Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 15:33
(Congo-Brazzaville) Franc-Parler Presse LIBRE : Et l'Opposition dans tout ça ?

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=933066723382311&id=883536648335319

ET L’OPPOSITION DANS TOUT ÇA ?

Modeste BOUKADIA, pourtant opposant au pouvoir du PCT, a toujours été isolé par les autres opposants qui le trouvent trop libre et direct. Mais en vérité, c’est parce qu’il ne pointerait pas comme eux à la Banque de MPILA. De ce fait, il est comme on sait le dire à Bakongo : « INCOUTICABLE (Non maîtrisable) » et M. SASSOU le sait. Sinon comment expliquer l’inertie des autres opposants Congolais à la suite de l’arrestation des hommes de BOUKADIA qu’ils savaient réellement innocents ? Et lors de la mascarade de procès organisé à Pointe-Noire par les Juges iniques du PCT, l’opposition Congolaise n’a pris aucun avocat pour défendre des gens qui ont été arrêtés pour avoir exigé la démission du gouvernement, donc des vrais opposants ?

En sus, si l’on peut attribuer l’attitude de l’opposition à un manque d’informations, comment expliquer qu’à la suite de la publication de l’avis de la commission des Droits de l’Homme des Nations Unies, avis qui condamne clairement le gouvernement Congolais et ordonne à celui-ci de libérer sans condition après un dédommagement conséquent, les hommes de BOUKADIA (voir lien) que nos vrais faux opposants n’aient pas saisi la balle au bond et conjugués leurs efforts à côté de l’OCDH et du médiateur national pour faire pression au gouvernement qui continue à garder prisonnier des innocents, acquittés par la plus haute institution sur terre : Les Nations Unies. Pourquoi, mais alors pourquoi, l’opposition Congolaise continue à rester stoïque face à l’entêtement du Ministre de la Justice et du PCT, qui continue à les maintenir dans les geôles à des encablures du lieu de leur arrestation, comme s’ils étaient des dangereux criminels, alors que les vrais criminels sont restés dans les prisons à Brazzaville et à Pointe-Noire et d’autres plus dangereux occupent même des hautes fonctions d’État: Quel paradoxe ?

Cette attitude quelque peu surprenante de l’opposition Congolaise, révèle soit un malaise dans les relations entre opposants, ou encore plus, d’une complicité d’une partie de l’opposition avec le gouvernement pour écarter Modeste BOUKADIA de la scène Politique. Ce qui justifie bien la mascarade de procès organisé contre lui à Pointe-Noire et qui avait abouti à sa condamnation à 30 ans de travaux forcés, faisant de lui un vrai MANDELA. Mais, c’était sans compter sur la réactivité de SPARTACUS-BOUKADIA, l’homme aux bras longs, très longs et dont la diplomatie souterraine fonctionne à l’excellence. L’avis des Nations Unies obtenu par BOUKADIA, est une vraie victoire contre la barbarie et l’incivisme des hommes du PCT, qui ont perdu toute notion de Droit Humain pour hiberner dans l’arbitraire et ceux des opposants qui se réjouissaient de cette condamnation, peuvent désormais se raviser puisque SPARTACUS est revenu dans l’arène.

Aujourd’hui, l’opposition Congolaise partage la même honte que le Gouvernement de la République qui, devant la pression des Ambassadeurs de France, des Etats Unis, de l’Union Européenne etc. n’a pour seul argument que de simuler la maladie Alzheimer en prétextant des trous de mémoire, jusqu’à ne pas se souvenir avoir reçu la notification des Nations Unies. Si la honte attrapait par les pieds, il est vraiment certain qu’ils seraient tous devenus "handicapés" ces hommes du PCT ; Quelle honte, monsieur le Ministre Congolais de l’injustice !

Une fois de plus, l’opposition Congolaise a démontré qu’elle est là pour faire opposition au peuple et aux vrais opposants, plutôt qu’à dénoncer les manœuvres du Gouvernement. Sinon, comment expliquera-t-elle son silence devant la violation des droits des citoyens Congolais, pourtant acquittés par les Nations Unies qui, dans un dossier bien motivé à réussi à démontrer le caractère arbitraire des arrestations des hommes de BOUKADIA et a même fait opposition au jugement rendu lors de la mascarade de procès organisé par la justice du PCT ?

Si une opposition ne peut se mobiliser lorsque, les droits fondamentaux des citoyens qu’elle prétend gouverner une fois aux affaires sont bafoués par la majorité en place, à quoi sert-elle en vérité ? Qu’attendre d’une opposition qui ne fait que demander des dialogues avant toute échéance électorale, juste pour récolter un peu d’argent et rentrer tranquillement dans sa coquille tout de suite après ? Non, l’opposition Congolaise n’est plus crédible, surtout lorsqu’elle demande les états généraux, alors que le pouvoir auquel il est sensé s’opposer est arrivé en fin de mandat, et que seul le respect de la constitution de la République parait être l’unique revendication sensée ?

