôt été transportés à bord de 6 véhicules hermétiquement bâchés, en direction de Brazzaville, où ils devraient quadriller tous les quartiers de la capitale contestataires au référendum constitutionnel du 25 octobre 2015, sous la supervision du général Ndengué, directeur général de la police, et du commandant Gopaka, Chef des commandos de la Garde Républicaine (G.R.), patron de l’Escadron de la mort à la Présidence de la République du Congo et ancien aide de camp du Général Nianga Mbouala.
Ces éléments devraient être rejoints par une autre vague, en renfort, en prévenance de Bujumbura, capitale du Burundi, et devraient rester déployés sur l’ensemble des 12 départements du Congo jusqu’à la date de l’élection présidentielle prévue pour juillet 2016.

Selon une autre source, digne de foi, le dispositif militaire qui a permis au pouvoir de M. Sassou de bloquer la marche et le meeting de l’Opposition congolaise du mardi 20 octobre 2015 au Boulevard Alfred Raoul puis en direction du Palais présidentiel, serait composé non seulement de soldats congolais ; de bandits civils vêtus des tee – shirts bleus pour certains et noirs pour d’autres, mais aussi d’un grand nombre des mercenaires étrangers habillés en tenue militaire des Forces Armées Congolaise (FAC), notamment des Burundais, des Tchadiens et des Centrafricains proches des anciens présidents François Bozizé et Michel Djotodia. Ce dispositif resterait le même pour surveiller la tenue du référendum constitutionnel du dimanche 25 octobre 2015 ainsi que de l’élection présidentielle de juillet 2016.

Au regard de ce qui précède, la solidarité dont bénéficierait le président congolais de la part de son homologue burundais Pierre Kurunziza ainsi que de ses anciens homologues centrafricains François Bozizé et Michel Djotodia ne saurait surprendre les observateurs avertis des relations privilèges entre Denis Sassou-N’Guesso et ses trois complices. Il nous souviendra, par exemple, que Denis Sassou-N’Guesso a souvent été soupçonné d’aider financièrement François Bozizé et Michel Djotodia pour entretenir leurs milices privées à Bangui.

De même, le dirigeant congolais aurait pesé de tout son poids financier pour que Pierre Nkurunziza organise l’élection présidentielle et mate les contestataires à son troisième mandat actuel de 5 ans au pouvoir (2015-2020). Comme quoi, si les faits se confirment, en envoyant des francs- tireurs à Brazzaville, NKurunziza n’aurait fait que renvoyer l’ascenseur à Sassou- N’Guesso, son bienfaiteur d’hier, confronté aujourd’hui à une contestation populaire contre un troisième mandat à la tête du Congo, qu’il voudrait briguer en juillet 2016 alors que la Constitution du 20 janvier 2002 en vigueur le lui interdit. Ce seraient ces mêmes Burundais, mélangés à quelques rares Congolais, qui ont bouclé, jeudi 22 octobre 2015 à partir de 5 heures du matin, la sortie principale de la résidence du Secrétaire général du MCDDI et membre de l’IDC à Bacongo – Brazzaville, Guy Brice Parfait Kolélas. Ce dernier, accompagné de ses collègues, était attendu le même jour à l’Archevêché de Brazzaville par Monseigneur Anatole Milandou, puis dans diverses ambassades accréditées au Congo.

En somme, pour qui sait lire entre les lignes et pour qui sait observer les signes des temps, ou qui a le sens du discernement, Denis Sassou-N’Guesso s’est rangé dans le camp des dirigeants qui voudraient mourir au pouvoir au moyen de la force, à l’exemple du monarque Mobutu Sese Seko du Zaïre(1965-1997) qui, à la manière du singe, voulait mourir avec son fruit. Pourtant, c’est le même Mobutu qui disait du haut de la tribune des Nations-Unies, en octobre 1973 à New-York, qu’ « un fruit ne tombe que quand il est mûr ; mais, devant la tempête et l’ouragan de l’Histoire, mûr ou pas mûr, il tombe quand même ! ». Denis Sassou N’Guesso qui était venu au Pouvoir par la force militaire du 5 février 1979 au 31 août 1992, puis du 15 octobre 1997 à nos jours, continuera- t-il à conserver à vie le pouvoir devant le vent du changement incarné par le peuple congolais qui mérite d’être appuyé par la Force publique congolaise républicaine et par la Communauté internationale, notamment les forces occidentales de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique- nord) : Etats-Unis, Canada, France, Angleterre, Allemagne, Italie… ?

Pour tout dire, « aux grands maux, les grands remèdes », dit l’adage. De l’avis de plusieurs analystes politiques, «l’alternance démocratique pour remplacer le régime militaire de Brazzaville requiert une intervention militaire, au cas où aucune solution diplomatique ne serait trouvée à l’issue d’une médiation nationale ou internationale ».

Ghys Fortune BEMBA DOMBE

(Extrait de brazza-news)

Partager cet article

Ghys Fortune Bemba Dombe - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT Françafrique Sud-Congo

Economie

Catégories