Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 16:49
(Congo-Brazzaville) Modeste BOUKADIA, Alias SPARTACUS L’AMI DES PEUPLES SE RETROUVE SEUL CONTRE TOUS A FAIRE OPPOSITION AU POUVOIR DE DU PCT

CONGO - Franc-Parler Presse LIBRE

Modeste BOUKADIA, Alias SPARTACUS L’AMI DES PEUPLES SE RETROUVE SEUL CONTRE TOUS A FAIRE OPPOSITION AU POUVOIR DU PCT

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=933061973382786&id=883536648335319

« La vérité tue, mais celle que l’on garde devient vénéneuse », ce n’est pas de moi ; c’est de Nietzsche.

Modeste BOUKA

DIA a dit la vérité et en ouvrant la boîte à pandore, il a effleuré de peu la mort en échappant de justesse au traquenard que lui avait été tendu lui, et ses hommes à Pointe-Noire en 2013, par les barbouzes du PCT. Mais quelle vérité notre SPARTACUS National a-t-il révélé pour être aussi recherché, au point d’être condamné à trente ans de travaux forcés, à la suite d’une mascarade de procès ?

La petite vérité, aux conséquences graves, révélée par Modeste BOUKADIA se trouve être : la demande faite aux Nations Unies, de rétablir les anciennes limites du Congo Brazzaville d’avant l’indépendance, si l’on veut sauvegarder le peuple Kongo dont le nombre ne fait que diminuer, au vu des chiffres du dernier recensement publié par le pouvoir de Brazzaville. En simple, ramener les limites du Congo à la LEFINI, ce qui donnera du coup, un Congo du Sud et un Congo du Nord qui selon lui existe déjà de fait crée par M. SASSOU NGUESSO. C’est comme si, à la suite d’un mariage malheureux, entre une épouse battue et maltraitée par son époux, après des années de vie commune, cette dernière, craignant pour sa vie et pour celle de ses enfants, décide enfin de saisir le tribunal social pour une procédure de divorce négocié sans heurts, donc à l’amiable.

Mais, l’époux brutal et violent placé devant la réalité de son caractère d’un autre âge, commence à se demander : Mais, qui va garder les enfants ? Et le partage des biens, comment se fera-t-il ? A qui reviendra la maison ? Voilà, dans quelle situation, Notre SPARTACUS National a placé les dirigeants du PCT aujourd’hui, en saisissant les Nations Unies d’une requête aux fins d’un retour aux anciennes frontières du Congo d’avant l’indépendance.

En effet, « Tata M’BOUKADIA » comme on aime bien l’appeler sur la Place de PARIS, pose le problème en ces termes : « Le mariage entre les fils et les arrière-petits-fils des anciens porteurs, des anciens prisonniers, des ouvriers, et des anciens miliciens des colons blancs , venus au Congo pour servir leurs maîtres pendant la période de la colonisation et qui ont fini par s’y installer, et les autochtones kongo, n’a apporté que deuils, tristesse et désolation aux populations du Sud du Congo.

Il serait donc judicieux, avant une extermination certaine et programmée des populations autochtones du Sud du Congo par les étrangers, fils d’anciens miliciens tortionnaires de nos arrière-grands-parents, qui étaient (entendez par là les anciens miliciens) soit SOUDANAIS-Maliens, Dahomey, sénégalais, Tchadiens j’en passe ; Et que nous avions été forcés par le colon Blanc à accepter et adopter comme faisant partie de la grande famille Kongo, il serait judicieux ai-je dit, de procéder par un retour aux anciennes limites du Congo si l’on veut préserver tant soi peu le génome des Kongo ».

Vu l’incivisme et la barbarie de nos amis ; Devant leur manque de volonté quant à une cohabitation pacifique avec ceux qui les ont gentiment adoptés et reçu à Brazzaville il n’y a que peu longtemps ; Face à leur mauvaise volonté d’accepter les principes démocratiques en voulant après deux mandats consécutifs, continuer à se maintenir aux affaires par la force, violant par ce fait même la constitution qu’ils ont eux-mêmes imposée aux Congolais en 2002 ; Tenant compte de la militarisation accélérée dans le seul dessein de tuer les populations du sud pour se maintenir aux affaires et fuir ainsi les nombreuses procédures pendantes par devant la CPI ; Refusant de laisser le peuple du sud Congo se faire à nouveau massacrer dit Modeste BOUKADIA, l’idéal serait selon cet homme politique, de revenir aux anciennes frontières d’avant l’indépendance pour permettre à ceux dont la seule logique de gouvernement serait l’intrigue et le crime, de constituer un État dans lequel ils auront à développer, sans crainte d’être contredit leur idéal politique. D’où la demande d’un référendum d’autodétermination formulé auprès des Nations Unies par Modeste BOUKADIA.

Expliqué comme ça, la démarche semble justifier car, me direz-vous, pourquoi le PCT aurait-il le monopole de violer la constitution de la République (en voulant organiser un référendum en vue de la modification de la constitution, alors que les deux mandats réalisés, l’alternance devient un impératif) et que les autres partis n’en auraient pas ?

