Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 16:05
Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso, le Néron des temps modernes

Par Olivier Mouebara -

sassou el bechir

Néron est mis par beaucoup au symbole de tout ce que la Rome antique a eu de plus monstrueux.

Il était l’homme d’une ambition démesurée, ayant lutté de toutes ses forces contre l’immense conjuration politique dressée contre lui.

Certains historiens débattent de la folie, réelle ou mise en scène de Néron.

Ce portrait correspond point par point à celui du dictateur Sassou-Nguesso.

Alors que tous ceux qui l’ont aidé à prendre le pouvoir par la force en 1997 au prix d’un bain de sang que le Congo n’a jamais connu, lui demande de quitter le pouvoir, conformément à sa propre Constitution taillée sur mesure, le tortionnaire d’Oyo s’illustre par une ultime provocation.

Opposé jusque-là à un dialogue sans exclusive, le dictateur de Mpila, lors de son allocution à son ethnie et à ses courtisans, impose au peuple congolais un énigmatique dialogue, dont il n’est pas demandeur. Votre dialogue Monsieur le Tyran, mettez-le dans votre C…!

Précédemment, le commanditaire de l’assassinat de Marien Ngouabi a menacé les congolais qui s’opposent à ses velléités de changement constitutionnel.

Il a asséné à Kinkala, le 27 juin dernier: « Ceux qui veulent compromettre la paix(à vrai dire qui s’opposent à son changement constitutionnel) ne sont jamais blessés à la langue, et ils ne connaissent pas le goût du sang ».

C’est précisément pour éviter un bain de sang que les congolais demandent au dictateur Sassou-Nguesso de respecter sa parole, son serment et « sa Constitution ».

Habile et cynique, le dictateur Sassou-Nguesso parle de Nation, de peuple et de l’Etat.

Mais, de quelle Nation parle-t-il ?

La Nation, selon l’acception du tyran du bord de l’Alima, s’est réduite à la portion congrue de son ethnie, de sa famille, de son clan, et de ses courtisans. Il a divisé comme jamais les congolais.

Quant à l’Etat dont il se gausse à chaque prise de parole, il ne dispose pas d’écoles, d’hôpitaux, d’eau, d’électricité, bref, d’infrastructures de base. La municipalisation accélérée n’est qu’une escroquerie en bande organisée. Elle permet à ses parents et à ses courtisans de s’enrichir illégalement.

S’agissant du peuple qu’il piétine depuis une trentaine d’années, il s’en est détourné comme le montre sa paupérisation quotidienne.

Inconséquent et menteur, le dictateur Sassou-Nguesso a vanté à Kinkala le non bilan de sa fameuse municipalisation accélérée.

Incapable de citer un district du Pool, le bourreau de Mpila nous a révélé un scoop. Il serait parti en voiture de Ouesso jusque dans le Pool!!! Si ce n’est de l’ignorance, c’est tout simplement de la bêtise. A moins qu’il n’ait mal lu ses fiches concoctées par ses idiots utiles.

Le dictateur Sassou-Nguesso préfère payer les fonctionnaires centrafricains, ivoiriens, financer Faure Eyadéma lors des dernières élections présidentielles togolaises, ainsi que Pierre Kurunziza, dont la survie lui sert de caution politique.

Se disant fin stratège, il sème partout. A cette allure, il ne récoltera nulle part.

La privatisation de l’Etat a pour but de distraire les congolais. C’est pour cette raison que le Néron de Mpila a laissé à son fils Christel Sassou-Nguesso, le soin de labourer le terrain pour préparer la tricherie et le coup de force de son père en 2016. « Tel père, tel fils ».

Sa pseudo fondation humanitaire « Perspectives d’avenir », créée en 2011, a lancé un programme de « soins gratuits » en faveur de quelques habitants de Pointe-Noire. Cette fondation envisage également de délivrer des bourses aux étudiants et lycéens. Même le Qatar n’ose pas une telle désinvolture.

Au Congo, toutes les institutions se confondent en la personne du dictateur octogénaire Sassou-Nguesso.

Les congolais ne demandent pas l’aumône. Kiki le pétrolier, comme l’appellent ses courtisans, dont les carences en orthographe et en grammaire laissent pantois, serait subitement devenu un philanthrope.

Avant de délivrer des bourses aux étudiants et lycéens, Kiki le kleptomane devrait s’offrir une bourse pour apprendre à écrire correctement le français. Les cours d’orthographe, de grammaire et de conjugaison sont gratuits cet été dans le lieu d’acquisition de ces biens mal acquis. Il peut en profiter gratuitement.

Maladroitement conseillé par Pigasse et d’autres courtisans, le dictateur Sassou-Nguesso a cru bon d’annoncer son monologue avant d’être accueilli à l’Elysée la semaine prochaine.

Depuis le bénin, François Hollande a été inflexible. « Respecter les textes constitutionnels, c’est respecter ses citoyens. S’y soustraire a des conséquences à la paix civile ».

Il est hélas de notoriété publique que le dictateur Sassou-Nguesso ne respecte ni sa parole, ni son serment, ni sa propre Constitution, encore moins le peuple congolais.

N’ayons pas peur de ses menaces et de ses manœuvres. Le dictateur Sassou-Nguesso ne maîtrise plus rien. Ni le temps qui lui est compté, ni le calendrier.

Dès lors, le peuple congolais a besoin de tous pour exercer toutes les pressions possibles et imaginables, pour obtenir le départ de ce sanguinaire hors pair.

Ses frères Maçons doivent se débarrasser de ce personnage qui souille la crédibilité de leur loge. Parmi les 12 principes censés être respectés par les Francs-Maçons, le dictateur Sassou-Nguesso n’en respecte aucun.

Pourtant, le 11ème principe des Francs-Maçons est sans ambiguïté:

« Les Francs-Maçons contribuent, par l’exemple actif de leur comportement sage et digne, au rayonnement de l’Ordre dans le respect du secret maçonnique ».

Au regard de ce principe et bien d’autres bafoués par le tyran d’Oyo, le dictateur Sassou-Nguesso doit comprendre que le bras de fer qu’il engage est suicidaire et perdu d’avance. Il ne pourra pas vaincre le peuple congolais dans son ensemble, l’Elysée, la Maison Blanche et sa loge maçonnique.

De gré ou de force, le dictateur Sassou-Nguesso devra s’habituer à ce que le Congo soit présidé par quelqu’un d’autre que lui de son vivant.

Son rêve d’avoir de l’emprise sur « Nguélè » et de mourir au pouvoir, sera taillé en pièces dans quelques mois par la révolte populaire.

Nous devons redoubler de vigilance. Pour enchaîner les peuples, les dictateurs commencent par les endormir.

Que le Néron congolais, ses soutiens intérieurs et extérieurs comprennent que « les dictatures sont comme le supplice du pal: elles commencent bien, mais elles finissent mal ».

Olivier Mouebara

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Economie

Catégories