Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 15:20
(Congo-Brazzaville) Sassou Nguesso en échec à Rome : le Pape François ne se rendra pas à Brazzaville en novembre prochain

Par Rigobert Ossebi -

Benoit XVI -

Le Pape François ne se rendra pas à Brazzaville en novembre prochain !

La défaite est cinglante pour le pouvoir du dictateur Sassou Nguesso ! Mais c’est avant tout une victoire de la « résistance congolaise » à sa tyrannie qu’il cherche par tous moyens à imposer indéfiniment à notre pays. Un joli travail d’équipe qui rejaillit sur toute l’opposition sans exception !

Merci à Sa Sainteté le Pape François d’avoir été réceptif aux appels et aux prières des Congolais de tous horizons, de toutes confessions. Merci de ne pas avoir cédé aux sollicitations et pressions venues de toutes parts pour qu’il effectue, dans ce premier et prochain voyage papale en Afrique, une escale à Brazzaville.

Merci au Très Saint Père d’avoir accepté qu’on lui rappelle, dans tous ses détails, le martyr dont a été victime, il y a plus de trente-huit ans, notre très regretté Cardinal Emile Biayenda et d’avoir pris la mesure de la chape de plomb dont son sacrifice a été sciemment recouvert.

Pourtant de longue date, notre dictateur cardinalicide, fossoyeur d’Emile Biayenda, avait énormément investi dans cette requête. Il avait personnellement effectué de nombreux voyages à Rome et beaucoup de moyens financiers avaient été débloqués pour atteindre cet objectif y compris la construction, à Brazzaville, d’un immeuble moderne pour le siège de la Commission épiscopale de l’Afrique centrale.

Point d’orgue de cette dernière année avant les élections présidentielles, la venue du Pape François dans notre capitale devait consacrer le pouvoir de Sassou Nguesso, le pseudo « ami de la paix et de l’Eglise ».

Dans un pays très majoritairement catholique, dans le grand stade des Jeux Africains de Kintélé, le passage du Saint Père au Congo devait envoyer au monde l’image d’un pays uni et heureux derrière son président, prétendument « homme de paix ». Il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’une grande messe célébrée par le Pape François à Brazzaville, devant Sassou Nguesso, n’aurait pas laissé la moindre chance à l’opposition de se débarrasser de sa gangrène corruptrice.

Si Benoît XVI, le prédécesseur, avait peut-être fait cette promesse, dans un entourage et dans un environnement particulier, il ne pouvait en être de même avec le Pape François qui l’a récemment remplacé.

Finalement, nous avons pu apporter au Vatican le bon éclairage sur la réalité du régime congolais et sur la relation réelle qu’avait eu le Colonel Denis Sassou Nguesso, jadis ministre de la défense du Défunt Marien N’Gouabi, avec l’Eglise et les persécutions qu’il lui avait infligées.

Tous les Camarades, Frères et Amis opposants, tous sont parvenus à soulever une montagne ! Face à eux, figuraient les gens parmi les plus puissants de la Terre ; petits leviers actionnés par la poche de Denis Sassou Nguesso, notre grand kleptocrate-corrupteur. Des Banquiers, des Pétroliers, des Industriels, des Financiers, des (jeunes) Premiers Ministres européens en poste et des ex-Présidents, des Cardinaux et des Evêques ; tous à la botte de Sassou Nguesso et de ses moyens quasiment illimités ! »

Nous les avons vaincus ! Rendons grâce au Saint Père et à tous les amis qui nous ont aidés ! Savourons cette victoire, nous en aurons d’autres ! (Très certainement en Italie où la Justice et de vrais démocrates s’inquiètent du comportement de certains de leurs compatriotes dans le domaine pétrolier…)

Pigasse en avait eu principalement la charge. Pour encore mieux saisir la portée de notre succès et donc de son échec, il suffit de prendre connaissance de la publication de cette information par les Dépêches de Brazzaville du 7 septembre 2015, en dixième page. Nul doute qu’une visite papale aurait fait la première page, la Une. Le rédacteur en chef de cette Pravda à peine déguisée, le moins que l’on puisse dire, a très mal encaissé le coup ! Comme les soudards qu’il sert, formés à Moscou ou à Alger, il a la défaite amère et rancunière. Oubliés les termes déférents, mielleux et respectueux dont il avait usés dans sa merveilleuse lettre ouverte du 3 août 2015

A Sa Sainteté le Pape François …

Très Saint Père, pardonnez à l’humble fidèle que je suis de s’adresser directement à vous. Mais depuis votre élévation au Trône de Pierre, il y a un peu plus de deux ans, vous avez témoigné d’une telle attention, d’une telle bienveillance, d’une telle écoute à l’égard de ceux qui croient comme vous en un Dieu unique que tout naturellement ils se tournent vers vous lorsqu’ils ont une prière à adresser aux plus hautes autorités de l’Église.

Que de respect ! Que d’humilité dans sa plume et dans ses mots !

Et il en avait été ainsi tout au long de sa lettre bourrée d’éloges et de prières. Quel saint homme que ce Pigasse ! Enfin, jusqu’à ce que le Vatican ne décline l’invitation qui lui avait été faite.

Curieusement pour ce faire-part du décès de ses attentes (ci-dessous), le Pape François n’a plus eu droit à la moindre majuscule. Son nom en français ou en italien complètement ignoré n’est jamais cité. Et comble de mépris, d’effronterie et surtout d’incorrection, l’article est illustré d’une photo du Pape Benoit XVI.

« L’humble fidèle » rédacteur en chef des Dépêches de Brazzaville semble tout d’un coup avoir perdu la foi… il en dégainerait son revolver !

La déception est certes à la hauteur des moyens considérables qui avaient été mobilisés pour permettre d’emporter la décision. Il était capital pour le pouvoir de Brazzaville, catalogué maintenant « infréquentable » que la visite papale s’effectue et qu’il bénéficie d’une couverture médiatique planétaire, qu’il ne pourra jamais obtenir grâce à ses Jeux Africains.

Pigasse s’adressait ainsi au Saint Père dans la lettre d’invitation : « Les visites que vous avez effectuées récemment en Amérique Latine et en Asie du sud ont montré, en effet, que vous êtes plus proche que jamais des peuples qui ont la religion catholique en partage, que tout en étant désormais au sommet de l’Église vous restez à l’écoute des plus humbles,… »

Le Saint Père n’aura jamais été aussi proche du peuple congolais qu’en refusant de se rendre à Brazzaville et tous, nous tous, nous l’en remercions très vivement et bien sincèrement.

Et ne nous arrêtons pas en si bon chemin : « Cardinal Emile Biayenda Santo Subito ! » sera notre prochaine étape.

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

(Congo-Brazzaville) Sassou Nguesso en échec à Rome : le Pape François ne se rendra pas à Brazzaville en novembre prochain

Partager cet article