Que le PCT présente un autre candidat avec un corps électoral bien maitrisé et une commission électorale réellement indépendante, personne, mais alors personne n’aurait à redire. Mais comme les intentions du PCT quant à maintenir leur chef au pouvoir sont suffisamment connues, Modeste BOUKADIA a choisi, l’anticipation pour éviter la surprise. Ainsi, face à la radicalisation du PCT, Tata M’BOUKADIA, oppose aussi la radicalisation, mais alors une radicalisation totale c’est-à-dire, la partition.

Devant cette procédure, le PCT fait la sourdine, ses dirigeants font semblant de ne rien voir ni rien entendre, tandis que la procédure engagée aux Nations Unies par le président BOUKADIA suit son cours. Et certaines sources proches de l’ONU, nous disent même que ce dossier pourrait être examiné au quatrième trimestre de l’année 2015 par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Comme Modeste BOUKADIA a les bras très longs, nous craignons avec raison que cette procédure n’aboutisse, et mette enfin, les mauvais calculateurs politique du PCT devant le fait accompli. Qui vivra verra.

Critiqué au départ, Modeste BOUKADIA a désormais de nombreux soutiens tant dans la population Congolaise que parmi les hommes politiques et même par certains hommes politiques du Nord qui pensent que ce sera la faute au PCT si cela arrivait à se concrétiser, curieux n’est-ce pas ? Mais certains radicaux du Sud lui font le reproche de laisser des terres à des descendants d’étrangers.
Pour eux, si ceux qui dirigent le Congo aujourd’hui sont des descendants d’anciens prisonniers, porteurs et d’anciens Miliciens Soudanais, Sénégalais, Tchadiens et autres, cela sous-entend qu’ils sont étrangers en terre Kongo, pourquoi alors leur laisser le Nord du Congo ? Qu’ils rentrent simplement chez eux, on en a assez des pratiques de ces inciviques qui n’ont aucune notion de Démocratie et dont les pratiques prouvent à suffisance qu’ils n’aiment pas le Congo parce que justement ils ne sont pas Congolais.

Modeste BOUKADIA n’est pas de ce point de vue, il tente alors depuis un certain de ramener ces radicaux à la raison en mettant en avant les notions de « VIVRE ENSEMBLE », de « l’UNITE DANS LA DIVERSITÉ », et les débats sont très houleux dans ces réunions qui vont aboutir à un Grand colloque cet été à PARIS.

Au niveau international, Modeste BOUKADIA bénéficie du soutien de certains Lobbies de la RDC, de l’Angola et même des Grands États occidentaux, ceux qui détiennent le droit de véto. Nous l’avions, par exemple, surpris parler avec le Maire de Jérusalem (Israël), de quoi seraient-ils en train de discuter ? Serait-il (SPARTACUS) en train de chercher des soutiens à ce niveau en cas de vote éventuel à l’Assemblée Générale des Nations Unies ?
Si le Président SASSOU NGUESSO s’obstine à ne rien voir ni entendre après notre publication, il ne dira pas n’avoir été informé, et ne prétextera pas non plus avoir été mis en erreur par les siens. M. le Président de la République Congo : « il y a longtemps que les poils du rat avaient cessé de brûler ; Maintenant, c’est la partie comestible du rat qui brûle et l’odeur aromatisée de notre rat palmiste, devrait attirer suffisamment votre attention. Cessez d’écouter les rats de la maison car eux, ne sont pas comestibles ».

Si vous ne faites rien aujourd’hui, M. le Président de la République du Congo, vous risquerez de laisser au Congo et à votre progéniture le même mauvais héritage que vos anciens, je pense là à MOBUTU roi du zaïre, au Colonel M. Kadhafi le Libyen dont l’entêtement, et la persistance à se maintenir coûte que coûte aux affaires, en dépit des avertissements des occidentaux, ont fini par engendrer le K.O, au point de laisser leurs pays respectifs sans avenir. Nous ne croyons pas que cela soit votre souhait, alors, SORTEZ DU MUTISME et donnez DES ORIENTATIONS claires aux Congolais.

M. le Président de la République, des crimes ont été commis, des biens pillés, des maisons cassées, mais les solutions politiques existent pour le Congo et vous en êtes la clé, le starter. Vous avez toujours prêché la PAIX, l’heure est venue de montrer au monde que vous êtes en adéquation avec ce qu’a TOUJOURS été votre LEITMOTIV tout au long de votre règne : La PAIX et la CONCORDE NATIONALE ; M. le Président de la République, 2016 approche et l’élection présidentielle avec ; Feriez-vous s’il vous plaît, le choix du K.O ou de L’ALTERNANCE DÉMOCRATIQUE ? Votre bon choix nous obligera.

ET L’OPPOSITION DANS TOUT ÇA ?

Guy Richard MPANDERSON

Le 03 avril 2015

Partager cet article

Congo-Mfoa