POURQUOI UN TEL LAXISME DE LA PART DE CEUX QUI SONT SENSES JOUER LE ROLE DE CONTRE-POIDS AU POUVOIR DE BRAZZAVILLE ?

Pour répondre à cette question, décryptons sans passion, l’ossature de cette pseudo opposition, toute constituée d’anciens membres du PCT, tout en essayant de relever les relations ambiguës que celle-ci entretiendrait avec Modeste BOUKADIA afin de comprendre ce qui justifie, le silence des opposants Congolais à l’endroit des hommes de BOUKADIA.

La configuration actuelle de l’opposition Congolais semble mettre en avant un homme : Mathias DZON. Les autres, entendez par-là, Guy Romain KIMFOUSSIA, Clément MIERASSA ancien secrétaire général du comité central du PCT… ne sont que des trouble-fêtes sans réelles intentions de conquérir le pouvoir faute d’une base électorale conséquente, ni de soutien à l’international. Vous comprendrez certainement pourquoi nous n’avons pas comptabilisé en parlant de l’opposition, les partis comme le MCDDI et l’UPADS ? C’est simplement que ceux-ci, en signant des accords politiques avec le PCT parti au pouvoir, sont devenus comptable de sa gestion et donc membres de la majorité.

QUI EST EN VERITE MATHIAS DZON et QUELS SONT SES REELLES INTENTIONS ?

Mathias DZON, opposant ou arnaqueur ? C’est la question que se posent aujourd’hui la majorité des Congolais. Tête d’affiche d’un groupe d’opposants au régime PCT parti au pouvoir duquel il est lui-même issu, Mathias DZON est avec Rodolphe ADADA, ceux qui ont orchestré en 1997, le coup d’état contre la Démocratie et les acquis de la Conférence Nationale au Congo. Ce sont eux, qui ont signé pour le compte du Président SASSOU NGUESSO, le contrat qui a occasionné le massacre des Congolais et la déstabilisation des institutions de la République. Mathias DZON est donc celui qui a favorisé le retour du Président SASSOU NGUESSO au pouvoir car lui, n’était pas présidentiable aux dires des financiers du coup d’état, qui le trouvaient plus technocrate que leader politique. C’est donc Mathias DZON qui avait trouvé l’argent sans quoi il n’y aurait pas coup d’état du 5 juin 1997 contre l’UPADS.

Seulement, une fois le pouvoir conquit, Mathias DZON a commencé à se prendre pour un deuxième Chef de l’Etat et cette tentative de doublure, additionnée à la gabegie Financière qu’il avait adopté comme mode de gestion du ministère des finances à la tête duquel, il pensait s’éterniser en mémoire de sa contribution au coup d’état de 1997, avaient fini par perturber la quiétude du Grand Cobra. La réaction du cobra royal ne fit pas attendre : Limogeage à la tête du ministère des finances au sein duquel l’appartenance à la tribu Bangangoulous était le seul visa d’accès. Conscient des services rendus lors de son retour au pouvoir, et pour éviter de faire de lui un adversaire politique (car il était devenu multimilliardaire, mais un milliardaire peu discret, avec un goût trop prononcé pour les petites filles qui aimaient bien l’appeler : « A PESSA A TALA TE, une sorte de distributeur humain des billets de banque) », notre fin cobra lui proposa de demander de quitter le ministère des finances pour jouer le rôle de pseudo opposant, tout en gardant tous les avantages en natures (Salaire payé par l’état Congolais, véhicules de fonction etc…). Rôle que Mathias DZON se plait à jouer aujourd’hui.

De ce qui précède, vous conviendrez avec moi, que Mathias DZON, en sa qualité d’organisateur du coup d’état de juin 1997, pour avoir commis lui aussi des crimes économiques lors de son passage à la tête du ministère des finances, pour avoir financé les massacres du pool, ne peut en aucun cas s’opposer au PCT car, il sait que la fin du règne PCT, sera aussi le sien. Ainsi a-t-il choisi de distraire tout le temps l’opinion publique Congolaise, en sollicitant des dialogues chaque fois qu’il est question d’élection. Aujourd’hui une fois de plus, alors que le mandat présidentiel touche à sa fin, Mathias DZON demande au pouvoir en place d’organiser les états généraux, une démarche anticonstitutionnelle qui vise à valider le désir de changement de la constitution prôné par le PCT. Ainsi, il aura joué son rôle pseudo opposant et donc justifier son salaire en créant s’il obtenait les états généraux, le consensus qui aidera le PCT à changer la constitution et confisqué à nouveau le pouvoir.

