Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 09:22
Congo-Brazzaville/AfriqueCentrale : La culture du coup d'Etat en Afrique centrale

Les présidents de la Cemac (Cameroun, Tchad, Rca, Gabon, Guinée-équatoriale, Congo)

Alors que le monde entier (la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne, le Conseil de sécurité de l’ONU, le secrétaire général de l’ONU, les États Unis d’Amérique, la France et peut-être d’autres), de manière unanime, parle d’une seule voix pour condamner le coup d’état au Burkina Faso, la CEAC et la CEMAC brillent par un silence assourdissant.Ce coup d’état, qui profite à Blaise Compaoré, place la Côte d’Ivoire et Alassane Dramane Ouattara dans une situation embarrassante bien que la condamnation de la CEDEAO l’emporte sur la prise de position de la diplomatie de la Côte d’Ivoire d’Alassane Dramane Ouattara.Ainsi, bon gré malgré lui, Alassane Dramane Ouattara, dont l’arrivée au pouvoir est due en partie à l’implication personnelle de Blaise Compaoré, a implicitement condamné le coup d’état de la garde prétorienne de Blaise Compaoré.


Pourquoi donc la CEAC et la CEMAC sont muettes ?

La dernière édition de la lettre du continent révèle un passage récent de Blaise Compaoré à Brazzaville, y est-il allé pour obtenir l’appui du régime de Brazzaville ?Ces mêmes CEAC et CEMAC n’ont jamais condamné clairement et publiquement le coup d’état de Bozizé d’abord, et de son tombeur Djotodja.

Notez ceci :

- Ali Bongo Ondimba n’a pas de légitimité, il n’a jamais prouvé hors de tout doute qu’il est de nationalité gabonaise. C’est une forme de coup d’état car le candidat Bongo n’a pas satisfait aux exigences légales.

- Idriss Deby Itno est arrivé au pouvoir par un coup d’état, il a d’abord fait adopter une constitution limitant le nombre de mandats présidentiels pour ensuite faire sauter par «référendum» cette disposition. On sait que ce genre de référendum n’est pas crédible.

- Denis Sassou Nguesso est arrivé par un coup d’état et il en prépare un autre pour perpétuer sa présence au pouvoir.

- Teodoro Obiang Nguema Bazogo est arrivé au pouvoir par un coup d’état, son fils est vice-président. Lorsqu’on travaille pour une possible succession dynastique, on est dans la logique de coup d’état

- Paul Biya est arrivé au pouvoir à la suite d’un imbroglio; il a ensuite verrouillé toute possibilité d’accession au pouvoir par les urnes. C’est une forme de coup d’état.

Voilà pour la CEMAC et gardons nous d’évoquer la situation du très controversé Paul Kagamé.


La CEAC et la CEMAC sont dans le coup d’état permanent.

Le RSP du Burkina Faso n’est rien d’autre que l’équivalent de l’ancienne garde présidentielle du Congo jusqu’à la conférence nationale souveraine de 1991. Un acte de la conférence nationale souveraine a dissout la garde présidentielle au profit d’une garde républicaine.

Cet acte de la Conférence nationale souveraine était une victoire face à toute velléité de confiscation de pouvoir par la force. La limitation du nombre de mandats présidentiels a obéi à la même vision.


Qu’observe t-on au Congo ?

1. Une possibilité réelle de coup d’état militaire en raison de l’allégeance que voue la garde républicaine à la personne du président de la République. Elle a les moyens en hommes et en matériels pour réaliser l’aventure sans issue du RSP de Blaise Compaoré avec pour conséquence une perte de temps pour le pays comme on l’observe à Ouagadougou où des élections étaient prévues pour le 11 octobre 2015.

2. Une option annoncée de coup d’état constitutionnel en attente d’une confirmation du président de la République qui va s’appuyer pour cela sur le dialogue de Sibiti dont il avait dit le 12 août 2015 qu’il aurait un écho. C’est ce qu’il entend faire après les flonflons des jeux africains.

Alors si les pouvoirs en place en Afrique centrale entérinent les coups d’état, il revient aux oppositions républicaines de ces pays d’exprimer le dégoût des peuples face aux coups d’état.

Ce sera une manière d’étouffer dans l’œuf le coup d’état en cours au Burkina Faso qui va s’arrêter à cause de sa propre bêtise.

Par Salomon Lasagesse -

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Economie

Catégories