Mathias DZON sait qu’il n’est qu’un opposant de surface sans moyens de pression, il sait aussi que la solution au problème électoral du Congo, n’est pas dans les états généraux dont le but réel n’est que d’aboutir à un gouvernement de transition qu’il entend conduire comme premier ministre, peu importe si le PCT continue à piloter les choses. Non, le Congo n’est pas en crise pour chercher des solutions anticonstitutionnelles, la seule vraie crise qu’il y a aujourd’hui au Congo, c’est celle de son opposition qui n’arrive pas à comprendre que la seule vraie exigence à faire au pouvoir de Brazzaville c’est de lui demander de respecter la constitution, la mise en place d’une commission électorale indépendante en vue de maitriser le corps électoral. Mais tout ceci n’intéresse pas le PCT, et l’opposition n’a pas les moyens de pression, c’est pourquoi, elle devrait déjà saisir les Nations Unies et tous ceux qui financent les élections au Congo, et solliciter la nomination d’un médiateur pour le Congo en vue de permettre la transparence des futures opérations électorales.

Si Mathias DZON, pouvait gagner du temps en focalisant le débat sur l’essentiel, cela pourrait déjà faire lever les soupçons d’incompétence sinon, de complicité avec le pouvoir qui planent sur sa tête et sur toutes sa cohorte d’opposants de pacotille.

En vérité, Mathias DZON sait qu’il ne peut pas gagner une seule élection au Congo, en tout cas pas contre son Maître Denis SASSOU NGUESSO et moins encore contre BOUKADIA c’est pourquoi, grande était la réjouissance de DZON Mathias en apprenant la condamnation de Modeste BOUKADIA, à la suite de la mascarade de procès organisée à Pointe-Noire par les juges du PCT. Pour lui, c’était un gêneur de moins, un opposant qui commençait à trop focaliser l’attention du peuple sur lui, surtout après son meeting de Pointe-Noire.

Ce qui dérange le plus Mathias DZON, c’est que la présence de Modeste BOUKADIA à Brazzaville, l’empêche de jouer son rôle de pseudo opposant car ce dernier n’est pas aligné, il ne fréquente pas les milieux de MPILA et pour couronner le tout, le Président BOUKADIA prône la partition du pays en deux Etats. Dans cette démarche, Mathias DZON se retrouve face à son Maître Denis SASSOU NGUESSO, il sait que le combat est perdu d’avance. En sus, Modeste BOUKADIA fonde son argumentaire pour la création de l’Etat du Sud Congo sur les crimes et les disparitions non justifiés des hommes du Sud, à une période où Mathias DZON était Ministre des finances du Congo et donc le pourvoyeur des fonds de toutes les milices qui ont pillé, volé, violé et tué les populations du Sud Congo.

A ce sujet, ce que Modeste BOUKADIA semble reprocher à Mathias DZON et qui le sait, serait, aux dires d’un de ses proches, le fait que ce dernier, alors ministre des finances aurait financé spécifiquement les massacres des cadres du Sud du Congo en particulier ceux du POOL et de la BOUENZA et Modeste BOUKADIA l’a écrit dans son livre à paraitre bientôt.
C’est pourquoi, Mathias DZON ne pourrait jamais s’opposer au régime PCT, non pas par reconnaissance, non, mais par ce qu’il se ferait ARA KIRI, il sait qu’il est impliqué dans les crimes économiques du régime, il est aussi impliqué dans les nombreux massacres contre « LES AUTRES » dont le sang n’a que trop coulé. Par quelle magie, Mathias DZON pense-t-il se faire oublier ? En tout cas, ce n’est pas en jouant au pseudo opposant car les faits qui lui sont reprochés sont lourds et la mémoire des Congolais intacte.

Quand Mathias DZON répondra devant la CPI pour avoir financé les crimes contre les populations du Sud ; quand sonnera l’heure de la justice, Mathias DZON sera interpellé, jugé et condamné.
Le peuple Congolais n’est pas dupe, il attend que le PCT par la voix de son Président se prononce officiellement sur la modification de la constitution et quand la révolution sera en marche, tous les faux opposants seront mis dans le même sac que les cadres du PCT. Le peuple dira : « YA NA MARE » avec les états généraux.

Le PCT est en fin de mandats, et conformément à la constitution que ses dirigeants ont imposée au peuple, leur joker ne peut plus se représenter. Le peuple ne leur demande pas de faire de bilans et moins encore les états généraux, non ; Ce que veut le peuple, c’est qu’ils partent dans le strict respect de la constitution, c’est tout. Et ça, DZON Mathias l’a bien compris, mais, il ne veut pas aborder la question dans ce sens, il feint l’imbécile pensant tromper les Congolais qui l’on pourtant déjà démasqué. Alors, DZON Mathias ne serait-il que la main gantée de l’exécuteur ? Serait-il un arnaqueur politique ?

A SUIVRE

Guy Richard MPANDERSON

Le 03 avril 2015

(Congo-Brazzaville) Franc-Parler Presse LIBRE : Et l'Opposition dans tout ça ?

Partager cet article

Economie

Catégories